Aujourd'hui : Mardi, 19 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Le ministre turc : venez m’arrêter !
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Le ministre turc aux Affaires européennes, Egemen Bağış, a dit aux journalistes à Zurich dimanche quÂ’une loi adoptée récemment par le Sénat français, qui criminalise le fait de nier que les massacres de masse des Arméniens en 1915 en Anatolie, constituent un génocide, est nulle et non avenue pour la Turquie, ajoutant : « Nous pensons quÂ’en France il y a plus de gens raisonnables que fous. Nous sommes aujourdÂ’hui en Suisse et je dis que les incidents de 1915 n’étaient pas un génocide. QuÂ’ils viennent et quÂ’ils mÂ’arrêtent, a déclaré Bağış. » Ce dernier éclat du ministre aux Affaires européennes, qui plus est, en dit long sur lÂ’arrogance et le négationnisme de la Turquie qui bafoue régulièrement les droits de lÂ’homme et vient de passer au 138e rang (sur 178) en ce qui concerne la liberté de la presse. Le Collectif VAN vous livre la traduction de cet article en anglais paru sur le site du quotidien turc TodayÂ’s Zaman le 29 janvier 2012.


Légende photo: Le ministre turc pour lÂ’Union européenne Egemen Bağış. (Photo: Today's Zaman)

Today's Zaman

Le ministre turc : je nie le génocide arménien, venez m’arrêter

29 janvier 2012 / TODAYSZAMAN.COM

Le ministre turc pour lÂ’Union européenne Egemen Bağış a défié la loi française controversée sur la négation du génocide, alors quÂ’il était en Suisse, disant que de tels efforts nÂ’avaient aucune chance de survie.

Le ministre turc aux Affaires européennes, Egemen Bağış, a dit aux journalistes à Zurich dimanche quÂ’une loi adoptée récemment par le Sénat français, qui criminalise le fait de nier que les massacres de masse des Arméniens en 1915 en Anatolie, constituent un génocide, est nulle et non avenue pour la Turquie, ajoutant : « Nous pensons quÂ’en France il y a plus de gens raisonnables que fous. »

Le Parlement français a approuvé la loi lundi dernier, compliquant une relation déjà délicate avec la Turquie. Le président français Nicolas Sarkozy, qui a personnellement soutenu la loi, prévoit de la promulguer dans les 15 jours requis après l’adoption de la loi lundi dernier.

La Turquie, qui voit les allégations de génocide comme une menace à son honneur national, a déjà suspendu ses relations militaires, économiques et politiques avec Paris et elle a brièvement rappelé son ambassadeur le mois dernier, lorsque la chambre basse du Parlement français a adopté cette même loi.

En France, la loi fait partie d’une tradition de législations dans certains pays d’Europe, née dans l’agonie de l’holocauste, qui criminalisent la négation du génocide. Nier l’holocauste est déjà un crime passible de sanctions en France.

Les Arméniens affirment que les massacres de 1,5 million d’Arméniens en 1915, au moment où l’Empire ottoman s’effondrait, étaient le premier génocide du 20e siècle, et plusieurs pays européens ont reconnu les massacres en tant que tel. La Suisse a déjà condamné des gens pour racisme pour avoir nié le génocide.

Mais la Turquie affirme qu’il n’y avait pas de campagne systématique de massacres des Arméniens et que de nombreux Turcs sont morts également pendant cette période chaotique de désintégration de l’Empire ottoman. Elle soutient aussi que le chiffre des morts est gonflé.
« Nous sommes aujourdÂ’hui en Suisse et je dis que les incidents de 1915 n’étaient pas un génocide. QuÂ’ils viennent et quÂ’ils mÂ’arrêtent », a déclaré Bağış.

Le code pénal suisse contient un article qui punit les actes de racisme, y compris la négation publique des génocides, créé pour contrer les attaques de l’extrême-droite visant les demandeurs d’asile dans le pays il y a vingt ans. Les autorités suisses disent que la mesure n’est pas semblable à la loi française sur la négation du génocide, en bien des aspects, et qu’il est important de lutter contre la xénophobie dans le pays.

Bağış a dit que de tels efforts nÂ’avaient aucune chance de survie et que ces lois ne sont rien dÂ’autre que des bouts de papier.


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 30 janvier 2012 – 07:10 - www.collectifvan.org





Retour à la rubrique


Source/Lien : Today's Zaman



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org