Aujourd'hui : Lundi, 18 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Israël et la reconnaissance de l’holocauste arménien - I
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Lors d’une séance historique de la Knesset en Israël, de nombreux députés de la Knesset, émanant de sept partis politiques différents, ont approuvé à une grande majorité la reconnaissance du génocide arménien. La séance a été menée fermement et avec brio par le président de la Knesset, Reuven Rivlin, qui a parlé avec un sentiment profond d’un impératif tant juif qu'israélien d’approuver une reconnaissance due depuis des années. C’est une question morale, a-t-il souligné à maintes reprises. » « Le gouvernement était officiellement représenté à l'audience par Gilad Erdan, ministre des Affaires environnementales d'Israël, qui a utilisé le mot codé 'holocauste', pour décrire ce qui a été fait au peuple arménien. » Le Collectif VAN vous livre la traduction en 3 parties d’un article en anglais écrit par le Professeur Israel W. Charny et paru sur le site GPN [Genocide Prevention Now] le 12 juin 2012.

Légende photo: La Knesset d’Israël à Jérusalem


Le gouvernement israélien appelle officiellement la Knesset à reconnaître le génocide arménien

Numéro 10, printemps 2012

G P N O R I G I N A L B R E AK I N G N E W S

C’est la première fois qu’un gouvernement d’Israël a approuvé la reconnaissance [du génocide arménien]


Un rapport approfondi et une analyse du processus politique, par GPN

Préparé par Israel W. Charny


JĂ©rusalem, 12 juin 2012

Lors d’une séance historique de la Knesset en Israël, de nombreux députés de la Knesset, émanant de sept partis politiques différents, ont approuvé à une grande majorité la reconnaissance du génocide arménien. La séance a été menée fermement et avec brio par le président de la Knesset, Reuven Rivlin, qui a parlé avec un sentiment profond d’un impératif tant juif qu'israélien d’approuver une reconnaissance due depuis des années. C’est une question morale, a-t-il souligné à maintes reprises.

« Nous devons faire entendre nos voix quand d'autres nations sont visées pour être détruites », a déclaré Rivlin. « Ceux qui ont rédigé la solution finale pour les Juifs ont pensé que le monde serait silencieux, comme il l’a été lorsque les Arméniens ont été assassinés. La Knesset ne peut pas ignorer cet épisode qui est factuel. Nous ne pouvons pas pardonner aux nations qui ignorent notre tragédie et nous ne pouvons pas ignorer la tragédie des autres », a ajouté le président de la Knesset.

Bien que plusieurs orateurs aient aussi brièvement réutilisé certaines parties habituelles de la rhétorique israélienne traditionnelle de ces dernières années en matière de realpolitik - tel ce leitmotiv indiquant que le gouvernement de la Turquie actuel n'est pas l'Empire ottoman qui a commis le génocide - les vieilles excuses étaient comme un album de souvenirs du langage qui a prévalu dans le passé pour expliquer et justifier l'échec d'Israël, et dans tous les cas, sauf un, elles ont bientôt cédé la place à des affirmations claires et nettes sur la véracité du génocide arménien et au soutien de l’actuel gouvernement israélien à sa reconnaissance.

Votre journaliste a dû retenir son souffle au début des déclarations du porte-parole officiel du gouvernement, avant qu’il ne devienne clair que la position officielle était qu’Israël allait enfin reconnaître le génocide arménien.

Il y a eu seulement une tentative notable de contre-proposition émanant d’un membre de la Knesset, Robert Tiviaev [1], qui a sournoisement proposé qu’une commission d'historiens fasse des recherches « pour savoir ce qu’il est vraiment arrivé » , et il a promis que si la commission concluait qu'il y avait eu un génocide, « je serai le premier à appeler à la reconnaissance. » Le président de la Knesset, Rivlin, a expédié sans ménagement l'orateur et décidé qu'il n'y avait aucune raison de faire une contre-proposition formelle et qu’un vote sur ce sujet n’était pas nécessaire, parce qu’il était évident que tous les orateurs précédents avaient, à une majorité écrasante, catégoriquement confirmé l'authenticité historique du génocide arménien.

