Aujourd'hui : Dimanche, 15 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Appel urgent pour défendre les Justes azéris
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Ragip Zarakolu, membre fondateur de l’IHD [Association des Droits de l’Homme de Turquie] et de la Fondation d’Histoire Sociale, membre du PEN Turquie et de l'Union des écrivains de Turquie, membre de l'Association des éditeurs de Turquie et du Comité International pour la Liberté de publier, nominé au prix Nobel 2012 par les membres du Parlement suédois et par la Section française du GIT, lance un appel solennel pour défendre un Juste azéri.

L’écrivain Akram Aylisli [Ekram Eylisli] fait en effet face en Azerbaïdjan, à une violente campagne de lynchage et d’appels au meurtre, pour avoir écrit un roman en russe, véritable examen de conscience sur les pogroms anti-arméniens commis en Azerbaïdjan, ce qui lui vaut d'être qualifié de "traître".

Le Collectif VAN s’associe à l’appel urgent de Ragip Zarakolu et vous invite à le diffuser. Nous rappelons à cette occasion que l'éditeur Ragip Zarakolu est lui-même harcelé par le pouvoir judiciaire en Turquie. Premier éditeur à avoir brisé en Turquie le tabou du génocide arménien, ardent défenseur des droits des Kurdes et des minorités non-turques, partenaire des actions du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] depuis de nombreuses années, Ragip Zarakolu a payé un lourd tribut pour son engagement humaniste. Incarcéré de multiples fois, dont la dernière pour "terrorisme" fin octobre 2011, il a été remis en libération conditionnelle le 10 avril 2012 suite à une mobilisation internationale. Son fils Deniz, également éditeur des Editions Belge, emprisonné depuis début octobre 2011, est toujours derrière les barreaux. Leur procès est en cours, comme celui de centaines d'opposants turcs et kurdes qui attendent le "printemps turc" en prison.

Ragip Zarakolu, ami du journaliste arménien de Turquie Hrant Dink, a de bonnes raisons de s'inquiéter du slogan qui appelle au meurtre de l’écrivain azerbaïdjanais Akram Aylisli : «Venez et apportez votre hache! » est une référence explicite à l'acte de l’officier azéri Ramil Safarov qui en 2004 à Budapest, a décapité avec une hache l’officier arménien Gurgen Markarian durant son sommeil. Responsable d'une véritable incitation au crime, le président azéri Ilham Aliyev a octroyé une grâce présidentielle le 31 août 2012 à Ramil Safarov, ainsi que 8 années de salaire et un appartement de fonction, après que Safarov eut bénéficié d’une mesure de transfèrement vers l'Azerbaïdjan. Ramil Safarov avait déjà été élu "Homme de l'année" en 2006 en Azerbaïdjan pour son acte "héroïque". Il y a tout lieu de penser, qu'à l'instar de Hrant Dink, jeté par l'Etat turc en pâture aux nationalistes anti-arméniens, et assassiné le 19 janvier 2007 à Istanbul, l'écrivain Akram Aylisli soit désormais, sans une réelle mobilisation internationale, en danger de mort, dans un pays reconnu comme prédateur des droits de l’homme.

Collectif VAN


Légende photo : A gauche, l'éditeur turc et défenseur des Droits de l'homme Ragip Zarakolu, à droite l'écrivain azerbaïdjanais Akram Aylisli.


*******************


A noter : L'Association Nationale des Anciens Combattants et Résistants Arméniens & L'Institut Arménien de France rejoignent, aux côtés du Collectif VAN, l'Appel de Ragip Zarakolu.



Ragip Zarakolu

11 février 2013

Istanbul (Turquie)

La conscience est une qualité distinctive morale de l'humanité. La conscience, l'honnêteté, la droiture, ou quelle que soit la définition que vous en donnerez, représentent la vraie fierté et l'honneur d'un pays, mais les criminels armés d'une hache ne pourront jamais les représenter.

