Aujourd'hui : Mardi, 17 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 10 septembre
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d'événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l'Histoire, sur les thématiques que l'association suit au quotidien. L'éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: 10 septembre 1915 -- Empire ottoman/Musa Dagh (sancak d'Antakya) : 4 200 Arméniens se retranchent sur les hauteurs du Musa Dagh, assiégés par les troupes régulières à partir du 8 août. Le 10 septembre, un navire de guerre français, le Guichen, repère l'appel de détresse des assiégés.

"Un homme arriva jusqu'à ma hutte, courant de toutes ses forces et me criant à pleins poumons : « Pasteur ! pasteur! un navire de guerre approche ! Il a vu nos signaux, et il nous répond. Béni soit Dieu qui a entendu nos prières ! » Nous fîmes des signaux avec le drapeau de la Croix-Rouge auxquels le cuirassé répondit. On nous avait vus et le cuirassé s'approchait de la côte.C'était le Guichen, vaisseau français." - Extraits du récit du révérend Andréassian

Photo: Le Guichen



Ça s'est passé un 10 septembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

10 septembre 1349 -- Les rares juifs qui ont survécu au massacre de la communauté de Constance (Allemagne), en mars 1349, sont brûlés sur le bûcher. La communauté juive de Constance a cessé d'exister.
Israelvivra.com

10 septembre 1876 -- Empire ottoman: dès le 10 septembre 1876, un hatti-chérif annonça des réformes radicales dans la constitution et l'administration de l'empire; le 27 septembre fut institué un conseil général de réforme, composé de trente musulmans et de trente chrétiens et le 23 décembre 1876 (7 zi'l-hidjdjé 1293 de l'hégire) une constitution fut donnée à la Turquie. Cette constitution portait indivisibilité de l'empire, irresponsabilité du sultan, égalité devant la loi des sujets de l'empire, admissibilité des chrétiens aux emplois publics, inviolabilité de la liberté individuelle et de celle du domicile, liberté de l'enseignement, indépendance des tribunaux, réforme du budget, décentralisation des Provinces. Elle établissait un Sénat, dont les membres étaient nommés à vie par le sultan, et une Chambre des députés élue au scrutin secret, pour quatre ans; un député par 50 000 Ottomans. Les ministres avaient l'initiative des lois; ils étaient responsables devant les Chambres, qui avaient le droit de contrôle. Le sultan pouvait avancer eu retarder, prolonger ou abréger les sessions.
Cosmovisions.com: L'Empire ottoman au XIXe siècle

10 septembre 1896 -- Empire ottoman: les ambassadeurs et la Porte acceptèrent cette proposition, Chakir-Pacha, chef de la maison militaire du sultan, fut nommé président de la commission. Une note de la Porte à la date du 12 septembre, annonçait la réunion de la commission pour le lendemain, les drogmans étaient invités, mais au lieu d'être appelés à siéger au même titre que les fonctionnaires ottomans, la note disait « qu'ils n'auraient à s'occuper exclusivement que des affaires touchant leurs ressortissants, et que la commission fonctionnerait conformément aux instructions dont elle était tourne ». Quant au tribunal extraordinaire, institué par la Porte, il fonctionna à partir du 10 septembre 1896 avec une activité sans égale et une partialité révoltante. Beaucoup d'Arméniens furent condamnés et chaque jour étaient opérées parmi eux de nombreuses arrestations. En revanche, aucun musulman n'a été inquiété ni puni : un seul, accusé d'avoir tué un Arménien à coups de yatagan, fut interrogé. « Le fait a été reconnu exact, mais l'individu a été acquitté parce qu'il n'était pas prouvé que le yatagan eût frappé un Arménien vivant ».
Imprescriptible.fr: Les Affaires d'Arménie et l'Intervention des Puissance Européennes (de 1894 à 1897)

