Aujourd'hui : Lundi, 22 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 16 juillet
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: La rafle du Vélodrome d'Hiver (16-17 juillet 1942), souvent appelée rafle du Vel' d'Hiv, est la plus grande arrestation massive de Juifs réalisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale, essentiellement de Juifs étrangers ou apatrides réfugiés en France. En juillet 1942, le régime nazi organise l'opération « Vent Printanier » : une rafle à grande échelle de Juifs dans plusieurs pays européens. En France, le régime de Vichy mobilise la police française pour participer à l'opération : à Paris, 9 000 policiers et gendarmes rafleront les Juifs. Le 17 juillet, en fin de journée, le nombre des arrestations dans Paris et la banlieue était de 13 152 selon les chiffres de la préfecture de police.

Photo: Arrivée d'internés arrêtés lors de la rafle du Vel' d'Hiv' des 16 et 17 juillet 1942, au camp de Drancy. Crédits photo : Préfecture de Police



16 juillet 1099 -- Après la prise de Jérusalem, les troupes de la première croisade massacrent la population musulmane et juive. Les juifs se réfugient dans leur synagogue, y mettent le feu et périssent dans les flammes.
Israelvivra.com

16 juillet 1394 -- Expulsion des juifs de France: le roi de France Charles VI, dit "le Fou", décrète l'expulsion de tous les juifs "sans exception ni privilège". C'est la troisième fois que les juifs sont expulsés de France depuis le début du siècle (1306 et 1322). Ils sont rendus responsables de la famine, de la misère et même de la folie du roi... Les Parisiens les flagellent en place publique. Le roi et la reine de France leur donnent jusqu'au 3 novembre pour regagner les frontières du royaume. Il n'existera plus de communautés juives en France jusqu'au XVIème siècle.
L'Internaute

16 juillet 1914 -- Empire ottoman : une vingtaine de cadres, ainsi qu’une centaine de militants du parti arménien Social Démocrate Hentchak sont arrêtés à Constantinople et internés.
** (Gidour, I, 1962; Aramiants, I-III, 1918 and La vérité sur le mouvement révolutionnaire, 1916).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

16 juillet 1915 -- Empire ottoman: camp de transit de Fırıncilar (sancak de Malatia) : Les filles âgées de moins de quinze ans et les garçons de moins de dix sont prélevés par les autorités parmi les convois de déportés transitant par Fırıncilar pour officiellement être accueillis dans des orphelinats spécialement ouverts pour eux à Malatia. Plusieurs milliers sont noyés dans lÂ’Euphrate quelques jours plus tard.
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

16 juillet 1915 -- Empire ottoman: rapport selon lequel la Turquie Ottomane cherche à exterminer la nation arménienne. De Constantinople, daté du 16 juillet 1915,
reçu le 20 juillet à 8H10 AM, Secrétariat d'État Washington, N°858 – 16 juillet 1915, 13 h: "Avez-vous reçu ma dépêche n° 841 ? La déportation et les excès contre les paisibles Arméniens est en augmentation, et selon les rapports déchirants des témoins oculaires, il est manifeste qu'une campagne d'extermination raciale est en marche sous le prétexte de représailles contre une rébellion. Les protestations ainsi que les menaces sont vaines et incitent probablement le gouvernement ottoman à des mesures plus radicales, car il est déterminé à démentir sa responsabilité pour son mépris absolu des capitulations, et je pense qu'aucune force réelle et rapide exercée par les États Unis ne sera manifestement en mesure d'affronter convenablement la situation. Je vous suggère d'en informer les nations belligérantes et les comités de missions." Ambassadeur américain [Henry Morgenthau], Constantinople
Imprescriptible.fr: Rapport selon lequel la Turquie Ottomane cherche à exterminer la nation arménienne.

