Aujourd'hui : Mardi, 23 juillet 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
La Turquie, “plus grande prison du monde pour les journalistes”
Publié le :

Le petit journal

Écrit par Anne Andlauer

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) accuse le gouvernement turc de mener une “vaste offensive pour faire taire” les médias d’opposition en usant d’intimidation et de poursuites judiciaires. L’ONG basée à New York a récensé 76 journalistes dans les prisons du pays.

Ce nombre, établi à la date du 1er août 2012, ferait de la Turquie “le leader mondial des emprisonnements de journalistes, devant l’Iran, l’Erythrée et la Chine”, affirme l’ONG dans un rapport publié lundi. “Une étude au cas par cas” montre “qu’au moins 61 de ces journalistes sont détenus en relation directe avec leurs écrits, un record mondial pour la dernière décennie.”

Dans son rapport de 55 pages intitulé “Liberté de la presse en crise”, disponible en anglais et en turc, le CPJ pointe du doigt les lois anti-terroristes en vigueur et dénonce la tendance du pouvoir à “assimiler journalisme critique et terrorisme”. “Le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan devrait arrêter ses attaques contre la presse et, au lieu de cela, assurer la justice aux journalistes tout en menant des réformes qui garantissent la liberté dÂ’expression”, souligne Joel Simon, directeur de lÂ’ONG.

Le gouvernement turc est régulièrement critiqué, dans le pays et à l’étranger, pour le traitement des journalistes dont les écrits “dérangent”. Dans son dernier rapport de suivi, la Commission européenne dénonçait “les restrictions imposées dans la pratique à la liberté des médias et le grand nombre de procédures judiciaires dont font l'objet des écrivains et des journalistes”, concluant à “une autocensure généralisée”.

Lettres de prison

Dans son rapport, le CPJ publie les lettres de journalistes emprisonnés et s’attarde sur certains noms, identifiés comme ayant payé de leur métier, de leur liberté ou de leur vie (Hrant Dink) leur opposition au gouvernement ou à l’Etat. L’ONG fournit aussi en annexe les réponses officielles à ses requêtes. Le ministre de la Justice l'informe notamment que les procès sont sous la responsabilité “d’autorités judiciaires indépendantes et impartiales” et que “les activités journalistiques en elles-mêmes sont en dehors du champ d’intérêt des autorités qui enquêtent”.

Le rapport affirme que 30% des journalistes emprisonnés sont soupçonnés d’appartenir à des groupes politiques illégaux ou d’avoir participé à des complots contre le gouvernement. Les autres détenus seraient des journalistes kurdes emprisonnés au titre des lois anti-terroristes. Le CPJ dénonce la longueur des détentions provisoires (plus des trois quarts des cas étudiés) et la censure de certains sites internet d’information.

Dans ses recommandations finales, le CPJ demande la libération de tous les journalistes détenus pour leur travail et appelle le Premier ministre à cesser de poursuivre ou de “dénigrer publiquement” les journalistes qui le critiquent. Il exhorte la Turquie à accompagner ses “réussites économiques et politiques” et son statut de “puissance régionale et mondiale émergente” d’un respect pour la liberté d’expression et d’information.

Anne Andlauer mardi 23 octobre 2012




Retour à la rubrique


Source/Lien : Le petit journal



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org