Un écrivain en Azerbaïdjan, qui aurait dû être la fierté de son pays, y est actuellement en danger de mort, et la menace émane du Président de la République lui-même, qui est un autocrate post-soviétique. Le titre d’« Ecrivain populaire» de la République d'Azerbaïdjan - et l'octroi d’un prix d'Etat associé - lui ont été retirés, la retraite touchée par l’auteur a été annulée, sa femme et son fils ont été licenciés de leur emploi.

Cet écrivain est Akram Aylisli [Ekram Eylisli], un auteur, scénariste et dramaturge qui a adopté la philosophie de la fraternité des peuples du grand écrivain soviétique Maxime Gorki à l'Institut de Littérature Gorki de Moscou, dédié à ce grand homme.

Il est actuellement âgé de 75 ans, c’est un écrivain prolifique qui a publié dans de nombreux magazines et journaux. Il a été élu au Parlement en 2005. Sa vie littéraire a commencé en 1959 par la poésie, et a continué avec des histoires, des pièces de théâtre, des scénarios et des romans. Il a également traduit en azéri de nombreux ouvrages d'écrivains humanistes tels que Gabriel G. Marquez, Tourgueniev et Tchinguiz Aïtmatov. Ses pièces ont été jouées dans de nombreuses anciennes villes soviétiques, y compris Erevan.

Des scènes de lynchage sont actuellement organisées devant sa maison, du style de celles que nous avions vues autrefois à Maras et à Sivas [Turquie].

Un slogan se distingue : «Venez et apportez votre hache! », en référence à l’officier azéri Ramil Sahiboglu Safarov qui, en 2004, a décapité avec une hache l’officier arménien Gurgen Markarian dans son sommeil, vingt jours avant qu’ils ne rentrent chez eux (*). Ils étaient tous deux stagiaires du programme «Partenariat pour la paix» parrainé par l'OTAN à Budapest.

Melahet Ibrahimqizi - un parlementaire azéri qui avait fait partie de la délégation venue à Ankara pour rencontrer en 2009, le président du Parlement Köksal Toptan (**),le leader du CHP, Deniz Baykal, le chef du MHP, Devlet Bahçeli, ainsi que divers responsables de l'AKP, afin de tenter de bloquer ensemble le protocole signé entre l'Arménie et la Turquie et qui visait à normaliser les relations et ouvrir la frontière - essaie maintenant d'étendre la campagne de lynchage également en Turquie, en disant dans un discours agressif donné devant le parlement azerbaïdjanais, que les propos d’Aylisli injurient non seulement les Azerbaïdjanais, mais la nation turque dans son ensemble. Des demandes ont même faites au cours de cette session parlementaire pour soumettre l'écrivain à un test ADN et le priver de sa citoyenneté.

La raison de tout cela est la publication du dernier roman d’Aylisli, « Rêves de pierre », dans la revue littéraire russe Druzhba Narodov (Fraternité des Peuples). Le roman n'a pas encore été publié en azéri pour le moment. Une foule en colère s’est rassemblée devant la maison d’Aylisli dans la capitale Bakou, en criant: «Honte à toi, traître! », et a brûlé ses livres et ses portraits où il était représenté avec une croix imprimée sur son front.

Son roman raconte l'histoire de deux Azéris qui ont tenté de protéger leurs voisins arméniens de la violence ethnique. Dans l’optique d’un examen de conscience, il mentionne également les pogroms contre les Arméniens dans les villes de Sumgaït et de Bakou. Le roman a été en fait achevé en 2007, mais n’a pu être publié que 5 ans plus tard, en russe.

