Aujourd'hui : Jeudi, 18 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 23 avril
Publié le : 23-04-2016

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo : 23 avril 1915 -- Une réunion du Conseil mixte arménien, élargie aux députés et sénateurs Zaréh Dilber, Krikor Zohrab, Vartkès Séringulian, Haroutiun Bochguézénian, Hovsèp Madatian, est convoquée. Le patriarche y fait le compte-rendu de toutes les violences survenues ces derniers temps à Kayseri, Mouch, Bitlis, Van, Dortyöl et Zeytoun. Le patriarche y souligne la malveillance et la défiance dont le gouvernement fait preuve à l’égard de tous les Arméniens. Tous les présents suggèrent de réaffirmer au gouvernement leur fidélité à la patrie ottomane. Krikor Zohrab et Zaréh Dilber rédigent un mémorandum dans ce sens.

Ça s’est passé un 23 avril (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


23 avril 1283 -- Début du massacre des juifs de Rockenhausen (province du Palatinat, Allemagne). 13 juifs sont égorgés, d'autres convertis de force.
Israelvivra.com

23 avril 1338 -- Les juifs de Pulkau (Basse-Autriche) sont accusés de profanation d'hostie. La foule s'en prend à eux, les massacre et brûle leurs cadavres. Leurs maisons sont pillées. De Pulkau, l'agitation gagne d'autres villes de Basse-Autriche.
Israelvivra.com

23 avril 1679 -- Un autodafé tenu à Palma de Majorque juge 52 judaïsants, descendants de juifs convertis de force, qui pratiquent encore secrètement la religion juive. Ils sont condamnés à la prison et leurs biens sont confisqués au profit de l'Église et de la Couronne.
Israelvivra.com

23 avril 1905 -- Un pogrome éclate à Jitomir (province de Volhynie, Ukraine). Il dure jusqu'au 26 avril. Des soldats participent au pillage des maisons juives. 22 juifs sont massacrés, 60 grièvement blessés, dont de nombreux membres de l'organisation juive d'autodéfense.
Israelvivra.com

23 avril 1909 -- Empire ottoman: Le capitaine de vaisseau commandant du Victor-Hugo Dufaure de Lajarte est informé, par le consul de France à Mersine, des « terribles massacres d’Arméniens » qui se déroulent dans tout le vilayet et de la présence de nombreux Arméniens réfugiés dans les établissements français dans des conditions précaires et périlleuses. Aussitôt après avoir placé deux timoniers au consulat pour assurer une communication constante par signaux de jour et de nuit avec le Victor-Hugo, le commandant de Lajarte rencontre le gouverneur de Mersine, puis, accompagné du commandant Thursby du Swiftsure, le commandant des troupes ottomanes. Ensuite, en compagnie des commandants des différents navires de guerre (Victor-Hugo, anglais Switfsure, allemand Loreley) présents sur rade, accompagnés de leurs consuls respectifs ou faisant fonctions (dont l’agent consulaire des états-Unis et le drogman allemand) ils se rendent par un train, spécialement affrété, à Adana pour y rencontrer les autorités turques (vali, et commandant des troupes) et inspecter les missions étrangères (établissements français, missions protestantes et écoles américaines et allemandes), après une première visite au consul anglais Doughty-Wylie, blessé d’une balle au bras. De Lajarte informe les responsables turcs des intentions, désir de collaboration et souhaits de la flotte française. Le commandant du Victor-Hugo se rend ensuite en visite chez le drogman du consulat de France (un Arménien) et chez l’évêque arménien. Comme d’habitude, les autorités turques rassurent leurs visiteurs avec force promesses. Au retour, un arrêt à Tarse, qui avait connu les mêmes « désordres » permet de visiter les deux missions françaises et la mission américaine, regorgeant elles aussi de réfugiés. La Vérité (commandant Bouxin) atteint, à midi, Alexandrette où les Turcs et les Arméniens se battaient et où le cuirassé anglais Triumph avait débarqué momentanément 50 hommes pour protéger son consulat. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr: Documents militaires français sur les massacres de Cilicie, en avril 1909, et le sauvetage des Arméniens de Kessab par la Marine française dans la baie de Bazit
Imprescriptible.fr: L’intervention de la Marine française durant les massacres de Cilicie d’avril 1909

23 avril 1915 -- 23 avril 1915 -- Une réunion du Conseil mixte arménien, élargie aux députés et sénateurs Zaréh Dilber, Krikor Zohrab, Vartkès Séringulian, Haroutiun Bochguézénian, Hovsèp Madatian, est convoquée. Le patriarche y fait le compte-rendu de toutes les violences survenues ces derniers temps à Kayseri, Mouch, Bitlis, Van, Dortyöl et Zeytoun. Le patriarche y souligne la malveillance et la défiance dont le gouvernement fait preuve à l’égard de tous les Arméniens. Tous les présents suggèrent de réaffirmer au gouvernement leur fidélité à la patrie ottomane. Krikor Zohrab et Zaréh Dilber rédigent un mémorandum dans ce sens.
*** (Zaven Der Yéghiyan, 1947 :95-96).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