10 septembre 1909 -- Empire ottoman: le patriarche grégorien, Mgr Elisée Tourian, envoya une lettre de démission (10 septembre 1909). Le motif qu'il invoque pour se retirer, c'est que [les jugements] de la cour martiale, « tout à fait inconciliables avec l'équité et la vérité, et les jugements incompatibles avec des droits incontestables», n'ont pas été révisés comme on avait le droit de s'y attendre, mais au contraire approuvés. Le 10 septembre, si nous en croyons le Stamboul du 11, Nedjmedinne bey, ministre de la Justice, informait Carayan effendi, président du Conseil mixte du patriarcat, qu'on ne pouvait reprendre les jugements ni condamner à de plus fortes peines Abd-ul Kadir effendi, Djévad bey et Remzi pacha, « car ce serait exciter les esprits. Le patriarche recevrait autrement satisfaction ».
Imprescriptible.fr : Les massacres d'Adana Relation du R. P. Rigal, supérieur des missions catholiques d'Adana

10 septembre 1914 -- Empire ottoman/Allemagne: Témoignage d'un officier allemand. "Un prophète, Jiickh écrit le 10 septembre 1914 : « Le jour viendra où, à Constantinople, l'Allemagne pourra mettre en marche le levier de la puissante force islamique, ce jour semble venir. C'est alors seulement que la guerre deviendra la guerre mondiale. »"
Imprescriptible.fr : Comment on nous a menti

10 septembre 1914 -- Empire ottoman: le 17 août, le mutessarif fait publier à travers la ville et dans les églises un ordre de recrutement pour tous les hommes de trente à quarante-cinq ans. Seuls seront dispensés ceux qui verseront dans les huit jours une somme de quarante-trois livres or. Le 10 septembre, nouveau contrordre : tous les hommes de vingt à quarante-cinq ans sont soumis à la conscription. Devant ces volte-face successives les jeunes chrétiens fuient leurs maisons et se réfugient dans les églises et les couvents qui jouissaient jusqu'alors d'une relative immunité. Les autorités ottomanes ripostent en plaçant des soldats à l'entrée des églises pour contrôler les fidèles. Des garçons se déguisent en femmes. D'autres sont appréhendés à la sortie de l'église Saint-Georges. Monseigneur Maloyan se rend au sérail c'est-à-dire à la sous-préfecture pour protester contre cette violation d'un lieu saint. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr: Août 1914- 1er mai 1915

10 septembre 1915 -- Empire ottoman/Musa Dagh (sancak d'Antakya) : 4 200 Arméniens se retranchent sur les hauteurs du Musa Dagh, assiégés par les troupes régulières à partir du 8 août. Le 10 septembre, un navire de guerre français, le Guichen, repère l'appel de détresse des assiégés. Avec trois autres croiseurs, dont le Jeanned'Arc, les marins français entreprennent de transférer à leur bord les plus de quatre mille villageois débarqués à Port-Saïd.
*** (Kévorkian, 2006 :758).

******M. Defrance, Ministre de France au Caire,
à M. Delcassé, Ministre des affaires étrangères; Le Caire, le 10 septembre 1915 :"A Djebel Moussa, dans le sud, ainsi que golfe d'Alexandrette et près d'Antioche, six mille Arméniens se sont révoltés pour éviter d'être massacrés ; ils demandent à nos bâtiments de guerre de leur donner des armes pour se défendre et d'amener en lieu sûr leurs femmes et leurs enfants".

******Le 10 septembre, Pierre Dimlakian fait auprès du commandant du Desaix une démarche très pressante, l'informe que les insurgés arméniens n'ont de munitions que pour 48 heures et qu'une attaque sérieuse des Turcs, les obligeant à se replier des crêtes, causerait le massacre des femmes, des enfants et des vieillards réfugiés dans les vallées.
Imprescriptible.fr: Moussa Dagh. La résistance héroïque
Mass Violence - par Raymond Kévorkian
Imprescriptible.fr: Archives française
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1915 (July-September)

