Aujourd'hui : Mercredi, 25 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 18 septembre
Publié le : 18-09-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)



Légende photo : 18 septembre 1942 -- 1 004 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork et 1 000 juifs du camp de regroupement de Drancy (France) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz. 859 des juifs de Drancy sont gazés dès leur arrivée. 21 hommes seulement de ce convoi survivront jusqu'à la libération du camp, en 1945.

Ça s’est passé un 18 septembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

18 septembre 1349 -- Le duc Albrecht d'Autriche accorde sa protection à 330 juifs des villes de Diessenhofen, Winterthur et de localités plus petites de ses territoires, aujourd'hui en Suisse, et leur permet de se réfugier dans sa forteresse de Kyburg. Mais il cède à la pression de ces villes quelques semaines plus tard et les juifs sont brûlés sur le bûcher le 18 septembre.
La communauté juive de Wetzlar (Allemagne) est anéantie après avoir été accusée d'empoisonner les puits.
Israelvivra.com

18 septembre 1739 -- Le traité de Belgrade met fin à quatre ans de guerre austro-turque: la Serbie revient à l'empire ottoman.
Nouvel Obs : L'éphéméride du mardi 18 septembre 2012

18 septembre 1914 -- Empire ottoman : Le 18 septembre, de grandes manœuvres ont commencé le long de la frontière russe. Les musulmans reçoivent des armes en vue d'un massacre imminent d'Arméniens. En raison de l'abrogation des Capitulations, ils seront même poursuivis dans les locaux du consulat où ils se cacheront.
© Jean-Marie Carzou, Arménie 1915, un génocide exemplaire
Calmann-Lévy (2006), Flammarion (1975), Marabout (édition de poche, 1978)

Imprescriptible : Le 24 avril 1915 : une rafle

18 septembre 1915 -- Empire ottoman : N° 112. Télégramme chiffré du vali de Diarbékir, Rechid, précisant qu’il ne reste plus d’Arméniens à déporter, qu’il reste des convois d’Arméniens sur les routes et que le nombre de ces déportés est d’environ 20 000 (daté du 18 septembre 1915),
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Feyzi, député de Diarbékir

18 septembre 1915 -- Empire ottoman : La plupart des prêtres arméniens, apostoliques et catholiques, ont été tués avec le premier convoi et Monseigneur Tchilguidian brûlé vif dans sa prison. L’archevêque catholique, Monseigneur André Tchelebian, est encore vivant en juin. Il a d’abord versé à Rechid une somme de 4 000 livres turques pour préserver sa liberté. Il est cependant arrêté. On le garde quelque temps à la préfecture sous surveillance policière. Puis on lui ordonne de se préparer pour se rendre à Alep. Comme il manque d’argent, il demande un sursis pour en faire venir de Constantinople. On lui accorde ce sursis et, l’argent arrivé, on le lui vole. Le 18 septembre 1915, il est conduit en dehors de la ville avec deux prêtres de son diocèse. Sur le parcours, il est insulté par des femmes musulmanes, sa barbe est arrachée et il est lapidé.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible : Déploiement du programme à Diarbékir

18 septembre 1922 -- LA TROISIÈME Assemblée de la Société des Nations qui siégea au mois de septembre 1922, précédant de quelques semaines la Conférence de Lausanne, s’occupa, comme ses devancières, de la question arménienne. À la 10e séance plénière, le 18 septembre, lord Robert Cecil présenta à l’Assemblée un projet de résolution ainsi conçu :
« L’Assemblée prend acte avec reconnaissance des résolutions du Conseil relatives à l’Arménie et déclare qu’à son avis une des conditions essentielles de toute paix avec la Turquie doit être l’octroi aux Arméniens d’un Foyer national. L’Assemblée invite le Conseil à prendre toutes les mesures qu’il jugera nécessaires à cet effet ».
Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible : La Question arménienne à la troisième assemblée de la Société des Nations

18 septembre 1922 -- Empire ottoman : « Le major général sir F. Maurice, envoyé spécial du Daily News à Constantinople, télégraphiant, le 18 septembre, les résultats de son enquête écrivait :
« Le feu prit le 13, dans l'après-midi, dans le quartier arménien, mais les autorités turques ne firent aucun effort sérieux pour l'arrêter. Le lendemain on vit un grand nombre de soldats turcs jetant du pétrole et mettant le feu aux maisons. Les autorités turques auraient pu empêcher le feu de gagner les quartiers européens. Les soldats turcs, agissant délibérément, sont la cause première de la terrible extension du désastre. »
Extrait du 4ème chapitre du livre de E. Dourmoussis, La vérité sur un drame historique, la catastrophe de Smyrne, Septembre 1922, Paris, Caffin, 1928
Imprescriptible : La Catastrophe de Smyrne

18 septembre 1922 -- Dans son discours du 10 novembre 1922 à la Chambre française, au sujet de l’affaire de Tchanak, le Président du Conseil français, M. Raymond Poincaré, a donné lecture de son télégramme au chargé d’affaires de France à Londres, du 18 septembre 1922, où, entre autre choses, il disait :
« Le gouvernement français est, quoi qu’en dise la presse britannique, tout à fait étranger à l’offensive turque. Il l’a même nettement déconseillée ; mais elle s’est produite, et on ne peut négliger aujourd’hui les résultats qu’elle a eus. Ce ne sont pas seulement les Kémalistes, ce ne sont pas seulement tous les Ottomans, ce sont tous les Musulmans qui se réjouissent de l’évacuation de l’Asie Mineure. La victoire turque a des répercussions jusqu’en Tunisie, en Algérie et au Maroc. Il est inévitable qu’elle ait surexcité les espérances des Kémalistes, et il serait, à notre avis, extrêmement périlleux de blesser en ce moment, par des mesures imprudentes, l’amour-propre national des Turcs.
Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible : La Question arménienne depuis la déclaration de Paris jusqu’à la Conférence de Lausanne

18 septembre 1939 -- Conformément à l'accord avec les nazis sur le partage de la Pologne, les troupes soviétiques occupent Dubno (Volhynie, R.S.S. d'Ukraine).
Des juifs s'y étaient installés dès 1532. En 1648, les cosaques de Bogdan Chmielnicki massacrèrent la population juive de Dubno. Au cours des siècles qui suivirent, la communauté fleurit à nouveau. Mais après l'arrivée des autorités soviétiques le 18 septembre, les institutions juives sont dissoutes et les notables de la communauté déportés en Sibérie. Tous les biens des juifs sont confisqués.
Israelvivra.com

18 septembre 1941 -- 1 900 juifs du ghetto de Krupki (R.S.S. de Biélorussie) sont conduits dans les tourbières qui se trouvent près de la ville pour y être fusillés.
Israelvivra.com

18 septembre 1942 -- Le ghetto de Piaski, dans la banlieue de Kovel (province de Volhynie, R.S.S. d'Ukraine) est liquidé. Kovel est déclaré « libéré de ses juifs ».
1 004 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork et 1 000 juifs du camp de regroupement de Drancy (France) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz. 859 des juifs de Drancy sont gazés dès leur arrivée. 21 hommes seulement de ce convoi survivront jusqu'à la libération du camp, en 1945.
Les SS assassinent 1 200 juifs de Biten (district de Novogrudok, R.S.S. de Biélorussie) au cours d'une Aktion de deux jours.
Israelvivra.com

18 septembre 1943 -- 2 000 juifs, dont des juifs soviétiques prisonniers de guerre, sont déportés du ghetto de Minsk (R.S.S. de Biélorussie) au camp d'extermination de Sobibor, où ils sont assassinés.
Israelvivra.com


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org