16 juillet 1915 -- Empire ottoman/LE JOURNAL DE HANS BAUERNFEIND : [...] Ce matin un potier arménien, qu’on a mis volontairement à notre disposition pour une petite besogne, est venu chez nous. Il prétend que ceux qui sont venus de Mezré ont été pillés en route et qu’ici on leur a enlevé tous leurs biens [restants]. Les hommes auraient été envoyés en avant pour être assassinés en route. Ce serait le sort de chacun [...]
Imprescriptible.fr : Les déportés de Sivas et de Mezré/Kharpert; les préparatifs de déportation à Malatia

16 juillet 1915 -- Empire ottoman: Réponse du Secrétaire d'Etat Robert Lansing aux nouvelles informant que la Turquie Ottomane poursuit une politique de génocide envers les Arméniens, 16 juillet 1915. Télégramme envoyé: Département d'Etat, Washington, 16 juillet 1915. Ambassade d'Amérique, Constantinople: "Votre note 841 du 10 juillet: Le Département approuve votre démarche de supplier le Ministre de l'Intérieur turc et le Ministre de la Guerre d'arrêter la persécution des Arméniens et d'essayer de gagner la sympathie des ambassadeurs allemands et autrichiens pour cette cause. Le Département ne peut vous proposer aucune suggestion supplémentaire relative à cette situation extrêmement difficile, autre que celle de continuer à agir comme par le passé. Y a-t-il eu des citoyens américains nés en Amérique, ou des citoyens naturalisés américains, ayant droit à la protection des statuts américains, qui aient été blessés au cours de ces troubles ?" (signé) Robert Lansing
Imprescriptible.fr : Réponse du Secrétaire d'Etat Robert Lansing; 16 juillet 1915

16 juillet 1915 -- Empire ottoman/lettre de Wangenheim adressée à Son Excellence le Chancelier impérial Monsieur von Bethmann Hollweg: Ambassade impériale d'Allemagne, Péra, le 16 juillet 1915: "J'ai l'honneur de transmettre ci-joint à Votre Excellence une copie du rapport du vice-consul impérial de Samsoun en date du 4 courant sur les expulsions des Arméniens. J'ai fait savoir à Monsieur Kuckhoff que je partageais son point de vue, et je lui ai également donné certaines instructions visant à la sauvegarde des intérêts allemands. Mes interventions auprès de la Porte ne promettent malheureusement que de biens médiocres résultats." Wangenheim
Source : J. Lepsius, Archives du génocide des Arméniens, Fayard, 1986.
Imprescriptible.fr : Le génocide arménien dans les Archives allemandes

16 juillet 1915 -- Empire ottoman: télégramme chiffré adressé par Rechid, vali de Diarbékir en réponse à une demande de Djemal pacha qui se plaignait de la présence de cadavres flottant sur l'Euphrate, le 3 juillet [1]331 [16 juillet 1915, n.s.]. "L'Euphrate a très peu de rapport avec notre vilayet . Les cadavres charriés proviennent probablement du côté des vilayet d'Erzeroum et de Kharpout. Ceux qui tombent morts ici, sont ou jetés dans les profondes cavernes abandonnées ou, comme cela se fait souvent, brûlés. Il y a rarement lieu de les enterrer."
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989

Imprescriptible.fr : Enquête sur la négation d'un génocide

16 juillet 1915 -- Empire ottoman: le 16 juillet, répondant à une protestation de Djemal Pacha, gouverneur de Syrie, qui se plaint de la présence de cadavres flottant sur l’Euphrate, Rechid précise : « L’Euphrate n’a que très peu de rapports avec notre vilayet. Les cadavres charriés proviennent probablement du côté des vilayet d’Erzeroum et de Kharpout. Ceux qui tombent morts ici sont ou jetés dans les profondes cavernes abandonnées ou, comme cela se fait souvent, brûlés. Il y a rarement lieu de les enterrer ».
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Bilan approximatif des victimes du génocide
dans le vilayet de Diarbékir


