Aujourd'hui : Dimanche, 20 octobre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Conférences « Etre Arménien en Turquie et en diaspora »
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « L’avocate Fethiye Çetin, écrivaine et militante des droits de l’homme et l’actrice arménienne Arsinée Khanjian ont parlé de ce que cela signifiait d’être un Arménien, tant en Turquie qu’en diaspora, dans une série de conférences itinérantes [à Berlin, Istanbul et Erevan] dont le titre est « Escalader la montagne », initiée par la Fondation Civilitas et Culture Anatolienne (Anadolu Kültür). » Un article intéressant mis à part l’allusion aux « préjudices mutuels subis par les Arméniens et les Turcs ». Le Collectif VAN vous livre la traduction d’un article en anglais, paru le 10 septembre 2012 sur le site progressiste turc Bianet, sous la rubrique GÉNOCIDE ARMÉNIEN.

Bianet

GÉNOCIDE ARMÉNIEN

Escalader la montagne de la vérité et de la justice


L’actrice Arsinée Khanjian et l’avocate Fethiye Çetin ont parlé de ce que cela signifiait d’être un Arménien en Turquie et en diaspora, dans une série de conférences dont le titre est « Escalader la montagne », lancée par la Fondation Civilitas et la Culture Anatolienne.

Nilay VARDAR
nilay@bianet.org
Istanbul - BIA News Center
10 septembre 2012

L’avocate Fethiye Çetin, écrivaine et militante des droits de l’homme et l’actrice arménienne Arsinée Khanjian ont parlé de ce que cela signifie d’être un Arménien tant en Turquie qu’en diaspora, dans une série de conférences itinérantes dont le titre est « Escalader la montagne » initiée par la Fondation Civilitas et la Culture Anatolienne (Anadolu Kültür.)

La première série de conférence a eu lieu à Berlin le 4 septembre, tandis que la seconde s’est déroulée à Istanbul le 6 septembre. La troisième aura lieu à Erevan le 13 et sera diffusée en streaming, enregistrée en vidéo et partagée sur un site en trois langues.

Les conférences visent à mettre en lumière l’aspect personnel des relations arméno-turques, et à établir un rapport entre les préjudices mutuels subis par les Arméniens et les Turcs, et les personnes dont les familles ont été forcées de quitter l’Anatolie, et celles qui sont restées.

Balayer la vérité

« Mes grands-parents étaient citoyens de l’État ottoman. Je suis née à Beyrouth. J’ai escaladé la montagne ; je suis montée sur l’Ararat. Ceci est très important pour les gens nés dans des lieux extérieurs à leur pays ancestral, contre leur propre volonté, et pour les aider à se construire une identité. Lorsque j’ai escaladé le Mont Ararat, j’y ai trouvé la vérité et la justice. J’ai enterré dans cette montagne les photos de mes grands-parents, qui étaient nés à Erzurum, et les gants de ma mère, décédée jeune », a déclaré l’actrice Arsinée Khanjian, citoyenne canadienne d’origine arménienne, née au Liban.

Khanjian a joué le rôle d’Ani dans le film « Ararat » du réalisateur Atom Egoyan.

L’avocate et activiste des droits de l’homme, Fethiye Çetin, auteure de : Le livre de ma grand-mère, ("Ananem") a ensuite pris la parole:

« Je suis née [dans la province du nord-est d’Elazig.] Assez jeune, j'ai commencé à vivre avec mes grands-parents musulmans. Puis je suis devenue socialiste. Un jour, ma grand-mère m’a prise sur ses genoux et m’a raconté une histoire que je n’avais jamais entendue auparavant, en faisant des gestes, comme si elle essayait d’enlever des saletés sur sa jupe. C’était comme si elle balayait de ses mains tout ce qu’elle avait vécu à l’âge de neuf ans. J’ai cru ma grand-mère. Elle disait la vérité. », a déclaré Çetin.

Fethiye Çetin est aussi connue pour avoir été l’avocate de la famille de Hrant Dink, un journaliste turco-arménien assassiné en plein jour devant son bureau le 19 janvier 2007, à Istanbul. Seuls deux suspects liés à son assassinat ont été condamnés, tandis que d’autres suspects et un certain nombre de fonctionnaires impliqués dans l’affaire n’ont jamais été inculpés.

Des femmes arméniennes contraintes au mariage

« De nombreux guides kurdes locaux que j’ai rencontrés près du Mont Ararat, se sont approchés de moi et m’ont dit que leurs grands-mères étaient arméniennes, s’attendant à ce que cela me fasse un peu plaisir. Cependant, j’étais tellement surprise que je n’ai pas su quoi dire. Ce qu’ils ont dit prouvait une réalité totale ; ces grands-mères avaient été mariées de force et il n’existait pas un seul grand-père arménien », a dit Khanjian.

« Maintenant que j’ai une identité double, je peux parler avec facilité », a déclaré l’avocate Çetin, ajoutant qu’il lui avait été difficile au début de partager son histoire, même avec ses amis socialistes.

« Ce n’était pas par crainte, mais nous ne pouvions pas démolir les tabous que nous avions nous-mêmes créés. Nous avons accepté la politique de la négation, dans le cadre de ce silence assourdi. C’est pourquoi, je porte aujourd’hui une responsabilité. Ma grand-mère a déposé sur mes épaules, toute la saleté dont elle avait balayé sa jupe et je ne veux pas transmettre ce fardeau aux générations futures », a-t-elle dit.

Khanjian a également ajouté qu’il existait des milliers de livres sur le génocide arménien, mais qu’elle préférait évoquer ce thème par des moyens artistiques :

« Quand nous avons tourné le film 'Ararat', celui-ci a été perçu en Turquie comme du matériel de propagande. Ccependant, il ne s’agissait pas d’un film sur le génocide. Son thème principal était la politique négationniste toujours menée par la Turquie », a-t-elle dit.

(NV)

©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 21 septembre 2012 – www.collectifvan.org




Retour à la rubrique


Source/Lien : Bianet



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org