Aujourd'hui : Jeudi, 19 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 30 novembre
Publié le : 30-11-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:



Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: 30 novembre 2004 -- Slovaquie : le parlement Slovaque, Reconnait le Génocide arménien de 1915 durant lequel des centaines de milliers d'Arméniens vivant dans l'Empire ottoman ont été tués et considère cet acte comme un crime contre l'humanité. (Résolution du parlement slovaque n° 1341 adopté à l'unanimité le 30 novembre 2004)


Le bandeau #FreeOsmanKavala
, situé sous chaque visuel de notre site, est un appel du Collectif VAN à libérer Osman Kavala, injustement incarcéré en Turquie depuis le 1er novembre 2017.


Ça s’est passé un 30 novembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

30 novembre 1895 -- Empire ottoman : Mme Carlier, jeune femme tout occupée de son mari et de son bébé, elle a tenu un journal dont l'intérêt vient de la spontanéité d'une plume vive qui ne s'embarrasse pas de fioritures. Elle trouve les Arméniens « peu sympathiques » et sales, et leurs chefs religieux « lâches », mais elle raconte ce qu'elle a vécu pendant et après le massacre : « Enfin des journaux français nous arrivent, racontant les massacres. Voici ce qu'ils disent de Sivas : « Les révoltés arméniens ont attaqué traîtreusement les Hamidiés. Ils ont été défaits. » C'est tout! »
Imprescriptible.fr : 1895 ou la répétition générale

30 novembre 1904 -- Les témoignages : naissance de Robert T. Odeman, Hambourg, Allemagne : Martin Hoyer prit comme nom de scène Robert T. Odeman lorsqu’il commença sa carrière d’acteur et de musicien professionnel. Pianiste classique, Robert donnait des concerts à travers l’Europe mais une blessure à la main mit tragiquement fin à sa carrière de concertiste. 1933-39 : En 1935, Robert ouvrit un cabaret à Hambourg. Un an plus tard, les Nazis fermèrent l’établissement, en invoquant son caractère subversif. Robert partit alors pour Berlin où il entretint d’étroites relations avec un ami qui, sous la pression, dût dénoncer Robert à la Gestapo. En novembre 1937, Robert fut arrêté en vertu du paragraphe 175 du code pénal révisé par les Nazis, qui prohibait l’homosexualité. Il fut condamné à vingt-sept mois de prison. 1940-44 : Robert fut libéré de prison en 1940 mais resta sous contrôle policier. Ils surveillaient la correspondance qu’il échangeait avec un ami à parenté juive à Munich et avec ses amis à l’étranger. En 1942, Robert fut à nouveau arrêté en vertu du paragraphe 175 et déporté dans le camp de concentration de Sachsenhausen. On l’affecta à un emploi de bureau. Lors d’une marche forcée du camp vers la Baltique en avril 1945, Robert, âgé de quarante ans, s’évada avec deux autres victimes du « 175. »" Après la guerre, Robert retourna à Berlin où il travailla comme auteur-compositeur. Il mourut en 1985.
WordPress.com
United States Holocaust Memorial Museum

30 novembre 1914 -- Empire ottoman : « d’après les statistiques américaines, il y avait eu en Asie Mineure, en 1914, 1.600.000 Grecs ottomans ; au cours des années 1914-1918, leur nombre a diminué, par suite des déportations, d’environ 300.000 à 400.000. Entre le printemps 1919 et l’été 1922, environ 200.000 sujets grecs ottomans sont morts, croit-on, par suite de déportations ou de souffrances d’autres sortes. Il résulte enfin d’autres statistiques d’une grande autorité, que lord Curzon a reçues de personnes qui ont été sur place, que 500.000 Grecs ottomans, au moins, ont quitté l’Ionie pour la Grèce en septembre et octobre 1922. Ainsi, sur 1.600.000 Grecs ottomans qui habitaient l’Asie Mineure en 1914, 1.000.000 à 1.100.000 ont été tués ou déportés, ont fui ou sont morts. Il en reste 500.000 environ en Asie Mineure ; c’est de ceux-ci qu’il faut s’occuper ». « La majorité est probablement constituée d’hommes entre 16 et 50 ans, qui travaillent sur les routes et dans les régions dévastées. Le gouvernement turc a invité, d’autre part, tous les Chrétiens d’Asie Mineure, à l’exception des hommes dont il vient d’être parlé, à quitter le pays avant le 30 novembre (dans quelques cas avant le 15 décembre), et à vendre, avant de partir, leurs biens aux Musulmans. Quant à la population grecque de Constantinople, elle était, en 1914, estimée à environ 300.000 personnes…
Imprescriptible.fr : La question des minorités et le problème arménien

30 novembre 1914 -- Empire ottoman : après avoir terminé sa préparation de l'Organisation spéciale à Artvin, Behaeddine Chakir a été chargé de passer à Trébizonde.
ANI:Chronology of the Armenian Genocide -- 1914

