Aujourd'hui : Mercredi, 26 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Collectif VAN : l'éphéméride du 18 décembre
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d'événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l'Histoire, sur les thématiques que l'association suit au quotidien. L'éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:


Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)

Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)


Légende photo: 18 décembre 1922 -- Empire ottoman: à la séance du lendemain, 18 décembre 1922, Ismet Pacha donna une réponse aux propositions de lord Curzon. Cette réponse fut des moins satisfaisante. Le Délégué turc déclara que l'échange des populations grecques et turques était devenu inévitable et consentit seulement à en excepter les Grecs originaires de Constantinople dont le nombre ne dépassait guère 200.000. Il rejeta catégoriquement le plan d'un Foyer arménien : « Il est dans l'obligation de considérer que la cession d'un territoire faisant partie de la Turquie en vue de constituer un Foyer arménien serait une nouvelle tentative de démembrement de la Turquie. Or, l'illégitimité et l'impossibilité des tentatives de cette sorte ont été surabondamment démontrées. La Turquie n'a, ni dans ses provinces orientales, ni en Cilicie, pas un pouce de territoire qui ne contienne une majorité turque et qui puisse être détaché, de n'importe quelle façon, de la mère-patrie ».

Photo: Mustafa Kemal Atatürk et İsmet Pacha en 1922



Ça s'est passé un 18 décembre (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :

18 décembre 1915 -- Empire ottoman: le 18 décembre 1915, Rössler rapportait le témoignage d'un ingénieur du chemin de fer de Bagdad, nommé Bastendorff. Choukri lui avait déclaré qu'il était temps de résoudre une fois pour toutes le vieux conflit avec les Arméniens « par l'extermination de la race arménienne » (Die Ausrottung der armenischen Rasse). Choukri( Choukri Kaya occupait le poste officiel de Directeur général de l'installation des tribus et des déportés. Le siège de cet organisme était à Constantinople et il dépendait du Département de la Sécurité publique d'Ismaïl Djambolat) était obsédé par la Question arménienne. II avait expliqué au correspondant du Kolnische Zeitung : « De même que l'Allemagne veut seulement des Allemands en Allemagne, nous voulons seulement des Turcs en Turquie. » Djelal bey rapporte dans sa déclaration qu'après avoir été informé de la déportation des Arméniens, il s'adressa au gouvernement pour obtenir des précisions. « Je ne pouvais guère supposer qu'un gouvernement serait jamais capable d'exterminer de la sorte ses sujets, son capital humain qui doit être considéré comme la principale richesse du pays. Et je croyais que ces mesures provenaient du désir d'éloigner provisoirement les Arméniens du champ des opérations par suite des nécessités militaires. C'est pourquoi je me suis adressé télégraphiquement au ministre de l'Intérieur pour lui réclamer des allocations en vue de la construction des baraquements pour abriter les Arméniens déportés. En guise d'allocations, on m'envoya un individu ayant le titre "d'agent pour l'installation des immigrés" et, en réalité, chargé de la déportation en bloc des Arméniens. » Cet individu était Choukri qui lui ordonna de traiter ses directives comme des ordres ministériels. Après la guerre, Choukri fut lui aussi interné à Malte par les Anglais. II s'en évada le 6 septembre 1921 avec quinze autres détenus. Ces détenus, qui avaient donné leur parole de ne pas s'évader, comprenaient, outre Choukri Kaya, deux commandants d'armée, quatre vali, un mutessarij; un député. Ils s'étaient glissés dans un groupe de prisonniers échangés entre les Anglais et les Turcs à cette date.
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible.fr : Les fonctionnaires, Enquête sur la négation d'un génocide

18 décembre 1917 -- Empire ottoman/Armistice russo-turc à Erzinghian: Pendant la guerre mondiale, une grande partie de l'Arménie turque avait été libérée par l'armée russe dans les rangs de laquelle combattaient de nombreux Arméniens de Russie[73]. Après la révolution bolchéviste du 7 novembre 1917, l'armistice russo-turc conclu le 18 décembre à Erzinghian et la retraite des troupes russes désorganisées par la propagande communiste, les troupes arméniennes, aidées de volontaires russes, reformèrent le front oriental.
Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr: L'Arménie russe pendant la Grande Guerre et après l'armistice de Lemnos

18 décembre 1918 -- Empire ottoman/procès du kaïmakam de Boghazlian : A partir de septembre 1918, les archives de l'Organisation spéciale furent systématiquement détruites : au ministère de l'Intérieur par Aziz bey, chef de la sûreté générale; au centre de Nouri Osmanié par le docteur Nazim et au ministère de la Guerre par le lieutenant-colonel Hüsameddin bey30. Le Journal officiel turc confirma la disparition de ces documents. Le kaïmakam de Boghazlian, Kemal, déclara devant la commission d'instruction de son procès, le 18 décembre 1918: « Je sais qu'une partie des documents relatifs à la déportation se trouve à Yozgad. Seuls n'ont pas été conservés les ordres qui devaient être brûlés après leur lecture, conformément aux directives de l'expéditeur. » Et il ajouta que ces ordres venaient du ministère de l'Intérieur et de la préfecture d'Angora. Le colonel Hüsameddin rapporta dans ses mémoires qu'il avait dissimulé des documents dans une cache de la mosquée Fatih à Istanbul.
Ternon, Yves. Enquête sur la négation d'un génocide, Marseille, Parenthèses, 1989
Imprescriptible.fr : La politique orientale des Soviets et ses relations avec le Kémalisme

