Aujourd'hui : Vendredi, 19 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 21 mai
Publié le : 21-05-2016

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: 21 mai 1915 -- Empire ottoman : le 21 mai, le député arménien Vartkès se rendit dans les locaux de la police pour recevoir de Bedri bey l'argent confisqué à la rédaction d'Azadamard et pour protester contre les arrestations des dirigeants de la communauté arménienne de Constantinople et pour intercéder en faveur des malades qui se trouvaient parmi les déportés. En son absence, son domicile – où se trouvait sa femme malade – fut perquisitionné. II fut arrêté peu après, ainsi que Zohrab. Le soir même, ils furent expédiés par chemin de fer sur Alep. De là ils devaient être transférés à Diarbékir pour comparaître devant un Conseil de guerre.

Photo: Vartkès Serengulian


Ça s’est passé un 21 mai (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

21 mai 1909 -- Empire ottoman: le général Nédim bey, qui commandait le bataillon de la 2e armée, fort de 520 hommes, accompagnés du missionnaire anglais Benedetti, exigea cependant que la population arménienne lui remette ses armes. Devant leurs refus répétés, le général donna le 21 mai l’ordre de procéder au bombardement du village, provoquant ainsi quelques destructions. Des messagers étaient toutefois parvenus à prendre contact avec les membres de la commission parlementaire, nouvellement arrivés à Adana, et à les informer de la situation. Ayant appris qu’ils étaient déjà en route pour Dört Yöl, le général renonça à continuer et fit pendre l’artilleur qui avait obéi à ses ordres...
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Les massacres de Cilicie d’avril 1909

21 mai 1909 -- Empire ottoman: arrivée de M. Roqueferrier à Adana. Celui-ci a sillonné une vaste zone abandonnée de l’arrière-pays dès le 25 avril, éloignant les agresseurs lorsque cela était possible, visitant les villages les plus lointains où il a été le premier secours et finissant sa boucle à Adana. Il en est tout « émotionné ».
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : L’intervention de la Marine française durant les massacres de Cilicie d’avril 1909

21 mai 1915 -- Empire ottoman/Van: des forces régulières de l'armée russe arrivent à Van. Elles commencent la crémation des morts dans la ville et dans les villages de la province. 55000 morts sont identifiés comme les Arméniens.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (April-June)

21 mai 1915 -- Empire ottoman : Youssef, fils unique de Girgis Kandir, est pendu dans sa maison sous les yeux de sa mère. Vient ensuite le tour de Daoud, fils de Hanna Djinandji – il est enlevé par ses associés, mutilé, tué et mis dans un sac qui est déposé devant la porte de sa
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Premières arrestations

21 mai 1915 -- Empire ottoman : le 21 mai, le député arménien Vartkès se rendit dans les locaux de la police pour recevoir de Bedri bey l'argent confisqué à la rédaction d'Azadamard et pour protester contre les arrestations des dirigeants de la communauté arménienne de Constantinople et pour intercéder en faveur des malades qui se trouvaient parmi les déportés. En son absence, son domicile – où se trouvait sa femme malade – fut perquisitionné. II fut arrêté peu après, ainsi que Zohrab. Le soir même, ils furent expédiés par chemin de fer sur Alep. De là ils devaient être transférés à Diarbékir pour comparaître devant un Conseil de guerre.
Vartkès Serengulian (1871, Erzurum - 1915, Urfa) aussi connu comme Hovhannes ou Gisak était un militant arménien politique et social, député du Parlement ottoman. Il a fait ses études dans les collèges Ardzinian Sanasarian de Karin (Erzurum). À la fin des années 1880, il a organisé des manifestations à Karin et a été arrêté. Après il a été libéré en 1892. Il a travaillé à Constantinople, puis en Bulgarie et dans l'Empire russe en tant que révolutionnaire. A Van Serengyulian a soutenu les idées de Hrayr Dzhoghk, a coopéré avec le Parti armenakan. Il a été arrêté à Van. En 1908, après la révolution des Jeunes Turcs, il a été libéré de prison et a été élu comme député du Parlement ottoman. En 1915, il a été arrêté et déporté à Urfa, où il a été torturé et tué.
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible.fr : La mort de Zohrab
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (April-June)
Imprescriptible.fr : Les Daschnakzagans
Wikipedia

21 mai 1915 -- Empire ottoman : au 21 mai, le même témoin oculaire écrit : « Le troisième et dernier convoi de Zeïtounlis est passé par notre ville le 13 mai vers sept heures, et j'ai pu parler avec quelques-uns d'entre eux dans le Khan où ils étaient logés. Ils avaient tous marché à pied et durant deux jours, où il avait plu à verse, ils n'avaient rien mangé. J'ai vu une pauvre petite qui avait marché pieds nus plus d'une semaine avec un tablier en lambeaux pour tout vêtement. Elle tremblait de froid et de faim et les os lui sortaient littéralement du corps. Une douzaine d'enfants ont dû être abandonnés sur la route, parce qu'ils ne pouvaient marcher. Sont-ils morts de faim? Probablement ! Mais on n'en saura jamais rien. J'ai vu aussi deux pauvres vieilles filles de Zeïtoun. Elles appartenaient à une riche famille, mais elles ne purent rien emporter avec elles sauf le vêtement qu'elles portaient. Elles avaient réussi à cacher cinq ou six pièces d'or dans leurs cheveux. Malheureusement pour elles, le soleil fit briller le métal pendant leur marche, et son éclat attira les regards d'un zaptieh. Celui-ci ne perdit pas son temps à faire sortir les pièces d'or : il prit un moyen plus rapide : il leur arracha toute leur chevelure.
Imprescriptible.fr : La Cilicie

