Aujourd'hui : Jeudi, 19 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 20 février
Publié le : 20-02-2018

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant ici

Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo : 20 février 1915 -- Empire ottoman/Malatia : à partir du 20 février 1915, furent appelés les hommes de 35 à 45 ans et ils furent enrôlés comme soldats ouvriers (amele tabouri) destinés à la réfection des routes ou des bâtiments, soumis à des traitements sévères, mal nourris, certains devant mourir du typhus.. L’arrivée des réfugiés kurdes sera l’occasion d’assujettir les soldats arméniens à une surveillance accrue. Beaucoup désertaient en raison des humiliations subies, malgré les risques qu’ils encouraient pour eux-mêmes et pour ceux qui les protégeaient.

Le bandeau #FreeOsmanKavala
, situé sous chaque visuel de notre site, est un appel du Collectif VAN à libérer Osman Kavala, injustement incarcéré en Turquie depuis le 1er novembre 2017.


Ça s’est passé un 20 février (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

20 février 1349 -- Le duc Albrecht d'Autriche protégea énergiquement ses sujets juifs lors des terribles persécutions, dues aux superstitions de l'époque, qui accompagnent l'épidémie de peste noire. Mais confronté de tous côtés à des ultimatums et à la menace de voir ses juifs brûlés, il décide de préserver sa souveraineté en devenant bourreau lui-même. Ainsi, le 20 février, les juifs sont brûlés sur le bûcher à Schaffhouse et à Thurgau (Suisse).
Skynet : 20 février, ce jour-là, n’oubliez pas

20 février 1862 -- Empire ottoman : défense de Van contre les exactions turques et le terrorisme.
American University of Armenia : This day in Armenian history

20 février 1894 -- Empire ottoman : Pera, 20 février 1894.... Les Turcs sont en train de rouvrir la question d'Orient du côté de l'Asie.L'article 61 du traité de Berlin intéressait l'Europe au sort des Chrétiens d'Arménie et le traité de Chypre, en 1878, reconnaissait la nécessité de «l'amélioration du sort des Arméniens»... .L'inaction de la Porte a découragé les bonnes volontés des Arméniens.Vers 1885, les Arméniens dispersés en France, en Angleterre, en Autriche, en Amérique, s'unirent pour une action commune : des comités nationaux se formèrent, des journaux... Partout on signalait à l'Europe la violation par les Turcs du traité de Berlin.La propagande arménienne tenta d'abord de gagner la France à sa cause. La France, il faut le reconnaître, ne s'intéressa point à des gens qui lui parlaient de Noé, du Mont-Ararat et des Croisades.Dès lors, etc...Mes dépêches de l'année dernière vous ont tenu au courant des événements de Césarée et de Marsivan (janvier 1893).A Sivas, notre consul semble craindre une explosion prochaine. Et ainsi, quand les autorités auront achevé d'exaspérer par leurs exactions une population inoffensive, tout d'un coup pourront se produire des événements qui amèneront probablement l'intervention de l'Europe.Pour introduire une réforme, il faudrait d'abord tout réformer, et les Turcs ne feront qu'envenimer la question.
Carlier, émilie. Au milieu des massacres, Journal de la femme d'un Consul de France en Arménie. Paris, Félix Juven, 1903
Imprescriptible : AVANT LES MASSACRES

20 février 1915 -- Empire ottoman : à partir du jour du début de la guerre, l'attitude du gouvernement turc envers les Arméniens fut hostile et désespérante. Il considérait les Arméniens comme des ennemis. . Et dans le village de Koms, les coups de feu des fugitifs du moulin à eau dans l'incendie duquel 13 gendarmes avaient trouvé la mort, allaient peser lourd sur le sort des Arméniens.
La nuit du 20 février, 80 représentants de 15 villages étaient invités à se réunir dans le monastère apostolique Sourp Arakel pour réfléchir aux préparatifs de leur autodéfense. Les habitants de Sassoun avaient 1500 fusils. Le 22 février, on entendit des coups de feu dans le monastère apostolique.
Svazlian, Verjiné. (1999). The Armenian Genocide in the Memoirs and Turkish-Language Songs of the Eyewitness Survivors. Yerevan, "Gitutiun" Publishing House of the NAS RA.
Imprescriptible : Eliazar Garabédian raconte...

20 février 1915 -- Empire ottoman/Malatia : à partir du 20 février 1915, furent appelés les hommes de 35 à 45 ans et ils furent enrôlés comme soldats ouvriers (amele tabouri) destinés à la réfection des routes ou des bâtiments, soumis à des traitements sévères, mal nourris, certains devant mourir du typhus.. L’arrivée des réfugiés kurdes sera l’occasion d’assujettir les soldats arméniens à une surveillance accrue. Beaucoup désertaient en raison des humiliations subies, malgré les risques qu’ils encouraient pour eux-mêmes et pour ceux qui les protégeaient.
Petite Encyclopédie du génocide arménien : Les massacres et les souffrances des Arméniens de Malatia

