Aujourd'hui : Dimanche, 21 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
En Turquie, les espoirs de réconciliation s’évanouissent
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose la tradution d'un article paru en anglais le 25 janvier 2007

De SELCAN HACAOGLU, auteur pour Associated Press

Tandis que le cortège funèbre parcourait les rues cette semaine, pour rendre hommage au journaliste assassiné d’origine arménienne, Hrant Dink, de nombreux Turcs libéraux ont pensé qu’une chance sans précédent pour la réconciliation ethnique et politique était à portée de main.

Mais une réalité bien plus sombre se profile déjà : de nombreux Turcs rejettent les appels à la solidarité et aux réformes démocratiques.

Ils disent que les dizaines de milliers de personnes qui ont participé à la procession funèbre pour Dink à Istanbul mardi dernier, étaient majoritairement des intellectuels urbains, très peu représentatifs d’une nation de plus de 70 millions d’habitants, dans laquelle les valeurs conservatives islamiques sont profondément enracinées et la fierté nationaliste pour la "Turcité" est forte.

Beaucoup pensent que les vues des nationalistes deviennent de plus en plus stridentes dans leurs condamnations des valeurs occidentales, et qu’ils ont le sentiment qu’elles leur sont imposées par l’Union européenne qui est en train d’examiner la candidature de la Turquie.

Si Dink a été obligé de passer en jugement, c’est parce que les nationalistes étaient furieux de ses appels à reconnaître la tuerie des Arméniens à l’époque du déclin de l’Empire ottoman, comme étant un génocide.
Il a été abattu vendredi, par un adolescent, et l’on suppose que ce dernier a été incité à commettre ce crime par quatre ultra nationalistes qui ont également été inculpés dans cette affaire.

Lors de la procession funèbre, les participants ont crié "Nous sommes tous Arméniens," ils ont demandé une réforme libérale et ont appelé à l’abrogation de la loi utilisée pour condamner Dink pour "insulte à la Turcité."

Ces requêtes n’ont pas été entendues, car la plupart des Turcs interviewés par The Associated Press jeudi, ont fait entendre leur opposition à toute concession en faveur des Arméniens en ce qui concerne le sujet sensible des massacres.

"Qu’ils parlent pour eux-mêmes, ils ne peuvent pas parler au nom des Turcs," a déclaré Filiz Un, 32, au sujet des personnes qui participaient à la procession en l’honneur de Dink. "Je suis désolé pour lui en tant qu’être humain, mais ils ne peuvent pas prétendre que toute la population turque est derrière eux."

Un titre du journal de droite Tercuman annonçait que celui qui n’est pas fier d’être Turc devait "régler ses affaires et partir."

Le plus grand parti nationaliste de Turquie a répondu aux cris des participants de la procession, en affichant son propre slogan - "Nous sommes tous Turcs " - sur un écran numérique situé à l’extérieur d’un bureau local du parti, à Antalaya, ville de la méditerranée.

Un signe qui fait froid dans le dos et qui montre que les suspects dans le meurtre de Dink ont leurs supporters, est qu’une fausse bombe a été déposée jeudi à l’extérieur du bâtiment du Parlement turc, disant qu’ils devaient être libérés, a annoncé la télévision privée, CNN-Turquie.

Cela s’est passé un jour après que les hommes accusés du meurtre ont émis une menace à l’encontre de l’écrivain qui a reçu le Prix Nobel de littérature, Orhan Pamuk, et qui a aussi été accusé d’avoir insulté la Turquie.

Le ton de défi des nationalistes a inquiété les politiciens des grands partis.

"Vous ne reconnaissez aucune loi, vous tuez des gens sans défense? Ce n’est pas du nationalisme," a déclaré le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. "Si vous faites cela, vous êtes des assassins et des monstres. Personne, sauf Dieu, ne peut prendre une vie."

L’expulsion des Arméniens par la Turquie, pendant la Première Guerre mondiale - qui a coûté la vie à 1,5 million de personnes selon les Arméniens - est une page sombre de l’histoire dont on parle rarement publiquement en Turquie et qui n’est pas enseignée dans les écoles.

La Turquie nie avec véhémence qu’autant de personnes soient mortes et que c’était un génocide, et dit que ces effusions de sang sont survenues lors du chaos créé par la désintégration de l’Empire.
Ce sont les groupes de la diaspora qui se battent et qui poussent les gouvernements européens et les USA à déclarer que les massacres étaient un génocide.

"Il y a une faille qui passe en plein milieu de la société," a écrit Turker Alkan, un rédacteur du journal centre-gauche Radikal.

"Ceux qui ne peuvent concilier le meurtre de Hrant Dink avec l’humanité, la conscience et les valeurs morales sont d’un côté; ceux qui ne s’opposent pas vraiment au meurtre en raison de leurs sentiments nationalistes et de leurs croyances religieuses sont de l’autre côté," a-t-il ajouté.

Selami Ince, éditeur pour Su TV, basée à Istanbul, et qui est dirigée par une secte musulmane Alevi, a répondu en disant que les membres du cortège étaient des Turcs dont les racines se trouvaient au cœur de l’Anatolie.

"Malheureusement, ils ne représentent pas la population turque," affirme Ince. "La population turque n’a pas remplie les rues en demandant la démocratie et la liberté. Il y avait des gens de gauche, des Arméniens, des Kurdes et ces intellectuels qui sont en faveur d’un multiculturalisme."

L’auteure Suzan Fraser de Associated Press à Ankara a contribué à cet article.

In Turkey, hopes for reconciliation fade

© Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN 2007



Retour à la rubrique




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org