Aujourd'hui : Jeudi, 20 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : négationnisme et corruption interétatique
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose de redécouvrir ici deux documentaires. L’un est le reportage de 7 minutes présenté par Karl Zéro dans "Le vrai journal" du 5 février 2006 sur Canal+. Il y est question de la politique négationniste officielle de la Turquie et des liens entre AXA et le fonds de pension de l’Armée turque (qui avait très mal réagi aux compensations accordées par son partenaire français aux ayant-droits des victimes du génocide arménien). L’autre documentaire, intitulé « Sibel Edmonds, Une femme à abattre », a également été diffusé sur Canal+ en 2006. Citoyenne américaine d’origine turco-irano-azérie, Sibel Edmonds avait découvert en 2001 - à l’occasion d’une mission pour le FBI - l’ampleur de la corruption turque au sein de l’administration américaine. Une affaire que l’administration Bush a tenté d’étouffer par tous les moyens. Il serait bon que les médias français explorent de nouveau ce domaine de la corruption interétatique, encore trop peu traité à la TV.


Karl Zéro dans "Le vrai journal" du 5 février 2006 sur Canal+



On y entend la position traditionnelle des "apparatchiks" proches du pouvoir d’Ankara et celle des ultranationalistes turcs, pétris de haine de l’autre, et qui ne digèrent pas la décision d’AXA d’indemniser les descendants des victimes du génocide arménien.

Mehmet Dülger (AKP), Président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement, balaye toute idée de génocide et menace : "Ils réclament, les Arméniens… Pourtant, ils sont 4 millions, nous sommes 70. Si on éternuait sur les Arméniens, ça serait suffisant". Suffisant pour quoi ? Pour un nouveau génocide aussi exemplaire que le premier ? Ou pour un génocide qui lave encore plus blanc ?

Une option envisageable si l’on en croit le général Armagan Koluglu : "Eliminer leur race, cela voudrait dire qu'il ne resterait plus aucun Arménien dans le monde. C'est ce qu'on appelle un génocide, non ? Est-ce qu'il existe une telle preuve ici ?"

Le militaire n’est pas sans savoir que les preuves ne manquent pas et qu’elles ont même convaincu des historiens turcs pourtant soumis au lavage de cerveau étatique. Quant à ce qui est des « restes de l’épée » (nom que les Turcs donnaient aux rescapés arméniens), l'argument est moralement, historiquement et juridiquement irrecevable. Le général Armagan Koluglu, auteur d’un rapport européen intitulé « Contribution of Turkey to the Security and Defence of Europe », ne peut ignorer que, quelles que soient les méthodes employées, les « ratés » d’un anéantissement planifié sont un « problème » inhérent à toute extermination…

Rendons hommage à la seule voix dissonante, celle de l'historien turc Halil Berktay, qui démontre dans ce reportage et en quelques phrases, l’évidence de l’entreprise génocidaire. Une position d’autant plus courageuse si l’on se remémore le contexte de l’époque, moins d’un an avant l’assassinat du journaliste arménien de Turquie, Hrant Dink. Soulignons au passage que le professeur Berktay, qui était, en 2006, tout comme Dink, opposé à la loi française pénalisant le négationnisme, a depuis changé d’avis : le chercheur apporte désormais un soutien explicite à cet arsenal juridique.

********************************************

« Sibel Edmonds, Une femme à abattre »

Mathieu Verboud et Jean-Pierre Viallet – Canal+
Sibel Edmonds, citoyenne américaine d’origine turco-irano-azérie, avait découvert en 2001 - à l’occasion d’une mission pour le FBI - l’ampleur de la corruption turque à l’égard de l’administration américaine. Elle a pu – au terme d’une longue procédure - révéler ces faits à Washington. Des journalistes d’investigation français lui avaient consacré en 2006 un documentaire édifiant, diffusé sur Canal+. Qui sait si cet exemple ne fera pas des émules en France ?



Sibel Edmonds, Américaine d’origine irano-azérie et ayant vécu en Turquie, est embauchée au FBI comme traductrice, après les attentats du 11 septembre 2001. Cette unité de traduction est l’une des plus secrètes du bureau d’investigation. Sibel y est chargée de traduire des écoutes téléphoniques en turc. Deux mois après son embauche, elle et son mari, reçoivent le coup de fil d’une collègue turque de Sibel, qui veut venir la voir avec son mari.

Les Edmonds reçoivent donc le couple dont le mari a travaillé dans l’US Air Force en Turquie et en Asie centrale. Très vite ce dernier commence à leur demander si Sibel fréquente la communauté turque, les organisations turques aux Etats-Unis.

Puis, il se dévoile : « Sibel, il vous suffit de dire qui vous êtes, où vous travaillez et vous pourrez devenir membre de cette organisation [turque des USA]. Et vous n’aurez plus jamais besoin de travailler. » Sibel Edmonds comprend qu’elle a été approchée par des agents infiltrés au sein de son unité. Elle signale l’incident à ses responsables. Mais ils lui disent de se taire. Ensuite, le cauchemar commence…

Vidéo à visionner et télécharger ICI.

Si vous êtes pressés, écoutez au moins les 11 premières minutes, ensuite de 39:30 à 43:20.
Puis de 49:50 à 1:00 :00.







Retour à la rubrique


   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org