18 décembre 1920 -- Société des nations /première Assemblée, 30e séance: le texte de la résolution de l'Assemblée, prise le 18 décembre 1920: « L'Assemblée, rappelant sa décision du 22 novembre 1920, continue à collaborer avec le Conseil qui est chargé de veiller, en référant, s'il est nécessaire, aux membres de la Société, sur le sort de l'Arménie au profit de laquelle déjà, à la demande de la Société, se sont manifestées, en plus de la sympathie universelle, la haute intervention du Président Wilson, celle de l'Espagne et celle du Brésil ».
Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devant le problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : Secours à l'Arménie

18 décembre 1921 -- Empire ottoman/lettre de Vahan Portoukalian à Kourken Tahmazian : "Les Kémalistes ont tenté de faire sauter l'imprimerie du Ferda, journal turc qui, sous le régime français, avait fait semblant d'être francophile, oh! sans se compromettre. Son rédacteur n'était pas homme à brûler ses vaisseaux. L'attentat n'a pas réussi ; une seule bombe a éclaté sans faire beaucoup de dégâts, deux autres ont été retrouvées intactes. Les Kémalistes tiennent leur parole. Ils avaient annoncé en partant à ceux qui ne les suivaient pas, qu'à leur retour on réglerait les comptes de chacun. Aussi, il en part tous les jours des Turcs, mais il en arrive plus qu'il n'en part ; ils envahissent le quartier chrétien, et ils ne semblent pas être Adaniotes. Les Turcs ne voudraient-ils pas, sur ce point encore, faire mentir Franklin-Bouillon qui a reçu d'eux l'assurance que les chrétiens ne seraient pas remplacés par les Turcs, et que les frontières de Syrie ne seraient pas menacées par un afflux de population musulmane ? Ces Turcs que je coudoie tous les jours ressemblent comme des frères aux montagnards d'Anatolie. Cette digression m'a entraîné loin de l'imprimerie de Ferda. Notre nouveau vali Hamid bey, l'homme de Franklin-Bouillon, le Kémaliste idéal, s'est transporté sur les lieux, et il a jugé qu'une souris avait fait éclater cette bombe. C'est elle probablement qui l'avait apportée là, ainsi que les deux autres qui n'ont pas éclaté. Les souris, en Turquie, sont de dangereux malfaiteurs, mais qui rendent des services signalés à d'autres malfaiteurs protégés par la Justice. Quand, il y a quelque vingt ans, le feu a été mis au collège, les souris ont été accusées de ce méfait.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : L'évacuation française de la Cilicie en 1921 vue par l'officier Vahan Portoukalian

18 décembre 1922 -- Empire ottoman: à la séance du lendemain, 18 décembre 1922, Ismet Pacha donna une réponse aux propositions de lord Curzon. Cette réponse fut des moins satisfaisante. Le Délégué turc déclara que l'échange des populations grecques et turques était devenu inévitable et consentit seulement à en excepter les Grecs originaires de Constantinople dont le nombre ne dépassait guère 200.000. Il rejeta catégoriquement le plan d'un Foyer arménien : « Il est dans l'obligation de considérer que la cession d'un territoire faisant partie de la Turquie en vue de constituer un Foyer arménien serait une nouvelle tentative de démembrement de la Turquie. Or, l'illégitimité et l'impossibilité des tentatives de cette sorte ont été surabondamment démontrées. La Turquie n'a, ni dans ses provinces orientales, ni en Cilicie, pas un pouce de territoire qui ne contienne une majorité turque et qui puisse être détaché, de n'importe quelle façon, de la mère-patrie ». Quant aux autres demandes de lord Curzon, Ismet Pacha déclara qu'une amnistie était envisagée par le gouvernement turc et que la liberté de circulation des minorités et la garantie de leur propriété étaient réglées par les lois turques « d'une façon pleinement satisfaisante » ; mais il se refusa à accepter l'exonération des minorités du service militaire.
Mandelstam, André. La Société des Nations et les Puissances devantle problème arménien, Paris, Pédone, 1926 ; rééd. Imprimerie Hamaskaïne, 1970.
Imprescriptible.fr : La question des minorités et le problème arménien

18 décembre 1939 -- Après le début de la guerre, Himmler écrit dans son journal, à la suite d'une rencontre avec Hitler le 18 décembre 1939 : « Question juive ! À exterminer comme des partisans. » Il s'agit de ce qui se rapproche le plus, en langue codée, d'un ordre du Führer pour éliminer tous les Juifs d'Europe
Wikipedia

18 décembre 1940 -- Hitler signe la directive "Barbarossa" ordonnant la préparation du plan d'invasion de l'URSS.
CLIOTEXTE: Chronologie du système concentrationnaire nazi (1933-1945)

18 décembre 1941 -- 1 500 juifs de Yalta (Crimée, U.R.S.S.) sont massacrés par les SS.
Israelvivra.com

18 décembre 1942 -- Plusieurs centaines de Polonais furent massacrés avec leur prêtre, Adam Sztark, à Słonim, le 18 décembre 1942, pour avoir abrité des Juifs dans une église.
Wikipedia

18 décembre 1943 -- 2 503 juifs du ghetto et du camp de concentration de Theresienstadt sont déportés au camp d'extermination d'Auschwitz.
Israelvivra.com

18 décembre 2005 -- Attaque de rebelles tchadiens contre Adré (Tchad). Le Tchad se déclare « en état de belligérance » avec le Soudan.
Autour de la Liberté

18 décembre 2008 -- Protais Zigiranyirazo (alias « Monsieur Z. ») a été jusqu'au 16 novembre 2009 l'un des principaux responsables présumés du génocide rwandais. Il est le frère d'Agathe Habyarimana. Poursuivi pour crime de génocide devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), qui l'a tout d'abord reconnu coupable, le 18 décembre 2008, de génocide et d'extermination constituant un crime contre l'humanité1, il a été acquitté en appel le 16 novembre 2009.
Wikipedia


Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org





Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org