Aujourd'hui : Mardi, 2 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Vive émotion en Turquie après l’assassinat d’un intellectuel arménien
Publié le :

20Minutes.fr | 20.01.07 | 11h35

Pour le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, c’est «une attaque contre la liberté d’expression» et contre «l’unité nationale de la Turquie». L’assassinat vendredi après-midi en plein centre d’Istanbul de Hrant Dink, célèbre intellectuel turc et figure charismatique de la communauté arménienne de Turquie, a plongé le pays dans une profonde émotion.

Il a été abattu de deux balles dans la tête sur un trottoir, devant le siège du journal bilingue turc et arménien «Agos», dont il était le rédacteur en chef, et qui lui rendait un dernier hommage sur site, samedi matin. Pendant plus d’une heure, son corps est resté affalé sur le bitume, recouvert d’une simple bâche blanche. Des curieux, des amis, des journalistes, des Arméniens, sous le choc de la nouvelle, étaient venus constater les dégâts, à moitié incrédules.

L’enquête se poursuit mais les autorités turques ont annoncé avoir arrêté trois suspects hier soir et la police d’Istanbul assure être «proche de résoudre l’affaire». Des témoins de la scène auraient aperçu un jeune homme de moins de 20 ans, vêtu d’une veste en jean et d’un béret blanc. Mais d’autres ont vu un homme d’une trentaine d’années… Dans la soirée, environ 2000 personnes se sont rassemblées spontanément dans le centre d’Istanbul pour lui rendre hommage et dénoncer «l’Etat assassin».

«traite à la patrie»

Hrant Dink était un intellectuel turc menacé. Le plus menacé sans doute. Les Turcs connaissaient bien cet homme solide au visage franc et à la voix chaude, énergique et souriant, résolument optimiste. Il était Arménien et évoquait sans détour la question du génocide de 1915, un sujet encore tabou en Turquie, et qui lui valait d’être régulièrement traité de «traître à la patrie» par les ultranationalistes turcs. Il militait aussi pour le rapprochement entre Ankara et Erevan, en froid diplomatique depuis 10 ans, ce qui lui valait la méfiance et le mépris des nationalistes Arméniens.

Après l’adoption par l’assemblée nationale française d’une loi pénalisant la négation du génocide arménien, Hrant Dink avait pris position contre et défendu la liberté d’expression.

Il était avant tout un défenseur infatigable de la démocratie dans son pays. Chaque semaine ou presque, ses tribunes dans «Agos» étaient des pavés lancés dans la mare des nationalistes et des forces obscures qui, au sein des structures de l’Etat, freinent la démocratisation de la Turquie.

Poursuivi pour délits d’opinion

Hrant Dink avait maille à partir avec la justice à de nombreuses reprises. Poursuivi pour des délits d’opinion au titre du fameux article 301 du code pénal, un texte de loi controversé que le gouvernement a promis de réformer, il avait été condamné en 2006 à six mois de prison avec sursis pour «insulte à l’identité nationale turque».

Dans sa dernière tribune, Hrant Dink expliquait se sentir plus menacé encore. Ces derniers jours, les menaces s’étaient multipliées. Traqué, sans protection policière, ses jours étaient comptés.

Guillaume Perrier



Retour à la rubrique



Source/Lien : 20 minutes



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org