Aujourd'hui : Samedi, 8 aoűt 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Procès Leylekian : le monde à l’envers
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Le mois dernier, la Cour a prononcé un verdict choquant, déclarant Leylekian coupable et le condamnant à verser un montant total de 7.500 euros (10.000 dollars) : 3.500 euros de frais de justice et 4.000 euros de dédommagements moraux à Oran-Martz, en dépit de son témoignage évasif et irrationnel pendant les audiences. » Pas un seul membre d’EELV n’était présent au procès intenté par la militante verte. Pour notre part, nous tenons à préciser que les plus farouches négateurs du génocide arménien ne sont pas nécessairement des Turcs d’origine. Le Collectif VAN vous propose la traduction de l’éditorial du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans The California Courier le 14 mars 2013.


Verdict bizarre d’une cour : un franco-arménien reconnu coupable d’avoir diffamé une négationniste turque [1] !


De : Harut Sassounian
Éditeur de : The California Courier
Éditorial de Sassounian du 14 mars 2013

L’Empire contre-attaque, non pas dans un film de science-fiction, mais dans une Cour française !

Depuis quelques années, la communauté franco-arménienne tente de faire adopter une loi pénalisant la négation du génocide arménien, à l’instar de la loi sanctionnant la négation du génocide juif. Bien que le Parlement français et le Sénat aient approuvé cette loi, et que le président Hollande et l’ex-président Sarkozy l’aient soutenu, les efforts arméniens ont été anéantis par les cercles politiques et économiques turcs puissants.

À l’inverse de la loi proposée, Sirma Oran-Martz, une citoyenne française d’origine turque, a intenté un procès pour diffamation à Laurent Leylekian, un franco-arménien. Leylekian, ancien éditeur du magazine France-Arménie et ex-directeur exécutif de la Fédération Euro-Arménienne pour la Justice et la Démocratie à Bruxelles, avait écrit un éditorial sarcastique intitulé « Martz Attack ! » sur le site du magazine, dénonçant les tentatives visant à transplanter le négationnisme turc sur le sol français. Ironie du sort, Oran-Martz est la fille du professeur Baskin Oran qui réside en Turquie et reconnaît les faits du génocide arménien sans toutefois utiliser ce terme, car la loi turque pénalise ceux qui reconnaissent le génocide.

Le mois dernier, la Cour a prononcé un verdict choquant, déclarant Leylekian coupable et le condamnant à verser un montant total de 7.500 euros (10.000 dollars) : 3.500 euros de frais de justice et 4.000 euros de dédommagements moraux à Oran-Martz, en dépit de son témoignage évasif et irrationnel pendant les audiences. Elle avait précédemment perdu un procès intenté à Jean-Paul Bret, le maire de Villeurbanne, qui avait demandé qu’elle reconnaisse le génocide arménien, avant d’accepter de l’inclure sur la liste des candidats de son parti. Elle avait refusé et s’était retirée des élections. Dans ce verdict, la Cour avait fait référence au « vaste programme négationniste de l’État turc, un négationnisme puissant, pervers et sophistiqué », une phrase que Leylekian avait ensuite citée dans son éditorial.

Trois personnes importantes ont témoigné au procès en faveur de Leylekian : François Rochebloine, un député français ; Yves Ternon, un expert réputé du génocide et du négationnisme ; et Hilda Tchoboian, ancienne présidente de la Fédération Euro-Arménienne pour la Justice et la Démocratie. Leylekian avait accusé Oran-Martz d’avoir participé à une manifestation organisée par les extrémistes turcs, les Loups Gris, contre l’érection d’un Monument au génocide arménien à Lyon, en France, et d’avoir signé une pétition contre la loi pénalisant la négation du génocide arménien. Les personnes témoignant en faveur d’Oran-Martz étaient : Murat Erpuyan, directeur de l’association A TA TURQUIE, basée à Paris [Nota CVAN : A TA TURQUIE est en fait basée à Nancy] ; Maxime Gauin, un chercheur français travaillant dans un Think Tank négationniste à Ankara [2]; Alain Mascarou, un professeur français à la retraite qui avait connu la plaignante à Ankara ; et son mari, Jean-Patrick Martz.

