Aujourd'hui : Mercredi, 26 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie - Rapport annuel 2007
Publié le :

Superficie : 774 820 km2.
Population : 71 190 000.
Langue : turc.
Chef du gouvernement : Recep Tayyip Erdogan.

La liberté de la presse est toujours entravée par l’application de l’article 301 du code pénal, fréquemment utilisé contre les journalistes, écrivains et intellectuels abordant des thèmes sensibles, comme le génocide arménien ou la question kurde. Les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne ont mis l’accent sur la nécessité de faire évoluer ces dispositions.

L’entrée en vigueur du nouveau code pénal le 1er juin 2005 continue à produire ses effets. Plus de 65 personnes, dont de nombreux journalistes et écrivains, ont été poursuivies depuis cette date, en vertu d’un de ses articles, l’article 301. Intitulé “Humiliation de l’identité turque, de la République, des institutions ou organes d’Etat”, il sanctionne de six mois à trois ans de prison “quiconque humilie ouvertement le gouvernement, les organes de justice de l’Etat, les structures militaire ou policière”. En 2006, plusieurs procès à l’encontre notamment des romanciers Orhan Pamuk - prix Nobel de littérature en 2006 - et Elif Shafak, du journaliste d’origine arménienne Hrant Dink et de cinq chroniqueurs des grands quotidiens Milliyet et Radikal (Erol Katircioglu, Murat Belge, Haluk Sahin, Hasan Cemal et Ismet Berkan), ont donné lieu à des scènes de violence.

La société turque est divisée sur cette question. Le rapport de la Commission européenne sur l’élargissement de l’UE, rendu public le 8 novembre, souligne la nécessité pour Ankara d’avancer sur la situation de la liberté de la presse. En conclusion, le rapport stipule que “le cadre juridique actuel ne garantit pas encore la liberté d’expression de façon conforme aux normes européennes. (...) L’article 301, de même que d’autres dispositions du code pénal turc restreignant la liberté d’expression, doit être mis en conformité avec la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH).” La forte mobilisation autour de la question de l’adhésion de la Turquie à l’Europe, mais aussi de l’attribution du prix Nobel de la paix à un écrivain poursuivi pour ses écrits, ont amené le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan à prendre publiquement position en faveur d’un amendement de cet article. Plusieurs journalistes poursuivis en vertu de ce dernier ont déclaré qu’ils allaient porter leurs affaires devant la Cour européenne des droits de l’homme. Parmi eux, Hrant Dink, directeur de publication de l’hebdomadaire arménien Agos, condamné le 7 octobre 2005 à six mois de prison avec sursis en raison d’une série d’articles intitulée “L’identité arménienne”. Ce dernier a été poursuivi à nouveau le 18 juillet 2006 pour ses propos sur le génocide arménien. Le journaliste avait donné, le 14 juillet, une interview à l’agence britannique Reuters sur sa condamnation à six mois de prison avec sursis pour “insulte à l’identité turque”. Lors de cette interview, il a utilisé le terme de “génocide” concernant les massacres d’Arméniens perpétrés par les Turcs en 1915. Il encourt une nouvelle peine de trois ans de prison.

De nouvelles inquiétudes

Les amendements à la loi antiterroriste votés le 29 juin 2006, constituent également une menace pour la liberté d’expression, dans la mesure où ils sanctionnent par des peines de prison la publication d’informations liées aux “organisations terroristes” et font craindre des poursuites abusives contre les journalistes qui se risqueraient à évoquer le sujet. Rüstu Demirkaya, reporter de l’agence de presse prokurde Diha, est incarcéré depuis le 14 juin 2006 à la prison de Tunceli (Est). Il est accusé “de collaboration avec le PKK/Kongra-Gel”. Un ancien militant l’aurait accusé d’avoir fourni au PKK un ordinateur portable avec dix CD vierges et de l’avoir informé d’une opération militaire en cours. Rüstu Demirkaya risque jusqu’à douze ans de prison.

Trois attentats contre le quotidien d’extrême gauche Cumhuriyet sont survenus les 5, 10 et 11 mai. Ces violences n’ont heureusement fait aucune victime, mais ont causé d’importants dégâts. Les journalistes de la rédaction ont repris le travail aussitôt. Par ailleurs, le 30 mars, Ilyas Aktas, journaliste bénévole au bimensuel turc d’extrême gauche Devrimci Demokrasi (Démocratie Révolutionnaire), a été grièvement blessé par balles, à Diyarbakir (sud-est du pays), lors d’une manifestation en hommage à quatorze rebelles kurdes, tués quelques jours auparavant par l’armée turque. Il a succombé à ses blessures le 14 avril.

Les forces de l’ordre sont également en cause pour leur passivité dans l’agression d’une journaliste du quotidien Sabah, au cours d’une manifestation de protestation contre la publication des caricatures de Mahomet en Europe, organisée dans la ville de Konya (centre du pays) le 10 février. Prise à partie par un groupe de manifestants sous prétexte qu’elle n’était pas couverte d’un foulard, qu’elle portait un pantalon et mâchait un chewing-gum, elle a été insultée et a reçu des pierres et des chaussures. Les forces de l’ordre, qui encadraient la manifestation, n’ont pas réagi et Aliye Cetinkaya a dû être évacuée par des confrères présents sur place.

L’année 2006 s’est néanmoins achevée sur la bonne nouvelle de la libération de deux journalistes de l’agence prokurde Diha, Evrim Dengiz et Nesrin Yazar, après neuf mois de détention pour “atteinte à l’unité de l’Etat et à l’intégrité du territoire”. Elles avaient été arrêtées alors qu’elles couvraient une manifestation en faveur d’Abdullah Öcalan, chef du PKK emprisonné depuis 1999.



Retour à la rubrique



Source/Lien : Reporters sans frontières



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org