Aujourd'hui : Vendredi, 24 mai 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 2 juillet
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:




Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: 2 juillet 1993 -- Turquie: Le 2 juillet 1993, 37 intellectuels alévis avaient péri dans l'incendie criminel de l'hôtel Madimak, dans la ville anatolienne de Sivas. Ils étaient réuni à l'occasion d'une conférence sur le poète Pir Sultan Abdal. Parmi eux figurait notamment l'écrivain Aziz Nesin, qui avait entamé la traduction en turc des Versets Sataniques de Salman Rushdie. Sa présence servit de prétexte à un rassemblement hostile, à l'appel des partis islamistes de l'époque.

Photo: Aziz Nesin en train de descendre l'Ă©chelle des pompiers.


Ça s’est passé un 2 juillet (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


2 juillet 1488 -- Au cours d'un autodafé qui se déroule à Tolède, 20 hommes et 7 femmes, accusés d'être des « judaïsants », c'est-à-dire de descendre de juifs obligés de se convertir au siècle précédent et de pratiquer toujours clandestinement la religion juive, sont brûlés sur le bûcher.
Israelvivra.com

2 juillet 1915 -- Empire ottoman: le décret d'expulsion est émis dans la ville de Mouch.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (July-September)

2 juillet 1915 -- Empire ottoman: le deuxième convoi de Mezreh, comprenant les habitants des quartiers de Karaçöl, Icadiye et Ambar, près de trois mille personnes, est mis en route vers Malatia où les hommes sont séparés du groupe et exécutés. Après être passés par Urfa, les déportés survivants parviennent dans le désert syrien, à Der Zor, plusieurs semaines plus tard.
** (Piranian, 1937 :222-227).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

2 juillet 1915 -- Empire ottoman/vilayet de Bitlis : les 2 598 ArmĂ©niens du village de Khoultig, situĂ© Ă  2h au sud-est de Bitlis, sont attaquĂ©s par cent soldats et miliciens kurdes. Ils sont entassĂ©s dans des granges et brĂ»lĂ©s vifs par Humaslı Farso et ses hommes.
*** (KĂ©vorkian, 2006 :421-422).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

2 juillet 1915 -- Empire ottoman/Çemızkezek (vilayet de Mamuret ĂĽl-Aziz) : un convoi de 1 000 dĂ©portĂ©s originaires de Çemızkezek est mis en route vers Arapkir. 150 personnes parviennent vivantes Ă  Alep deux mois plus tard.
*** (KĂ©vorkian, 2006 :517-518).
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

2 juillet 1915 -- Empire ottoman/Mardin: le 2 juillet, un troisième convoi d’hommes de 600 hommes emmène vers la mort une partie des survivants arméniens du second convoi restés en prison à Mardin : ils sont massacrés près des murailles de la ville. Mais le reste de la communauté arménienne n’a pas encore été déporté, alors que dans le reste du vilayet et dans les autres vilayet orientaux la déportation est presque achevée.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Chapitre IV,
Liquidation des Arméniens de Mardin


2 juillet 1915 -- Empire ottoman: le massacre de Gulié est un exemple de collusion entre tchété et Kurdes, ce qui confirme que les ordres sont bien venus de Mardin. Le 2 juillet, la milice Al Khamsin investit le village. Les tchété interdisent aux habitants de quitter leurs maisons. Vers midi, quatre à cinq mille Kurdes, venus des environs de Tell Armen, se rassemblent autour de Gulié. Au coucher du soleil, ils demandent au commandant de la milice, Youssouf, le fils de Nouri-el-Bitlissi [Nouri-el-Ansari], la permission d’attaquer. Le second de Youssouf, Mohamed bey, ordonne à ses hommes d’encercler le village pour empêcher les habitants de fuir. A la nuit tombée, cinq chefs kurdes vont trouver Mohamed bey. Ils lui proposent de faire payer trois cents livres aux chrétiens pour que les Kurdes partent. Avec quelques miliciens, Mohammed bey va trouver le chef du village, Elia Jabbour, un syrien catholique, pour lui transmettre l’offre des tribus. Celui-ci refuse. Le lendemain, à l’aube, les Kurdes attaquent Gulié12. La milice feint d’abord de défendre les villageois, puis elle fait cause commune avec les Kurdes pour tuer et piller.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : L’élimination des Chrétiens du sandjak de Mardin

