Aujourd'hui : Mercredi, 25 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 13 février
Publié le : 13-02-2018

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée).

Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)

Légende photo : 13 février 1915 -- Empire ottoman : une note est remise par deux députés arméniens de l'assemblée ottomane faisant état de massacres et d'exécutions de plusieurs de ces bataillons.
« Il est indéniable que les relations entre le gouvernement et la nation arménienne sont devenues anormales au cours des derniers mois. Le gouvernement n'y a fait aucune attention et les efforts déployés, après les tristes événements de Gavache et de Gardjikan, en vue de les «améliorer», ont échoué… » Les causes de cette situation anormale sont au nombre de quatre, découlant l'une de l'autre, et s'expliquent l'une par l'autre.

Photo: Déportation des Arméniens, 1915

Le bandeau #FreeOsmanKavala
, situé sous chaque visuel de notre site, est un appel du Collectif VAN à libérer Osman Kavala, injustement incarcéré en Turquie depuis le 1er novembre 2017.


Ça s’est passé un 13 février (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


13 février 1892 -- Empire ottoman : bien que laborieux, le processus de formation des Hamidié se poursuit énergiquement. Le 6 septembre, l'agent consulaire Laviny nous apprend que les huit premiers bataillons, de quatre cent-cinquante hommes chacun, ont été formés à Bayazid, tandis que quelques mois plus tard, le 13 février 1892, le consul Francisci affirme, malgré un ton toujours aussi dubitatif, que la formation de la cavalerie est effectivement avancée, avec des bataillons formés d'environ six cents hommes chacun. Ces informations sont confirmées dans une dépêche en provenance d'Erzeroum, datée du 18 mars 1892, annonçant que la formation de quarante Hamidié de six cents hommes est prévue pour la fin du mois. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La formation des régiments de cavalerie kurde hamidié

13 février 1909 -- Empire ottoman /fin de fonction de Kibrisli Mehmed Kamil Pasha : dès le 7 octobre, une foule conduite par un khodja, Ali l'Aveugle, se rend au Palais pour demander au souverain de rétablir la cheria, la loi islamique. Le mouvement religieux se renforce aussi après la démission du gouvernement libéral de Kamil pacha, le 13 février 1909. Hostile à la nomination des nouveaux ministres de la Défense et de la Marine, le CUP fait voter une motion de censure contre le grand-vizir. L'Ittihad ne peut, en effet, tolérer que le contrôle de l'armée lui échappe et fait nommer un nouveau grand-vizir, Hilmi pacha, ancien inspecteur-général de Roumélie qui est beaucoup plus proche du CUP. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : Les relations entre le Comité Union et Progrès et la Fédération Révolutionnaire Arménienne à la veille de la Première Guerre mondiale d'après les sources arméniennes
Wikipedia

13 février 1910 -- Inauguration du vélodrome Vel d'Hiv : c'est le 13 février 1910 que le vélodrome « Vel d'Hiv » est inauguré. Cet édifice spectaculaire peut accueillir 1 700 spectateurs et sa piste en bois longue de deux cent cinquante mètres contourne une pelouse centrale. Durant près de cinquante ans ce temple du sport va offrir de grands spectacles comme « Les six jours », un évènement incontournable, ou des combats de boxe entre les plus grands champions. En 1942 pendant quelques jours, 12 880 juifs y sont retenus prisonniers avant leur déportation pour Auschwitz. Le vélodrome sera détruit en 1959.
L'Internaute.com

13 février 1915 -- Empire ottoman : une note est remise par deux députés arméniens de l'assemblée ottomane faisant état de massacres et d'exécutions de plusieurs de ces bataillons. « Il est indéniable que les relations entre le gouvernement et la nation arménienne sont devenues anormales au cours des derniers mois. Le gouvernement n'y a fait aucune attention et les efforts déployés, après les tristes événements de Gavache et de Gardjikan, en vue de les «améliorer», ont échoué… Les causes de cette situation anormale sont au nombre de quatre, découlant l'une de l'autre, et s'expliquent l'une par l'autre. 1° Le désarmement des soldats et des gendarmes arméniens, en créant une méfiance politique autour de la nation arménienne, provoqua une tension entre les relations des Arméniens et des Turcs. 2° En désarmant les Arméniens on les a réduits pour ainsi dire au rôle de bêtes de somme, et on a blessé, ainsi, gravement leur amour-propre national. 3° Les Arméniens désarmés ayant été mis sous la surveillance de musulmans armés, ou bien étant obligés de circuler parmi eux, voyaient leur vie exposée à de sérieux dangers. Ainsi, le bruit court avec persistance que des centaines de soldats arméniens ont été noyés, fusillés ou poignardés dans l'armée, surtout aux environs d'Erzeroum et de la frontière persane. 4° Les Arméniens désarmés ont été expulsés de leur pays et déportés dans des localités inconnues… »
Imprescriptible.fr : Chronologie sommaire du génocide arménien
Imprescriptible.fr : Note remise par M. O. Dertzakian-Vramian, député arménien de Van, à S. E. Monsieur le Ministre de l'Intérieur, à Constantinople