16 juillet 1915 -- Empire ottoman: Madame Hanné Maloyan est la belle-sœur de l’archevêque arménien, la femme de son frère Malallah. Elle parvient à s’échapper et fait au père Armalé le récit de son odyssée qu’il reproduit dans son livre. Voici un extrait : "à l’aube du vendredi 16 juillet, dix soldats se présentèrent et nous comptèrent. Ils nous firent sortir et nous emmenèrent jusqu’à la porte de Bab El Sour. Là nous nous joignîmes au reste des hommes et des femmes, nous fûmes entourés de soixante soldats divisés en deux patrouilles, leurs chefs à cheval, les autres à pied. Quant à nous, certains avaient des montures, les autres étaient à pied. Nous arrivâmes ainsi après trois heures à un monticule dont je ne connais pas le nom. Nous reçûmes l’ordre de nous arrêter pour nous reposer. Alors ils commencèrent par nous appeler quatre à quatre pour nous fouiller. La barbarie et la cupidité les poussa à défaire même les couches des bébés pour les inspecter l’une après l’autre. Ils emportèrent ce qui nous restait comme bijoux et argent, les remplirent dans des sacoches et retournèrent en ville. Il ne resta avec nous qu’un certain nombre de soldats et d’officiers et les membres de la milice Khamsin. Puis ils nous ordonnèrent de nous lever et nous pressâmes le pas jusqu’aux abords de Tell Armen."
Imprescriptible.fr : Récits du deuxième convoi d’hommes

16 juillet 1915 -- Empire ottoman: dans la nuit du 15 au 16 juillet, les maisons des familles arméniennes les plus aisées sont cernées par la police. Une voiture s’arrête devant leur porte et elles sont invitées à y monter avec tous les membres de leur famille. La première maison assiégée est celle de la famille Djinandji, voisine de l’église syrienne catholique. Vers minuit, les dominicains réfugiés au patriarcat catholique voient Madame Ohanné [Chammé] Djinandji, l’épouse de Naoum Djinandji, s’agenouiller avec ses filles sur la terrasse de leur maison et incliner la tête devant Monseigneur Tappouni qui, les surveillant de sa fenêtre, les bénit. Sachant que leurs demeures seront pillées après leur départ, les dames arméniennes font distribuer aux pauvres tout ce qu’elles peuvent sans éveiller les soupçons des policiers qui les surveillent.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Liquidation des Arméniens de Mardin

16 juillet 1919 -- 63 juifs sont égorgés, 50 autres blessés et un nombre inconnu de femmes et de jeunes filles juives violées lors d'un pogrome à Bratzlav (Podolie), auquel se livrent des unités commandées par Liachovitch, Sokolov et Gromov, liés à l'Armée nationale ukrainienne.
Israelvivra.com

16 juillet 1920 -- Empire ottoman: à Spa, M. Millerand, président du Conseil, répondait à la Délégation turque au nom du Conseil suprême: "Les Alliés voient clairement que le temps est venu de mettre fin pour toujours à la domination des Turcs sur d'autres nations..... Durant les vingt dernières années, les Arméniens ont été massacrés dans des conditions de barbarie inouïe... Pendant la guerre, les exploits du gouvernement ottoman en massacres, déportations et mauvais traitements des prisonniers de guerre ont dépassé encore immensément ses exploits antérieurs dans ce genre de méfaits... Le gouvernement turc n'a pas seulement failli au devoir de protéger ses sujets de race ou non turque contre le pillage, la violence et le meurtre; de nombreuses preuves indiquent qu'il a lui-même pris la responsabilité de diriger et organiser les attaques les plus sauvages contre des populations auxquelles il devait sa protection. Pour ces raisons, les Puissances alliées se sont résolues à émanciper du joug turc tous les territoires habités par des majorités de race non-turque. Il ne serait ni juste ni de nature à amener une paix équitable dans le proche Orient que de contraindre de nombreuses populations non-turques à rester sous la loi ottomane." Alexandre Millerand (1859-1943)
Homme politique français. Député socialiste, Ministre des travaux publics puis de la guerre, Président du Conseil, Président de la République (1920-1924), sénateur.
Imprescriptible.fr : L'Heure de l'Arménie
Imprescriptible.fr : Citations d'hommes politiques personnalités historiques

