Aujourd'hui : Jeudi, 19 juillet 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 17 novembre
Publié le : 17-11-2016

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:



Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: 17 novembre 1943 -- Le dirigeant roumain, le Général Antonescu, s’oppose à livrer des Juifs aux allemands. Ion Victor Antonescu, né à Pitești en 1882, était un militaire roumain devenu homme politique d'extrême droite. Il fut le chef du gouvernement et chef de l'État Roumain (dictateur - (ro) conducător - du Royaume de Roumanie) de 1940 à 1944. Il engagea son pays, aux côtés de l'Allemagne nazie, dans la Seconde Guerre mondiale. Il fut condamné à mort pour crimes de guerre et exécuté en 1946.

Photo: Ion Victor Antonescu


Ça s’est passé un 17 novembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


17 novembre 1278 -- A la suite de perquisitions effectuées dans toute l'Angleterre, des juifs sont arrêtés sous l'inculpation de rogner les monnaies, c'est-à-dire de couper les coins des pièces et de faire fondre le métal. 680 juifs, dont de nombreux notables, sont emprisonnés dans la Tour de Londres. Leurs biens sont confisqués par la Couronne. 293 d'entre eux sont condamnés à mort et pendus.
Israelvivra.com

17 novembre 1301 -- Les juifs de Renchen (pays de Bade, Allemagne) sont accusés de meurtre rituel : parmi eux, Noah ben Meïr, Kalonymos, fils du rabbin Yehuda ben Eleazar, et Yerahmiel ben Mechullan sont rompus sur la roue.
Israelvivra.com

17 novembre 1349 -- Les persécutions contre les juifs de Suisse, comme de l'Europe entière, frappent ceux de Winterthur, Diessenhofen et d'autres villages, réfugiés dans la forteresse de Kiburg. Au nombre de 330, ils sont brûlés sur le bûcher.
Israelvivra.com

17 novembre 1895 -- Empire ottoman : « dimanche 17 novembre. C'est navrant, que le sang ne cesse pas de couler! Hier, 44 Arméniens ont été tués sans bruit. Dans ce ciel routinier éclatent soudain les premiers grands massacres arméniens. » De 1894 à 1896, ce sont des dizaines de milliers d'hommes et de femmes, d'enfants et de vieillards, qui subissent le déferlement brutal d'une violence parfaitement organisée, qui dépasse de loin en horreur et en atrocités ce qu'a connu la Bulgarie vingt ans auparavant. Et puis, tout recommencera comme avant, le jeu des Puissances, l'insécurité quotidienne, les ruses du Palais... On verra plus tard que ces massacres constituent par rapport au génocide une véritable répétition générale, mais ils s'inscrivent pour le moment dans un engrenage identique à celui qui a fonctionné pour la Grèce puis la Bulgarie. Mêmes partenaires, mêmes enchaînements des diverses causes, mêmes rapports de forces et mêmes réactions, mêmes effets.
Imprescriptible.fr : 1895 ou la répétition générale

17 novembre 1895 -- France : publication du N°354 du périodique « Le petit parisien ». Au sommaire : "Un massacre d’Arméniens par les kurdes".
Archives Imprescriptible

