Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 18 juin
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo: Le 18 juin 1987, le Parlement Européen adopta une résolution "sur une solution politique de la question arménienne", dans laquelle il reconnaissait le génocide arménien et subordonnait l'entrée de la Turquie dans la CEE à sa reconnaissance par Ankara.

Ça s’est passé un 18 juin (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


18 juin 1915 -- Empire ottoman: 160 familles sont expulsées de la ville d'Erzincan.

****Témoignages: Sur la route, tout continue. Les déportés passent à Erzindjan, où deux infirmières allemandes les voient : Thora von Wedel-Jarlsberg et Eva Elvers. « Le soir du 18 juin, nous étions allées avec notre ami Gehlsen faire quelques pas devant la maison. Nous rencontrâmes alors un gendarme qui nous raconta qu'à dix minutes de l'hôpital, un convoi de femmes et d'enfants de Baibourt s'était arrêté pour la nuit. Il avait été lui-même l'un des conducteurs du convoi et il racontait maintenant de manière saisissante comment on les avait traités pendant ce long voyage. "Ils les chassent en les massacrant." Chaque jour, dix à douze hommes étaient tués et jetés dans les ravins. Les enfants qui ne pouvaient plus suivre la marche avaient le crâne fendu. Des femmes étaient pillées et violées à chaque village : "J'ai fait moi-même enterrer trois cadavres nus de femmes. Que Dieu m'en tienne compte!" C'est ainsi qu'il conclut son terrifiant récit...»

****Le deuxième convoi de déportés d’Erzerum se met en route en direction de Bayburt. Il est formé de 1 300 familles des classes moyennes, auxquelles se joignent en cours de route 370 familles du bourg de Garmirk (kaza de Kiskim), soit environ 10 000 personnes, escortées par des gendarmes commandés par les capitaines Muchtagh et Nuri et supervisés par deux chefs de l’Organisation spéciale, le kaïmakam de Kemah et Kozukcioglu Munir.
*** (KĂ©vorkian, 2006 :362-363).
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (April-June)
Imprescriptible.fr: 1915 : la solution finale ► Chapitre II - « De regrettables abus »
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

18 juin 1915 -- Empire ottoman/Kharpout: lettre de Leslie A. Davis(consul) adressée à S. E. Monsieur Henry Morgenthau, Ambassadeur des Etats-Unis à Constantinople "Monsieur l'ambassadeur, J'ai l'honneur de porter à la connaissance de l'ambassade l'une des mesures les plus sévères jamais prises par un gouvernement, et l'une des plus grandes tragédies de l'histoire. Au cas où l'ambassade n'aurait pas déjà été informée par d'autres sources, mes télégrammes des 17 et 18 juin et ma brève dépêche du 29 auront porté la question à la connaissance de l'ambassade..." Leslie A. Davis à Kharpout à Henry Morgenthau, ambassade américaine, Constantinople, le 30 juin 1915, inclus dans l'envoi de Hoffman Philip [Chargé d'Affaires] à Constantinople au Secrétaire d'Etat, 17 février 1916
Imprescriptible.fr : DĂ©pĂŞches consulaires de 1915

18 juin 1915 -- Empire ottoman/Tokat (vilayet de Sıvas) : 17 clercs, dont lÂ’Ă©vĂŞque auxiliaire Nersès Mgrditchian et le P. Andon Seraydarian, sont assassinĂ©s dans la citadelle de Tokat. Au cours des dix jours suivants, ce sont les 14-20 ans qui sont exĂ©cutĂ©s.
*** (KĂ©vorkian, 2006 :556).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

18 juin 1915 -- Empire ottoman : le Cinquième corps expéditionnaire commandé par Halil bey [Kut], ainsi que les 8 000 hommes des « bataillons de bouchers » (kasab taburiler) du vali de Van, Cevdet bey, et Ömer Naci, formant l’« état-major rouge », achèvent l’extermination ou la déportation des Arméniens et des 5 000 Assyriens et Chaldéens du sancak de Siirt.
** (Rafaël de Nogales, 1926 :123-124).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

18 juin 1915 -- Empire ottoman: on s'explique maintenant aisément pourquoi Allemands et Turcs prétextaient sans cesse la nécessité du déplacement d'entières populations. Des raisons, quand on désire en trouver, ne manquent pas en [pareilles circonstances. Tantôt c'étaient les Grecs qui ravitaillaient les ; sous-marins alliés, tantôt c'étaient eux, qui au moyen de signaux, entraient en intelligence avec l'ennemi et enfreignaient les lois de l'Empire. Une dépêche (dépêche de la légation de Grèce à Berlin n° 2384 ; Archives n° 6524) datée du 18 juin 1915, rapporte que le Gouvernement allemand promettait que « pour paraître agréable au roi des Hellènes, il procéderait aux démarches nécessaires en vue de la cessation de ce déplacement ».
Imprescriptible.fr : Les Persécutions antihelléniques en Turquie depuis le début de la guerre européenne

