Aujourd'hui : Jeudi, 27 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Un journaliste critique assassiné
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org -Le Collectif VAN vous propose la traduction de l'article paru en allemand dans le journal Taz le 20 janvier 2007

Le rédacteur en chef turc d’origine arménienne Hrant Dink a été abattu dans une rue d’Istanbul. Le Premier ministre turc Tayyip Erdogan : "Un coup porté à la démocratie"

BERLIN taz Un dur attentat politique a secoué la Turquie hier après-midi. Hrant Dink, le rédacteur en chef et l’éditeur du journal bilingue arméno-turc Agos, a été assassiné de deux balles, alors qu’il quittait l’immeuble de son journal à Istanbul et se dirigeait vers sa voiture. Dink a été tué sur le coup. On ne sait pas encore si l’attentat a été commis par un ou plusieurs coupables. Des témoins oculaires disent avoir vu au moins un jeune homme d’environ 20 ans.

Bien que la cause du ou des meurtriers ne soit pas encore connue, on peut cependant penser que l’attentat a un arrière-plan fasciste et nationaliste. Hrant Dink était le porte-parole le plus connu de la communauté arménienne de Turquie. Depuis des années il affirmait que la société turque devait se confronter au génocide arménien qui a eu lieu pendant la Première guerre mondiale.

De par son engagement, il était devenu une figure de haine pour les fascistes turcs. L’an dernier il a été deux fois poursuivi en justice pour "Insulte à l’identité turque" et dans l’un des cas il a été condamné à 6 mois de prison avec sursis. Un autre procès était engagé contre lui, car il avait parlé de façon explicite de génocide, au cours d’une interview.

Le meurtre de Hrant Dink, auquel les commentateurs des chaînes d’informations turques ont réagi avec consternation, est le dernier signe visible, au cours de ces deux dernières deux années, d’un nationalisme actif toujours plus agressif et croissant. Cela ne s’exprime pas uniquement dans l’augmentation des partisans, dans les sondages, du parti national-fasciste MHP et dans les constants procès pour "Insulte à l’identité turque" envers les intellectuels critiques.

L’une de ces victimes célèbres est le Prix Nobel Orhan Pamuk. L’attentat contre Hrant Dink a été précédé d’autres meurtres aux motifs nationalistes. En fait partie, le meurtre d’un prêtre italien à Trébizonde et autres tentatives de lynchages de foules humaines, qui étaient soit disant des partisans du PKK.
Le meurtre de Dink est un ultime défi pour la société turque.

Si ni le gouvernement ni l’opposition n’établissent des lignes claires, la menace est un retour à l’époque des escadrons de la mort. Dans une première réaction, le Premier ministre Tayyip Erdogan a dit que l’attentat était un coup porté à la démocratie, à la liberté de pensée et à l’unité de la nation. Il assure à tous les citoyens arméniens sa compassion et promet de tout faire pour que les commanditaires du meurtre soit arrêtés et jugés. L’eurodéputé vert, Cem Özdemir, a dit au taz : "Hrant Dink était un ami très proche. J’espère que ce meurtre commis en Turquie deviendra un motif constitutif pour changer le rapport avec les minorités chrétiennes et notre voisin l’Arménie. Ce serait une réaction appropriée à ce meurtre." JÃœRGEN GOTTSCHLICH

© Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN 2007



Retour à la rubrique




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org