Aujourd'hui : Dimanche, 16 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Une vidéo fait rebondir l'affaire Hrant Dink
Publié le :

Actualité | International

Istanbul LAURE MARCHAND.
Publié le 03 février 2007
Actualisé le 03 février 2007 : 20h23

Diffusée à la télévision turque jeudi soir, cette scène aurait été filmée dans une gendarmerie de Samsun près de la gare routière où a été arrêté le principal suspect, Ogün Samast (au centre), au lendemain du meurtre.

Des scènes de connivence entre le meurtrier présumé du journaliste arménien et des policiers sèment le trouble dans le pays.
OGÜN SAMAST pose comme une star devant l'objectif, un drapeau turc entre les mains. En arrière-plan, on peut lire une sentence d'Atatürk, le père de la République turque, sur une affiche : « La terre de la patrie est sacrée, elle ne peut être abandonnée à son sort. » Le meurtrier présumé est encadré, bras dessus bras dessous, par deux policiers.

Avec la vidéo diffusée par les chaînes de télévision turques dès jeudi soir, les téléspectateurs n'ont pas perdu une miette de la discussion : une voix s'inquiète de la bonne visibilité de la citation, demande à Samast d'arranger ses cheveux. Quinze jours après l'assassinat du journaliste d'origine arménienne Hrant Dink, les photos et les images diffusées par les médias turcs révèlent les dessous d'une enquête qui apporte chaque jour son lot de scandales.
Selon la presse, la scène se serait déroulée dans une gendarmerie de Samsun près de la gare routière où a été arrêté le principal suspect, au lendemain du meurtre. Ogün Samast traité en héros : le tableau a déclenché une avalanche de réactions indignées. Pour le quotidien Vatan, ces « photos souvenir » sont « tout aussi graves que l'attentat ». « Il ne manque plus qu'un baiser sur le front de l'assassin », s'insurge le journal libéral Radikal. Selon Yenisafak, ce « flagrant délit » est une preuve supplémentaire de l'existence d'un complot contre le journaliste.
Ce rebondissement discrédite encore un peu plus les forces de sécurité. La police de Trabzon aurait en effet été au courant depuis près d'un an de la préparation du meurtre. Erhan Tuncel, à la fois l'un des mentors d'Ogün Samast et agent de renseignements de la police, avait transmis l'information.
Réseau militaro-mafieux
Coïncidence troublante, Ramazan Akyürek, l'actuel chef des renseignements de la sûreté d'Istanbul, dirigeait à cette époque la police de Trabzon. Il n'a jamais pris la peine de faire suivre les suspects désignés. Malgré les pressions réclamant la destitution de ce responsable, le ministre de l'Intérieur, Abdülkadir Aksu, a déclaré jeudi qu'il ne prenait aucune sanction à son encontre tant que l'enquête n'était pas terminée.
Le gouvernement AKP, islamo-conservateur, n'est plus épargné par cette affaire dont les répercussions sont de plus en plus difficiles à maîtriser. L'opposition du Parti républicain du peuple (CHP) réclame la démission du ministre de l'Intérieur. Vendredi, Devlet Bahçeli, le président du Parti d'extrême droite (MHP), a violemment pris à partie le premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, l'accusant d'être un « provocateur » et d'avoir « sollicité le crime ». À la sortie d'une mosquée d'Ankara, Recep Tayyip Erdogan a réagi à la prise des clichés : « Nous essayons de bloquer ceux qui tentent d'anéantir l'ordre public en créant des gangs. »
Cette semaine déjà, le chef du gouvernement avait reconnu les difficultés à lutter contre l'influence de « l'État profond », un réseau militaro-mafieux qui a des ramifications jusqu'au sommet de l'État et qui est clairement, pour les observateurs de la politique turque, à l'origine de l'assassinat de Hrant Dink.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Le Figaro



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org