Aujourd'hui : Dimanche, 15 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Azerbaïdjan : haro sur le héros
Publié le :















Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Un roman d’un auteur azéri qui dépeint les Arméniens sous un jour sympathique a provoqué un tollé en Azerbaïdjan. Jeudi, une foule de plusieurs dizaines de personnes s’est réunie autour de la maison de M. Aylisli et a brûlé son portrait. Et vendredi, lors d'une session du Parlement azerbaïdjanais, les parlementaires ont attaqué le roman, l’un d’entre eux exigeant que M. Aylisli soit déchu de sa nationalité et l’exhortant à partir en Arménie. Un député, Melahet Ibrahimqizi, a déclaré : "Il a non seulement insulté les Azerbaïdjanais, mais également toute la nation turque", en référence à des passages de l'ouvrage qui traitent de la violence historique turque envers les Arméniens. » En Azerbaïdjan, tenir des propos pro-arméniens - ou pis encore - écrire un roman décrivant les massacres perpétrés par les Turcs et les Azéris (Tatars) contre les Arméniens, relève soit de la folie douce, soit de l’héroïsme, tant il est dangereux de s’exposer à la haine anti-arménienne savamment inculquée par les autorités de Bakou. Souhaitons qu’Akram Aylisli poursuive sans encombre son combat contre les mensonges d’Etat. Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article en anglais mis en ligne sur le site du New York Times le 1er février 2013.


Photos: Azadliq Radiosu, RFE/RL's Azerbaijani Service; APA


The New York Times

1er février 2013

Un roman dépeignant les Arméniens sous un jour sympathique provoque un tollé en Azerbaïdjan

Par Shahla Sultanova

BAKOU, Azerbaïdjan - Un roman d’un auteur azéri qui dépeint les Arméniens sous un jour sympathique a provoqué un tollé en Azerbaïdjan, des députés azerbaïdjanais condamnant cette œuvre et des manifestants brûlant le portrait de l'auteur devant sa maison.

Le roman, «Rêves de pierre», a été publié à la mi-décembre par Akram Aylisli, un ancien député, mais la condamnation ne s’est amplifiée que la semaine dernière, après que les principaux journaux ont commencé à diffuser l’information et à en discuter.

Jeudi, une foule de plusieurs dizaines de personnes s’est réunie autour de la maison de M. Aylisli et a brûlé son portrait. Lors d'une session du Parlement azerbaïdjanais, le vendredi, les parlementaires ont attaqué le roman, l’un d’entre eux exigeant que M. Aylisli soit déchu de sa nationalité et l’exhortant à partir en Arménie.

Un autre député, Melahet Ibrahimqizi, a déclaré : "Il a non seulement insulté les Azerbaïdjanais, mais également toute la nation turque", en référence à des passages de l'ouvrage qui traitent de la violence historique turque envers les Arméniens.
L'œuvre raconte l'histoire de deux Azéris qui tentent de protéger leurs voisins arméniens de la violence ethnique – sujet brûlant en Azerbaïdjan, pays encore concerné par la guerre menée il y a deux décennies contre l'Arménie. Depuis la fin de la guerre, l'Azerbaïdjan a tenté de reprendre le contrôle du Haut-Karabakh, une enclave - à majorité ethnique arménienne - au sein de ses frontières et d’assurer le retour des Azéris qui ont été forcés de quitter leur maison.

M. Aylisli, 75 ans, a dit qu'il savait qu'il pourrait y avoir un tollé à propos de son livre, qu'il a terminé en 2007. Il a dit qu'il avait décidé de le publier l'an dernier dans un journal en langue russe relativement peu connu, l'Amitié des Peuples, parce que les russophones ont tendance à être plus instruits et plus progressistes.

