Aujourd'hui : Jeudi, 24 octobre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Azerbaïdjan : le ridicule de la « liste noire »
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Le ministère des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan a récemment publié une « liste noire », révélant les noms de 335 personnes provenant de 41 pays, qui sont allées au Karabagh (Artsakh) depuis 2005, « sans l’autorisation de Bakou. » La liste des persona non grata interdites de séjour en Azerbaïdjan comprend des parlementaires, des hommes d’affaires, des journalistes, des artistes et autres célébrités. Ils sont tous accusés d’avoir violé les frontières de l’Azerbaïdjan et porté atteinte à « la souveraineté nationale et à l’unité territoriale » du pays. » Rappelons que 22 Français figurent sur cette liste, dont Valérie Boyer, Philippe Marini et François Rochebloine, tandis que Thierry Mariani, président du groupe France- Azerbaïdjan à l’Assemblée nationale, trouve cette liste « malhabile, mais compréhensible » ! Le Collectif VAN vous propose la traduction de l’éditorial du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans The California Courier le 15 août 2013.

La liste noire de Bakou des personnes visitant l’Artsakh aide l’Arménie et nuit à l’Azerbaïdjan

De : Harut Sassounian
Éditeur de : The California Courier
Éditorial de Sassounian du 15 août 2013

Les dirigeants de l’Azerbaïdjan ne sont peut-être pas conscients du fait que certains de leurs sous-fifres incompétents nuisent grandement aux intérêts et à la réputation de leur propre pays. Le président Aliyev qui émet des menaces quotidiennes envers l’Arménie devrait faire une petite pause et accorder une attention accrue aux « ennemis » au sein de son propre gouvernement.

Pour commencer, les responsables azéris ne savent pas compter ! Le ministère des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan a récemment publié une « liste noire », révélant les noms de 335 personnes provenant de 41 pays, qui sont allées au Karabagh (Artsakh) depuis 2005, « sans l’autorisation de Bakou. » La liste des persona non grata interdites de séjour en Azerbaïdjan comprend des parlementaires, des hommes d’affaires, des journalistes, des artistes et autres célébrités. Ils sont tous accusés d’avoir violé les frontières de l’Azerbaïdjan et porté atteinte à « la souveraineté nationale et à l’unité territoriale » du pays. Le site Internet du ministère des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan reconnaît d’un air penaud que le « Nagorno Karabagh » est « temporairement en dehors du contrôle de la République d’Azerbaïdjan. »

Voici le nombre de visiteurs de chacun des 41 pays, qui se sont rendus en Artsakh « illégalement », selon le site du ministère des Affaires étrangères :

Argentine (6), Australie (12), Autriche (8), Biélorussie (1), Belgique (6), Bulgarie (5), Canada (6), Chypre (3), République Tchèque (2), Danemark (2), Estonie (1), France (22), Géorgie (11), Allemagne (22), Grèce (2), Hongrie (1), Iran (3), Irlande (2), Israël (1), Italie (24), Japon (1), Jordanie (1), Lettonie (2), Liban (1), Lituanie (6), Moldavie (3), Pays-Bas (4), Pologne (6), Russie (91), Roumanie (3), Serbie (2), Singapour (1), Slovaquie (2) Espagne (1) Suède (1), Suisse (7), Turquie (1), Ukraine (8), Royaume-Uni (13), Uruguay (5), États-Unis (36).

Le calcul azéri de 335 visiteurs en Artsakh depuis 2005 est complètement erroné ! Plus de 16°000 touristes de 86 pays se sont rendus en Artsakh dans la seule année 2012. Non seulement les bureaucrates azéris qui ont préparé la « liste noire » ne savent pas compter, mais ils sont également incapables de trouver des informations accessibles à tout un chacun. Si le nom de chaque touriste entrant en Artsakh n’est pas connu, alors les agents du renseignement azerbaidjanais doivent dormir au travail. Étonnamment, pas un seul des dirigeants de l’Arménie n’apparaît sur la « liste noire » de l’Azerbaïdjan, bien qu’ils ne fassent aucun mystère de leurs visites régulières en Artsakh. Serait-ce que les officiels azéris considèrent que l’Artsakh fait partie de l’Arménie et serait-ce la raison pour laquelle ils n’incluent pas sur la « liste noire » les citoyens arméniens qui s’y rendent ?

Des calculs erronés et une intelligence médiocre créent des problèmes supplémentaires à l’Azerbaïdjan. Dans la liste des 335 noms, il y a des gens qui ne sont jamais allés en Artsakh, tandis que d’autres, à l’instar de Jonas Hollander, d’Allemagne, s’y sont rendus et pourtant, leurs noms ne sont pas sur la « liste noire ». Hollander a posté le message sarcastique suivant, sur sa page Facebook, avec la photocopie de son visa d’entrée pour « la République du Haut-Karabagh » : « Cher Azerbaïdjan, vous avez récemment publié une liste de personnes qui ne sont pas autorisées à entrer dans votre pays. Je suis totalement offensé et frustré de ne pas voir mon nom dans votre liste. Veuillez trouver ci-joint la preuve de mon séjour au Karabagh et merci de corriger l’erreur au plus vite. [Signé] Jonas Hollander, qui se sent triste et peu important. »

Pour jeter le ridicule sur l’interdiction de futures visite en Azerbaïdjan, les Arméniens ont créé une page Facebook intitulée «Je suis allé en Artsakh sans autorisation. »

Voici quelques réponses critiques de personnes importantes qui ont été injustement mises sur la liste noire :

-- Marcelo Catelmi, éditeur en chef de International Policy répondant au grand journal argentin Clarin : « Publier une liste noire est un acte méprisable et barbare. C’est une méthode discriminatoire utilisée historiquement par des dictateurs et des tyrans dont l’intention était de punir les opinions divergentes d’une manière brutale. »

-- E. Wayne Merry, attaché supérieur de recherches pour l’Europe et l’Eurasie au American Foreign Policy Council, Washington, D.C : « L’Azerbaïdjan ne fait du tort qu’à lui-même avec sa « liste noire » de personnes qui ont visité le Karabagh. Une politique intelligente pour Bakou serait d’inviter en Azerbaïdjan, immédiatement, toute personne d’un pays tiers qui se rend au Karabagh. »

Après qu’il a été révélé que la liste noire avait omis par inadvertance les noms de dizaines de milliers de visiteurs en Artsakh au fil des années, Elman Abdullayev, le responsable du service de presse du ministère des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan, a annoncé avec gêne que la liste serait mise à jour et augmentée. J’espère qu’il n’oubliera pas d’ajouter mon nom à la « liste noire », car j’ai notamment écrit un article décrivant ma visite mémorable en Artsakh.

Les responsables arméniens devraient aider les Azéris en rendant public les noms de ceux qui ont eu la chance de se rendre en Artsakh au cours de ces 20 dernières années, afin qu’il leur soit interdit d’entrer en Azerbaïdjan. Le pays aurait encore moins de visiteurs, l’isolant ainsi du reste du monde civilisé !

©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 16 août 2013 – www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org