Aujourd'hui : Mardi, 16 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Génocide arménien : une bonne cause pour les Juifs américains
Publié le : 30-10-2013

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Les Arméniens américains ne devraient pas être les seuls à se sentir bouleversés. Les Juifs américains devraient s’insurger aussi. Non seulement à cause de la compassion que les victimes de génocide ressentent instinctivement les unes envers les autres, mais également parce que si la Maison Blanche peut permettre à des considérations politiques de l’emporter sur la reconnaissance du génocide arménien, le danger existe que la commémoration du génocide juif puisse un jour subir un sort semblable. » Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article en anglais, paru sur le site JNS le 27 octobre 2013. JNS.org [Jewish News Service] couvre pour le monde anglo-saxon, les nouvelles du monde juif et d’Israël.












Photo : Near East Relief – Photo mise à disposition par Missak Kelechian (voir pdf en téléchargement).

La liberté du tapis du génocide arménien, une bonne cause pour les Juifs américains

De Rafael Medoff/JNS.org
27 octobre 2013

Quatre-vingt-dix-neuf ans après le génocide des Arméniens commis par les Turcs, l’un des symboles les plus poignants de la souffrance arménienne est retenu en otage – par la Maison Blanche.

Le prisonnier est un tapis de 5,5 mètres de long. Il a été tissé par quatre cents orphelines arméniennes, vivant en exil au Liban, en geste de remerciement pour l’aide apportée par l’Amérique aux survivants du génocide. En 1925, elles ont envoyé le tapis au président américain Calvin Coolidge, qui avait promis qu’il aurait « une place d’honneur à la Maison Blanche, où il serait le symbole quotidien de la bienveillance sur terre. »

Malheureusement, en lieu et place, le tapis est devenu le symbole de la politique indécente du génocide. Un dentiste arméno-américain, Hagop Martin Deranian, a récemment écrit un livre intitulé Le président Calvin Coolidge et le tapis arménien orphelin et l’Institut Smithsonian avait prévu un événement sur le livre du Dr Dernanian, le 16 décembre. Mais lorsque le Smithsonian a demandé à la Maison Blanche de lui prêter le tapis pour cette occasion, sa demande a été refusée.

Cette semaine, les journalistes qui ont posé des questions au Département d’État à ce sujet ont été renvoyés vers la Maison Blanche. Quand ils se sont adressés au porte-parole de la Maison Blanche, on leur a sèchement répondu qu’il n’avait rien à dire à part : « Il n’est pas possible de le prêter en ce moment. »

Les responsables arméno-américains pensent que l’Administration Obama répond aux pressions du gouvernement turc qui nie que le génocide a eu lieu. Et les Arméniens ont de bonnes raisons de se méfier. En tant que candidat à la présidentielle de 2008, Obama, alors sénateur, avait déclaré : « L’Amérique mérite un dirigeant qui dit la vérité sur le génocide arménien. » En revanche, les déclarations que le président Obama a faites chaque mois d’avril, à l’occasion du Jour du Souvenir arménien, n’ont jamais contenu le mot en « G ». Au lieu de cela, il a utilisé une expression arménienne « Medz Yeghern », qui signifie « la Grande Calamité » [Nota CVAN : cette expression signifie en fait « Le Grand Crime »]. La peur de déplaire aux Turcs semble être le seul motif plausible pour ce tour de passe-passe rhétorique.

Les Arméniens américains ne devraient pas être les seuls à se sentir bouleversés. Les Juifs américains devraient s’insurger aussi. Non seulement à cause de la compassion que les victimes de génocide ressentent instinctivement les unes envers les autres, mais également parce que si la Maison Blanche peut permettre à des considérations politiques de l’emporter sur la reconnaissance du génocide arménien, le danger existe que la commémoration du génocide juif puisse un jour subir un sort semblable.

Quoi qu’il en soit, un président au moins a tenu sa parole : Calvin Coolidge a fièrement exposé le tapis arménien orphelin à la Maison Blanche pour le reste de son mandat.