2 juillet 1915 -- Empire ottoman /Le journal de Hans Bauernfeind : "[...] Hier après-midi, Haschim beg, notre voisin, est venu nous voir. La seule chose qu’il nous a dit fut: “Les Arméniens seront tous envoyés en bannissement dans la région d’Ourfa”. Si cela aboutit à un bannissement général, la mesure est incroyablement cruelle et inutile [...] L’exécution de cette peine correspond toutefois entièrement au bas niveau intellectuel et moral du pays et paraît dans les cas particuliers infiniment cruelle et arbitraire. C’est également pour cette raison qu’il faut fermement la qualifier de massacres, même si, à la différence des massacres des années 1895/96, ceux-ci se déroulent sous la forme fastueuse d’un meurtre judiciaire qu’on déguise en nécessité patriotique devant le public et qu’on justifie, sans presque aucune raison, en citant l’exemple des Allemands en Belgique. "

******1er et 2 juillet 1915, sancak de Malatia : 480 Arméniens détenus dans la prison de Malatia sont exécutés dans les environs de la ville, à Indere, par un escadron de çete basé à Taspinar.
** (KĂ©vorkian, 2006 :505).
Imprescriptible.fr : Les déportés de Sivas et de Mezré/Kharpert; les préparatifs de déportation à Malatia
Mass Violence - par Raymond KĂ©vorkian

2 juillet 1915 -- Empire ottoman/Midiat: le vendredi 2 juillet, le kaïmakam envoie à Salah un émissaire, Bachar bey, demander au mudir de ce nahié, Hessno, de réunir les tribus kurdes pour qu’elles mettent les chrétiens à mort. Le lendemain, Salah est attaquée : les hommes sont tués, les femmes violées, les maisons pillées, le bétail volé. Hessno s’empare des maisons et des biens. Salah comprend 80 maisons musulmanes, 30 jacobites. C’est un siège épiscopal. C’est là que se trouve le célèbre monastère de Mar Yakoub7.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Massacres dans le Tur Abdin

2 juillet 1916 -- France : publication du N°136 du périodique « Le miroir ». Dans cette édition Le miroir publie les documents photographiques relatifs à la guerre, présentant un intérêt particulier.
Archives Imprescriptible

2 juillet 1916 Empire ottoman: les Russes prennent Erzincan.
Wikipedia

2 juillet 1918 -- Empire ottoman: Mehmed VI est le nouveau sultan ottoman peu avant la capitulation de l'armée turque face aux forces alliées qui occupent Istanbul, la capitale de l'empire. Au lieu de résister, il préfère jouer le jeu des forces d'occupation étrangère, espérant leur arracher des conditions de paix clémentes. Il pense qu'une résistance n'a aucune chance de réussite et ne peut que faire empirer la situation. Cette position est perçue comme une trahison, et il perdit sa légitimité au sein de l'opinion publique qui se révolte contre l'occupation du pays. La lutte nationale, dirigée par Mustafa Kemal Atatürk depuis Ankara, se retourne contre lui. Suite à la victoire des kémalistes en septembre 1922, la Grande assemblée nationale de Turquie abolit la monarchie le 1er novembre suivant, ainsi le sultanat (pouvoir politique) est séparé du califat (pouvoir religieux). Le cousin de Mehmet VI, Abdülmecit II, est élu calife par l'assemblée. Face à cette situation et par peur d'être jugé, Mehmet VI quitte le pays le 17 novembre 1922 à bord du cuirassé britannique HMS Malaya pour se réfugier à Malte. Cet événement marque la fin officielle de l'Empire ottoman.
La Citoyenneté
Wikipedia

2 juillet 1919 -- 15 juifs sont massacrés et 15 autres grièvement blessés quand des unités de l'Armée nationale ukrainienne, commandées par Jelezniak et Sokolov, se livrent à un second pogrome en deux semaines à Volodarka, près de Kiev.
Israelvivra.com

2 juillet 1937 -- Limitation plus stricte du nombre des élèves juifs dans les écoles.
Compagnienomades.free.fr

2 juillet 1940 -- Les nazis qui occupent La Haye décrètent que tous les juifs étrangers doivent se faire recenser.
Israelvivra.com

2 juillet 1940 -- Formation du gouvernement dirigé par Pétain, avec Laval comme Premier ministre. Ce gouvernement entend être un gouvernement de « redressement national » dans le cadre d’une collaboration avec l’envahisseur allemand auquel il est totalement soumis, et qu’il suivra avec beaucoup de zèle et d’entrain dans la persécution des Juifs.
ajpn

