Aujourd'hui : Lundi, 22 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 7 mai
Publié le : 07-05-2015

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: Naissance de Grégoire de Narek, Krikor Narekatsi ou Grigor Naregatsi (en arménien, Գրիգոր Նարեկացի), entre 945 et 951, et mort à Narek en 1003 ou aux environs de 1010, est un théologien (vardapet), poète et philosophe d'Arménie.

Photo: Grégoire de Narek, Ms. 1568 réalisé au monastère de Skevra en 1173, Matenadaran, Erevan.


Ça s’est passé un 7 mai (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

7 mai 951 -- Naissance de Grégoire de Narek, Krikor Narekatsi ou Grigor Naregatsi (en arménien, Գրիգոր Նարեկացի), entre 945 et 951, et mort à Narek en 1003 ou aux environs de 1010, est un théologien (vardapet), poète et philosophe d'Arménie. Né dans le Vaspourakan des Artzrouni, il passe la plus grande partie de sa vie au monastère de Narek, non loin du lac de Van, près de l'église d'Aghtamar, où il est notamment enseignant. Vers la fin de sa vie, ce grand mystique a écrit en langue arménienne classique un poème intitulé Livre des Lamentations, chef d'œuvre de la poésie arménienne médiévale. Ce maître de la discipline a pour ce faire tiré la langue arménienne classique de la liturgie pour lui donner, après l'avoir remodelée et sculptée, une autre forme et un autre sens, la poésie arménienne médiévale. Narek a aussi rédigé des odes célébrant la Vierge, des chants, et des panégyriques. Selon Bernard Coulie, « il introduisit à cette époque le vers monorime dans la poésie arménienne ». Son influence a marqué la littérature arménienne et se retrouve chez d'autres poètes, comme Sayat-Nova, Yéghiché Tcharents et Parouir Sévak. Son œuvre est l'un des sommets de la littérature universelle.
American University of Armenia: This day in armenian history
Wikipedia

7 mai 1915 -- Empire ottoman/Sıvas : Le 28 mars 1915 le vali Ahmed Muammer fait interpeller les leaders arméniens de Sıvas. Après quarante jours de détention, ces hommes sont transférés à Yeni Han le 7 mai et assassinés au lieu-dit Masadlar Yeri en présence du vali et du secrétaire responsable du CUP à Sıvas, Gani bey.
*** (Agouni, 1921 :81-82; F.O. 371/6500; Kévorkian, 2006 :539).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

7 mai 1919 -- 82 juifs sont égorgés et 12 blessés au cours d'un pogrome à Brazlav (Podolie), déclenché par l'ataman Tiutiunnik et ses unités, alliés à l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura.
Israelvivra.com

7 mai 1940 -- Ghetto de Lodz (Litzmannstadt): 165.000 personnes sont confinés dans un périmètre minuscule.
Jewishgen.org

7 mai 1942 -- Les nazis déportent 800 juifs du ghetto de Grodek, entre Lwow et Przemysl (R.S.S. d'Ukraine), au camp de Janovska à Lwow.

Israelvivra.com

7 mai 1942 -- Début de l’extermination de masse à Sobibor. 1 000 juifs du ghetto de Josefov (Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Sobibor. En même temps, 2 500 juifs du ghetto de Ryki sont envoyés à Sobibor, où ils sont tués.
Israelvivra.com
ajpn

7 mai 1943 -- Les 370 juifs restant à Novogrudok (district de Grodno, R.S.S. de Biélorussie) sont fusillés. Avant cette Aktion, ils avaient réussi à creuser un tunnel qui permit à une centaine d'entre eux de fuir et de poursuivre la lutte contre les nazis et les collaborateurs biélorusses.

1 000 juifs sont déportés de Zagreb (Yougoslavie) au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

7 mai 1943 -- 19 avril au 16 mai 1943/Varsovie: révolte du ghetto de Varsovie. Le 19 avril, 2 100 Allemands entrent dans le ghetto. Armés de 17 pistolets et de quelques centaines de grenades, les insurgés ouvrent le feu, contraignant les Allemands à la retraite. Le lendemain, le ghetto est bombardé avec des mortiers. Les Allemands tuent tous les malades de l’hôpital de Czyste. La révolte continue jour après jour, avec de moins en moins d’armes. Les insurgés, abandonnés de tous, sont dirigés par Mordéhaï Anielewicz, de l’Hashomer Hatsaïr. Il avait défini la lutte des insurgés comme un combat « non pas pour la vie, mais pour le prix de la vie ». Les Allemands avancent patiemment, passant chaque rue du ghetto par les flammes. Arrivés à bout de forces et de munitions, quand le combat semble sans issue, des insurgés essaient de s’enfuir en utilisant les égouts. Le 3 mai, 21 femmes qui tentaient de s’échapper sont reprises et exécutées. Le 7 mai, Pawel Burskin emmène un groupe de combattants dans le secteur aryen de la ville. Ils sont repris et tués. Le 8 mai, les Allemands ont vidé presque tout le ghetto et la résistance se concentre au quartier général des insurgés, au 18 de la rue Mila. 120 combattants sont bombardés et gazés dans le bunker, parmi eux Mordéhaï Anielewicz et Berl Broyde, les dirigeants de la révolte. En tout 7 000 Juifs sont morts en combattant, 600 ont été tués dans les bunkers, 30 000 ont été déportés. Jusqu’au 12 mai, des petits groupes essayeront de s’échapper du ghetto. Des 400 000 Juifs que comptait le Ghetto de Varsovie à ses débuts, seuls 500 environ ont survécu à la guerre septembre 1943.
ajpn