23 avril 1915 -- Empire ottoman: [Aram Andonian]- "...le sous-préfet fit un calcul géométrique [et] évalua grosso modo la moitié des tentes restantes qu’il fit vider. Il n’y avait alors plus la moindre trace de vie sur [le visage] des déportés encore présents. Finalement, sur les quarante mille déportés du camp, il ne restait plus, le 23 avril, que quelques centaines de personnes: malades, aveugles, invalides et des gamins en petit nombre. Petit à petit, des blessés revenaient et aussi, parfois, ceux qui avaient habilement réussi à échapper aux massacres, lesquels, pour ne pas se faire remarquer, se dissimulaient parmi les malades ou se réfugiaient au sein de la population du quartier de Saoudié. Pour les malades, il n’y avait aucun endroit pour être soignés et aucun médicament. On donnait juste un peu de farine aux fossoyeurs recrutés parmi les convalescents pour enterrer les morts. Après l’expédition de chaque convoi, on relevait des centaines de morts pour lesquels on creusait de grandes fosses communes, dans lesquelles on les jetait pêle-mêle, et qui étaient déterrés la nuit même..." © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr: La situation des Arméniens déportés à Ras ul-Aïn et leur extermination

23 avril 1915 -- Empire ottoman: le 23 avril, Djevded bey écrivit au Dr Usher qu'on avait vu entrer dans notre établissement des gens armés et que les rebelles avaient élevé des fortifications dans notre voisinage. Si, dans une attaque, on tirait un seul coup de ces réduits fortifiés, il serait, à son grand regret, obligé de diriger ses canons sur notre établissement et de le détruire complètement; nous pouvions le tenir pour certain. Le Dr Usher répondit que nous avions gardé notre neutralité par tous les moyens en notre pouvoir. Aucune loi ne pouvait nous rendre responsables des actes de personnes ou d'organisations qui échappaient à notre autorité. Nos pourparlers avec le vali étaient menés par notre représentant officiel, M. Sbordone, l'agent consulaire italien, et une vieille femme, munie d'un drapeau blanc, portait nos lettres. A son deuxième départ, elle tomba dans un fossé, et, comme elle s'en était relevée sans le drapeau, elle fut aussitôt tuée par les soldats turcs. On en trouva une autre, mais elle fut blessée tandis qu'elle était assise à la porte de sa cabane, tout près de notre propriété, Aram déclara alors qu'il ne permettrait plus aucune correspondance jusqu'à ce que le vali ait répondu à une lettre de l'agent consulaire Sbordone, disant que Djevded ne pouvait s'attendre à ce que les Arméniens se rendissent maintenant, puisque les procédés envers eux revêtaient le caractère d'un massacre.
Imprescriptible.fr: Vilayet de Van

23 avril 1918 -- Empire ottoman: le 22 avril 1918, le Seim proclama l'indépendance de la Transcaucasie. Entre temps, les Turcs, qui, déjà le 14 avril, s'étaient emparés de Batoum, pénétrèrent dans le territoire de Kars. Le 23 avril, le gouvernement transcaucasien acceptait d'arrêter les hostilités sous les conditions imposées par les Turcs et le 25 avril le défenseur arménien de Kars le général Nazarbekow, évacuait la forteresse conformément aux ordres de Tchenkeli.
Imprescriptible.fr : L'Arménie russe pendant la Grande Guerre et après l'armistice de Lemnos

23 avril 1923 -- La deuxième Conférence de Lausanne est convoquée.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1923

23 avril 1936 -- Dans la nuit du 23 avril, les autorités britanniques évacuent les habitants juifs de Hébron (Palestine) dont elles ne peuvent assurer la sécurité en raison de l'hostilité des Arabes de la ville. Ainsi, la communauté juive qui existait à Hébron depuis le XVIe siècle se trouve détruite pour la deuxième fois. Elle avait été reconstituée en 1931 après le carnage perpétré par des émeutiers arabes en 1929.
Israelvivra.com

23 avril 1942 -- 800 juifs de Mielec (province de Cracovie) et 1 000 juifs de Vienne (Autriche) sont déportés vers le ghetto de Wlodava (province de Lublin).

Des juifs ont vécu à Wlodava depuis le XVIe siècle. Au début de la Seconde Guerre mondiale, ils sont environ 6 000.

