Aujourd'hui : Mercredi, 18 juillet 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : l’assassinat de Dink aurait pu être évité
Publié le : 13-01-2012

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Au moins cinq personnes, dont on sait qu’elles se trouvaient à proximité du lieu de l’assassinat du journaliste Hrant Dink en 2007, ont des liens avec les suspects dans l’enquête en cours, ont affirmé les avocats de l’accusation. Nombre de preuves indiquent que le meurtre aurait pu être évité. En effet, des preuves démontrent que la police avait été avertie d’un complot d'assassinat ce jour-là, quelques mois avant l'attaque réelle. Le chef de la police d'Istanbul a également reconnu qu'il y avait eu une dénonciation d'une possible agression de Dink, mais il a dit que son niveau prioritaire était trop bas pour que son département la prenne au sérieux. » Le Collectif VAN vous livre la traduction de cet article en anglais paru sur le site du journal turc Today’s Zaman, le 10 janvier 2012.

Légende photo : Les amis du journaliste assassiné Hrant Dink, devant le tribunal de Beşiktaş à İstanbul. (Photo: Cihan)

Today’s Zaman

Les avocats : cinq personnes présentes sur la scène du crime de Hrant Dink sont liées aux suspects

10 janvier 2012 / TODAY’S ZAMAN, İSTANBUL

Au moins cinq personnes, dont on sait qu’elles se trouvaient à proximité du lieu de l’assassinat du journaliste Hrant Dink en 2007, ont des liens avec les suspects dans l’enquête en cours, ont affirmé les avocats de l’accusation.

Lors de la 24ème audience du procès, qui a eu lieu lundi à la 14ème Haute Cour criminelle d'Istanbul, Fethiye Çetin, l'avocate de la famille Dink, a déclaré que la Direction turque des Télécommunications (TIB) avait fourni à la cour des données incorrectes sur les appels téléphoniques effectués le jour du meurtre, le 19 janvier 2007. TIB avait dit à la cour que 6°235 conversations téléphoniques avaient eu lieu dans le voisinage au moment du meurtre et que 9°300 personnes avaient des téléphones portables dans la zone. Elle a aussi dit que leurs enregistrements n'avaient montré aucun lien entre les téléphones portables.

"La déclaration de TIB n'est pas vraie", a dit Çetin, ajoutant qu’au moins cinq numéros de téléphones portables appartenant aux personnes qui étaient sur place le jour du crime, étaient directement connectés à Mustafa Öztürk et Sahil Hacisalihoglu, deux suspects dans l'enquête. "Nous savons que les numéros que nous avons détectés étaient certainement là le jour du meurtre. Les appels ont été passés à partir de ces téléphones", a-t-elle dit.

Elle a poursuivi en affirmant qu'un des numéros assignés à un téléphone portable présent dans la zone au moment du meurtre, avait passé 19 appels au suspect Mustafa Öztürk entre les dates du 22 octobre 2005 - environ deux ans avant le meurtre - et le 27 janvier 2007.

Çetin a dit qu'elle ne comprenait pas comment la TIB et la police, qui, dit-elle, ont accès à une technologie de pointe très avancée, n’ont pas détecté ces liens qu'elle-même et ses collègues ont pu découvrir sans formation technique. "Il est impossible de comprendre comment ceci a été présenté au ministère public comme étant des informations exactes."

Elle a accusé le Département de la police d'Istanbul d'induire en erreur les institutions juridiques en cachant des preuves et en essayant "d'empêcher la vérité d’éclater."

Ce n'est pas la première fois que les avocats de la famille de Dink découvrent des informations qui semblent avoir été cachées à l'accusation et la cour. Dès le premier jour du procès, ils ont exprimé leur frustration car l'enquête sur le meurtre semble être coincée sur la case départ. Ils ont aussi exprimé leurs préoccupations sur le fait qu’il est possible que des tentatives de protéger les suspects aient eu lieu. Une longue liste d'irrégularités douteuses dans l'enquête sur l’assassinat de Dink, y compris des enregistrements supprimés et des dossiers cachés, ce qui suggère une tentative de dissimulation de la part de la police, a marqué le processus juridique. Nombre de preuves indiquent que le meurtre aurait pu être évité. En effet, des preuves démontrent que la police avait été avertie d’un complot d'assassinat ce jour-là, quelques mois avant l'attaque réelle. Le chef de la police d'Istanbul a également reconnu qu'il y avait eu une dénonciation d'une possible agression de Dink, mais il a dit que son niveau prioritaire était trop bas pour que son département la prenne au sérieux.

Encore plus déprimant, des liens entre la police et les suspects ont été révélés. Par exemple, Erhan Tuncel, un suspect clé dans le meurtre, a été un informateur de la police. Bien que Tuncel soit soupçonné d'avoir motivé le meurtrier de Dink, on dit aussi qu'il est celui qui a averti la police d'Istanbul. Des preuves importantes, y compris le dossier de Tuncel, ont été cachées à la cour. De fait, le dossier de Tuncel avec la police a été détruit, puisqu'il constitue un "secret d'état" selon les officiels.

L'enquête a révélé davantage de preuves reliant les cerveaux du meurtre à la police d’Istanbul et de Trabzon, la ville natale de la plupart des suspects, et l'endroit où l'assassinat a été planifié, et à Ankara, où la police était en possession d’information sur le meurtre.

L'intention de cacher des preuves cruciales ne s’est pas limitée à la dissimulation ou à la destruction de fichiers sur les suspects, déclarent les avocats de la famille de Dink. Les séquences filmées des caméras de surveillance des magasins et des banques situées près de la scène du crime ont été mystérieusement perdues. Ces enregistrements auraient été inestimables dans l'identification des personnes associées au meurtrier le jour de l'assassinat.

©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 13 janvier 2012 – 07 :11 – www.collectifvan.org




Retour à la rubrique


Source/Lien : Today's Zaman



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org