Aujourd'hui : Mercredi, 17 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 21 novembre
Publié le : 21-11-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)




Légende photo : 21 novembre 1918 -- Empire ottoman : lorsque le Patriarcat arménien a été rétabli, après l’armistice de Moudros, un Bureau d’information (Déghégadou Tivan), a été créé pour collecter des éléments en vue d’un procès. La création d’une commission d’enquête administrative, la « commission Mazhar », au sein du Bureau de la Sûreté générale, par décret impérial du 21 novembre 1918, puis le mois suivant des cours martiales chargées de juger les criminels jeunes-turcs, entraîna l’instruction de nombreux dossiers. Dès sa formation, la « commission Mazhar » entreprit de recueillir des éléments et des témoignages en concentrant plus particulièrement ses investigations sur les fonctionnaires de l’État impliqués dans les crimes commis contre les populations arméniennes. Elle avait une capacité d’action assez étendue puisqu’elle pouvait assigner en justice, rechercher et saisir des documents, mais aussi faire arrêter et emprisonner des suspects en utilisant les services de la police judiciaire, voire d’autres services de l’État.

Le bandeau #FreeOsmanKavala, situé au-dessous du visuel, se veut un rappel permanent et quotidien par le Collectif VAN de l'appel à libérer Osman Kavala.



Ça s’est passé un 21 novembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

21 novembre 1914 -- Empire ottoman : les Jeunes-Turcs, malgré leurs principes irréligieux, proclamèrent solennellement la Guerre Sainte (Djihâd) qui impliquait le devoir de tuer tous les infidèles qui refuseraient de se convertir à l'Islam. Cet ordre fut probablement inspiré par l'Allemagne dans l'espoir de fomenter la révolte parmi les peuples mahométans des Indes et de l'Afrique contre la domination chrétienne; mais il eut surtout pour effet d'exciter encore la haine des Turcs contre les chrétiens d'Anatolie.
L'Arménie et le proche orient, chapitre XI, « L'Arménie pendant les temps modernes » Par Fridtjof Nansen
Imprescriptible : LES ARMÉNIENS PENDANT LA GUERRE MONDIALE

21 novembre 1914 -- Empire ottoman : trois semaines après l’entrée en guerre de l’Empire ottoman, les trois missionnaires, les pères Michel de Boisset, Louis Sayegh et Chariot, sont invités à regagner la France et ils confient les affaires de leurs écoles et de leur orphelinat aux religieux et enseignants sujets ottomans. L’intendance est assurée par Süleiman dont le frère dirige le couvent El-Choufa au Liban. Les six sœurs tertiaires, de nationalité ottomane, restent à Séert. L’église de la mission devient une mosquée et l’école un magasin militaire. Les orphelins, comme les sœurs, sont victimes des tracasseries de la police.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Des informations sur les massacres de Séert
parviennent à Mardin


21 novembre 1918 -- France : après l'armistice, le 21 novembre 1918, M. S. Pichon, ministre des Affaires étrangères, écrivait à M. Boghos Nubar, président de la Délégation nationale arménienne :
Comme vous le dites si justement, le triomphe de la France doit sonner l'heure de la libération de tous les opprimés. Vous pouvez être assuré que le Gouvernement de la République, profondément ému des souffrances endurées par le peuple arménien, ne négligera rien pour lui préparer un avenir digne de la civilisation.
L'Heure de l'Arménie par A. KRAFFT-BONNARD
Imprescriptible : Annexe I

21 novembre 1918 -- Empire ottoman : le sultan désirait que la vérité fût faite sur les massacres arméniens avant que la Turquie se présentât à la conférence de la Paix à Paris. Après la disparition officielle du Comité Union et Progrès, un sentiment mélangé de colère, d'inquiétude et de honte s'exprima ouvertement et d'abord dans une presse jusqu'alors muselée par une censure féroce pendant la guerre, à peine relâchée dans les derniers mois. Ainsi, Halide Edib, porte-parole du mouvement féministe turc, responsable de la création d'orphelinats turcs ayant recueilli et converti des enfants arméniens, fit le 21 novembre 1918, dans le quotidien en langue turque Vakit, une déclaration semi-officielle : « Aujourd'hui, nous vivons les jours les plus tristes et les plus noirs de notre existence nationale. L'Amérique et l'Angleterre nous tiennent pour un Etat qui a massacré ses sujets innocents et leurs enfants. »
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible : La commission Mazhar

