Aujourd'hui : Mercredi, 18 juillet 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 6 novembre
Publié le : 06-11-2017

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: 6 novembre 1915 -- Empire ottoman: rapport du Consul américain à Adana Edward I. Nathan daté du 6 novembre 1915. "Un ordre a été reçu des autorités pour ne plus faire de nouvelles déportations d'Arméniens. Cet ordre toutefois ne concerne que les quelques milliers d'habitants des villes de {Mersine} de B. et d'Adana qui ont échappé à la déportation jusqu'à présent. D'autre part, les milliers de déportés dans le camp de B., reçurent l'ordre de partir pour faire place à d'autres venant du nord.

Photo: Quartier arménien d’Adana incendié près de la mission américaine. CPA, coll. M. Paboudjian.


Ça s’est passé un 6 novembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

6 novembre 1915 -- Empire ottoman: rapport du Consul américain à Adana Edward I. Nathan daté du 6 novembre 1915. "Un ordre a été reçu des autorités pour ne plus faire de nouvelles déportations d'Arméniens. Cet ordre toutefois ne concerne que les quelques milliers d'habitants des villes de {Mersine} de B. et d'Adana qui ont échappé à la déportation jusqu'à présent. D'autre part, les milliers de déportés dans le camp de B., reçurent l'ordre de partir pour faire place à d'autres venant du nord. Un important commissaire impérial est aussi arrivé pour s'informer des abus des fonctionnaires locaux, en ce qui concerne la prise de possession des biens personnels des Arméniens déportés. Son Excellence Von der Goltz Pacha est arrivé à B. aujourd'hui, se rendant à Alep, où il doit établir son quartier général d'après des rapports dignes de foi."
Imprescriptible.fr : AE. {Mersine} ville située sur la ligne du chemin de fer : série de rapports d'un résident étranger {Consul américain Edward i. Nathan} à AE. {Mersine} communiquée par un Comité Américain de Secours aux Arméniens et aux Syriens.

6 novembre 1915 -- Empire ottoman: le consul autrichien à Andrinople et le consul général de Bulgarie de la ville confirment en outre, dans un procès verbal adressé à Stamboul le 6 novembre 1915 que « La nuit du 27 au 28 du mois d’octobre, les organes de la Police se présentèrent chez les riches familles arméniennes de la ville en leur imposant de quitter immédiatement leurs maisons, leurs biens, tout leurs avoirs pour être transportées pour une destination inconnue. Les scènes qui se sont déroulées cette nuit et les nuits suivantes ne peuvent être décrites. Il se passa des choses concevables seulement à un esprit tout à fait dépravé et à une âme barbare et brutale »14. Au total, des 30 316 Arméniens recensés en Thrace, notamment à Andrinople et Rodosto/Tekirdağ15, plus de 17 000 furent déportés en Syrie, tandis que 13 000 autres étaient sauvés grâce à l’énergique intervention des autorités bulgares. © Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : LA DEUXIÈME PHASE DU GÉNOCIDE

6 novembre 1915 -- Empire ottoman: Bitlis, Mouch et Sassoun. - Interview de Roupen, de Sassoun, rédigée et traduite par m. A. S. Safrastian, datée de Tifliss, le 6 novembre 1915. " Au moment où j'écris, il n'est plus guère douteux que pendant les mois de juin et juillet derniers, les Turcs ont presque entièrement exterminé près de 150.000 Arméniens de Bitlis, Mouch et Sassoun. Si on pouvait révéler au monde civilisé l'histoire détaillée des horreurs qui ont accompagné ces massacres, on peut dire qu'elles seraient dans l'histoire le plus grand chef-d'œuvre de férocité qui ait jamais été exécuté, même par les Turcs. C'est Roupen un des chefs de Sassoun qui m'a donné une description sommaire de ces horreurs ; il s'est miraculeusement échappé des lignes turques et après de longues marches à travers Mouch et Van, il est arrivé ici il y a quelques jours. Dès que les Turcs entrèrent dans la guerre, ils entamèrent des négociations avec les chefs Arméniens à Mouch et à Sassoun en vue d'une coopération pour la défense du pays. Les représentants turcs proposèrent, comme base d'une entente de telles conditions que les Arméniens ne pouvaient aucunement les considérer comme sérieuses. Jusqu'au mois de janvier 1915 la situation fut assez tranquille, et les Arméniens étaient conseillés par leurs chefs d'accéder à toutes les demandes légitimes qui leur seraient faites par les autorités. Mais quand les négociations échouèrent, les Turcs commencèrent à prendre des mesures sévères contre les Arméniens. Ils avaient déjà cruellement réquisitionné tout ce qui leur tombait sous la main ; et on exigeait maintenant des paysans qu'ils livrassent leurs armes..."
Imprescriptible.fr : Vilayet de Bitlis

6 novembre 1916 -- Darfour: En 1916, pendant la Première Guerre mondiale, Ali Dinar s'allia avec l'Empire ottoman et déclara la guerre à la Grande-Bretagne. La rébellion fut vaincue à la bataille de Beringia le 22 mai 1916, Ali Dinar poursuivi et tué le 6 novembre suivant et le pays incorporé au Soudan britannique. Le Darfour fut intégré à la République du Soudan lors de l'indépendance du pays en 1956. Après l'indépendance, le Darfour servit de base au parti Oumma, dirigé par Sadeq al-Mahdi. En 1994, le Darfour fut divisé en trois États fédéraux au sein de la République du Soudan : Nord (Chamal), Sud (Janoub), et Ouest (Gharb) Darfour. La capitale du Nord-Darfour est Al-Fachir, Nyala pour le Sud-Darfour et Al-Djounaïnah pour le Darfour.
Wikipedia