Rivlin a également conclu qu'il n'y avait pas raison d’appeler à un vote sur la résolution de reconnaissance du génocide, puisque la Knesset avait déjà voté unanimement l'année dernière, en faveur de la reconnaissance. C'était sur la base de ce vote que la motion avait été renvoyée devant la Commission de l’Éducation de la Knesset, qui avait tenu une séance de plusieurs heures en décembre 2011. (Voir l'article GPN, Citations directes de la Knesset israélienne, séance du 26 décembre 2011, sur la reconnaissance du génocide arménien, publié en tant que numéro spécial de GPN puis incorporé dans le numéro 8 ).

Rivlin, le président de la Knesset, a également dit que la séance de ce jour était la confirmation et le prolongement de la résolution complète originale de la Knesset de reconnaître le génocide, et il a ajouté avec force qu’il attendait non seulement que les délibérations se poursuivent devant la Commission de l’Éducation, mais aussi un vote de la résolution.

Le gouvernement était officiellement représenté à l'audience par Gilad Erdan, membre du Parti d'union nationale et actuel ministre de l'Environnement, qui est décrit par une certaine presse comme étant un ami proche du Premier ministre, Benjamin Netanyahu. Le rôle d'Erdan était de présenter la position du gouvernement (qui sera décrite sous peu) et de répondre officiellement au nom du gouvernement sur la motion parlementaire de ne pas reconnaître le génocide.

Erdan a clairement dit que le gouvernement avait décidé de reconnaître le génocide arménien et a même utilisé le mot de code 'holocauste' qui n’est normalement pas autorisé dans ses remarques, pour décrire ce qui a été fait au peuple arménien. « Je pense qu'il est tout à fait approprié que le gouvernement israélien reconnaisse formellement l'holocauste commis contre le peuple arménien », a déclaré Erdan, ministre des Affaires environnementales d'Israël.

Pour votre journaliste, les déclarations d’Erdan reflétaient également les luttes du gouvernement négationniste israélien depuis des années, qui change radicalement aujourd’hui en effectuant un renversement bienvenu pour reconnaître le génocide arménien. Au début, Erdan a fait au moins une remarque totalement inexacte pour défendre l’État lorsqu’il a dit : « L’État d’Israël ne l’a jamais nié [le génocide arménien]. Au contraire, nous déplorons le génocide. » Erdan a aussi brièvement atermoyé sur la signification du mot ‘génocide’ quand il a fait remarquer que : « Personne n’utilise le même dictionnaire quand on se réfère au ‘génocide’… » Mais à la fin, bien que ce journaliste ait trouvé que c’était quelque peu rapidement et nerveusement - Erdan a annoncé sans aucune ambigüité qu’il transmettait la position officielle du gouvernement. Tout d’abord, il a déclaré au nom du gouvernement que : « Il faut soutenir une discussion totalement ouverte sur la question. » Il a poursuivi en parlant d’une signification plus profonde du génocide arménien pour l’humanité et en liant le génocide arménien à l’holocauste du peuple juif : « Le gouvernement note que l’humanité n’a pas tiré toutes les leçons du génocide arménien et de l’holocauste. » Pour finir, Erdan a annoncé que le gouvernement israélien appelait à une reconnaissance formelle du génocide arménien, que, comme souligné précédemment, Erdan caractérise désormais avec le mot ‘holocauste’.

[1] Nota CVAN : Robert Tiviaev est originaire de Derbent au Daghestan. La République du Daguestan, Daguestan ou Daghestan, est une république, sujet fédéral de la Fédération de Russie. Elle est située au Nord de la frontière avec la république turcophone d’Azerbaïdjan. Le Daghestan compte une forte minorité azérie (environ 111 656 en 2002). Derbent est jumelée avec Gandja (Azerbaïdjan). Robert Tiviaev a fait son aliyah en Israël, peu après la chute de l’Union soviétique, en 1994.


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 24 juin 2012 – 07:00 - www.collectifvan.org


Lire aussi:

Israël et la reconnaissance de l’holocauste arménien - II

Israël et la reconnaissance de l’holocauste arménien - III

Israël, les Juifs et le génocide arménien



Retour Ă  la rubrique


Source/Lien : GPN



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org