17 novembre 1913 -- Empire ottoman : la page historique du site web des services secrets turcs (http://www.mit.gov.tr/english/tarihce.html), le MIT (Milli Istihbarat Teşkilat-i), fait remonter l'histoire des services secrets turcs à la création officielle le 17 novembre 1913 par Enver Paşa de l'Organisation Spéciale (Teşkilat-i Mahsusa). Elle fut dissoute officiellement après l'armistice de Moudhros le 30 octobre 1918. Il s'agissait au départ d'unités de subversion devant opérer dans les pays frontaliers. Le procès des unionistes en 1919 révéla l'existence d'une seconde Organisation Spéciale créée par le Comité Central du Parti Union et Progrès immédiatement après la mobilisation du 21 juillet 1914 avec la coopération du ministère de l'Intérieur et de la Justice. Cette seconde organisation reçut pour mission de liquider ou de décimer les convois de déportés arméniens en des lieux précis préalablement définis par ses dirigeants[1]. Le secrétaire genéral du parti, Midhat Sükrü assurait la liaison entre le Parti et l'Organisation Spéciale. Un comité exécutif de l'Organisation Spéciale siégeait à Constantinople. Il comprenait deux civils: Dr. Nazim et Atif et deux militaires Aziz bey, chef de la Sûreté Générale et Cemal bey, commandant de la place de Constantinople. Le centre opérationnel fut implanté à Erzeroum et sa direction confiée à un autre membre du Comité Central le Dr. Bahattin Şakir. Les troupes de cette seconde Organisation Spéciale étaient constituées d'anciens détenus de droit commun libérés par le ministère de la Justice et entraînés dans le centre de Çorum.
Imprescriptible.fr : L'Organisation Spéciale, Teşkilat-i Mahsusa

17 novembre 1918 -- Les unités de l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura et des groupes d'irréguliers atteignent la ville de Bobrovitzy (district de Tchernigov). Le pogrome qu'ils déclenchent cause la mort de 9 juifs. De nombreux autres sont blessés et mutilés.
Israelvivra.com

17 novembre 1918 -- Empire ottoman : la convention de Lemnos mit du moins fin à l'occupation turque de la Transcaucasie (art. 11 et 15). Les Anglais entrèrent, le 17 novembre, à Bakou, occupèrent également Batoum et assumèrent le contrôle de la Transcaucasie. L'Arménie fut dès lors réintégrée dans les territoires dont l'avait privée la paix de Batoum. Malheureusement, cette occupation, si elle sauva l'Arménie russe d'un écrasement immédiat, ne sut parer aux effets désastreux de l'armistice imprudent consenti par l'amiral Calthorpe. Le mouvement nationaliste turc, créé par Moustapha Kémal Pacha, s'installa solidement dans l'Arménie turque, nettoyée des Arméniens. Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : L'Arménie russe pendant la Grande Guerre et après l'armistice de Lemnos

17 novembre 1921 -- Empire ottoman/début du mandat de Huseyin Rauf [Orbay] : Durant la période républicaine il devient de nouveau ministre de la Marine sous Atatürk de 17 novembre 1921 au 14 janvier 1922. Huseyin Rauf Orbay (1881– 16 juillet 1964) est un militaire et un homme d'État turc né à Istanbul d'origine abkhaze. Il a d'abord servi comme officier dans la marine de l'Empire ottoman, il était le capitaine du cuirassé Hamidiye durant la Guerre des Balkans. Le 31 octobre 1918, il a signé l'Armistice de Moudros, mettant fin à la guerre entre l'Empire Ottoman et les alliés. Quand la guerre d'indépendance turque a débuté, il a démissionné de son poste de ministre de la marine pour rejoindre à Ankara les forces de Mustafa Kemal. Il a été élu membre du comité représentatif dans le congrès d'Erzurum le 23 juillet 1919. Lorsque Mustafa Kemal voulut créer un deuxième pouvoir politique à Ankara pour lutter contre le sultan, Rauf s'y opposa en refusant de porter atteinte au prestige ou à l'autorité du sultan. Puis, il rejoignit le congrès de Sivas le 4 septembre 1919 en tant que délégué, et en a été élu vice-président. Lors de la libéralisation de l'Empire à la fin de l'année 1919, Rauf gagna Istanbul pour devenir député du parlement impérial. Il demanda à Mustafa Kemal de venir le rejoindre, mais celui-ci refusa.
Imprescriptible.fr : Huseyin Rauf [Orbay]1881-1964
Wikipedia

17 novembre 1940 -- Vichy promulgue une loi transférant la surveillance des camps d'internement au Ministère de l'Intérieur par l'intermédiaire des préfets territorialement compétents.
ajpn