13 février 1916 -- Empire ottoman : Rapport communiqué par le réfugié Roupen, de Sassoun, à la communauté arménienne de Moscou. Publié dans la presse russe puis réimprimé dans la Gazette de Lausanne du 13 février 1916. Roupen est un des chefs de la révolution arménienne. Pendant le régime du sultan Hamid, il a commandé des groupes de volontaires et pris une part active aux combats de défense nationale en Arménie. Lorsque fut promulguée la constitution ottomane, il déposa les armes et se rendit à Genève et entra à la faculté des sciences de l'Université pour se spécialiser dans la chimie, mais le devoir envers sa patrie l'ayant rappelé beaucoup plus tôt qu'il ne s'y attendait, il abandonna ses études et se rendit en Arménie. Avec l'insurrection, il reprend les armes et devient un des chefs de l'insurrection de Sassoun. « A une récente séance du Reichstag allemand, le directeur de la division politique des affaires étrangères, M. Von Stumm, répondant à la question posée par le député socialiste Liebknecht au sujet des Arméniens, fit cette déclaration :« Le chancelier sait que la Porte, il y a quelque temps, devant les menées de nos adversaires, s'est vue forcée d'évacuer la population arménienne de certaines régions de l'Empire ottoman et de lui fixer de nouveaux lieux de résidence. »« Tout ce qui se passe en Arménie était depuis longtemps projeté par les Jeunes Turcs ; ils n'attendaient qu'un moment propice, et l'horrible guerre actuelle fut la meilleure occasion pour eux. L'insurrection arménienne n'est qu'un prétexte. J'ai des preuves que je publierai toutes en leur temps. »
Imprescriptible.fr : Les vilayets du nord-est. Rapport communiqué par le réfugié Roupen de Sassoun à la communauté arménienne de Moscou

13 février 1920 -- Empire ottoman : le 11 février, 2 000 Arméniens, qui s’aperçurent du départ, se précipitèrent pour rejoindre la colonne. Mais ils furent presque tous massacrés dans des conditions effroyables par des bandes et des habitants turcs de Marach. Seule une poignée de survivants put rejoindre les fugitifs. La retraite s’effectua dans des conditions dramatiques, non du fait de l’ennemi qui ne se manifesta pas, mais à cause d’une violente tempête de neige accompagnée d’un vent glacial, sans nourriture et sans repos. Quiconque s’arrêtait, était voué à une mort certaine. Seulement 1 200 Arméniens arrivèrent à Islahié, le 13 février, en présence du général Dufieux. Déclenché quatre jours plus tôt, ce cataclysme climatique aurait empêché la sortie de Marach et sauvé la vie de plusieurs milliers de personnes, les Arméniens comme les militaires français. Le général Dufieux estima que la responsabilité de cette tragédie incombe partiellement au colonel Normand, qui exerça une pression morale sur le général Quérette « en ajoutant à ses instructions des commentaires qu’elles ne comportaient pas ». © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La Légion d’Orient et le mandat français en Cilicie (1916-1921)

13 février 1941 -- 3 600 juifs de Grodzisk Mazoviecki (Pologne) sont déportés au ghetto de Varsovie.
Israelvivra.com

13 février 1943 -- Départ du 48e convoi de déportation des Juifs de France, du camp de Drancy vers Auschwitz : 1 000 hommes et femmes sont déportés dans des wagons à bestiaux du camp de regroupement de Drancy, créé par les Allemands en zone occupée, au camp d'extermination d'Auschwitz. A l'arrivée du convoi, 589 juifs sont aussitôt envoyés dans les chambres à gaz. Treize déportés seulement, dont une femme, survivront jusqu'à la libération du camp par l'armée soviétique en 1945.
Les nazis décident également de déporter les juifs de nationalité française qui se trouvent au camp de regroupement de Drancy. Cette décision est prise alors que le problème des juifs français n'a pas encore été réglé entre les autorités françaises et allemandes, les premières n'ayant pas donné leur accord à la déportation de juifs français. Néanmoins, 1 000 juifs de nationalité française sont déportés le 13 février au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com
ajpn

13 février 1943 -- Le New York Times révèle que la Roumanie est prête à aider 70 000 Juifs à quitter la Transinistrie, vers une destination choisie par les alliés.
ajpn

13-14 février 1945 -- Dresde est envahie de réfugiés. Raid aérien des alliés, près de 135 000 morts.
ajpn