2 juillet 1941 -- Le 1er décembre 1941, le SS-Standartenführer Karl Jäger, commandant de l’Einsatzkommando 3 de l’Einsatzgruppe A, rédige un long rapport intitulé « Bilan des exécutions effectuées par les commandos spéciaux EK3 jusqu’au 1er décembre 1941 ». Ce rapport fournit une comptabilité sanglante et détaillée des sorties meurtrières de ces « unités spéciales » dans l’URSS occupée par les Nazis. La plupart du temps, les chiffres des Juifs assassinés sont divisés en trois catégories, « les hommes juifs », « les femmes juives », et « les enfants juifs ». Pendant les cinq mois couverts par ce rapport, l’E.K.3 a assassiné 137 346 personnes, presque toutes juives, dont un tiers d’enfants, et un tiers de femmes. Le rapport est accompagné quelques constats et réflexions, dont voici un extrait : « Le commando EK3 est entré en action le 2 juillet 1941 pour accomplir une mission spéciale […] Aujourd’hui, il m’est possible d’affirmer que le EK3 a atteint l’objectif fixé, il a résolu le problème juif en Lituanie. Il n’y a plus de Juifs dans le secteur, excepté les travailleurs juifs affectés à des tâches spéciales […] Notre but [était de] débarrasser la Lituanie de ses Juifs […] En ce qui concerne la mission du EK3, je considère que les opérations juives sont pratiquement terminées. On a un besoin urgent des quelques travailleurs juifs restants et je pense que nous en aurons encore besoin à la fin de l’hiver. Il faudrait, à mon avis, déjà commencer à stériliser les hommes afin d’empêcher toute procréation. Si une Juive était enceinte malgré cela, il faudrait la liquider. »
PHDN

2 juillet 1941 -- Les troupes allemandes occupent Stryj (province de Lvov, R.S.S. d'Ukraine), tuant plusieurs centaines de ses juifs, sur un total de 12 000, avec l'aide des Ukrainiens.

Des juifs habitent la ville depuis le XVIe siècle.

Des troupes slovaques et des unités ukrainiennes en uniforme allemand occupent Belechov (R.S.S. d'Ukraine).

Des juifs y ont vécu dès la fin du XVIIe siècle, constituant à plusieurs reprises la majorité de la population. Au début de la guerre, la communauté compte 3 500 membres.

La ville de Rohatyn (province de Stanislavov, R.S.S. d'Ukraine), où vivent 40 000 juifs, est occupée par l'armée allemande après le déclenchement du conflit germano-soviétique.

Une communauté juive existe à Rohatyn depuis le XVIIIe siècle.

Les troupes allemandes occupent Korzec (R.S.S. d'Ukraine), oĂą vivent 5 000 juifs, dont 500 parviennent Ă  fuir.

Les premiers juifs s'étaient installés à Korzec au XVIIIe siècle. En l'an 1648, pratiquement tous les habitants juifs furent massacrés par les cosaques de Bogdan Khmielnicki.

200 juifs sont tués lors d'un pogrome contre les 13 000 juifs de Borislav (R.S.S. d'Ukraine), auquel se livrent les Ukrainiens et les troupes allemandes le lendemain de l'entrée des Allemands dans la ville.

3 000 juifs sont assassinés par les nazis à Lwow (ancien Lemberg, R.S.S. d'Ukraine) lors d'un pogrome de trois jours qualifié de « vengeance pour Petlioura ».

Les nazis et la police locale fusillent 1 160 juifs Ă  Lutsk (district le Lvov, R.S.S. d'Ukraine).

Les nazis fusillent un juif à Salonique (Grèce) pour « offenses à un membre de l'armée allemande ».

Plusieurs centaines de juifs sont massacrés lors d'un pogrome déclenché par les nazis et les Ukrainiens à Kamionka-Strumilova (district de Lvov, R.S.S. d'Ukraine), alors peuplé de 4 000 juifs. Des juifs y vivent depuis le XVe siècle.

Au cours d'une Aktion de deux jours à Dünaburg (Dvinsk, R.S.S. de Lettonie), la synagogue est brûlée avec 50 juifs qui y ont été enfermés.

7 000 juifs sont tués par les nazis, aidés par la milice ukrainienne, lors d'une Aktion à Lvov (R.S.S. d'Ukraine).
Israelvivra.com

2 juillet 1942 -- 850 juifs tombent victimes d'une Aktion des nazis à Ropczyce (district de Cracovie). Des juifs sont assassinés et d'autres déportés au camp d'extermination de Belzec.
Israelvivra.com

2 juillet 1942 -- Les Juifs de Berlin sont envoyés à Theresienstadt.
ajpn

2 juillet 1942 -- Accords Bousquet-Oberg pour la collaboration des polices françaises et allemandes, en présence d'Heydrich, adjoint de Himmler.
ajpn

2 juillet 1944 -- Les derniers 3 000 juifs du ghetto de Vilna (R.S.S. de Lituanie), utilisés pour le travail obligatoire, sont transportés dans la forêt de Ponary, près de la ville, et fusillés par les SS.