"Les Arméniens ne sont pas des ennemis pour moi", a-t-il déclaré dans une interview. "Comment peuvent-ils être? Je suis un écrivain vivant au XXIe siècle. La solution pour le Haut-Karabakh est en train d’être retardée, et l'hostilité se développe entre les deux nations. Je veux contribuer à une solution pacifique. "

Il a ajouté qu'il a été choqué par la férocité de la réaction. "Je n'ai rien dit d’insultant, je n'ai pas trahi mon pays", a-t-il dit. «Je décris comment un Azerbaïdjanais aide un Arménien. Qu’y a-t-il de mal là-dedans? »

Vendredi, les manifestants ont placé dans un cercueil une copie du journal ayant publié «Rêves de pierre» et ont simulé un enterrement devant un monument honorant les Azéris tués pendant la guerre.

Via les réseaux sociaux, les jeunes ont discuté des passages du livre qu'ils ont trouvés particulièrement déplaisants, comme cette description de l’élan du jeune héros à se convertir au christianisme et à « demander à Dieu de pardonner aux musulmans pour ce qu'ils ont fait aux Arméniens. » L'Arménie est essentiellement chrétienne, tandis que la plupart des Azéris sont musulmans.

Qan Turali, 28 ans, un romancier populaire, a dit reconnaître le mérite artistique de l'ouvrage, mais croire que M. Aylisli avait choisi le mauvais moment pour publier un livre décrivant les Arméniens sous un jour positif.

"C’est un grand écrivain, le roman est bon, mais le moment n'est pas opportun", a-t-il dit. «Les Azéris souffrent encore et sont agressifs. Au lieu d'augmenter la tolérance envers les Arméniens, l'écrivain a généré plus de haine. " Il a dit que le travail de M. Aylisli aurait été mieux reçu s’il avait ajouté des descriptions d'Azéris tués par les Arméniens.
Un autre écrivain, Oktay Hajimusali, 32 ans, a été plus brutal, disant qu'il est « absurde de promouvoir la paix avec les Arméniens. »

Avec la participation dÂ’Ellen Barry de Moscou.

Traduction Collectif VAN - 3 février 2013 - 06:00 - www.collectifvan.org

-----------------------------

Lire aussi:

Azerbaïdjan : un écrivain accusé de « sympathie pour les Arméniens »

LÂ’assassin qui valait 3 milliards d'euros

Breivik demande à être extradé en Azerbaïdjan

ASALA : le faux grossier diffusé par l’Azerbaïdjan

Aliyev devrait être accueilli à Paris comme ‘l’homme à la hache en chef’

OTAN : Visite du secrétaire général en Arménie

Amnesty : le gouvernement d'Azerbaïdjan attise les violences ethniques

Affaire Safarov: confession d'un meurtrier raciste

Indignation face à la remise en liberté du meurtrier azéri

Azerbaïdjan : le tueur à la hache

Affaire Safarov : le Président de l’APCE exprime son inquiétude

Affaire Safarov : Valérie Boyer interpelle Laurent Fabius

Affaire Safarov : Valérie Boyer s’engage pour les droits de l’Homme

Affaire Safarov : François Rochebloine écrit au chef de l'Etat

L'Azerbaïdjan menace la paix régionale en glorifiant un crime raciste

Azerbaidjan : grâce octroyée à M. Safarov

Grâce de l’assassin Ramil Safarov : Obama préoccupé

Azerbaïdjan : le pogrom de Soumgaït

Le procès des crimes de Soumgaït (Février 1988)

Les 20 ans du pogrom anti-arménien de Soumgaït

Maraghar : Avril, le mois des génocides…

Maraghar : Caroline Cox parle du Golgotha contemporain

Des pirates informatiques qui ont des assassins pour héros

Xocali.net : le site qui dénonce la contrefaçon azérie

Azerbaïdjan : appel au piratage informatique

Janvier 1990, les pogroms anti-Arméniens de Bakou

www.xocali.net


Voir les photos:

L’hystérie anti-arménienne à Bakou



Retour à la rubrique


Source/Lien : The New York Times



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org