30 novembre 1914 -- Empire ottoman : le commandement central de l'Organisation spéciale envoie des instructions pour fournir les bandes Chete avec de l'argent, des véhicules et d'autres équipements.
ANI:Chronology of the Armenian Genocide -- 1914

Fin novembre et début décembre 1914 -- Empire ottoman : massacre de 1 276 civils arméniens et enlèvement de 250 jeunes femmes et fillettes dans les villages de Pertus et Yoruk ; situés dans les environs d’Ardanouch et d’Olti, par des escadrons de l’O.S. Au total 7 000 Arméniens sont exécutés par ces escadrons dans les zones frontières, à la veille de l’offensive ottomane.
** (Lepsius, 1919 :90; Dadrian, 1993 :13-14).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

30 novembre 1915 -- Empire ottoman : lettre du consul Leslie A. Davis à S. E. Monsieur Henry Morgenthau Ambassadeur des Etats-Unis, Constantinople ; « Dans ma brève dépêche n° 170 d'hier, je mentionnais la pression exercée sur presque toutes les femmes arméniennes, y compris sur les épouses d'Ottomans naturalisés américains, afin qu'elles se fassent musulmanes. Conformément à l'instruction de l'ambassade datée du 30 novembre, je m'efforce de les dissuader d'avoir recours à ce moyen. Un très grand nombre de femmes sont venues me trouver au cours des dernières semaines pour me parler de cet aspect des choses. Elles disent que, si elles refusent, la déportation les menace, ce qui signifie une mort presque certaine. Il n'est en aucune façon improbable que ce soit dans de nombreux cas effectivement le résultat d'un refus. Bien entendu, je ferai tout ce qui est possible pour sauver et d'un sort et de l'autre toutes les femmes qui ont à un quelconque titre droit à la protection américaine. »
Imprescriptible.fr : Dépêches consulaires de 1915

30 novembre 1918 -- Empire ottoman : parallèlement à cette action de la République arménienne en vue de la constitution d'une Arménie intégrale, une action arménienne se développait en Europe, et surtout à Paris, auprès des Puissances alliées. Cette action était conduite par un homme remarquable, Boghos Nubar Pacha, Président de la Délégation nationale arménienne. Envoyée en Europe, en 1912, par le Catholicos d'Etchmiadzine, chef suprême de l'Eglise arménienne, pour plaider la cause des Arméniens turcs et obtenir l'appui des Puissances pour l'introduction des réformes, cette Délégation avait représenté la cause arménienne auprès des Alliés pendant toute la durée de la Grande Guerre. Le 30 novembre 1918 déjà, Boghos Nubar Pacha avait adressé à tous les gouvernements alliés et associés une lettre où il déclarait «l'indépendance de l'Arménie intégrale sous l'égide des Puissances alliées et des Etats-Unis, ou de la Société des Nations dès qu'elle sera formée»
Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : La proclamation de l'Etat arménien intégral

30 novembre 1918 -- Empire ottoman : la prise de possession de la Cilicie fut entravée par les premières menées turques qui contribuèrent à fragiliser l’occupation alliée tout en imputant la responsabilité aux militaires arméniens. Les Turcs redoutaient les Arméniens altérés de vengeance. Ils s’attendaient à des représailles d’autant plus impitoyables qu’ils voyaient débarquer, non pas des soldats français, mais des légionnaires arméniens, qualifiés de « bandes arméniennes ». Les premières plaintes débutèrent dès le 30 novembre 1918 à Alexandrette. Le kaïmakam se plaignit des « actes de terrorisme » commis à l’encontre de la population musulmane par la Légion d’Orient sous prétexte de libérer des femmes opprimées. En effet, des Arméniennes, restées au service de Turcs, avaient été délivrées de gré ou de force. D’autre part, sur les 1 950 Arméniens que comptait la ville en 1914, presque tous avaient été déportés, et leurs biens se trouvaient en possession des musulmans (Turcs, Arabes ou Syriens). De retour comme soldats ou comme habitants, les Arméniens étaient enclins à les expulser.
Imprescriptible.fr : La Légion d’Orient et le mandat français en Cilicie (1916-1921)