Il faut espérer que Leylekian sera innocenté lorsqu’il fera appel de ce verdict de culpabilité scandaleux. De toute évidence, le juge a bafoué la justice française en prenant le parti d’un négateur du génocide [1], tout en punissant un descendant des victimes du génocide arménien. En condamnant Leylekian pour diffamation ostensible d’Oran-Martz dans un éditorial, le juge a choisi de le priver de sa liberté d’expression, en particulier le droit d’un journaliste à exprimer son opinion dans un article. Le juge français sait certainement faire la différence entre un article d’opinion et une information ! En outre, le juge a ignoré la requête du procureur général de ne pas engager de poursuites pénales à l’encontre de Leylekian et de s’abstenir de le condamner.

Il est assez ironique de constater que - tandis que la communauté franco-arménienne tente de faire pénaliser les négationnistes du génocide - un Arménien est poursuivi en justice par une négationniste turque [1]. Cette situation à l’envers est le meilleur exemple montrant pourquoi le gouvernement français devrait faire adopter une loi pénalisant la négation du génocide.

Alors qu’Oran-Martz a donné des réponses incohérentes aux audiences de la Cour, irritant fréquemment le juge, Leylekian a fourni des arguments clairs, précis et convaincants pour sa défense. C’est la raison pour laquelle ce verdict de culpabilité est totalement inattendu. Le long bras de l’influence turque a-t-il atteint le système judiciaire français ?

Après avoir perdu son premier procès contre le maire de Villeurbanne, il y a trois ans, Oran-Matz avait juré de poursuivre sa bataille juridique en annonçant que cela n’était « que le premier round ». Il est impératif que le verdict contre Leylekian soit invalidé lors d’un appel plaidé par un avocat compétent et influent [3], afin de corriger cet échec de la justice et de mettre un terme à ces procès anti-arméniens intentés par des négationniste turcs [1].

La communauté franco-arménienne ne doit pas rester silencieuse. Elle doit exprimer son indignation dans les termes les plus forts possible, contre ce verdict injuste et exiger que le juge fasse l’objet d’une procédure pour violation des lois françaises et insulte à la mémoire des victimes du génocide [4].

Il est vraiment temps que les Arméniens fassent preuve de détermination pour défendre leurs droits en France, et ailleurs, en particulier à la veille du 100e anniversaire du génocide arménien !

Traduction de lÂ’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN - 14 mars 2013 - 06:10 - www.collectifvan.org


Nota CVAN :

[1] Malgré le fait qu’elle ne fasse pas de déclarations claires à ce sujet, Sirma Oran-Martz conteste nier le génocide arménien. Sans vouloir mettre sa parole en doute, notons qu’il est rare de voir une personne niant le génocide arménien reconnaître clairement ses positions. Nous tenons par ailleurs à préciser que les plus farouches négateurs du génocide arménien ne sont pas nécessairement des Turcs d’origine. Pour notre part, nous ne parlerions pas de procès opposant « Turcs » et « Arméniens », mais de Français supposés connaître la loi la République, promulguée en 2001 et par laquelle « La France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915 ».

[2] Maxime Gauin, qui se présente comme un historien français spécialiste du génocide arménien, a obtenu pour tout diplôme d’Histoire, un Master2 à Paris I sur le syndicalisme agricole français du XIXe siècle. Ses innombrables interventions sur internet reprenant l’historiographie la plus rigide de l’Etat turc lui ont valu d’être engagé à Ankara comme chercheur à l’USAK. M. Gauin serait parallèlement doctorant à la Middle East Technical University (département d’Histoire) à Ankara.

The International Strategic Research Organisation (USAK) qui le rémunère, ne se présente pas, on s’en doute, comme un Think Tank négationniste…

[3] L’avocat de Laurent Leylekian est compétent et influent : il s’agit de Maître Christian Charrière-Bournazel qui fût Bâtonnier de l'Ordre des avocats du Barreau de Paris du 1er janvier 2008 au 1er janvier 2010.]

[4] Ce type de procédure existe-t-il en France ? Cela doit être apparemment le cas aux Etats-Unis dont l’auteur de cet article est citoyen.


Lire aussi :

Négationnisme en France : un journaliste lourdement condamné pour diffamation

Une militante verte dÂ’origine turque attaque Laurent Leylekian en diffamation

Procès pour négationnisme : appel du CCAF




Retour Ă  la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org