Aujourd'hui : Jeudi, 23 octobre 2014
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
PHDN
Adhérez au Collectif VAN
Le génocide arménien expliqué aux turcophones
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Comité international de soutien aux intellectuels de Turquie
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Villeurbanne : intervention de Jean-Paul Bret
Publié le : 26-04-2012

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous invite à lire le discours de Jean-Paul Bret prononcé le 23 avril 2012 lors de la commémoration du génocide arménien de 1915 et publié sur son site.












Le blog de Jean-Paul Bret

Publié le 24 avr 2012 dans

Lorsque nous avons imaginé cette cérémonie il y a dix ans, nous voulions faire vivre la culture arménienne et nous voulions aussi participer à la reconnaissance pleine et entière du génocide arménien. S’il existe une loi depuis 2001 en France, à laquelle j’ai contribué, la négation de cette tragédie demeure incontrôlable. Sur notre sol, il est encore possible de prétendre en toute impunité que le génocide des Arméniens n’a pas existé.

Votée à l’Assemblée nationale et au Sénat, la loi récente proposant la pénalisation du négationnisme, nous a donné beaucoup d’espoir car, pensions-nous, elle allait permettre à notre pays de poursuivre les négateurs qui entretiennent l’amnésie voulue par la Turquie. Elle était le complément indispensable à la loi de reconnaissance votée en janvier 2001 et dont on sait maintenant qu’elle ne peut pas vivre seule. A la fin des années 90, au moment de sa discussion, ce texte constituait une telle avancée que nous avions pensé qu’il se suffirait à lui-même. Nous avons pêché doublement, d’abord par excès de confiance en cette première victoire, ensuite pour ne pas avoir mesuré la force que déploieraient en retour les négationnistes turcs.

Dans ce contexte, face au vide législatif et juridique, la nécessité d’une loi de pénalisation s’est imposée. Elle a été votée par les deux assemblées de notre parlement, le Sénat emboîtant le pas de l’Assemblée nationale quand, par le passé, il s’était souvent distingué par ses bloquages. En décembre dernier, après le vote du Sénat, nous étions confiants. Nous nous sommes imaginés au bout de ce combat si long, si difficile, tellement incertain. Il a fallu qu’une poignée de parlementaires demande de vérifier la constitutionnalité de la loi nouvelle pour que, fin février, le Conseil constitutionnel la mette à mal, les motifs juridiques l’emportant sur le sens et l’éthique. Quelle tristesse de découvrir la joie immédiatement affichée des nationalistes turcs ! Comment ignorer par conséquent que la décision française servait davantage les intérêts de ces extrémistes que ceux de notre République ?

Après l’amertume qui a été grande, revient la détermination. Sortis de cette double période électorale, par la voix des parlementaires que nous aurons élus, un nouveau texte sera élaboré. Il sera, je l’espère, mieux construit, indiscutable et inattaquable. La bataille ne sera pas simple à mener. Assurément nous rencontrerons des vents contraires. Les arguments d’hier retrouveront une actualité. On nous demandera de ménager les relations avec la Turquie. On nous dira que l’histoire est l’affaire exclusive des historiens. On accusera les élus d’électoralisme. Tous ces arguments, nous les connaissons bien. Pour autant, je crois profondément que nous finirons par triompher et que, par la force de la loi, nous aurons bientôt les moyens de contrer le négationnisme sur notre territoire. Pourquoi cette détermination ? Parce que si le négationnisme est latent et sournois dans notre pays, il est actif et vivant en Turquie ! Nous l’avons bien mesuré dans le film « Le fils d u m a r c h a n d d ’oliv e s » de Mathieu et Anna Zeitindjioglou puis dans le livre, « Les restes de l’épée », de Laurence Ritter et Max Sivaslian sur la vie des Arméniens cachés en Turquie. A ce propos, je voudrais saluer l’action de la Maison de la culture arménienne de Villeurbanne qui nous a permis d’explorer ces pages si particulières de l’histoire des Arméniens. Qu’avons-nous vu et lu ?

Des Turcs qui doutent ou nient, dont les paroles entraînent toujours un pincement au coeur. Des Arméniens convertis à l’islam qui entretiennent néanmoins la culture de leurs aïeux dans la clandestinité et quelquefois dangereusement. Tout cela, au même titre que l’emprisonnement de Ragip Zarakolu, éditeur à Istanbul, citoyen d’honneur de notre ville, nous invite à la vigilance. Il vient d’être libéré, mais il reste passible d’une quinzaine d’années de prison pour avoir choisi le camp de la vérité. Lorsque je l’avais rencontré pour la première fois en 1998 avec son épouse Ayché Nour que je parrainais en tant que parlementaire pour le 50e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, j’avais été frappé par l’esprit de résistance qui les animait tous les deux et qui se traduisait par une immense simplicité. La France n’est pas la Turquie mais, dans notre monde «mondialisé», le pire se diffuse aussi vite que le meilleur, la communication sert avec la même aisance le faux et le vrai. Qui plus est, la diaspora turque, confinée dans le mensonge par ses organisations, est une fabuleuse courroie de transmission du négationnisme d’Etat. Nous en avons fait la malheureuse expérience ici à Villeurbanne. C’est pourquoi il nous faut une loi. C’est pourquoi aussi nous devons faire vivre la culture arménienne comme nous le faisons ce soir.

Discours prononcé le 23 avril 2012 lors de la commémoration du génocide arménien de 1915.

Publié le 24 avr 2012
par Jean-Paul Bret




Retour à la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 Discours de Jean-Paul Bret prononcé le 23 avril 2012



Source/Lien : Le blog de Jean-Paul Bret



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org