21 mai 1915 -- Empire ottoman : en 1915, les dépêches se succèdent disant qu'il y avait des massacres dans le district d'Ourmiah et que Mgr. Sontag et les chrétiens assyro-chaldéens étaient en danger. Plus est, Mgr. Sontag contracta la fièvre typhoïde. Le 21 mai, il terminait sa lettre en ces termes : « Plus tard, je vous adresserai un rapport complet sur des jours que je ne voudrais plus revivre ! L'épreuve a été longue ».
Imprescriptible.fr : Un Français Alsacien martyr pour les Assyro-Chaldéens. Monseigneur Sontag

21 mai 1915 -- Empire ottoman/vilayet d’Erzerum : le 18 mai 1915, arrestation de 78 des principaux notables de Bayburt, dont le primat, Anania Hazarabédian. Le 21 mai, le kaïmakam Nusret organise leur pendaison, au son du tambour, sur les rives du fleuve Djorok.
*** (Kévorkian, 2006 :368).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

21 mai 1915 -- Empire ottoman : départ du deuxième convoi de déportés d’Erzincan, comprenant soixante familles, dont la liste a été dressée par les autorités locales.
*** (Kévorkian, 2006 :376).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

21-27 mai 1915 -- Empire ottoman/sancak de Malatia : des perquisitions sont opérées dans les maisons arméniennes. Tous les fonctionnaires et notables arméniens sont arrêtés et internés dès le 22 mai, puis la mesure s’étend à tous les hommes de la ville. Fin mai, on dénombre 1 300 prisonniers.
*** (Kévorkian, 2006 :501).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

21 mai 1919 -- Les Haidamak (cosaques et paysans ukrainiens) de Simon Petlioura, commandant en chef de l'Armée nationale ukrainienne, se livrent à un pogrome à Orinine (province de Podolie). 16 juifs sont tués, de nombreux autres battus à coups de plat de sabre et plusieurs femmes juives violées.

Des troupes de l'Armée nationale ukrainienne de Simon Petlioura, commandées par Alexander Udovichenko, se livrent durant quatre jours à un pogrome à Urmini (province de Podolie).
Israelvivra.com

21 mai 1921 -- A Jaffa et à Tel-Aviv, 34 juifs sont massacrés par les Arabes, dont le célèbre écrivain d'expression hébraïque Joseph Hayyim Brenner.
Israelvivra.com

21 Mai 1935 -- Allemagne : les Juifs sont bannis de l'armée allemande.
Seconde-guerre.com

21 mai 1942 -- 1 000 juifs sont déportés du ghetto d'Olkusz (province de Cracovie) au camp d'extermination d'Auschwitz. Des groupes moins importants avaient déjà été déportés vers divers camps de concentration.

2 000 juifs d'Ozorkov (Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Chelmno.

2 200 juifs de la ville de Korzec (province de Rovno, R.S.S. d'Ukraine) sont conduits hors la ville et exécutés. Moshe Krasnostawski, président élu du Conseil juif, se suicide en signe de protestation. Le Conseil juif organise alors un groupe de résistance. Environ 50 juifs parviennent à fuir dans les bois.

Des jeunes juifs du ghetto de Lida (district de Grodno, R.S.S. de Biélorussie) se réfugient dans la forêt de Naliboki, où ils se joignent à d'autres groupes de résistants dirigés par Tuvia Bielski.

A la suite d'une Aktion qui dure trois jours, 4 300 juifs de Helm (Pologne) sont déportés au camp d'extermination de Sobibor. Parmi eux se trouvent également 2 000 juifs de Slovaquie transférés provisoirement à Helm.
Israelvivra.com

21 mai 1943 -- Les résistants du ghetto de Varsovie envoient leur dernier message.

A Mochy (district de Wolsztyn, Pologne) la Gestapo fusille un juif qui se préparait à sortir du camp pour chercher du ravitaillement.
Israelvivra.com