30 novembre 1921 -- Empire ottoman : [lettre de Vahan Portoukalian à Kourken Tahmazian] Le train de Bozanti est arrivé hier pour la première fois. Le nouveau régime s’annonce sous de fâcheux auspices. Deux Français ont été assaillis ce matin dans la rue, à cause de leur chapeau. C’est une coiffure qui choque le nationalisme turc. Un soldat français, hier soir, dans l’obscurité, a reçu un coup de bâton sur la tête. Un sergent de gendarmerie arménien est en prison, accusé d’avoir pillé une maison turque l’an dernier. C’est ainsi qu’on entend l’amnistie qui est une des conditions de l’accord d’Angora et que Franklin-Bouillon a fait publier de nouveau. Une fille de douze ans, de madame Oughourlian, avait été prise par un Turc lors de l’évacuation de Sis, l’an dernier. Le détenteur est connu ; il a même plusieurs fois donné à la mère des nouvelles de l’enfant. Le colonel Sarrou s’est fait fort de la faire rendre. Hamid bey lui-même a pris l’affaire en main : l’enfant est introuvable. Cela promet pour le jour où les commissions d’exécution de l’accord auront tourné les talons. Même avant l’installation du gouvernement kémaliste, les Turcs veulent délivrer eux-mêmes les passeports ; ils ont ouvert un bureau en concurrence du bureau français qui continuera à fonctionner.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : L’évacuation française de la Cilicie en 1921 vue par l’officier Vahan Portoukalian

30 novembre 1938 -- Les avocats juifs qui en avaient encore le droit ne peuvent plus exercer. Ils peuvent continuer leurs activités en tant que conseil juridique mais seulement pour des clients juifs. Les familles juives, de plus en plus précarisées perdent tout droit aux secours de l'assistance publique. Enfin à la fin de l'année 1938, une directive prévoit d'affecter en priorité les Juifs désœuvrés à des travaux de chantiers ou de défrichement. La nouvelle loi sur le mariage comporte un seul article sur les couples mixtes. le conjoint non-juif peut demander le divorce en s'appuyant sur les lois de Nuremberg Les divorces sont peu nombreux. Il reste dans la zone du Reich protectorat 30 000 couples mixtes à la fin de l'année 1939.
Wikipedia

30 novembre 1941 -- 10 600 juifs quittent le ghetto de Riga (R.S.S. de Lettonie) pour être transportés vers une forêt voisine, où ils sont fusillés par l'Einsatzgruppe A (commando spécial d'exécution) des SS.
Dans l'hôpital du ghetto, situé rue Ludzac, les SS tuent une trentaine d'enfants en les précipitant par les fenêtres du deuxième étage. En outre, 15 juifs sont fusillés dans le cimetière juif de Riga.
Le dimanche 14 000 habitants Juifs de la ville de Riga furent massacrés dans les fosses de la forêt de Rumbuli à l’extérieur de Riga, ensemble avec 1 000 juifs allemands de Berlin.
Israelvivra.com
WordPress.com

30 novembre 1942 -- 826 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Les SS, aidés par la police ukrainienne, massacrent 7 000 juifs du ghetto de Proskurov (R.S.S. d'Ukraine).
Les SS fusillent 30 juifs à Goraj (Pologne).
Israelvivra.com

30 novembre 1943 -- Un transport quitte Vienne (Autriche) avec 46 juifs déportés au camp de concentration de Theresienstadt.
Israelvivra.com

30 novembre 2004 -- Slovaquie : le parlement Slovaque, Reconnait le Génocide arménien de 1915 durant lequel des centaines de milliers d'Arméniens vivant dans l'Empire ottoman ont été tués et considère cet acte comme un crime contre l'humanité. (Résolution du parlement slovaque n° 1341 adopté à l'unanimité le 30 novembre 2004)
Il y a quelques jours le vice-Premier ministre, président de la Cour suprême de Slovaquie Stefan Harabin, a annoncé à Achot Grigorian, chef de la communauté arménienne de Slovaquie, président du Forum des syndicats arméniens d’Europe, que le projet de loi criminalisant la négation du génocide des Arméniens, qui a été soumis au Conseil national il y a quelques temps, a été confirmé et prend pouvoir de loi. Il y a deux ans, alors vice-Premier ministre et ministre de la Justice, Stefan Harabin avait déclaré qu’il préparait une modification de la loi punissant ceux qui nient l’Holocauste juif, en l’étendant au génocide arménien. Selon lui, tout citoyen de Slovaquie qui nierait le génocide des Arméniens dans quelque pays que ce soit, sera puni jusqu’à 5 ans d’emprisonnement.
Ugictcgtairfrance.com
Citations : institutions étatiques et supra-étatiques
NAM

30 novembre 2004 -- Parlement européen : la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen a amendé et adopté, 30 novembre 2004, le rapport parlementaire sur la candidature de la Turquie à l’Union européenne. Le Comité de Défense de la Cause Arménienne (CDCA) est scandalisé du recul que constitue ce projet de rapport. En effet, malgré les efforts des eurodéputés français de gauche comme de droite, visant à introduire la nécessaire reconnaissance du génocide arménien comme une condition préalable à l'ouverture des négociations d'adhésion, la Commission des Affaires étrangères se limite à demander une réconciliation entre les autorités turques et arméniennes, en dépassant «l'expérience tragique du passé».
CDCA

30 novembre 2014 -- Bolivie: les deux chambres du Parlement bolivien reconnaissent le Génocide des Arméniens.
Wikipedia


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org