18 juin 1915 -- Empire ottoman: le 18 juin, baron von Wangenheim fait le communiqué suivant au ministère des affaires étrangères : « Talaat a déclaré, sans ménagement, que la ’Porte’ doit profiter de la guerre mondiale pour se débarrasser de ses ennemis intérieurs (les chrétiens du pays) sans être dérangée par les interventions diplomatiques de l’étranger. »
Imprescriptible.fr : La part de culpabilité du gouvernement impérial

18 juin 1915 -- Empire ottoman: les souffrances d’une chaldéenne, Madame Habiba Turkoghlou. "C’était le 18 juin 1915, un samedi. On nous annonça dans l’après-midi de ce jour que tous les chrétiens devaient quitter Trébizonde. Les Russes bombardant la ville, les habitants s’étaient rendus aux alentours. Nous étions partis aussi, ma famille et moi, pour Totz, village situé à trois heures de la ville. Désolé par cette nouvelle nous descendîmes en ville le dimanche. Un délai de quatre jours nous fut donné pour partir. Le mercredi soir, le docteur Crawford, un missionnaire, directeur de collège américain, qui se trouvait à Trébizonde avec sa femme, après avoir fait beaucoup d’efforts pour garder les enfants qui lui étaient confiés par leurs parents qui allaient quitter la ville, put obtenir la permission du vali, Djémal Azmi, d’éviter leur exode. Un grand nombre de familles s’empressèrent alors d’amener leurs garçons et leurs filles au collège où de jeunes personnes se réfugièrent également en qualité d’institutrices. Les parents remirent à la mission tout l’argent qu’il fallait pour soigner leurs enfants, en confiant même à cette institution, en dépôt, leurs bijoux.
J. Naayem, Les Assyro-chaldéens et les Arméniens massacrés par les Turcs. Documents inédits recueillis par un témoin oculaire, Paris, Bloud § Gay, 1920
Imprescriptible.fr : Les massacres de Trébizonde

18 juin 1915 -- Empire ottoman/Mezreh (vilayet de Mamuret ul-Aziz) : 3 000 soldats-ouvriers des amele taburiler de HoghĂ©, Haboussi et Achemi, ainsi que 500 artisans de Harpout sont internĂ©s au Kirmizi konak (« Konak-Rouge »), Ă  la sortie de Mezreh. Ils y sont torturĂ©s et privĂ©s de nourriture. Le 18 juin, Çerkez Kâzım, lÂ’un des commandants de la « milice » de lÂ’Organisation spĂ©ciale, accompagnĂ© de cavaliers et de deux cents soldats dÂ’infanterie, transfère ces soldats-ouvriers vers le sud et les fait assassiner dans la soirĂ©e.
*** (Piranian, 1937 :98-99, 117-118, 133-139, 151-157; Riggs, 1997 : 78; Atkinson, 2000 :38 and T.V. n° 3771, 13 janvier 1920 :48-49).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

18 juin 1915 -- Empire ottoman/Mardin : le 11 juin, des soldats venus de Mardin installent leur cantonnement dans la petite ville. Ils convoquent les pères Antoun et Minas et les notables arméniens, les emprisonnent et les conduisent à Cheikhan où ils sont tués. Le vendredi suivant, 18 juin, ils arrêtent dix autres Arméniens – dont Serop Ghazo, Mikhaïl Melki et Georges Jadaan – et les conduisent à la citadelle de Mardin pour interrogatoire. Ils y restent enfermés huit jours, avant d’être reconduits à Tell Armen. Quelques jours après, le mudir sélectionne 70 villageois qui sont censés seconder les soldats pour protéger le village des Kurdes. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Quatrième partie. L’élimination des Chrétiens du sandjak de Mardin

18 juin 1916 -- Empire ottoman: rapport sur les persécutions arméniennes 5/18 juin 1916. "Le projet d’extermination du peuple arménien en Turquie est encore dans toute sa vigueur. Chaque semaine, sous divers prétextes, de nombreux Arméniens sont encore exilés de la capitale. Les exilés arméniens se trouvant à Eski-Chéhir, à Angora, à Afion-Karahissar, à Konia sont impitoyablement expulsés de ces villes et dispersés dans les villages musulmans des environs ou encore plus loin. Les exilés arméniens d’Alep et des environs — c’est-à-dire de Bab, de Mumbidje [= Mounboudj], de Maarâ, etc., sont chassés vers les déserts ou privés de tout moyen d’existence. Ils périssent misérablement de faim, de toutes sortes de maladies et de la rigueur du climat. Toutes sortes de violences sont exercées sur les quelques familles arméniennes demeurées dans différentes villes, dont les soutiens servent dans les armées, pour les contraindre à embrasser l’islamisme..."
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Autres témoignages sur les déportation et les camps de concentration
de Syrie et de MĂ©sopotamie (1915-1916)