Début de la déportation de 6 500 juifs entassés dans des baraquements dans la ville de Kaposvar (Hongrie) au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

2 juillet 1973 -- Kourken Yanikian, 77 ans, Ă©crivain armĂ©no-amĂ©ricain et survivant du gĂ©nocide armĂ©nien de 1915, Ă©tait condamnĂ© Ă  la prison Ă  vie en Californie. Le 27 janvier 1973, le vieil homme avait assassinĂ© dans une chambre de l'HĂ´tel Biltmore Ă  Santa Barbara en Californie, deux agents consulaires turcs (le Consul gĂ©nĂ©ral de Los Angeles, Mehmet Baydar, 47 ans, et le vice-consul, Bahadır Demir, 30 ans) qu'il avait attirĂ©s au motif de leur remettre un billet de banque et un tableau de l'Ă©poque de l'Empire ottoman. Son avocat de la dĂ©fense avait tentĂ© de faire venir Ă  la barre des survivants du gĂ©nocide armĂ©nien pour qu'ils tĂ©moignent du traumatisme de leur expĂ©rience, dans le cadre de la stratĂ©gie de dĂ©fense de Yanikian concernant la «diminution de sa capacitĂ© mentale», mais ses requĂŞtes ont Ă©tĂ© rejetĂ©es par le tribunal. Yanikian est connu pour avoir dĂ©clarĂ©: «Je ne suis pas Kourken Yanikian, mais je suis l'histoire mĂ©connue qui resurgit pour les 1.500.000 ArmĂ©niens dont les os ont profanĂ© mon existence invisible». Yanikian a Ă©tĂ© libĂ©rĂ© sur parole 11 ans plus tard en janvier 1984 par celui qui Ă©tait alors gouverneur de Californie, George Deukmejian. Après la mort de Yanikian, le procureur David D. Minier a Ă©crit: "Avec le recul, je regrette de ne pas avoir laissĂ© prouver le gĂ©nocide, non pas parce que Yanikian aurait dĂ» sortir libre, mais parce que les chapitres les plus sombres de l'histoire - ses gĂ©nocides - devraient ĂŞtre exposĂ©s, de sorte que leurs horreurs soient moins susceptibles de se rĂ©pĂ©ter." Il est admis que l'acte de Yanikian a dĂ©clenchĂ© la sĂ©rie d'assassinats et d'attaques ciblĂ©es contre des diplomates turcs par le CJGA [Commando des Justiciers du GĂ©nocide ArmĂ©nien] et l'ASALA [ArmĂ©e Secrète pour la LibĂ©ration de l'ArmĂ©nie] dans les annĂ©es 1970 et 1980.
Wikipedia.org

2 juillet 1985 -- ONU: la 38e réunion du Sous-Comité de l’ONU pour la prévention des droits de l’homme et la protection des minorité examine et approuve le rapport présenté par Benjamin Whittaker, représentant de la Grande-Bretagne. Le paragraphe 24 de ce rapport qualifie le massacre des Arméniens de génocide.
American University of Armenia: This day in armenian history
Imprescriptible.fr

2 juillet 1993 -- Turquie: le massacre de Sivas (en turc Madimak Olaylari ou Sivas Katliami) a eu lieu de 2 juillet 1993 à Sivas, une ville du centre de la Turquie. Il a entraîné la mort de 37 personnes, dont 33 intellectuels alévis. Les victimes, qui s'étaient rassemblées pour un festival culturel alévi à Sivas en Turquie, ont été tuées quand une foule d'islamistes radicaux a mis le feu à l'hôtel Madimak où le groupe s'était regroupé. L'incendie de l'hôtel a fait 37 victimes, y compris des musiciens, des poètes, des touristes et des membres du personnel de l'hôtel. La police n'est pas intervenue. Aziz Nesin a réussi à s'échapper car les assaillants ne l'ont pas reconnu. Le 26 mai l'écrivain Aziz Nesin a traduit le livre de Salman Rushdie, Les Versets sataniques et a commencé sa diffusion, au nom de la liberté d'expression, dans un journal, ce qui a amené beaucoup de protestations au niveau national.
Cette tragédie est restée un traumatisme pour la communautés alévie de Turquie (environ 12 millions de personnes), régulièrement confrontée dans l'histoire récente de la Turquie, à des bouffées d'intolérance de la part de sunnites radicaux (Corum, Marache...). Le soupçon d'une manipulation par certaines factions de l'Etat turc demeure. En 1993, le président Turgut Özal venait de mourir subitement, remplacé par Suleyman Demirel. Tansu Ciller accédait à la tête du gouvernement. Des manifestants qui protestaient contre la décision de la justice ont été dispersés par la police à Ankara. Les cinq suspects n'ont jamais été retrouvés et l'opposition accuse le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et son Parti l'AKP, issu de la mouvance islamiste, d'avoir entravé toute enquête sérieuse. "Certains des assassins se sont mariés, ont fait leur service militaire, ont envoyé leurs enfants à l'école, mais n'ont pas pu être retrouvés !", s'est offusqué Kemal Kilicdaroglu, dirigeant du CHP.
Wikipedia
Le Monde - blogs




Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour Ă  la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org