Aujourd'hui : Samedi, 20 juillet 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Aliyev devrait être accueilli à Paris comme ‘l’homme à la hache en chef’
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous livre la traduction de l’éditorial du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans The California Courier le 13 septembre 2012.






Les Arméniens de France devraient accueillir Aliyev à Paris comme ‘l’homme à la hache en chef’

De : Harut Sassounian
Éditeur de : The California Courier
Éditorial de Sassounian du 13 septembre 2012

Lorsque le président Ilham Aliyev arrivera à Paris le 18 septembre, des milliers d’Arméniens français devraient accueillir le dirigeant de l’Azerbaïdjan avec des affiches le représentant sous les traits de ‘l’homme à la hache en chef’ -- ‘Bash Baltaji’ – tenant une hache sanglante à la main. Fait intéressant, dans les trois langues, azérie, hongroise et turque, ‘balta’ signifie hachette ou hache.

Pendant cette protestation, les Franco-arméniens ne doivent pas gaspiller leur énergie à crier des slogans dénués de sens, tels que ‘Honte à Bakou’ ou ‘Honte à la Hongrie.’ À la place, ils devraient transmettre ce message crucial : l’Artsakh (Karabagh) doit être reconnu en tant qu’État indépendant, car sa population arménienne ne peut survivre sous un régime despotique qui glorifie les assassins maniant la hache.

Sans le vouloir, la Hongrie et l’Azerbaïdjan ont rendu un immense service aux Arméniens en extradant et en graciant le Lieutenant Ramil Safarov qui a matraqué à mort son camarade de classe arménien pendant son sommeil, en 2004, alors qu’ils suivaient un cours de l’OTAN à Budapest. De nombreux pays et des organisations internationales ont condamné la Hongrie et l’Azerbaïdjan pour leurs agissements répugnants. Les Arméniens devraient tirer profit de cette affaire sordide, en organisant des manifestations dans chaque grande ville du monde entier, en parlant de cette affaire à chaque rencontre internationale et en intentant des procès devant des tribunaux européens, contre la Hongrie, l’Azerbaïdjan et l’OTAN. Étant donné qu’à présent, la libération de l’homme à la hache a généré une sympathie mondiale pour les Arméniens et une nette aversion pour les Azerbaïdjanais, l’Arménie devrait profiter de cette petite fenêtre d’opportunité passagère pour reconnaître l’indépendance de l’Artsakh et exhorter vivement les autres à en faire de même. Une recherche sur Google révèle que plus d’un million d’articles a été écrit sur ce sujet au cours de ces 10 derniers jours, avec une écrasante majorité se prononçant en faveur de l’Arménie et critiquant l’Azerbaïdjan.

Les Arméniens devraient expliquer au monde entier combien il est futile de tenir des négociations de paix avec les dirigeants azéris, qui traitent les accords internationaux comme du papier toilette ! L’exemple le plus récent est la lettre, en date du 15 août, du vice-ministre de la Justice de l’Azerbaïdjan à son homologue hongrois, l’assurant que Safarov ne serait pas libéré s’il était extradé à Bakou. Deux semaines plus tard, l’homme à la hache a été non seulement libéré, mais aussi promu et récompensé par le 'Chef Baltaji' qui prend modèle sur les dirigeants turcs en matière de glorification de criminels et des protocoles qu’ils traitent comme des bouts de papier vides de sens !

Les responsables turcs, cependant, ne sont pas trop inquiets à l’idée d’associer leurs noms au comportement odieux d’Aliyev Junior. Un porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères a publié une déclaration affirmant que la Turquie n’avait rien à voir avec l’extradition de Safarov de Hongrie, bien que le meurtrier ait exprimé sa reconnaissance pour le soutien de la Turquie, après son arrivée à Bakou. Indépendamment de son exactitude, la déclaration turque confirme vraiment que l’Azerbaïdjan est isolé du reste du monde et abandonné par les principales puissances - États-Unis, Russie et France - qui ont toutes condamné la libération de Safarov !

En désespoir de cause, les services secrets de l’Azerbaïdjan ont inventé une fausse lettre de l’ASALA (l’Armée secrète arménienne de libération de l’Arménie) qui menace des responsables azéris, afin qu’Aliyev puisse regagner la sympathie de l’opinion publique mondiale. La lettre forgée incluait des déclarations que pas un Arménien ne ferait, par exemple, que 600 000 Arméniens seulement ont été tués pendant le génocide, un faux chiffre que font circuler les négationnistes turcs et azéris. Jamais un Arménien ne réduirait l’énorme nombre de morts de 1,5 million à 600 000 ! En réponse à cette contrefaçon, l’ASALA a publié une déclaration rejetant l’authenticité de la lettre. De telles actions azéries frauduleuses donnent de la crédibilité aux rumeurs indiquant que l’Azerbaïdjan pourrait envisager 'd’éliminer Safarov' son 'héros national' pour accuser les Arméniens de son meurtre !

Ironiquement, l’Arménie a battu la Hongrie dimanche dernier et a remporté le Championnat du monde d’échecs qui se tenait à Istanbul. L’Azerbaïdjan a obtenu la 10e place, tandis que la Turquie était 48e. Les Arméniens peuvent sincèrement être fiers de cet incroyable exploit (pour la troisième fois !), mais ils doivent s’abstenir de faire des remarques désobligeantes sur les peuples des autres pays. Il y a de bons et de mauvais individus dans toute nation. Au lieu de nourrir des sentiments d’animosité envers la population de la Hongrie, de l’Azerbaïdjan ou de la Turquie, les Arméniens devraient confondre ceux qui nient le génocide arménien, qui extradent un criminel reconnu coupable et qui glorifient un assassin à la hache !

Tomris Azeri, le président de la Société azerbaidjanaise d’Amérique et cofondateur de l’Institut Pax Turcica, a suggéré dans une interview postée sur News.az, qu’au lieu de critiquer la Turquie, je devrais aider à résoudre le conflit de l’Artsakh ! M. Azeri a déclaré : « Je souhaite sincèrement qu’avant de rédiger une autre ode turco-phobique, M. Harut Sassounian analyse ce qui peut être fait pour résoudre le conflit arméno-azerbaïdjanais. » Mon conseil à M. Azeri est de ne pas nier les crimes passés, de ne pas en commettre de nouveaux - avec ou sans une hache - et ensuite de poursuivre des solutions pacifiques, et non que 'Bash Baltaji' et ses compères déclenchent une hystérie collective anti-arménienne raciste.


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 13 septembre 2012 – www.collectifvan.org


Lire aussi:

LÂ’assassin qui valait 3 milliards d'euros

OTAN : Visite du secrétaire général en Arménie

Amnesty : le gouvernement d'Azerbaïdjan attise les violences ethniques

Affaire Safarov: confession d'un meurtrier raciste

Indignation face à la remise en liberté du meurtrier azéri

Azerbaïdjan : le tueur à la hache

Affaire Safarov : le Président de l’APCE exprime son inquiétude

Affaire Safarov : Valérie Boyer interpelle Laurent Fabius

Affaire Safarov : Valérie Boyer s’engage pour les droits de l’Homme

Affaire Safarov : François Rochebloine écrit au chef de l'Etat

L'Azerbaïdjan menace la paix régionale en glorifiant un crime raciste

Azerbaidjan : grâce octroyée à M. Safarov

Grâce de l’assassin Ramil Safarov : Obama préoccupé

Affaire Safarov : Les tensions doivent être apaisées

Extradition d'un assassin de la Hongrie vers l'Azerbaïdjan




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org