Il est intéressant de noter qu’un écrivain arménien a également traité du conflit arméno-azéri sur le même ton d’appel à la conscience, à peu près au même moment, et a reçu un prix dans la République d'Azerbaïdjan. L'Union des écrivains, dont il était membre, a protesté contre l’attribution d'un prix d'Azerbaïdjan (mais pas contre l'histoire qu’il avait écrite), suite à quoi l'écrivain a démissionné de l'Union en signe de protestation. Toutefois, il n'est jamais devenu la cible d'une campagne de haine comme c'est le cas aujourd'hui à Bakou.

Le chercheur Sarkis Hatspanian dit que l'écrivain arménien Levon Cavakhyan a écrit l'histoire "Kirve" (The Godfather – Le Parrain) en 2008, en disant: «Les Azéris ne sont pas mes ennemis» (***). L’écrivain azeri Akram Aylisli [Ekram Eylisli] qui a dit « Les Arméniens ne sont pas mes ennemis » à peu près au même moment, est maintenant confronté à une campagne de lynchage 5 ans plus tard pour avoir prononcé la même phrase.

Bien qu’invité par les pays occidentaux et la Russie, Akram Aylisli [Ekram Eylisli] adopte une attitude fière, en disant: «Ceci est ma patrie et je ne vais pas l’abandonner ».

Je demande à l'opinion publique internationale ainsi qu’au public démocratique en Turquie et en Azerbaïdjan d’exprimer activement sa solidarité avec Akram Aylisli [Ekram Eylisli] afin d'éviter un nouvel assassinat similaire à celui commis contre Hrant Dink.


Ragip Zarakolu (****)



(*) Safarov a été condamné à la prison à vie en Hongrie, mais le président d'Azerbaïdjan Alyiev lui a immédiatement octroyé une grâce présidentielle le 31 août 2012, après que Safarov eut bénéficié d’une mesure de transfèrement vers l'Azerbaïdjan.

(**) Köksal Toptan exerçait ses pouvoirs en tant que président du Parlement turc en 2009 quand - à la demande du député CHP Sukru Elekdag - les livres adressés aux membres du parlement par l'Institut Komitas [Nota CVAN : institut de recherche sur le génocide arménien, basé à Londres], ont été saisis et renvoyés, en violation de la liberté d’information des parlementaires.

(***) http://www.facebook.com/notes/sarkis-hatspanian/kirve/489684637733351

(****) Membre fondateur de l’IHD, Association des Droits de l’Homme de Turquie, et de la Fondation d’Histoire Sociale, membre du PEN Turquie et de l'Union des écrivains de Turquie, membre de l'Association des éditeurs de Turquie et du Comité International pour la Liberté de publier, nominé au prix Nobel par les membres du Parlement suédois et par la Section française du GIT [Groupe international de travail (GIT) «Liberté académique et liberté de recherche [en Turquie]» (www.gitfrance.fr et www.gitinitiative.com). "] – Nota CVAN : Ragip Zarakolu et l’IHD nous font l’honneur d’être partenaires des actions du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] depuis de nombreuses années.


Traduction Collectif VAN – 12 février 2013 – 10:00 - www.collectifvan.org


Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083 - 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 (0)1 77 62 70 77
Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org


*****************


Nota CVAN :

Protestez auprès de l'Ambassade de la République d'Azerbaïdjan à Paris :


78, avenue d'Iéna 75016 Paris
paris@mission.mfa.gov.az

Secrétariat:

Téléphone : +33 (0) 1 44 18 60 20
Fax : +33 (0) 1 44 18 60 25

Horaires d'ouverture au public

lundi - vendredi
9 h - 18 h



***************



English Version :

URGENT CALL TO DEFEND RIGHTEOUS AZERIS


Ragip Zarakolu


Conscience is a distinctive moral quality of mankind. The conscientious, the honest, the righteous or whatever you may choose to call them represent the true pride and honour of a country, but criminals wielding an axe never can!

A writer in Azerbaijan who should have been the pride of his country is presently in mortal danger, and the threat emanates from the President of the country, who is a post-Soviet autocrat. The title of “People’s Writer” of the Republic of Azerbaijan and the associated state award have been rescinded, his author’s pension has been cancelled, and his wife and son have been fired from their jobs.

