Aujourd'hui : Samedi, 7 décembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Rencontre Fabius-Davutoglu : la Turquie place ses pions
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu tiendra des pourparlers bilatéraux avec son homologue français Laurent Fabius ce 5 juillet à Paris : « Ankara espère que la France cessera de bloquer cinq chapitres de négociations sur l’accession de la Turquie à l’Union Européenne. » « Le renouvellement de l’accord de 60 ans sur la coopération dans le domaine de la culture est également important. La mise à jour de cet accord permettra à la Turquie d'ouvrir des instituts culturels Yunus Emre en France, tandis que la France pourra renforcer ses trois instituts en Turquie. » « Il ne fait aucun doute que la puissante diaspora arménienne continuera à exercer des pressions sur les législateurs français, pour faire adopter une loi pénalisant la négation du génocide arménien, et ce jusqu'en 2015, année du centenaire du prétendu génocide. » annonce le journaliste. Tout est dit en quelques phrases. Un article du journal Zaman, proche de l’AKP, laissait déjà entendre le 27 janvier dernier que les instituts culturels Yunus Emre serviraient à propager à l’étranger la stratégie négationniste de l’Etat turc pour 2015… Le Collectif VAN vous livre la traduction d’un article en anglais paru sur le site turc Hurriyet Daily News le 4 juillet 2012.

Légende photo: Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères et son homologue turc Ahmet Davutoglu

Une nouvelle page sÂ’ouvre pour Ankara et Paris

ANKARA - Hürriyet Daily News

Serkan Demirtaş serkan.demirtas@tdn.com.tr
4 juillet 2012

Parmi tout le bruit et la fureur concernant la Syrie, et, en particulier, suite à l’histoire de l’avion turc abattu par les forces syriennes, un autre événement très important pour la politique étrangère turque a eu lieu cette semaine.

Le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu tiendra des pourparlers bilatéraux avec son homologue français Laurent Fabius le 5 juillet, après des mois de froideur entre les deux alliés, en raison de l'attitude inexplicablement hostile de l’ancienne administration française à l’encontre d’Ankara.

Le départ de Nicolas Sarkozy du Palais de l’Elysée, suite à la victoire du socialiste François Hollande, est déjà un signe qu’un processus de réconciliation peut maintenant s’engager entre Ankara et Paris. Hollande a rencontré le président Abdullah Gül à Chicago et le Premier ministre Tayyip Erdogan au Brésil, en marge des sommets internationaux.

Mais le vrai coup d’envoi est prévu à Paris cette semaine. Les deux parties œuvrent sérieusement pour que cette première réunion soit un succès et un début significatif pour accroître la coopération dans de nombreux domaines. La question la plus importante, cependant, sera la Syrie. Étant donné que la rencontre bilatérale entre les deux ministres aura lieu juste un jour avant la troisième réunion des Amis de la Syrie, Davutoglu et Fabius évalueront les développements récents, suite aux réunions du Caire et de Genève. On peut s’attendre à davantage de consultations entre les deux capitales désormais, car les deux pays hébergent des personnalités importantes de l’opposition syrienne, qui doivent cependant réussir à établir un front uni contre le régime de Bachar al-Assad.

Suite à cette réunion bilatérale, la France espère que les sanctions militaires que la Turquie lui a imposées, après que le Parlement de la France a adopté le projet de loi pénalisant la négation du génocide arménien le 22 décembre 2011, seront levées. Bien qu’Erdogan ait appelé à annuler ces huit sanctions, ses instructions n’ont pas encore été appliquées. Les avions militaires français ne peuvent pas utiliser l’espace aérien turc et on interdit toujours aux navires d’entrer dans les eaux territoriales turques. L’Attaché français de la défense est toujours sur la liste noire du commandant de l’État-major.

La France s’attend à ce que Davutoglu annonce formellement la levée de ces sanctions pendant les pourparlers à Paris.
En retour, Ankara espère que la France cessera de bloquer les cinq chapitres des négociations d’accession de la Turquie à l’Union Européenne. Fabius indiquera probablement à son homologue turc que la nouvelle administration ne veut pas bloquer les pourparlers d’adhésion de la Turquie, comme Hollande l’a déclaré pendant la campagne électorale.

Cependant, la levée de ces blocages prendra un certain temps. Et, en raison du fait que Chypre grec a pris la présidence tournante de l’UE pour les six derniers mois de 2012, les deux parties pourront utiliser cette période pour travailler activement sur ces chapitres et achever les préparations pour la présidence de l’Irlande en 2013. [Nota CVAN : s’il y a bien une appellation « Chypre-Nord » pour la partie de l’île occupée illégalement par l’Armée turque depuis 1974, ce que le journaliste appelle ici « Chypre grec » ne correspond à aucun des standards internationaux pour désigner un Etat qui s’appelle simplement Chypre et qui est membre de l’Union européenne.]

Le renouvellement de l’accord de 60 ans sur la coopération dans le domaine de la culture est également important. La mise à jour de cet accord permettra à la Turquie d'ouvrir des instituts culturels Yunus Emre en France, tandis que la France pourra renforcer ses trois instituts en Turquie.
Mis à part toutes ces questions positives, il ne fait aucun doute que la puissante diaspora arménienne continuera à exercer des pressions sur les législateurs français, pour faire adopter une loi pénalisant la négation du génocide arménien, et ce jusqu'en 2015, année du centenaire du prétendu génocide. Le fait que le Conseil Constitutionnel français a imposé son veto à cette loi en avril rendra sûrement les futures tentatives plus difficiles, mais cela n’arrêtera pas les efforts de quelques législateurs français fervents à l'avenir. Pendant leur rencontre, Davutoglu et Fabius aborderont aussi ce sujet et ils rechercheront des moyens permettant d’éviter au mieux une crise potentielle future.


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 4 juillet 2012 – 08:00 - www.collectifvan.org


Lire aussi :

Tour de France-Turquie : prochaine étape au Quai d’Orsay

Les liaisons dangereuses de nos universités

Qui dénoncera le Goulag turc ?

Euro 2012 : Erdogan passe le ballon à Hollande

http://zaman.com.tr/haber.do?haberno=1236056&title=t%FCrkiyenin-2015-stratejisine-ihtiyac%FD-var(en turc)



Retour à la rubrique


Source/Lien : Hurriyet Daily News



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org