Aujourd'hui : Vendredi, 19 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 5 novembre
Publié le : 05-11-2015

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: 5 novembre 1918 -- Empire ottoman: après l'armistice, le gouvernement ottoman consacra une semaine à l'examen des responsabilités dans les massacres arméniens. Une commission fut désignée. Du 5 novembre au 11 décembre 1918, cette commission tint quatorze séances d'audition. Elle interrogea quinze ministres dont deux Cheikh-ul-islam. Les débats du parlement furent publiés dans le Journal officiel turc, Takvim-i Vekayi, et résumés dans des quotidiens.

Photo: Parlement ottoman


Ça s’est passé un 5 novembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


5 novembre 1337 -- 2 juifs sont tués dans le village de Parchein (province du Mecklembourg, Allemagne).
Israelvivra.com

5 novembre 1648 -- Les cosaques de Bogdan Chmielnicki assiègent durant deux semaines la ville de Zamosc (Pologne), dont la population est en majorité juive. De nombreux habitants meurent de faim.
Israelvivra.com

5 novembre 1895 -- Empire ottoman: Emilie Carlier, épouse d'un consul de France, a tenu, au cœur de la crise de 1895, un journal qui figure parmi les premiers grands témoignages reçus en Occident. Au milieu des massacres, Quelques extraits : 5 novembre - Les détails qui nous arrivent prouvent que ce ne sont pas les Arméniens qui se soulèvent, mais bien les Musulmans qui assassinent et pillent. Karahissar, Zara, Divreghi sont en flammes. On y a tout massacré, sauf quelques centaines de très jeunes enfants, laissés là au milieu des ruines. Ils vont mourir de faim, si les fauves ne les ont pas déjà dévorés. Malheureusement nous ne pouvons envoyer personne là-bas. Nous faisons au bazar de grandes provisions, car, s'il y a pillage, comme presque toutes les boutiques sont arméniennes, il ne restera rien. La situation devient inquiétante. Chaque nuit, nous nous attendons à être surpris par la fusillade, aussi nous ne dormons pas. (...)
Imprescriptible.fr : Au milieu des massacres, Emilie Carlier

5 novembre 1911 -- L'Italie annexe la Tripolitaine et la Cyrénaïque. Les Italiens déclarent la guerre à la Turquie et occupent la frange côtière de la Libye. Le conflit prendra fin en octobre 1912, et verra l'Italie l'emporter sur l'Empire Ottoman.
L'Internaute

5 novembre 1914 -- Empire ottoman: la France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à la Turquie. Deux jours après la Russie, c'est au tour de l'Angleterre et de la France d'entrer en conflit contre l'empire Ottoman. La Turquie est entrée dans la première guerre mondiale le 28 octobre et s'est ralliée aux empires centraux: l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et l'Italie.
Wikipedia
L'Internaute

5 novembre 1915 -- Empire ottoman: les passes du Taurus et de l'Amanus. Extrait d'une lettre de A. datée d'Alep du 5 novembre 1915, du Dr. L. {Shepard} un résident étranger en Turquie à Mr. N. {Peet} à Constantinople. Communiquée par le Comité Américain de Secours aux Arméniens et aux Syriens. "Ainsi que je vous l'ai télégraphié d'Adana, j'ai eu un voyage sans incident. Je sentis que je ne pouvais pas consacrer toute une semaine à Koniah ; personne ne vint à ma rencontre à l'arrivée du train, et je n'eus que le temps d'aller en ville. De très grands nombres d'Arméniens sur la route, souffrant de la faim, du manque de vêtements et du froid ; un grand nombre d'entr'eux, très âgés ou très jeunes ou des femmes voyagent à pied, portant des fardeaux ou des enfants etc. etc.. J'ai vu Miss M. et je lui ai laissé 100 livres turques. Elle peut les employer pour les déportés en route, entre Osmanié et Entilli. Alep est le grand centre pour les travaux de secours, et les besoins dépassent toute évaluation. Je pense que les 150.000 déportés (et peut-être y en a-t-il davantage), passeront par ici ; ils sont maintenant en route entre Koniah est Alep. Il y en a un grand nombre dans cette ville en ce moment et un grand nombre aussi près d'ici. Des amis indigènes de confiance sont à même de dépenser beaucoup d'argent par petites sommes. Le Catholicos va être envoyé d'ici à Jérusalem. Il n'y a malheureusement aucun moyen d'atteindre efficacement des milliers de déportés qui sont en route ; il y en a 10.000 entre Bozanti et Tarsous ; 20.000 à Tarsous ; 40.000 entre Osmanié et Islahié (qui est actuellement le terminus de la ligne du chemin de fer) ; et 40.000 à 50.000 à Kotmo. J'ai vu ce matin Djemal Pacha au sujet de nos professeurs d'Aïntab. Il semble bienveillant et il me demanda de m'informer si quelqu'ordre aurait été envoyé du Ministère de l'Intérieur et du Vali d'Alep Je vous préviendrai s'il en résulte quelque chose. P. S. Le typhus a éclaté ici."
Imprescriptible.fr: Le chemin de fer d'Anatolie

