Aujourd'hui : Vendredi, 26 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
" Le silence honteux du Pape sur le Génocide arménien"
Publié le :

" Le silence honteux du Pape sur le Génocide arménien" par Mark Geragos

vendredi 15 décembre 2006, Stéphane/armenews

Le silence honteux du Pape sur le Génocide arménien

Par Mark Geragos - ABC News, dec 1, 2006

Le 3 décembre 2006

Traduction Louise Kiffer

Après une incursion initiale dans les relations inter-religieuses, en contrariant presque deux milliards de Musulmans par des références malavisées quant à la légitimité de leur prophète Mohammed, le Pape Benoît XVI quitte la Turquie avec la presse acclamant la visite comme un succès. Tout à fait comme la guerre en Irak, cependant, définir le simple concept de "succès" est devenu de plus en plus l’équivalent de "mission accomplie". Voir à ce sujet la visite récente du Pape en Turquie.

Après la gaffe du Pontife entendue partout dans le monde musulman, le fait que de plus grandes protestations et émeutes n’aient pas accompagné sa visite en Turquie doit certainement avoir suscité un soupir collectif de soulagement au Vatican, et tenté plusieurs pronostiqueurs de proclamer le voyage comme un succès.

Peut-être incité par un sentiment de soulagement et de joie de la part du Vatican, pour n’avoir pas été embarrassé par une réception rancunière lors de son arrivée en Turquie, le Pontife prit même le temps de revêtir son bonnet de conseiller politique et de se mettre en campagne pour l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne.

Heureusement, les nations européennes, plus perspicaces, voient ce sujet sous un jour légèrement différent, et attendent que la Turquie adopte quelque chose d’autre que des standards médiévaux de justice avant de dérouler le tapis de bienvenue. Et encore, en tant que principal représentant spirituel des Chrétiens à travers le monde, on attend et on exige beaucoup plus du Pape. Après tout ce qui a été dit et fait, et tandis que les caméras tournaient et que les journalistes jouaient des coudes pour capter et transmettre les images du Pape conduit pour un tour à la Mosquée Bleue d’Istanbul par des dirigeants locaux islamiques et chrétiens, la presse n’a pas réussi à capter le gros, gras et bruyant éléphant parqué en plein milieu de cet assemblage - le legs en cours de la Turquie, d’intolérance et d’oppression.

Pendant trop longtemps, les divers Chrétiens et autres minorités de Turquie ont souffert en silence de la suppression de leurs droits et de l’érosion délibérée de leur mémoire collective par la destruction financée par l’Etat des anciennes églises et autres monuments historiques datant de presque deux millénaires.

Ces minorités restent muettes, non pas comme des otages, auxquels on rappelle constamment les dures conséquences auxquelles s’exposent ceux qui osent dire la vérité, ou voir l’éléphant tel qu’il est. Ces dernières années le gouvernement turc a tancé vertement les malveillants et ceux qui se conduisaient mal : il a poursuivi en justice et déclaré coupable l’éditeur en langue arménienne de l’hebdomadaire Agos, Hrant Dink, pour avoir "insulté" l’identité turque.

Paradoxalement, la soi-disant transgression de Dink peut être retrouvée dans une série d’articles qu’il a écrits, et qui encourageaient les Arméniens de la Diaspora à renoncer à leur condamnation de la dénégation du génocide arménien de 1915 à 1918, et à se consacrer plutôt à secourir la République d’Arménie naissante. Néanmoins, malgré cette circonstance, Dink a été inculpé et risque une détention éventuelle.

Selon les comptes-rendus de la presse, à part une vague référence au génocide arménien ...formulée péniblement en tant que "conditions tragiques...subies au siècle dernier" - au Patriarche arménien d’Istanbul, le Pontife dit bien peu de choses de valeur au sujet du génocide ou de l’inadmissible dénégation de ce génocide aux hôtes du Pape, des gens qui avaient réellement besoin de l’entendre.

Alors que cela aurait put être l’omission la plus flagrante de ce que la plupart pouvaient envisager comme faisant partie de la "liste des énoncés prévus" par un souverain spirituel, ce ne fut malheureusement pas la seule.

La Pape, manifestement, a évité de mentionner la destruction de quelques-unes des plus anciennes églises chrétiennes qui restaient dans le monde, situées dans l’antique cité arménienne d’Ani, se trouvant actuellement en Turquie occidentale.

Il n’y a pas non plus aucune allusion faite au sujet de la destruction des églises grecques orthodoxes du nord de Chypre, qui reste illégalement occupé par les Turcs après l’invasion de 1974.

Il est également douteux que le Pape ait abordé la maltraitance envers les Kurdes musulmans. Naturellement, afin d’être compris par ses hôtes, le Pape aurait dû les désigner par "Turcs des Montagnes", puisque le gouvernement turc pâlit à la pensée d’identifier les 8 à 10 millions de Kurdes vivant en Turquie à des "Kurdes".

Tandis que les Arméniens, les Grecs et les Kurdes sont peut-être les minorités aux griefs les mieux connus, les communautés juives et chrétiennes orthodoxes syriennes ont également un motif légitime de se plaindre.

Ce n’est pas un secret que les communautés chrétiennes et autres minorités en Turquie doivent constamment marcher très droit si elles veulent préserver leur patrimoine religieux et culturel. Ces minorités ont appris à marcher au son du tambour turc intolérant, sans considération des indignités dont elles continuent à souffrir.

Personne ne peut les blâmer d’avoir assumé cette position, étant donnée l’histoire de l’intolérance de la Turquie et de ses châtiments.

Cependant, il y a des situations comme celle-ci, où les dirigeants interviennent.

En fait, l’objectif même de la direction est de parler à la place de ceux qui ne le peuvent pas. Manifestement, une telle direction ne s’est pas exposée lorsque les caméras tournaient et que les dignitaires échangeaient des plaisanteries en se promenant dans l’onéreuse Mosquée Bleue.

Dans l’espoir de construire un pont par-dessus les différences qui existent entre le monde chrétien et le monde musulman, être aveugle aux blessures envenimées qui existent, ne sert qu’à élargir le fossé entre l’Est et l’Ouest.

Peut-être plaçons-nous trop d’espoir dans les dirigeants religieux, pour qu’ils se lèvent et disent les choses qui nécessitent d’être dites. Pourtant, je ne peux m’empêcher de regarder les photos du Pape et des autres chefs religieux assemblés, et de sentir que l’éléphant chancelant est prêt à s’effondrer sur les fidèles de ces chefs.

Il me semble que si nous commençons à accepter quelque chose de moindre que le succès en tant que succès, il se peut que nous finissions par avoir affaire au même type de succès que nous avons en Irak.

Mark Geragos est un avocat qui a assuré la défense de l’ex-député Représentant Gary Condit, de Roger Clinton, frère de Bill, de l’actrice Winona Ryder, qui avait reçu un Oscar, de la pop Star Michael Jackson, et de Scott Peterson.



Retour à la rubrique



Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org