This writer is Ekrem Eylisli, an author, scriptwriter and dramatist who adopted the great Soviet writer Maxim GorkyÂ’s philosophy of the fraternity of peoples at Maxim Gorky Literature Institute in Moscow, dedicated to that great man. He is presently 75 years old, a prolific writer published in many magazines and newspapers. He was elected to the parliament in 2005. His literary life had begun in 1959 with poetry, and continued with stories, plays, scripts and novels. He has also translated many works by humanist writers such as Gabriel G. Marquez, Turgenev and Chinghiz Aitmatov into the Azeri language. His plays have been performed in many former Soviet cities including Yerevan.

Lynch mobs are now mobilized in front of his house, very much like we had once witnessed in Maras and Sivas. An outstanding slogan is « Come and bring your axe! », calling on the Azeri officer Ramil Sahiboglu Seferov who decapitated an Armenian officer called Gurgen Margaryan with an axe in his sleep in 2004, twenty days before they were to return home (*). They were co-trainees in the NATO-sponsored « Partnership for Peace » program in Budapest.

Melahet Ibrahimqizi –an Azeri parliamentarian who had been a part of the delegation flown in to Ankara to talk with parliamentary chairman Köksal Toptan (**), CHP leader Deniz Baykal, MHP leader Devlet Bahçeli, as well as various AKP functionaries, and eventually to block the move altogether when a protocol was signed in 2009 between Armenia and Turkey to normalize relations and open the border– now tries to extend the lynch campaign to Turkey as well, saying in an aggressive speech delivered in the Azeri parliament that Eylisli insults not only Azerbaijanis, but the Turkish nation as a whole. Demands were even made in that parliamentary session that the writer be subjected to a DNA test and that he should be deprived of citizenship.

The reason for all this is the publication of Eylisli’s latest novella "Stone Dreams" in the Russian literary magazine Druzhba Narodov (Fraternity of Peoples). The novella has not even been published in Azeri yet. An enraged mob gathered in front of Eynisli’s home in the capital Baku, shouting “Shame on you, traitor!”, and burning his books, and his portraits with a cross printed on his forehead.

The novella tells the story of two Azeri men who tried to protect their Armenian neighbours from ethnic violence. It also mentions pogroms against Armenians in Sumguit and Baku cities in a vein of conscientous criticism. The novella was actually finished in 2007, but could only be published 5 years later in Russian.

It is interesting to note that an Armenian writer also dealt with the Armenian-Azeri conflict in a conscientious tone –at about the same time— and was awarded a prize in the Republic of Azerbaijan. The Writers Union where he was a member reacted to his acceptance of an Azerbaijani award (though not to his writing of the story itself), whereupon the writer resigned from the Union in protest. However, he never became the target of a hate campaign as is the case in Baku now.

Researcher Sarkis Hatspanian says that the Armenian writer Levon Cavakhyan wrote the story “Kirve” (Godfather) in 2008, saying “Azeris are not my enemy” (***). Azeri writer Ekrem Eynisli - who had said “Armenians are not my enemy” at about the same time - now faces a lynch campaign 5 years later for uttering the same sentence.

Though invited by Western countries and Russia, Ekrem Eynisli takes a proud stance, saying “This is my homeland and I will not leave it”.

I call upon international public opinion as well as the democratic public in Turkey and Azerbaijan to to solidarize actively with Ekrem Eynisli in order to avert a new murder similar to that committed against Hrant Dink.


Ragip Zarakolu (****)

(*) Seferov was condemned to life imprisonment in Hungary, but AzerbaijanÂ’s president Aliev had him immediately released by presidential pardon on August 31, 2012, when he was extradited to Azerbaijan.

