Aujourd'hui : Mercredi, 3 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Négationnisme en France : un journaliste lourdement condamné pour diffamation
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - A ce jour, et grâce au lobbying de certains milieux économico-politiques franco-turcs, aucune loi ne permet, en France, de poursuivre les négationnistes du génocide arménien. Par contre, ceux qui - en dépit de leurs prises de position - ne se reconnaissent pas dans la définition de "négationnistes", ont toute latitude pour poursuivre en justice ceux qui les critiquent. Alors que rien au cours de l'audience du 24 janvier dernier ne le laissait présager (l’avocate générale n’ayant même pas requis de peine à son encontre), Laurent Leylekian, ancien Directeur de publication du journal “France-Arménie”, vient d'être condamné le 28 février 2013 par la 17ème chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris, à verser 4000 euros de dommages et intérêts à son accusatrice Sirma Oran-Martz, ainsi que 4500 euros de frais de justice. Il a en outre été condamné à payer une amende en sursis de 2500 Euros : Sirma Oran-Martz avait en effet traduit en justice Laurent Leylekian pour diffamation, ce dernier l'ayant traitée de négationniste dans un éditorial paru sur le site du magazine France-Arménie (site aujourd'hui désactivé). Plus que jamais ce jugement révèle la nécessité de protéger les descendants des victimes du génocide arménien : la France peut-elle condamner ses citoyens à la double-peine ? Ceux qui portent sur leurs épaules la mémoire des 1 500 000 victimes arméniennes, exterminées suite aux ordres de Talaat Pacha (le "Hitler" turc, ministre de l'Intérieur du gouvernement Jeune-Turc au pouvoir dans l'Empire ottoman en 1915, sont non seulement dans l'impossibilité de poursuivre les négateurs du génocide arménien, mais ils sont, de plus, harcelés et poursuivis en diffamation s'ils pointent du doigt les propos, faits et comportements initiés en France, près de 100 ans après les faits, par le négationnisme d’État d'Ankara. Souhaitons que la très bonne entente juridico-policière franco-turque ne soit pas - en sous-mains - à l'origine de ce verdict surprenant. Seule bonne nouvelle : ceux qui - en décembre 2012 et janvier 2013 - ont hurlé à la mort de la liberté d'expression lors des débats au Parlement et au Sénat concernant le vote de la Loi Boyer pénalisant la négation des génocides reconnus par la loi, vont pouvoir exprimer leur inquiétude face à cette condamnation qui frappe un journaliste dans l'expression de sa liberté... Le Collectif VAN vous soumet ci-dessous le Communiqué de presse du Comité Laurent Leylekian, rendu public le 28 février 2013.


Communiqué de presse

Comité Laurent LEYLEKIAN

Le journaliste Laurent Leylekian condamné par la Justice française


Paris le 28 février 2013 Aujourd’hui, la 17ème chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris a condamné le journaliste Laurent Leylekian à verser 4000 euros de dommages et intérêts à son accusatrice Sirma Oran-Martz, ainsi que 4500 euros de frais de justice. Il a en outre été condamné à payer une amende en sursis de 2500 Euros.

Sirma Oran-Martz avait traduit en justice pour diffamation Laurent Leylekian pour l’avoir traité de négationniste dans un éditorial paru sur le site alors en vigueur de France-Arménie. Laurent Leylekian est l’ancien Directeur de publication du journal “France-Arménie” ; il a été Directeur exécutif de la Fédération Euro-arménienne pour la Justice et la Démocratie pendant une dizaine d’années.

L’éditorial, intitulé “Martz Attaque” était un clin d’œil à quelques films de science-fiction tels « Mars attaque » ou autre « E.T» ; il dénonçait les tentatives de négationnistes notoires du génocide des Arméniens de vouloir imposer leurs convictions à la scène politique française.

Le procès de Laurent Leylekian avait eu lieu à Paris le 24 janvier dernier.

Aujourd’hui, la sentance a choqué les observateurs et la Communauté arménienne de France, en particulier en raison du déroulement du procès, un fiasco pour Sirma Oran qui a avancé des arguments confus, évasifs et souvent hors sujet, alors que Laurent Leylekian avait exprimé des positions claires, fortes et convaincantes. Sirma Oran avait poursuivi Laurent Leylekian pour l’avoir diffamé d’être une négationniste, or tout au long du procès, elle a apporté elle-même toutes les preuves de son négationnisme du génocide des Arméniens.

De plus, l’avocate générale n’avait pas requis de peine contre Laurent Leylekian.

Aussi, aucun élément du procès ne laissait présager un verdict aussi surprenant et injuste.

En tant que directeur exécutif de la Fédération Euro-Arménienne pour la Justice et la Démocratie à Bruxelles, Laurent Leylekian avait agi pendant des années auprès de la Commission européenne et du Parlement européen, afin de contribuer à intégrer le génocide des Arméniens dans la liste des Crimes dont la négation devrait être poursuivie et sanctionnée en Europe. Par suite, l’Union européenne avait en novembre 2008 adopté une Décision-Cadre sur ce sujet, préconisant le rapprochement entre les législations et règlements des Etats Membres sur les offenses, dont la négation des Génocides, qui doivent être sanctionnées par des peines minimales d’un à trois ans d’emprisonnement.

A ce jour, la France n’a pas intégré cette Décision-Cadre européenne dans sa législation.

De ce fait, aujourd’hui, il y a dans la législation française un vide juridique concernant le génocide des Arméniens, puisque, bien qu’ayant reconnu le génocide des Arméniens en 2001, la France ne sanctionne pas la négation de ce crime à ce jour.




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org