10 septembre 1915 -- Vatican/Lettre du Pape Benoist XV au Sultan Mahomet V: Vatican, 10 septembre 1915, Benedictus XV. "Alors même que la douleur causée par les horreurs de la lutte épouvantable, dans laquelle le puissant Empire de Votre Majesté est entraîné avec les grandes Nations de l'Europe, nous déchire le cœur, l'écho, tout aussi douloureux, des gémissements de tout un peuple nous parvient également. Ce peuple dans les vastes territoires ottomans est soumis à des souffrances indescriptibles. La Nation Arménienne a déjà vu un grand nombre, un très grand nombre, de ses fils envoyés au supplice, parmi lesquels de nombreux ecclésiastiques et même quelques évêques, emprisonnés ou exilés. Maintenant, nous apprenons que des populations entières de villages et de villes sont obligées d'abandonner leurs maisons pour s'en aller, au prix d'indicibles privations et de souffrances, vers des lieux lointains de concentration dans lesquels, en plus des angoisses morales, ils doivent subir les privations de la misère la plus affreuse et même les tortures de la faim. Nous pensons, Sire, que ces excès se produisent contre la volonté du Gouvernement de Votre Majesté...."
Imprescriptible.fr: Citations, institutions étatiques et supra-étatiques

10 septembre 1915 -- Empire ottoman : 8 000 femmes et enfants de convois en provenance de Harpout et d'Erzerum sont exterminés entre Dyarbekir et Mardin par des escadrons de çete de l'O.S.
** (Simon, s.d. :90).
Mass Violence - par Raymond Kévorkian

10 septembre 1915 -- Empire ottoman/Rapport du Consul allemand à Adana : "La communication que la Porte a faite le 31 août à l'Ambassade impériale au sujet des Arméniens n'est rien d'autre qu'une tromperie éhontée (...) Ici, le nombre des Arméniens assassinés sur ordre dépasse déjà vraisemblablement la masse des victimes des massacres des Jeunes Turcs de 1909 [dans lesquels plus de 25.000 Arméniens sont morts]".
Imprescriptible.fr : Citations de Diplomates en poste lors du génocide

10 septembre 1915 -- Empire ottoman: Chérif pacha, l'un des chefs de l'opposition libérale, a adressé, en date du 10 septembre 1915, une lettre à la rédaction du Journal de Genève (n° du 18 septembre). Dans cette lettre, il exprime son indignation au sujet de la persécution contre les Arméniens et déplore l'extermination d'une race qui a tant contribué à la civilisation et qui est indispensable à la Turquie comme facteur de la culture moderne. « S'il est une race, écrit-il, qui, par sa fidélité, par les services que ses hommes d'Etat et ses fonctionnaires pleins de talent, ont rendu au pays, par l'intelligence qu'ils apportent dans toutes les branches du commerce et de l'industrie, de la science et des arts, se rapprochent des Turcs, ce sont les Arméniens. Ce sont eux qui ont introduit en Turquie l'imprimerie et l'art dramatique. Leurs poètes, leurs écrivains, leurs grands financiers, ne peuvent se compter. Beaucoup d'entre eux comme, aux temps anciens, l'historien Moïse de Chorène et le poète Aristarque de Lasdiverde, que l'on a comparé à Jérémie, ou encore de nos jours, Kaffi, Soundoukiantz, Chirvanzadé, Aharonian, Tchobanian, Noraïr et des douzaines d'autres feraient honneur à tout pays d'Occident. N'est-ce pas un Arménien, Odian, qui fut le collaborateur de Midhat pacha, l'auteur de la Constitution ottomane ? Yeffrem Khan, le « Garibaldi de l'Orient », fut le héros de la Constitution persane qui avait été préparée par un autre Arménien, Macolm Khan; et l'on doit reconnaître, pour être juste, que, comme en Perse, les Arméniens ont pris, aussi en Turquie, une part essentielle à la chute du régime despotique et à la proclamation de la Constitution..."
Imprescriptible.fr : Témoignages russes et turcs

10 septembre 1916 -- France : publication du N°25 du du périodiqu "Les Annales ". Au sommaire : "Les massacres d'Arménie."
Archives Imprescriptible