17 novembre 1940 -- Comme on le verra à plusieurs reprises, l’antisémitisme nazi ne touchait pas que les idéologues ou les dignitaires du régime. Voici les observations du soldat E. dans une lettre envoyée de Pologne le 17 novembre 1940 : « Quand on regarde ces gens, on retire l’impression que rien vraiment ne justifie qu’ils vivent sur la terre de Dieu ». Walter Manoschek, éd., “Es gibt nur eines für das Judentum : Vernichtung” : Das Judenbild in Deutschen Soldatenbriefen, 1939-1944, Hambourg, 1997, p. 17, cité par Saul Friedländer, Les Années d’Extermination. L’Allemagne nazie et les Juifs 1939-1945, Éditions du Seuil, 2008, p. 216.
phdn

17 novembre 1941 -- Loi interdisant aux Juifs de détenir d'autres immeubles que les immeubles à usage d'habitation ou nécessaires à l'exercice d'une profession autorisée.
ajpn

17 novembre 1942 -- Les derniers juifs de Krasnik (province de Lublin) sont déportés au camp d'extermination de Belzec. Plusieurs centaines d'entre eux parviennent à fuir dans les bois. 2 unités de partisans s'organisent pour lutter contre les nazis.
Eduard Forst dirige l'une d'elles, le groupe Berek Joselowicz.
Le dernier groupe de 30 juifs, chargé de travaux d'entretien au camp d'extermination de Treblinka, est fusillé par les SS.
Israelvivra.com

17 novembre 1943 -- Le dirigeant roumain, le Général Antonescu, s’oppose à livrer des Juifs aux allemands. Ion Victor Antonescu, né à Pitești en 1882, était un militaire roumain devenu homme politique d'extrême droite. Il fut le chef du gouvernement et chef de l'État Roumain (dictateur - (ro) conducător - du Royaume de Roumanie) de 1940 à 1944. Il engagea son pays, aux côtés de l'Allemagne nazie, dans la Seconde Guerre mondiale. Il fut condamné à mort pour crimes de guerre et exécuté en 1946. Ion Antonescu était un pur militaire de carrière (surnommé « Le Chien Rouge »), issu de l'armée de terre. Il avait fait l'École de guerre. Il fit la deuxième guerre des Balkans et la Première Guerre mondiale (où la Roumanie combattait aux côtés de la France et du Royaume-Uni) en tant qu'officier. Il s'y distingua par son courage au combat et par un sens de la logistique « rare chez les Roumains, experts en désorganisation » (Henri Berthelot, 1916). Au début de la Seconde Guerre mondiale, le Royaume de Roumanie, gouverné par le roi pro-allié, Carol II, reste neutre mais aide la Pologne à faire passer ses troupes en Égypte, territoire britannique. Considéré comme hostile à l'Axe, le pays est dépecé par l'Allemagne nazie et ses alliés: l'URSS (qui annexe la Bessarabie, Bucovine du nord et le Territoire de Hertza en juin 1940, aussitôt après l'effondrement de la France, garante des frontières roumaines), la Hongrie et la Bulgarie (qui annexent respectivement la Transylvanie du nord et la Dobroudja du sud en août 1940). Lorsque l'Allemagne nazie attaque l'URSS, Antonescu fait le choix de l'alliance avec Hitler pour récupérer la Bessarabie, mais cela fait, il envoie l'armée en Union soviétique jusqu'à Stalingrad. Il est arrêté le 23 août 1944 sur ordre du roi Michel Ier et du Conseil National de la Résistance, lorsque la Roumanie, déjà partiellement occupée par l'Armée rouge depuis mars 1944, passa du côté des Alliés. Le 17 mai 1946, il est jugé par le Tribunal du Peuple de Bucarest et reconnu responsable de crimes de guerre et de la mort de plus de 800 000 Roumains dont 300 000 juifs. Il fut exécuté dans la prison de Jilava (1946).
ajpn
Wikipedia

17 novembre 1943 -- 995 Juifs de Hollande sont envoyés à Birkenau. 531 sont gazés, y compris 166 enfants.
ajpn

17 novembre 2000 -- Italie: le parlement italien a reconnu le génocide le 17 novembre
Wikipedia


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org