600 juifs malades et âgés de Skalat (province de Tarnopol, R.S.S. d'Ukraine) sont rassemblés dans la synagogue d'où ils partent pour la gare. Ils seront déportés au camp d'extermination de Belzec.

Un nouveau transport de 1 000 hommes, femmes et enfants quitte le camp de concentration de Theresienstadt pour Lublin. Là, 350 juifs seront sélectionnés pour être envoyés au camp d'extermination de Maïdanek. Les 659 autres seront détenus dans le ghetto de Piaski : en juin 1942, on les enverra au camp d'extermination de Sobibor. 8 juifs seulement survivent jusqu'à la libération en 1945.
Israelvivra.com

23 avril 1945 --Libération de Flossenburg. Flossenbürg fut la quatrième camp de concentration ouvert par les nazis en Allemagne. C'était à l'origine un village situé dans un cadre champêtre, entouré de montagnes, de forêts et de ruines. C'est à cet endroit qu'en mai 1938, sur décision d'Himmler; après Dachau, Buchenwald et Sachsenhausen; on construisit un nouveau camp de concentration. Les premiers prisonniers arrivèrent au printemps 1938. Le 1er septembre 1939, alors que les troupes allemandes envahissaient la Pologne, Dachau fut partiellement évacué pour servir de camp d'entraînement aux unités d'extermination SS. A ce moment 981 prisonniers de Dachau furent transférés à Flossenbürg. Le camp fut sans cesse agrandi par les prisonniers et le 5 avril 1940, le premier convoi de prisonniers étranger arriva. Le régime de Flossenbürg était particulièrement dur. L'administration SS elle-même considérait ce camp comme un camp "à régime sévère". La majorité des prisonniers travaillaient dans les carrières. Le rythme de travail était infernal, avec comme seuls outils une pelle ou une pioche. La sous-alimentation, le manque d'hygiène absolus, les brutalités infligées par les SS firent que plusieurs dizaines de milliers de prisonniers moururent à Flossenbürg et dans ses camps annexes. Les prisonniers de Flossenbürg vivaient dans 16 longues baraques en bois. Outre ces baraques, le camp comprenait une prison, une blanchisserie, une cuisine et un bâtiment de désinfection. Il y avait également des crématoires ainsi qu'un lieu d'exécution situé pour des raisons "pratiques" juste à côté des crématoires. Le camp était entouré d'une enceinte barbelée électrifiée ainsi que de plusieurs miradors. Deux de ces miradors existent toujours. A l'origine, le camp principal avait été prévu pour 1600 prisonniers. Il fut réaménagé pour accueillir 3000 prisonniers. Finalement, plus de 111000 prisonniers passèrent par Flossenbürg, dont 95400 hommes et 16000 femmes. On estime que plus de 73000 personnes trouvèrent la mort dans ce camp. Lorsque la 2ème Division de Cavalerie américaine libéra le camp le 23 avril 1945, il n'y rencontrèrent que quelques centaines de prisonniers malades et complètement affaiblis. Les SS avaient forcés les 14000 autres prisonniers à quitter le camp à pied pour une Marche de la Mort. Les troupes américaines rattrapèrent ce pitoyable convoi quelques jours plus tard. A ce moment, sur les 14000 prisonniers qui avaient quitter Flossenbürg à pied, près de 4000 étaient déjà morts d'épuisement ou assassinés par les SS.
Jewishgen.org
Jewishgen.org: Flossenbürg (Allemagne)

23 avril 2007 -- Turquie/New York Times du 23 avril 2007: la Turquie continue sa propagande contre la reconnaissance du génocide arménien en se payant une page de publicité dans le New York Times et en y réaffirmant son crédo : pas besoin de lois, de reconnaissances de pays tiers, il s'agit d'une simple question entre l'Arménie et la Turquie et la question va se régler en discutant autour d'une table pour "examiner l'histoire".
Collectifvan.org

23 avril 2014 -- Turquie: le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a présenté mercredi 23 avril les condoléances de la Turquie "aux petits-enfants des Arméniens" victimes des massacres survenus sous l'empire ottoman, entre 1915 et 1917. Le chef du gouvernement turc s'est bien gardé d'utiliser le mot "génocide" et surtout de reconnaître la responsabilité de la Turquie. Pour la plupart des Arméniens de diaspora (mais également d'Arménie), il s’agit d’une déclaration stratégique, qui intervient à la veille des commémorations du génocide arménien. Les Arméniens ne croient pas à la compassion de l’État turc... Pas plus que les associations turques des droits de l'homme. Mais cette déclaration constitue peut-être un premier pas.
Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2014 - Part I

23 avril 2015 --Allemagne: le président allemand Joachim Gauck reconnaît le « génocide » des Arméniens soulignant « une coresponsabilité, et même, potentiellement, une complicité » allemande dans ce crime.
Wikipedia



Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org