16 juillet 1921 -- Empire ottoman : dans une lettre adressée le 16 juillet 1921 de Stamboul au Secrétaire général de la SDN, Miss Emma Cushman, du Robert College de Constantinople, membre de la commission présidée par le docteur Kennedy, explique que les Turcs s’efforcent de cacher l’identité des enfants réclamés par le haut-commissaire britannique, qu’ils effectuent des changements de nom et de lieu et qu’ils amènent les enfants à changer de mentalité, afin que, interrogés, ils nient être chrétiens. Elle ajoute qu’en 1919 la situation était meilleure parce que les Turcs avaient peur et qu’ils rendaient les enfants beaucoup plus facilement : certains même les amenaient « de leur propre mouvement ». Elle termine en affirmant que la tâche, difficile en 1919, est devenue écrasante et demande « une somme énorme de tact et de patience ». La commission doit en effet détecter les faux extraits de naissance, les fausses déclarations de fonctionnaires turcs affirmant que tel enfant est musulman, alors qu’il est chrétien et que l’on sait que la moitié des enfants soi-disant turcs qui se trouvent dans les orphelinats turcs sont arméniens.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Mardin dans le génocide arménien

16 juillet 1926 -- Les Tsiganes en Allemagne sous la République de Weimar: les Tsiganes tombent sous le coup d’une loi du 16 juillet 1926, destinée à combattre les Tsiganes, vagabonds et autres réfractaires au travail. Obligés de se faire enregistrer, dès 1929, ils risquent le travail forcé pendant deux ans, s’ils sont inactifs.
memoire-net.org

16 juillet 1940 -- Les Allemands expulsent plus de 20 000 Juifs lorrains et alsaciens vers la zone non occupée.
ajpn

16 juillet 1941 -- 20 intellectuels juifs sont arrêtés et fusillés à Tuczyn (province de Volhynie, R.S.S. d'Ukraine).

Le rabbin Twersky et 57 médecins, instituteurs et avocats sont tués par les SS dans la ville de Khotin (Hotin, R.S.S. d'Ukraine).

La synagogue de Radzivillov (R.S.S. d'Ukraine) est incendiée, après que les rouleaux de la Torah ont été brûlés sur un bûcher.
Israelvivra.com

16 juillet 1942 -- Un transport de 895 internés juifs quitte le camp de regroupement de Westerbork pour le camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

16 juillet 1942 -- La rafle du Vélodrome d'Hiver (16-17 juillet 1942), souvent appelée rafle du Vel' d'Hiv, est la plus grande arrestation massive de Juifs réalisée en France pendant la Seconde Guerre mondiale, essentiellement de Juifs étrangers ou apatrides réfugiés en France. En juillet 1942, le régime nazi organise l'opération « Vent Printanier » : une rafle à grande échelle de Juifs dans plusieurs pays européens. En France, le régime de Vichy mobilise la police française pour participer à l'opération : à Paris, 9 000 policiers et gendarmes rafleront les Juifs. Le 17 juillet, en fin de journée, le nombre des arrestations dans Paris et la banlieue était de 13 152 selon les chiffres de la préfecture de police.

Première grande rafle dans la région de Paris, occupé par l'armée allemande. Elle concerne tous les juifs entre seize et soixante ans pour les hommes, et jusqu'à cinquante-cinq ans pour les femmes. Les enfants âgés de plus de deux ans doivent suivre leurs parents.

Selon les calculs des nazis, 28 000 juifs devaient être arrêtés en deux jours. Les juifs de nationalité française n'étaient pas concernés. La rafle est exécutée par la police française.

En fait, 13 000 juifs sont arrêtés en deux jours de rafle et internés au Vélodrome d'hiver, le « Vel' d'hiv' », boulevard de Grenelle, les autres ayant été cachés par des amis non juifs ou ayant fui vers la zone non occupée. * [Le premier récit le plus complet de cette rafle a été publié par Claude Lévy et Paul Tillard sous le titre La Grande Rafle du Vel' d'hiv'. Éd. Robert Laffont. 1967.]
Wikipedia
Israelvivra.com

15 et 16 juillet 1942 -- En Gironde, rafles et convoi du 18 Juillet 1942.
ajpn

16 juillet 1944 -- Radio-Londres dénonce la responsabilité de Vichy dans les déportations.
ajpn


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org