6 novembre 1917 -- Déclaration de M. Balfour à la Chambre des communes en date du 6 novembre 1917 : « Nous ne voulons détruire aucun élément turc composé de Turcs, gouverné par les Turcs et pour des Turcs, d’une manière qui convient aux Turcs ; mais d’aucune façon il ne faut perdre de vue que l’un des buts que nous devons poursuivre, maintenant que la catastrophe internationale pèse sur nous, est la possibilité, le devoir d’arracher au gouvernement turc les peuples qui ne sont pas turcs, qui ont été désorganisés par les Turcs, dont le développement a été arrêté par les Turcs et qui, j’en ai la conviction, prospéreraient s’il leur était donné d’avoir un gouvernement propre et de suivre leurs propres coutumes ».
Imprescriptible.fr : L’intervention d’Humanité dans le Proche-orient jusqu’à la Grande guerre

6 novembre 1918 -- Empire ottoman: archives du Ministère des Affaires étrangères d’Allemagne. A.A. Türkei 158/21, A48179. "Le 6 novembre 1918, en Turquie, le Grand Vizir Izzet Paşa adressa une protestation à Berlin contre le Général allemand von Seeckt, le dernier chef du personnel du temps de guerre du Quartier Général Ottoman, pour avoir emporté avec lui « tous les dossiers du Quartier Général ottoman, malgré sa promesse formelle de ne pas emporter ces pièces qui sont la propriété du Gouvernement… »( en français). [Une source turque confirme cette suppression (pp. 435-437). Çavdar, Tevfik (1984) Talat Paşa. Ankara : publications Dost. 512 pp - le 24 novembre 1919, Berlin promit de retourner ces documents appartenant à la Turquie."
Imprescriptible.fr : Les problèmes de déviation, d’absence et de disparition de documents

6 novembre 1941 -- Les nazis déclenchent une Aktion sur une grande échelle contre les juifs de Nadvorna (district de Stanislavov, R.S.S. d'Ukraine), au cours de laquelle la moitié des 5 000 juifs de la ville est assassinée.

La communauté de Nadvorna existait depuis le XVIIIe siècle.

18 000 juifs de Rovno (R.S.S. d'Ukraine) sont conduits par les troupes allemandes dans une pinède près de la ville, où ils sont fusillés. Les juifs survivants doivent s'installer dans un ghetto nouvellement créé.
Israelvivra.com

6 novembre 1942 -- Au cours d'une dernière Aktion, les juifs vivant encore à Khelm, au sud-est de Lublin, sont déportés au camp d'extermination de Sobibor. La ville est « purifiée de ses juifs ».

Les SS assassinent 900 juifs de Koszyce (province de Cracovie).

1 200 juifs environ du ghetto de Komarno (province de Lvov, R.S.S. d'Ukraine) sont déportés au camp d'extermination de Belzec, où ils sont tués. Komarno est déclaré « libéré de ses juifs ».

465 internés juifs du camp de regroupement de Westerbork et 1 000 juifs, hommes et femmes, du camp de regroupement de Drancy (France) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

6 novembre 1943 -- Les SS fusillent 500 juifs dans le camp de travail forcé de Szebnie (Galicie orientale).

2 000 juifs de Ciechanov (province de Varsovie) sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.

A la suite d'une rafle effectuée à Florence, 200 juifs sont arrêtés et déportés vers un camp d'extermination à l'est du Reich. 5 juifs seulement reviendront après la guerre, tous les autres ayant été tués.
Israelvivra.com

6 novembre 1993 -- Mort de Joseph Sertchouk à Tel-Aviv (en hébreu יוסף סרצ'וק, en polonais Józef Serczuk) (né en 1919) Il fut le commandant d'une unité de partisans juifs dans la région de Lublin en Pologne lors de la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, il fut un témoin important aux procès des criminels nazis.
Wikipedia

6 novembre 2009 -- Amnesty International a condamné 6 novembre l’invitation adressée par la Turquie au président soudanais Omar el Béchir. « La Turquie se déshonorerait en accueillant cet homme qui tente d’échapper à la justice internationale alors qu’il est accusé d’être responsable de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre contre des hommes, des femmes et des enfants qui ont été victimes de meurtres, de viols, de tortures et de disparitions forcées », a déclaré Christopher Keith Hall, conseiller juridique auprès d’Amnesty International. Le président Omar el Béchir a été invité à assister à une réunion de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) qui se tient à Istanbul, en Turquie, du 5 au 9 novembre 2009. Or le président soudanais fait l’objet depuis le 4 mars 2009 d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre. « Il serait contraire aux obligations internationales de la Turquie de ne pas procéder à l’arrestation du président Omar el Béchir pour le remettre à la CPI », a estimé Christopher Keith Hall. « Une telle omission constituerait une entrave à la justice. En outre, au même titre que le fait d’héberger un cambrioleur de banques est répréhensible aux termes de la législation nationale, donner refuge à une personne fuyant la justice internationale s’apparenterait à de la complicité de crime. »
cfcpi.fr

Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org