10 septembre 1922 -- Empire ottoman: dans une lettre d'un jeune Anglais de Smyrne, écrite le 10 septembre à son père demeurant à Kensington, et communiquée par ce dernier au Daily Telegraph, on lit : « Quelques-unes des personnes de Bournabat, appuyées des Grecs locaux, ont essayé l'autre nuit d'arrêter l'avance turque. Le village a, en conséquence, beaucoup souffert. Hier matin il a été bombardé et beaucoup de gens ont été tués à coup de fusil et de mitrailleuses. J'ai vu X... (un vieux Grec de 65 ans) qui est arrivé à mon bureau vingt minutes avant l'arrivée des Turcs. Il avait aidé pendant toute la nuit à combattre les Turcs. Il est très bas et craint pour sa famille qu'il a dû laisser là-bas. Il n'avait pas tort. Non seulement Bournabat fut mis à sac, mais les Turcs égorgèrent sans pitié jusqu'aux malheureuses servantes grecques et arméniennes des familles anglaises de la localité. M. Sykes, l'un des principaux résidents britanniques, vit égorger vingt-six de ces malheureuses. Un autre lot de vingt à vingt-cinq servantes qui avaient cherché refuge dans une propriété anglaise, en furent arrachées et tuées après avoir été odieusement outragées...." Extrait du 4ème chapitre du livre de E. Dourmoussis, La vérité sur un drame historique, la catastrophe de Smyrne, Septembre 1922, Paris, Caffin, 1928
Imprescriptible.fr : La Catastrophe de Smyrne

10 septembre 1939 -- La Wehrmacht tue 11 juifs à Grygrow (district de Wegrov, Pologne).

La Wehrmacht tue 13 juifs à Mszczonow (district de Blonie, Pologne).

La Wehrmacht tue 10 juifs à Ostroviec (district de Kielce, Pologne).

La Wehrmacht fusille 43 personnes, dont la plupart sont des juifs, à Piatek (district de Leczyca, Pologne).
Israelvivra.com


10 septembre 1941 -- Les femmes du ghetto de Dubossary se révoltent.
ajpn

10 septembre 1941 -- Le 10 septembre 1941, Paul Blobel, le chef du Sonderkommando 4a de l'Einsatzgruppe C tient une conférence avec le commandement militaire local de Zhitomir, afin de décider ce qu'il convient de faire des Juifs de la ville. Le rapport de l'Einsatzgruppe C du 7 octobre 1941 mentionne le résultat de cette réunion : « La décision résultante fut la liquidation finale et radicale des juifs de Zhitomir [] Le 19 septembre 1941, à partir de 4 heures du matin, le quartier juif fut vidé [] Après avoir effectué le transport et les préparations nécessaires [] 3 145 Juifs furent enregistrés et abattus ».
PHDN

10 septembre 1942 -- Les SS assassinent 200 juifs à Blihusz, près de Vilna.

En cette veille de Rosh ha Shana, les nazis déportent 533 juifs de Nuremberg et 990 juifs de Vienne (Autriche) au camp de concentration de Theresienstadt. Seuls 27 juifs de Nuremberg survivront à la guerre.

800 juifs de Malgoszcz (district de Kielce, Pologne) sont conduits au centre de regroupement de Jendrzejov (Pologne).

8 000 juifs de Sanok et des environs (district de Rzeszow, Pologne du Sud-Est) sont internés dans le ghetto de Sanok. Les vieillards et les malades sont conduits dans une forêt voisine et fusillés. 5 000 juifs de ce ghetto sont déportés au camp d'extermination de Belzec, en même temps qu'un convoi de 8 000 juifs du ghetto de Tarnov (district de Cracovie).

Une communauté juive existait à Sanok depuis la fin du XVIe siècle. Sous les règnes d'Auguste II et d'Auguste III, la communauté obtint divers privilèges lui permettant de se développer. Benzion Katz y est né. Au début de la guerre, plus de 5 000 juifs y résidaient.

Les SS assassinent 750 juifs du village de Horodna et 550 juifs de Plotnice (Polésie, Pologne).

Les nazis fusillent les membres du Conseil juif de Stolin (district de Pinsk, R.S.S. de Biélorussie). Les vieillards et les malades du ghetto de sont tués dans leur lit. Les autres juifs sont rassemblés sur la place du Marché puis conduits par groupes de 500 dans la forêt voisine de Dolin, où ils sont fusillés en dépit d'une résistance farouche. Quelques-uns seulement parviennent à se réfugier dans les bois, où ils tentent de se joindre aux partisans. Les paysans livrent les juifs aux Allemands. Les juifs arrêtés sont pendus en public.
Israelvivra.com

10 septembre 1943 -- Les juifs de Miedzyrzec (Pologne) résistent aux nazis. 5 juifs sont tués par les SS.
Israelvivra.com


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org