Aujourd'hui : Lundi, 18 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Israël et la reconnaissance de l’holocauste arménien - II
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose la deuxième partie de la traduction d’un article en anglais écrit par le Professeur Israel W. Charny et paru sur le site GPN [Genocide Prevention Now] le 12 juin 2012 concernant les débats sur le génocide arménien à la Knesset le 12 juin 2012.









GPN [Genocide Prevention Now]

Numéro 10, printemps 2012

G P N O R I G I N A L B R E AK I N G N E W S

C’est la première fois qu’un gouvernement d’Israël a approuvé la reconnaissance [du génocide arménien]


Un rapport approfondi et une analyse du processus politique, par GPN

Préparé par Israel W. Charny

Explication et analyse GPN

Contrairement à la procédure du Congrès américain, la procédure législative d’Israël appelle d'abord à un vote en séance plénière et si le vote est positif alors la résolution proposée est envoyée devant l’une des commissions de la Knesset. Ensuite, si le vote de la commission est positif, la motion repart en séance plénière pour trois audiences, avec un vote à chaque fois. Une fois ce processus complètement accompli, la résolution devient une décision légale de la Knesset.

Dans le cas du projet de loi sur la reconnaissance du génocide arménien, on sait que si le gouvernement manœuvre pour envoyer le projet devant le Comité secret des Affaires étrangères et de la Sécurité, ce sera très probablement sa mort - et jamais aucune information sur qui a dit quoi et ‘qui l’a fait’ ne filtrera. Lorsque la présente résolution a été transmise à l'automne dernier à la Commission de l’Éducation, dont les audiences sont publiques, ce fut une étape majeure vers une reconnaissance possible du génocide arménien. L'audience de décembre devant la Commission de l’Éducation a été largement saluée en Israël comme étant le tout premier examen approfondi du génocide dans la législature d'Israël.

Cependant - un très grand ‘cependant’ - comme rapporté par GPN à l'époque, après plusieurs heures d'une session riche et très émouvante, le président de la Commission de l’Éducation d’alors, Alex Miller, - député de la Knesset pour le Parti Yisrael Beitenu qui est dirigé par le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman (le ministère des Affaires étrangères poursuit son opposition traditionnelle à la reconnaissance du génocide), comme s’il voulait rompre le charme de la session, qui aurait en principe clairement produit un vote en faveur de la reconnaissance, - a annoncé que la séance était terminée. Paf ! Miller a alors promis qu'il y aurait une prochaine séance, mais en fait il n’a jamais rien fait pour la programmer et GPN a appris à titre privé ces derniers mois, des responsables de la communauté arménienne en Israël, que Miller avait dit qu'il refusait de convoquer une telle séance.

Il reste à voir à présent si le gouvernement fera quelque chose à propos de sa récente annonce de soutien à la reconnaissance et œuvrera pour que la Knesset renvoie la mesure devant la Commission de l’Éducation pour une seconde séance - il y aura une nouvelle présidence de la Commission de l’Éducation) dans les semaines à venir.

Ce qui est clair, c’est que le président de la Knesset, Reuven Rivlin, fera tout ce qui est en son pouvoir dans les coulisses des décideurs, pour que la résolution soit renvoyée devant la Commission de l’Éducation, mais nous ne pouvons pas évaluer la portée de son influence.

Si le gouvernement prend des dispositions pour que le projet de loi passe devant le comité secret où il sera étouffé, ou, usant d’un autre moyen, bloque le déroulement du processus complet, nous saurons que la déclaration faite par le porte-parole du gouvernement le 12 juin était encore une autre manœuvre dans l'histoire de la realpolitik israélienne – quand bien même cette déclaration elle-même représente un précédent majeur dans le processus torturé qui s’est déroulé en Israël depuis tant d'années.

Une énigme pour ce journaliste est que le jour suivant l'audience, tant la presse en Israël qu’aux États-Unis n’a pas rapporté haut et fort ce qui est que pour nous une très grande nouvelle - et donc le titre du GPN : Le Gouvernement d'Israël a vraiment déclaré officiellement qu'il soutient la reconnaissance. Waouh ! En passant en revue la presse aujourd'hui, j'ai découvert à ma stupéfaction que la plupart des journaux étaient passés à côté du plus important. Haaretz en hébreu n'a même pas parlé de l'histoire de l’audience. L'édition anglaise de Haaretz de ce matin a publié en première page un article sur l'audience, mais n’a toujours pas transmis le point principal de la victoire. Le Jerusalem Post ou le Los Angeles Times ne l’ont pas fait non plus, malgré des articles assez complets.

Un nouveau journal israélien de moindre importance, Arutz Sheva, a bien publié un petit article, indiquant que le ministre Erdan « parlait au nom du gouvernement... » et l’a cité en disant qu’il avait parlé à la première personne (ce qui pourrait être la source de la confusion générée quant à qui il représentait), « Je crois qu’il serait approprié pour le gouvernement israélien de reconnaître le génocide arménien. » À Istanbul, le quotidien Today's Zaman a été plus exact que la majorité des journaux israéliens et il a cité correctement le ministre, MAIS il a ajouté qu’il avait dit que le gouvernement israélien n’avait pas changé sa politique, et s’est beaucoup trompé en disant que l’audience avait été initiée en réponse aux déclarations du ministre et non que le ministre était venu en tant que représentant officiel du gouvernement à la séance de la Knesset. La seule source que nous avons trouvée à ce jour et qui a publié une information exacte est le Chicago Tribune qui a clairement crédité Erdan comme parlant au nom du gouvernement.

Pourquoi tant d’informations aussi floues ? Pour l’instant, l’analyse de GPN est que c’est une énorme rectification qu’Israël fait après tant d’années et c’est assez difficile à croire. Comme nous l’avons déjà dit, même le ministre semblait nerveux et incertain.

Même s’il existe de grands risques de se tromper, le journaliste-éditeur de GPN prédit maintenant que la résolution sur la reconnaissance du génocide arménien ira au bout de la procédure et sera adoptée par la Knesset israélienne.


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 24 juin 2012 – 07:15 - www.collectifvan.org


Lire aussi:

Israël et la reconnaissance de l’holocauste arménien - I

Israël et la reconnaissance de l’holocauste arménien - III

Israël, les Juifs et le génocide arménien




Retour à la rubrique


Source/Lien : GPN



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org