Après avoir quitté ses fonctions, Coolidge a emporté le tapis dans sa résidence du Massachusetts. Il y était toujours en 1939, lorsque l’ancienne Première dame, Lady Grâce Coolidge, est devenue une figure de proue dans la lutte pour sauver un autre groupe d’enfants d’un dictateur génocidaire. Mme Coolidge a fait du lobbying en faveur du projet de loi Wagner-Rogers, qui aurait permis à 20 000 enfants juifs-allemands de venir aux États-Unis. Mais le président Franklin Delano Roosevelt a refusé de soutenir le projet de loi qui a été enterré par la commission.

Ironiquement, le prédécesseur et membre de la famille de FDR, Theodore Roosevelt, avait préconisé de déclarer la guerre à la Turquie à cause du génocide arménien. « L’incapacité à mettre radicalement un terme à l’horreur turque signifie que tous les discours visant à garantir la paix dans le monde à l’avenir ne sont que sottises malveillantes », avait déclaré l’ex-président en 1918. Teddy Roosevelt avait raison de craindre que tolérer le génocide ouvrirait la voie à ce que cela se reproduise.

En effet, Adolf Hitler aurait un jour assuré à ses subordonnés que leurs atrocités seraient oubliées, en leur disant : « Qui parle encore aujourd’hui de l’extermination des Arméniens ? » [Nota CVAN : la phrase "Qui se souvient encore du massacre des Arméniens ?" est tirée d'une allocution faite par Hitler aux commandants en chef de l'armée allemande le 22 août 1939 quelques jours avant l'invasion de la Pologne].

Le tapis du génocide a finalement réussi à revenir à la Maison Blanche et a été utilisé au moins pendant une partie de la période de l’Administration Clinton. Mais il n’a pas été vu en public depuis lors. Si l’Administration Obama et le gouvernement turc parviennent à leurs fins, le tapis incarcéré ne verra sans doute plus jamais la lumière du jour.

En décembre, les Américains se précipiteront voir un nouveau film appelé Monuments Men. Réalisé par George Clooney (qui joue également), il raconte la vraie histoire d’une poignée de militaires américains qui ont risqué leur vie pour sauver des peintures célèbres, des monuments et d’autres objets culturels européens précieux aux mains des nazis, au cours des derniers jours de la Seconde Guerre mondiale. Il semble qu’il faudra une nouvelle génération de ‘Monuments Men’ pour sauver le tapis du génocide arménien, afin que le précieux héritage retrouve sa place légitime – dans une exposition publique.

Le Dr. Rafael Medoff est directeur de l’Institut David S. Wyman pour les études sur l’holocauste à Washington DC. Son dernier livre est : FDR et l’holocauste : un abus de confiance [Nota CVAN : FDR = Franklin Delano Roosevelt].


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 29 octobre 2013 – www.collectifvan.org

Voir plus de photos sur le pdf en téléchargement, préparé par Missak Kelechian (Liban).


Lire aussi :

USA : un tapis arménien, otage de la Maison-Blanche

The White House says a rug gifted to Calvin Coolidge by Armenian orphans will stay in storage for now

ANCA Rallies Against White House Decision to Block Smithsonian Display of Armenian Genocide Orphan Rug

Tell Congress: The Armenian Genocide Orphan Rug Should Be Prominently Displayed

Pétition

Une pétition, demandant de mettre à la disposition du public ce tapis qui est un témoignage culturel et historique du génocide arménien, est lancée sur le site de la Maison Blanche :

« Nous demandons à l'administration Obama de:
Partager le tapis orphelin arménien avec le peuple américain

La Maison Blanche devrait mettre à disposition du public à l’Institut Smithsonian le tapis tissé par les orphelins réfugiés arméniens en 1925 et offert au président Calvin Coolidge pour remercier le peuple américain de la généreuse aide humanitaire qu'il a donnée aux Arméniens après la Première Guerre mondiale ».


Créée le: 25 octobre 2013
Objet: Arts et Sciences Humaines, famille, droits de l'homme
Share the Armenian Orphan Rug with the American People




Retour à la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 PDF de Missak Kelechian



Source/Lien : JNS



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org