21 novembre 1918 -- Empire ottoman : lorsque le Patriarcat arménien a été rétabli, après l’armistice de Moudros, un Bureau d’information (Déghégadou Tivan), a été créé pour collecter des éléments en vue d’un procès. La création d’une commission d’enquête administrative, la « commission Mazhar », au sein du Bureau de la Sûreté générale, par décret impérial du 21 novembre 1918, puis le mois suivant des cours martiales chargées de juger les criminels jeunes-turcs, entraîna l’instruction de nombreux dossiers. Dès sa formation, la « commission Mazhar » entreprit de recueillir des éléments et des témoignages en concentrant plus particulièrement ses investigations sur les fonctionnaires de l’État impliqués dans les crimes commis contre les populations arméniennes. Elle avait une capacité d’action assez étendue puisqu’elle pouvait assigner en justice, rechercher et saisir des documents, mais aussi faire arrêter et emprisonner des suspects en utilisant les services de la police judiciaire, voire d’autres services de l’État.
Mass violence : Chronologie de l’extermination des Arméniens de l’Empire ottoman par le régime jeune-turc (1915-1916)

21 novembre 1918 -- Empire ottoman : le sénateur Resid Akif, un homme d'État ottoman honorable, reconnut dans un discours devant le Sénat avoir vu un document interne secret d'Ittihad dans le bureau du président du Conseil d'État : c'était une circulaire, qui ordonnait aux fonctionnaires régionaux du parti de lancer les massacres (mukatelei zalime) en utilisant des criminels (çetes), dès que les déportations auraient commencé.
Il fit la déclaration suivante , il dit : « J'étais membre du premier gouvernement ottoman d'après guerre, et un jour dans mon bureau, j'ai découvert deux sortes de documents. L'un était un ordre officiel du ministre de l'Intérieur Talaat ordonnant la déportation des Arméniens dans lequel - et les Turcs utilisent maintenant ces télégrammes secrets - dans lequel Talaat dit à ses subordonnés « Protégez les convois de déportés arméniens. Donnez-leur des olives et du pain » etc.etc.
Vahakn N. Dadrian, Documents des archives turques
Imprescriptible : Documents des archives turques
Imprescriptible : Le génocide à la lumière des démentis turcs

21 novembre 1918 -- A Lwow (Galicie) des soldats polonais se livrent à un pogrom contre la population juive. 72 juifs sont massacrés, 443 blessés, les synagogues et les habitations du quartier juif incendiées et les rouleaux de la Torah lacérés.
Skynet : 21 novembre, ce jour-là, n’oubliez pas

21 novembre 1922 -- Empire ottoman : la police locale de Mersine réquisitionne, sans aucune formalité, tous les bancs et les tables des écoles appartenant à la communauté arménienne catholique. En même temps, le journal local de Cilicie, Yeni Adana, déclenche, par une série d’articles, une campagne virulente, contre la personne de l’Abbé Khalkovian, en l’accusant de faire de la propagande anti-turque et d’avoir commis des injustices à l’encontre des Turcs, lors des événements d’Adana, en 1909.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Le sort des minorités de Cilicie et de ses environs sous le régime kémaliste dans les années 1920

21 novembre 1938 -- Turquie : Mustafa Kemal Atatürk est enterré au musée ethnographique d’Ankara. Il meurt d’une cirrhose le 10 novembre 1938 à 9h05, dans le palais de Dolmabahçe à İstanbul. Ses derniers mots sont Au revoir avant de plonger dans un profond coma.
Wikipédia : Mustafa Kemal Atatürk

21 novembre 1839 -- Turquie : publication du «Tanzimat», qui a accordé des droits politiques et religieux aux chrétiens de la Turquie.
American University of Armenia : This day in Armenian history

21 novembre 1940 -- France : décret prononçant la dissolution de toutes les organisations juives, à l'exception des Consistoires israélites, et attribution de leurs biens et de leurs revenus à l'Union générale des Israélites de France (UGIF).
Wikipédia : Lois contre les Juifs et les étrangers pendant le régime de Vichy

21 novembre 1942 -- 4 000 juifs du ghetto de Suchedniov et 1 500 juifs du ghetto de Szczekociny (Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Treblinka, où ils sont assassinés quelques heures après leur arrivée.
Skynet : 21 novembre, ce jour-là, n’oubliez pas

21 novembre 1943 -- 325 juifs de Borgo San Dalmazzo (Italie) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Skynet : 21 novembre, ce jour-là, n’oubliez pas

21 novembre 1988 -- Début du génocide arménien de Gandza (Kirovabad, Azerbaïdjan).
American University of Armenia : This day in Armenian history

21 novembre 2006 -- Turquie : le Catholicos arménien Garéguine II, en visite officielle à Istanbul, est la cible d’attaques d’extrêmistes Loups gris qui portent des pancartes contestant le génocide des Arméniens et n’hésitent pas à attaquer la voiture dans laquelle se trouve le Représentant de l’Eglise Apostolique arménienne (qui siège à Etchmiadzine, banlieue d’Erevan, Arménie).
Collectif VAN : Les nationalistes turcs contre le patriarche d’Arménie


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org