5 novembre 1917 -- Empire ottoman: le ministre de l’Intérieur ordonne la déportation de tous les employés arméniens des chemins de fer.
ANI: Chronology of the Armenian Genocide -- 1917

5 novembre 1918 -- Empire ottoman: après l'armistice, le gouvernement ottoman consacra une semaine à l'examen des responsabilités dans les massacres arméniens. Une commission fut désignée. Du 5 novembre au 11 décembre 1918, cette commission tint quatorze séances d'audition. Elle interrogea quinze ministres dont deux Cheikh-ul-islam. Les débats du parlement furent publiés dans le Journal officiel turc, Takvim-i Vekayi, et résumés dans des quotidiens. Ainsi, le 25 novembre, le Parlement ottoman entendit la requête du député Fouad bey. Celui-ci demandait que les membres des deux ministères Saïd Halim et Talaat soient jugés et formulait ses accusations en dix points dont deux concernaient les massacres.
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible.fr: La commission Mazhar

5 novembre 1918 -- Empire ottoman: dans l'écho de Paris également, M. Boghos Nubar, président de la délégation nationale arménienne en Europe, répondait à Pierre Loti, en donnant force preuves de la barbarie ottomane et en réfutant certaines accusations portées contre les Arméniens. Pierre Loti est un des rares défenseurs des Turcs ! Je crois qu'il les voit trop au point de vue purement artistique, et il oublie trop aussi qu'il existe une notable différence entre ceux qui vivent dans les grands centres : Constantinople, Beyrouth, Smyrne, etc., et ceux qui viennent de commettre en Arménie d'épouvantables massacres.
Imprescriptible.fr: Turcs et Arméniens

5 novembre 1921 -- Empire ottoman: 5 novembre 1921, la Délégation nationale arménienne de Paris adressait au ministre français des affaires étrangères une lettre où elle disait notamment : « Notre délégation ne peut que constater que malheureusement il n’a été tenu aucun compte, lors des négociations d’Angora, des suggestions qui ont fait l’objet de nos Mémoires en date du 2 et du 29 avril 1921 et que bien plus l’unique garantie matérielle contenue dans l’accord de Londres et consistant en une gendarmerie mixte avec assistance d’officiers français a été même écartée cette fois, et qu’on s’est contenté de la seule promesse de garantir les droits des minorités. Des promesses analogues qui, dans des circonstances plus solennelles, ont été inscrites dans tous les firmans, dans les lois et la Constitution ottomanes et dans les traités et les engagements signés par la Turquie, n’ont jamais été tenues ; actuellement il y a d’autant plus de raisons de douter qu’il s’agit d’une autorité qui est issue d’un mouvement de révolte contre le gouvernement légitime de Constantinople et les Puissances de l’Entente. En présence de cette situation alarmante, où déportations, persécutions et massacres sont à prévoir, à raison surtout que la majorité actuelle de la population est chrétienne et arabe et que les Kémalistes voudront les réduire, notre délégation, toujours soucieuse d’apporter son concours à l’œuvre des autorités françaises, ne peut que faire un suprême appel au gouvernement de la République et le supplier de ne pas permettre en ce moment l’entrée des troupes kémalistes en Cilicie et de remettre l’exécution de cet accord à la conclusion prochaine de la paix définitive avec la Turquie ».
Imprescriptible.fr: L’accord franco-turc d’Angora du 20 octobre 1921 et l’exode des Arméniens de la Cilicie