21 mai 1943 -- La liquidation du ghetto de Drohobycz débute le 21 mai 1943 et s’achève le 10 juin: de nombreuses maisons sont incendiées pour en chasser les Juifs. Les derniers Juifs trouvés dans le ghetto sont exécutés dans la forêt de Bronica. La liquidation du ghetto est suivie par l’élimination des Juifs dans les camps de travail. Seuls sont maintenus en vie les ouvriers indispensables au fonctionnement des ateliers. En avril 1944, ces ouvriers sont envoyés au camp de Plaszow devant l’avance des armées soviétiques. En août 1944, lorsque la ville est libérée, 400 juifs «sortent» de leurs cachettes. Drohobycz est une ville dans le district de Lvov, en Ukraine. Entre les deux guerres elle appartient à la Pologne et de 1939 à 1941 est occupée par les Soviétiques. La veille de la seconde guerre mondiale, environ 15.000 juifs (plus de 40% de la population de la ville) habitent Drogobych. En septembre 1939 des centaines de Juifs arrivent dans la ville, venant de la Pologne occupée par les Allemands. Les Allemands arrivent le 30 juin 1941.; de nombreux Juifs tentent de fuir sur les traces de l’armée rouge en déroute ; beaucoup sont tués lors des bombardements de la Luftwaffe. Le 1 juillet les Ukrainiens organisent avec le soutien des Allemands un pogrom de trois jours qui fait 300 morts. Suivent diverses mesures contre les Juifs, dont la confiscation des appartements par les Allemands et l’obligation du port de l'insigne juif. Des Juifs sont enrôlés pour le travail obligatoire et un Judenrat installé. Il s’engage à fournir régulièrement des «lots» de travailleurs pour éviter des «razzias» aléatoires. Il organise également des cantines pour les nécessiteux. En septembre et octobre 1941, de nombreux intellectueles et notables juifs sont torturés puis assassinés dans une forêt près de la ville. Le 30 novembre, plus de 300 Juifs sont assassinés dans la forêt de Bronica près de Drogobych. Durant l’hiver, de nombreux habitants du ghetto meurent de froid, de faim et d’une épidémie de fièvre typhoïde.
Encyclopédie.bs

21 mai 1944 -- 260 juifs de l'île de Crète (Grèce) sont internés à Héraklion par la Gestapo avant d'être conduits à bord d'un bateau que les Allemands vont couler.
Israelvivra.com

21 mai 1945 -- Allemagne : les autorités britanniques donnent l'ordre de brûler les derniers baraquements du camp de Bergen-Belsen. Bergen-Belsen, parfois appelé Belsen, était un camp de concentration nazi situé au sud-ouest de la ville de Bergen, près de la localité de Belsen, à une douzaine de kilomètres au nord-ouest de la ville de Celle, en Basse-Saxe (Allemagne), dans la lande de Lunebourg.
Seconde-guerre.com
Wikipedia

21 mai 1945 -- Allemagne : Göring est transféré du camp de prisonniers de guerre d'Augsbourg vers le Palace Hoter de Mondorf, où il rejoint d'autres personnalités nazies dans l'attente du début des interrogatoires officiels des Alliés. Placé immédiatement après Adolf Hitler dans la hiérarchie nazie, Hermann Göring est, au sein du IIIe Reich, le second personnage politique de l’État allemand. En réponse à l’officier enquêteur qui, en juin 1945, l’interroge, Göring décline ainsi ses titres: «Commandant en chef de la Luftwaffe (aviation de guerre), ministre de l’Air, Premier ministre de Prusse, président du Reichstag, conservateur des forêts, maréchal du Reich». Cette liste n’est qu’un résumé très succinct de tous les titres et emplois de Göring dans le IIIe Reich. N’est-il pas, en outre, grand veneur du Reich, commissaire pour le plan de quatre ans, successeur désigné du Führer par le décret du 29 juin 1941 ?
Seconde-guerre.com
Seconde-guerre.com : Göring, Hermann

21 mai 2001 -- France/Promulgation de la loi Taubira, du nom de Christiane Taubira-Delannon, rapporteuse de la loi. C'est une loi mémorielle française concernant la reconnaissance des traites et des esclavages comme crime contre l'humanité. Cette loi du 21 mai 2001 affirme que la traite négrière et l’esclavage constituaient des crimes contre l’humanité. En dépit du nombre de victimes, qui fait en l’état l’objet d’évaluations très variées (de 60 à 600 millions de victimes, selon certains historiens[réf. nécessaire]) et qui fait de la traite des noirs la plus importante déportation de l’histoire de l’humanité, le caractère de génocide est contesté au regard des critères juridiques de cette qualification. La reconnaissance par l’ONU de la qualification génocidaire est demandée par la plupart des pays africains, ainsi que par de nombreuses organisations non gouvernementales « du Nord », par exemple, le Conseil mondial de la diaspora panafricaine (CMDP) et la Société savante des encyclopédistes africains. À l’opposé, des historiens, bien que ne niant pas qu’un crime contre l’humanité ait été perpétré, affirment que « l’extermination des noirs n’était pas le but de la traite », mais l’une de ses conséquences, et ne peut donc être considérée comme un génocide.
Wikipedia
Wikipedia : Loi Taubira

21 mai 2008 -- France : la communauté arménienne, le MLGA et le Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France (CCAF) déplorent une nouvelle fois la dégradation du Mémorial dédié au génocide des Arméniens et à tous les génocides, survenue dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 mai 2008 à Lyon. Des inscriptions racistes et particulièrement ordurières en langue turque ont été tracées sur plusieurs stèles du monument.
Lyon : sixième profanation du Mémorial du génocide arménien


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org