7 mai 1945 -- Libération de Mauthausen. Le camp de Mauthausen (ou Mauthausen-Gusen après l'été 1940) était un camp de concentration instauré par le régime nazi du Troisième Reich autour des villages de Mauthausen et de Gusen en Haute-Autriche à environ 22 km de Linz. Initialement un camp unique à Mauthausen, il se développa pour devenir l'un des plus grands camps de travail en Europe occupée. En plus des quatre camps situés à Mauthausen et dans les environs de Gusen, plus de 50 camps annexes, situés en Autriche et dans le Sud de l'Allemagne dépendaient du complexe de Mauthausen et utilisaient les prisonniers comme main d'œuvre. Parmi les camps annexes du KZ Mauthausen se trouvaient des carrières, des fabriques de munitions, des mines, des usines d'armement et d'assemblage d'avions. En janvier 1945, l'ensemble des camps dirigés depuis le bureau central de Mauthausen rassemblaient plus de 85 000 prisonniers. Le nombre total des victimes est inconnu mais la plupart des sources parlent de 122 766 à 320 000 morts pour l'ensemble du complexe. Les camps formaient l'un des premiers grands complexes concentrationnaire nazi et furent parmi les derniers à être libérés par les Alliés. Les deux camps principaux Mauthausen et Gusen I étaient les deux seuls camps du système concentrationnaire nazi en Europe classés « camps de niveau III », ce qui signifiait qu'ils étaient destinés à être les camps les plus durs à l'intention des « ennemis politiques incorrigibles du Reich1 ». Mauthausen était plus particulièrement destiné à l'élimination par le travail de l’intelligentsia des pays occupés par l'Allemagne lors de la Seconde Guerre mondiale.
Jewishgen.org
Wikipedia

7 mai 1945 -- Le général allemand Alfred Jodl signe à Reims les termes d'une reddition inconditionnelle qui termine la participation allemande à la Seconde Guerre mondiale. Le document prend effet le lendemain.
Wikipedia

7 mai 1983 -- Kaghtzrouni, Arshavir (1983) Quand, où et comment j’ai rencontré Mustafa Kemal Paşa. Lraper, N° 31, 7 mai 1983. "[Dernier épisode d’une série d’articles. Les 2 premiers dans les n° des 12 et 19 septembre 1981 de cet hebdomadaire arménien de Los Angeles. L’auteur travaillait comme valet de Heinz Foelner, ingénieur chef aux Chemins de Fer de Bagdad, qui était l’hôte de Mustafa Kemal lors de la visite de ce dernier à Alep en 1918.] « En 1918, je servis de guide à Mustafa Kemal pour quelques tours à l’intérieur et aux alentours d’Alep, alors que je travaillais comme valet chez M. Foelner. Kemal, à plusieurs reprises, exprima son mépris pour Talat, en l’appelant cingene pici, postaci Talat (bâtard de Gitan, facteur Talat) et Enver ahmak-yaltak (idiot-lécheur). Il écouta attentivement et avec compassion mes récits des atrocités par lesquelles les Arméniens avaient été exterminés. Il me fit l’impression d’un homme qui éprouvait de la sympathie et des sentiments d’amitié envers les Arméniens, si bien que je me suis souvent demandé pourquoi les monstres Talat et Enver n’avaient pas pu être aussi aimables que cet homme, et pourquoi ils détruisaient ma nation. La colère de Mustafa Kemal contre ces hommes qui étaient des ultra criminels s’exprima dans ses derniers mots de condamnation : “Ce sont des espèces d’hommes qui devraient être pendus, de grands assassins” » (asılacak herifler, büyük caniler)"
Imprescriptible.fr: L’attitude ambivalente de Mustafa Kemal (Ataturk)

7 mai 2004 -- L'ONU dénonce le "régime de terreur" infligé au Darfour par le régime de Khartoum et les miliciens Janjawids.
RFI : Soudan: crimes contre l'humanité au Darfour. Chronologie

7 mai 2005 -- Suisse : sur le plan pénal, un politicien turc a été condamné par le tribunal de police de Lausanne pour discrimination raciale à cause des propos négationnistes qu'il a tenus sur le territoire suisse les 7 mai, 22 juillet et 18 septembre 2005, respectivement à Lausanne, Opfikon (ZH) et Köniz (BE). En effet, lors de sa venue en Suisse en 2005, le président du Parti des travailleurs turcs, Doğu Perinçek, était au courant de la loi antiraciste qui réprime les propos négationnistes, et en particulier l'article 261bis du code pénal suisse; le juge a donc estimé que le fait de déclarer à plusieurs reprises que le génocide arménien était « un mensonge international » était « un acte intentionnel ». Le juge a qualifié M. Perinçek de raciste et ne lui a trouvé aucune circonstance atténuante. Il a ajouté que le fait que le génocide arménien ne soit pas reconnu comme tel par un tribunal international n'empêche pas d'affirmer que c'est une réalité indubitable. Le procès de M. Perinçek, dans lequel l'association Suisse-Arménie s'était portée partie civile, était la première fois où l'article 261bis était utilisé pour un autre génocide que la Shoah. Le jugement de Lausanne confirme donc l'analyse présentée au parlement deux ans auparavant, selon laquelle l'article 261bis pouvait sanctionner le négationnisme de plusieurs génocides. Puis, le 12 décembre 2007, le Tribunal fédéral, plus haute instance judiciaire du pays, a rejeté l'appel déposé par Doğu Perinçek
Wikipedia


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org