13 février 1945 -- La déclaration d’Hitler, faite lors d’un entretien du 13 février 1945, Hitler confie : « J’ai lutté contre les Juifs à visage découvert. Je leur ai adressé un dernier avertissement au début de la guerre. Je ne leur ai pas laissé ignorer que s’ils précipitaient de nouveau le monde dans la guerre, cette fois ils ne seraient pas épargnés, que la vermine serait définitivement exterminée en Europe. [...] J’ai percé le furoncle juif comme les autres. L’avenir nous en sera éternellement reconnaissant. »
PHDN

13 février 1946 -- Avant 1994 et l’entrée en vigueur du nouveau code pénal, les seules dispositions de droit interne relatives aux crimes contre l’humanité étaient : — la loi n° 64-1326 du 26 décembre 1964 tendant à constater l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité ; son article unique affirme l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité, en renvoyant pour leur définition à la résolution des Nations unies du 13 février 1946, prenant acte de la définition des crimes contre l’humanité, telle qu’elle figure dans le statut du tribunal international du 8 août 1945.
Assemblée nationale

13 février 1961 -- Le Conseil de sécurité de l'ONU préconise le recours à la force pour éviter une guerre civile dans l'ex-Congo belge.
Nouvel Obs

13 février 1975 -- Les Cypriotes turcs installent un gouvernement séparé dans la partie Nord de l'île occupée par les Turcs.
Wikipedia

13 février 2007 -- Gilles Karmasyn avait conclu sa récente conférence sur le négationnisme, Le négationnisme au Mémorial de la Shoah donnée dans le cadre du Mémorial de la Shoah, par ces mots : « Les Turcs mènent le bal dans la perversité de la présentation du négationnisme ». Le Collectif des Démocrates Arméniens d’Europe en est l'exemple type, car derrière ce site prétendûment arménien, se cachent malheureusement les équipes de propagande du négationnisme turc le plus virulent. Il serait intéressant de savoir ce que proposent les opposants à la loi de pénalisation de la négation du génocide arménien, pour contrer les falsifications récurrentes de l'histoire et l’incitation à la haine anti-arménienne, que déversent les sites internet turcophiles.
La loi Gayssot a permis l'interdiction du site négationniste de la Shoah, l'AAARGH ! A quand une loi pour restreindre - si ce n'est endiguer totalement - ce flot de désinformation et de haine anti-arménienne ?
Ce site négationniste turc, à l'instar de celui de Tête de Turc, n'est pas hébergé en France, ni même en Europe, malgré les apparences et le fait qu'il ait usurpé l'identité d'une famille arméniene de Marseille comme identifiant. Son hébergeur se trouve en Floride aux USA.
Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2007

13 février 2008 -- France: la chambre criminelle de la Cour de cassation confirme la validité de la suspension de peine de Maurice Papon qui a permis, en septembre 2002, la remise en liberté de l'ancien fonctionnaire de Vichy.
Maurice Papon, né le 3 septembre 1910 à Gretz-Armainvilliers et mort le 17 février 2007 à Pontault-Combault, est un haut fonctionnaire français et un homme politique. Il a été condamné en 1998 pour complicité de crimes contre l'humanité pour des actes commis alors qu'il était secrétaire général de la préfecture de Gironde entre 1942 et 1944, sous l'occupation allemande. Cette affaire judiciaire avait commencé en 1981, entre les deux tours des élections présidentielles alors que Maurice Papon était ministre du Budget du gouvernement Barre.
Wikipedia
Maurice Papon : Wikipedia

13 février 2008 -- France : en France, après une proposition controversée du président Nicolas Sarkozy, le 13 février 2008, de confier la mémoire d'un enfant juif déporté à chaque enfant élève de CM2, qui n'a pas été mise en application, le ministère de l'Éducation nationale a ouvert le 5 décembre 2008 un site web dédié à l'enseignement de la Shoah. Il comprend une brochure et plusieurs documents pédagogiques et fait suite aux propositions d'un rapport.
Wikipedia

13 février 2010 -- Turquie : le Prof. Baskın Oran, chroniqueur chez Agos, journal arménien de Turquie dont le rédacteur en chef, Hrant Dink, a été assassiné le 19 janvier 2007, avait porté plainte contre Mustafa Balbay, l’un des inculpés du procès Ergenekon, car ce dernier l’avait insulté lors d’une émission télévisée en disant que Baskin Oran « était acheté » [par les Arméniens]. Mustafa Balbay avait été condamné à payer un dédommagement moral par le 16ème Tribunal d’Instance d’Ankara. La 4ème Chambre de la Cour de Cassation vient d’annuler à l’unanimité cette condamnation. La Cour de Cassation a justifié cette décision par le fait que le Prof. Oran écrivait dans Agos… En Turquie, il est donc légitime de calomnier Agos, ou l’un des rédacteurs d’Agos : Baskin Oran est déterminé à porter l’affaire à Strasbourg.
Collectifvan.org


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org



Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org