(**) Köksal Toptan was to exercise his powers as Chairman of the Turkish Parliament in 2009 in impounding and returning –at the behest of CHP’s MP Sükrü Elekdag—books sent to members of parliament by the Gomidas Institute, thereby violating the parliamentarians’ freedom to communicate.

(***) http://www.facebook.com/notes/sarkis-hatspanian/kirve/489684637733351

(****) Founding Member of Human Rights Association and of Social History Foundation; member of PEN Turkey and of the Writers Union of Turkey; member of Turkish Publishers Association and of the International Committee for the Freedom to Publish; nobel Peace Prize Nominee by Swedish Parliament members and by the French Section of GIT [the International Work Group (GIT) ‘Academic Liberty and Freedom of Research [in Turkey]’ (www.gitfrance.fr and www.gitinitiative.com).” ]


*************

Lire aussi:

Azerbaïdjan : haro sur le héros

Azerbaïdjan : un écrivain accusé de « sympathie pour les Arméniens »

« Qui massacre-t-on ? Les Arméniens » (témoignage de l’écrivain Claude Anet, au cours d’un voyage au Nakhitchevan en avril 1905)

Il y a 23 ans, les pogroms anti-Arméniens de Bakou

LÂ’assassin qui valait 3 milliards d'euros

Le Khadafi nouveau est arrivé : il sera reçu aujourd’hui à l’Elysée

Le dictateur Aliev devrait être persona non grata en France

L'Azerbaïdjan vote l'immunité à vie pour le clan Aliev

LÂ’axe Budapest-Bakou et la glorification dÂ’un monstre

Azerbaïdjan : des journalistes en danger dans les prisons

Le Collectif VAN s'inquiète d'un projet de loi pro-négationniste

1990/2010 – Il y a 20 ans, les pogroms génocidaires de Bakou

Bévue au Louvre ? « L’insondable bêtise » de l’Azerbaïdjan

Stop au génocide blanc en Azerbaïdjan

Il y a 5 ans : la destruction du cimetière arménien de Djoulfa

La lettre ouverte du Collectif VAN adressée à la directrice générale de l'UNESCO

Breivik demande à être extradé en Azerbaïdjan

ASALA : le faux grossier diffusé par l’Azerbaïdjan

Aliyev devrait être accueilli à Paris comme ‘l’homme à la hache en chef’

OTAN : Visite du secrétaire général en Arménie

Amnesty : le gouvernement d'Azerbaïdjan attise les violences ethniques

Affaire Safarov: confession d'un meurtrier raciste

Indignation face à la remise en liberté du meurtrier azéri

Azerbaïdjan : le tueur à la hache

Affaire Safarov : le Président de l’APCE exprime son inquiétude

L'Azerbaïdjan menace la paix régionale en glorifiant un crime raciste

Azerbaidjan : grâce octroyée à M. Safarov

Grâce de l’assassin Ramil Safarov : Obama préoccupé

Azerbaïdjan : le pogrom de Soumgaït

Le procès des crimes de Soumgaït (Février 1988)

Les 20 ans du pogrom anti-arménien de Soumgaït

Maragha : Avril, le mois des génocides…

Maragha : Caroline Cox parle du Golgotha contemporain

Des pirates informatiques qui ont des assassins pour héros

Xocali.net : le site qui dénonce la contrefaçon azérie

Janvier 1990, les pogroms anti-Arméniens de Bakou

www.xocali.net

Article de Wapedia sur les pogromes et massacres d'Arméniens de Bakou en Janvier 1990

Black January of 1990 in Baku. Anti-Armenian pogroms and massacre

Incomplete list of innocent victims of Sumgait

"Maragha, 10 avril 1992. Génocide ordinaire”

Lancement du site Maragha.org

Khojaly: The chronicle of unseen forgery and falsification

Azerbaïdjan : pas sûr que l'Eurovision puisse réhabiliter le régime de Bakou

Les sans-voix de l'Eurovision

Loreen : "Les droits de l'Homme violés en Azerbaïdjan"




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org