20 février 1916 -- Empire ottoman : le 1er décembre, le vice-amiral Moreau, commandant la 3e escadre, prescrivit l’instruction militaire des hommes valides pour combattre l’oisiveté des hommes valides de Port-Saïd, qui se considéraient comme les soldats de la communauté. Dès le lendemain, un groupe de 60 volontaires fut sélectionné, et l’instruction sans arme fut immédiatement commencée. Le nombre des volontaires s’éleva jusqu’à 140, mais dont une soixantaine seulement venait régulièrement aux exercices. Les autres étaient hésitants, et même après s’être fait inscrire, quittaient le camp dès qu’ils trouvaient en dehors un travail rémunérateur. L’autorité militaire anglaise ne facilitait d’ailleurs pas la tâche en les invitant à travailler à la manutention des approvisionnements de l’armée, et en leur allouant pour cet emploi une solde de 1franc 50 par jour, tandis que ceux qui venaient à l’exercice ne touchaient rien, et ne recevaient au camp qu’une nourriture insuffisante55. Le 20 février 1916, l’autorité militaire anglaise prit des mesures pour modifier cet état de choses : interdiction pour les volontaires inscrits d’accepter un travail en dehors du camp et exemption pour ceux-ci des corvées extérieures. Ces mesures ne parvinrent pas à accroître le nombre des inscriptions, mais elles stabilisèrent au moins l’effectif des sections en cours d’instruction. En dépit de ces conditions défavorables, il fut finalement possible de faire une instruction suivie pour deux contingents successifs comprenant au total douze escouades, soit 208 hommes.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : La Légion d’Orient et le mandat français en Cilicie (1916-1921)

20 février 1920 -- Empire ottoman : 20 février 1920, Monseigneur Kojanian remet son rapport à Rome : Mardin est le plus ancien diocèse catholique arménien de Mésopotamie et il peut être le centre de regroupement des Arméniens survivants dans cette région, en particulier des orphelins.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Arméniens et Syriaques à la Conférence de la paix

20 février 1924 -- Empire ottoman : On trouve dans les archives du Quai d’Orsay les témoignages de quelques réfugiés qui ont fait des déclarations à leur arrivée en Syrie, sur l’itinéraire suivi en Turquie et sur la situation générale de leur ville. Le premier de ces témoignages ici-présenté émane d’un Arménien, Sarkis Mesrobian, qui a dirigé le convoi parti d’Urfa le 20 février 1924. D’après celui-ci « le convoi comprenant environ 250 personnes a quitté Ourfa, le 20 février, pour Alep par Seroudj-Djerablous ». Ce groupe de déportés était composé d’Arméniens, accompagnés de deux ou trois Syriaques. Dans le récit de Mesrobian on lit : « Monsieur Sarkis Mesrobian expose le motif qui incite la population à fuir la Turquie : le président de la municipalité Hadji Moustapha Kamil, qui est chef du parti Kémaliste ne cesse de prendre des mesures contre la communauté arménienne.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Le sort des minorités de Cilicie et de ses environs sous le régime kémaliste dans les années 1920

20 février 1941 -- Premier jour de la liquidation du ghetto de Plock (Varsovie). Près de la moitié de la population juive est rassemblée puis déportée au camp de travail forcé de Dzialdowo.
- 

2 000 juifs de Blonie (Varsovie) sont conduits dans le ghetto de la capitale polonaise.
Skynet : 20 février, ce jour-là, n’oubliez pas

20 février 1942 -- Des juifs de l'Anhaltlager (camp de prisonniers) de Nis (Serbie, Yougoslavie) sont fusillés sur la colline de Bubanj, toute proche.
- 600 vieillards et malades juifs de Zbarazh (Ukraine) partent à pied en direction de Tarnopol pour être fusillés durant le trajet.
Skynet : 20 février, ce jour-là, n’oubliez pas

20 février 1988 -- Le Conseil régional des députés de l'Artsakh décide de se réinsérer avec l'Arménie.
American University of Armenia : This day in Armenian history

20 février 2001 -- Turquie : La commission parlementaire turque des affaires étrangères a adopté mardi 20 février un projet de loi rejetant les accusations de "génocide arménien sous l'Empire ottoman, mais sans accuser la France de génocide. Le projet de "loi contre les allégations et accusations internationales", condamne notamment diverses exactions de la France, en riposte à sa reconnaissance du génocide arménien qui a provoqué la colère d'Ankara, selon le texte diffusé par l'agence Anatolie.
CDCA : Un projet de loi rejetant "le génocide arménien adopté en commission

20 février 2007 -- Selon le quotidien turc Hurriyet daté du dimanche 18 février 2007 l’ancien président de la république non reconnu de Chypre du Nord mais également le présidnt du Comité Talat Pacha Rauf Denktas a appellé les leaders politiques de Turquie a soutenir activement Dogu Perinçek, président du parti des Travailleurs lors de son proçès pour négationnisme qui devrait démarrer le 6 mars en Suisse.
Collectif VAN : Rauf Denktas appelle les politiciens turcs à continuer à nier le génocide arménien


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org