18 juin 1919 -- Empire ottoman: le patriarche Rahmani joue ouvertement la carte de la France. C’est un ancien élève des pères dominicains du séminaire de Mossoul et il réclame la protection de la France en Syrie contre le pouvoir arabe qui s’est installé à Damas. Il rêve même d’une grande Syrie qui engloberait la Palestine et la Haute-Mésopotamie avec Diarbékir, Mardin et Mossoul. Dans son rapport, rédigé le 18 juin 1919, il demande que la France agisse au plus vite pour « que les troupes anglaises soient relevées par des troupes françaises, le plus tôt possible » et que des administrateurs militaires français remplacent le gouvernement arabe, « cause de désordres et de mécontentements »
Imprescriptible.fr : Arméniens et Syriaques à la Conférence de la paix

18 juin 1940 -- Le 18 juin 1940, Ribbentrop, Ministre des Affaires Etrangères du Reich, relate à son homologue italien, le Comte Ciano (gendre de Mussolini), qu’il est "dans l’intention du Führer de créer à Madagascar un Etat juif libre où il enverra de force les millions de Juifs qui vivent sur le territoire du vieux Reich aussi bien que sur les territoires récemment conquis". Son plan détaillait les mécanismes d'évacuation des juifs d'Europe et prévoyait de garder les juifs d'Europe de l’Est à Lublin (Pologne) et de déplacer tous les juifs de l'ouest hors d'Europe, à Madagascar par exemple. Luther communique le plan à Ribbentrop qui le communique lui-même à Adolf Hitler. Le 18 juin 1940, en référence à la défaite et l'avenir de la France, Hitler et Ribbentrop s'entretiennent de ce plan avec Benito Mussolini. Hitler en discute les jours suivants avec le Grand Amiral Erich Raeder. Informé en juin 1940 du projet, Reinhard Heydrich souhaite être largement impliqué. Il écrit donc le 24 juin 1940 à Ribbentrop dans ce sens. Ribbentrop s'y résout et informe Rademacher qu'il a donné son accord de principe à la préparation d'un plan d'expulsion des Juifs d'Europe qui doit se faire en étroite coopération avec les services du Reichsführer (le RSHA dirigé par Heydrich).
Wikipedia

18 juin 1940 -- Appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle. Depuis Londres, le général de Gaulle prononce, le 18 juin 1940 sur les ondes de la BBC, un appel à la résistance invitant les Français à refuser la défaite et à combattre. "Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là. Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas."
Charles-de-gaulle.org

18 juin 1941 -- Turquie : signature à Ankara par le gouvernement turc et von Papen d'un traité d'amitié et de non-agression germano-turque pour une durée de 10 ans.
Seconde-guerre.com

18 juin 1942 -- 2 500 juifs de Kolbuszova (district de Lvov, R.S.S. d'Ukraine) sont assassinés en deux jours par les SS et la police ukrainienne.

Les SS assassinent 1 200 juifs Ă  Rudnik (district de Lvov).
Israelvivra.com

18 juin 1943 -- 16 juifs de Bamberg et 70 autres de Nuremberg (Allemagne) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

18 juin 1944 -- Les 250 juifs de la communauté de Kalocsa (Hongrie) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

18 juin 1987 -- Parlement Européen/ À partir de 1983, le Parlement européen travailla à une résolution « sur une solution politique de la question arménienne ». Adoptée le 18 juin 1987, son texte affirme que « les évènements tragiques qui se sont déroulés en 1915-1917 contre les Arméniens établis sur le territoire de l’Empire ottoman constituent un génocide au sens de la convention pour la prévention et la répression de crime de génocide, adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU, le 9 décembre 1948 », tout en reconnaissant que « la Turquie actuelle ne saurait être tenue pour responsable du drame vécu par les Arméniens de l’Empire ottoman et souligne avec force que la reconnaissance de ces évènements historiques en tant que génocide ne peut donner lieu à aucune revendication d’ordre politique, juridique ou matérielle à l’adresse de la Turquie d’aujourd’hui ». Il est également demandé « au Conseil d’obtenir du gouvernement turc actuel la reconnaissance du génocide commis envers les Arméniens en 1915-1917 et de favoriser l’instauration d’un dialogue politique entre la Turquie et les délégués représentatifs des Arméniens ».
Imprescriptible.fr: Citations : institutions Ă©tatiques et supra-Ă©tatiques
Assemblée Nationale

18 juin 2001 -- Belgique : une plainte est déposée à Bruxelles à l'encontre d'Ariel Sharon pour génocide, crimes contre l'humanité, crimes de guerre et violations des Conventions de Genève pour les actes perpétrés dans les camps de Sabra et Chatila en septembre 1982.
La documentation française

Le 18 juin 2008 -- Turquie: la deuxième chambre du tribunal correctionnel de Sisli à Istanbul a relaxé les rédacteurs d’Agos, Sarkis Seropian et Aris Nalci. Les deux hommes étaient passibles de trois ans de prison pour un éditorial intitulé « L’ardoise intelligente » publié le 9 novembre 2007. L’article critiquait la condamnation de Arat Dink, le fils de Hrant Dink, et de trois autres membres de la rédaction d’Agos pour avoir reproduit les propos tenus par Hrant Dink lors d’une interview accordée à l’agence de presse britannique Reuters où il évoquait le génocide arménien.
Collectifvan.org


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour Ă  la rubrique


   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org