5 novembre 1937 -- Allemagne: Révélation des plans de guerre d'Hitler pendant la Conférence de Hossbach.
Seconde-guerre.com

5 novembre 1941 -- Les SS assassinent 400 juifs de Swiercna (district de Novogrudok, U.R.S.S.).
Israelvivra.com

5 novembre 1941 -- Le Führer déclare à Himmler : «Nous pouvons vivre sans les Juifs. Eux ne sauraient vivre sans nous. Quand les Européens s'apercevront de cela, ils prendront conscience du même coup de la solidarité qui les lie. Le juif empêche cette solidarité. Il ne vit que du fait que cette solidarité n'existe pas».
Herodote.net

5 novembre 1942 -- Les 7 000 derniers internés du ghetto de Piaski, près de Trawniki (Pologne), venus de Theresienstadt et d'Allemagne sont déportés au camp d'extermination de Sobibor, où ils périssent.

A la suite d'une sélection des juifs du ghetto de Sokolka (province de Bialystok, Pologne), la plupart sont déportés au camp de Kelbasin et, de là, à Treblinka. Une partie a été fusillée sur place. Ultérieurement, les juifs restants seront déportés au camp d'extermination de Treblinka.

Début de la deuxième déportation des juifs du ghetto de Chmielnik (province de Kielce, Pologne) : les juifs ont connaissance des préparatifs de l'Aktion. Une partie se cache dans les abris du ghetto, une autre fuit dans les bois. Très peu sont déportés au camp d'extermination de Treblinka ou assassinés.

600 juifs sont arrêtés à Borislav (R.S.S. d'Ukraine) par les SS et la police ukrainienne. Ils sont déshabillés par un froid glacial et déportés au camp d'extermination de Belzec.

3 000 juifs du ghetto de Stopnica (Pologne) sont conduits à marches forcées vers Szczucin.

Beaucoup sont fusillés en cours de route. Les survivants sont envoyés par train au camp d'extermination de Treblinka. 400 vieillards et enfants sont fusillés dans le cimetière de la ville.

1 500 hommes sont déportés au camp de travail forcé de Skarzysko-Kamienna.
Israelvivra.com

5 novembre 1943 -- Un soulèvement éclate dans le camp de travail forcé de Krychov (Pologne) : 1 500 juifs sont tués.

En quatre jours, 14 000 juifs du camp de travail forcé de Poniatova (Pologne) sont assassinés. Certains juifs se défendent.

A Siauliai (R.S.S. de Lituanie), début d'une Aktion dirigée contre les enfants juifs : 2 membres du Conseil juif qui veulent les sauver sont déportés avec eux vers un camp d'extermination.
Israelvivra.com

5 novembre 1951 -- Léon Jouhaux reçoit la Prix Nobel de la paix. L'ancien secrétaire de la CGT se voit décerner la plus haute distinction internationale pour son action courageuse menée au sein du syndicat tout au long de la deuxième guerre mondiale. Malgré la dissolution de la CGT par le régime de Vichy, Jouhaux continuera à remplir ses fonctions de directeur. La collaboration le plaça en résidence surveillée. Trois ans plus tard il est déporté à Buchenwald.
L'Internaute

5 novembre 2006 -- Saddam Hussein condamné à mort. Ouvert à la mi-octobre, le Tribunal spécial irakien rend son verdict : Saddam Hussein est condamné à mort par pendaison pour crime contre l’humanité, pour le massacre de Doujaïl. En 1982, en effet, près de 150 chiites furent massacrés dans ce village. Jugé dans un premier temps pour ces faits, l’ancien président de la République d’Irak aurait encore pu répondre de nombreuses autres accusations : massacres, génocides, crimes de guerre… Il sera finalement pendu le 30 décembre.
L'Internaute


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org