Aujourd'hui : Samedi, 15 décembre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : procès des crimes anti-arméniens de Samatya
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - A la fin de l’année 2012, une série de crimes avait débuté à Istanbul avec l’assassinat de Maritsa Küçük, une vieille Arménienne de Turquie vivant seule à Samatya, l’un des quartiers de la ville le plus peuplé d’Arméniens. En janvier 2013, trois autres Arméniennes âgées, habitant aussi ce quartier, ont également été battues. Quelques mois plus tard, Murat Nazaryan a été arrêté et incarcéré pour ces crimes et agressions : cet Arménien de Turquie – qui serait un déficient mental - était le coupable idéal afin que la Justice turque puisse démonter les accusations de meurtres racistes. Lors de la dernière audience de son procès, l’accusé a parlé des véritables criminels : « Ils m’ont menacé. Ils ont poignardé la femme avec un couteau pris dans la maison. Lors du premier coup de couteau, je me suis échappé. Auparavant, ils m’ont fait toucher une feuille avec mon doigt après l’avoir coupé.» Il ressort de ses explications que les agresseurs auraient donc parfaitement prémédité leur assassinat raciste, en amenant sur les lieux du crime, un pauvre bougre sans défense, pour lui faire porter le chapeau. Effrayant. Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article en turc, paru dans le journal Taraf, le 5 novembre 2013.

Taraf

Par Aysun Yazici

5 novembre 2013

Des évènements organisés à Samatya

Nazaryan, l’assassin de Maritsa Küçük, tuée chez elle à Samatya, a affirmé : « Trois personnes l’ont assassinée. Pour donner un style de novice au meurtrier, ils [les trois coupables] m’ont désigné pour m’accuser. »

Le procès de Murat Nazaryan, accusé d’avoir assassiné Maritsa Küçük à l’âge de 85 ans et d’avoir battu trois femmes arméniennes à Samatya (Istanbul), continue à être examiné. La famille Küçük et Murat Nazaryan, le coupable détenu, étaient présents lors de l’audience qui a lieu devant la 2ème Cour pénale d’Istanbul.

Nazaryan, qui s’est défendu lors de l’audience, a prétendu qu’il n’avait pas assassiné Maritsa Küçük. Nazaryan a raconté que le jour de l’assassinat, trois personnes l’ont obligé à aller à la maison où l’évènement s’était passé. Il s’est exprimé ainsi : « Je ne me souviens pas de leur apparence physique. Ils ne ressemblaient pas à des criminels. Ils m’ont menacé : ‘On te tuera ainsi que tes proches.’ Ils se sont dits entre eux : ‘Que ce soit un travail de novice.’ Ils ont poignardé la femme avec un couteau pris dans la maison. Ils possédaient aussi des révolvers. Lors du premier coup de couteau, je me suis échappé. Auparavant, ils m’ont fait toucher une feuille avec mon doigt après l’avoir coupé. J’étais sous pression psychologique au commissariat de police. Je n’ai pas pu dire cela par peur. Mais je n’ai plus rien à perdre. Je ne me sens pas en sécurité en prison. »

« Si j’avais tué, j’aurais fui »

Pendant la défense, qui a beaucoup attiré l’attention, des questions concernant des personnes ayant participé à l’assassinat ont été posées. Nazaryan a répondu qu’il ne pourrait pas les décrire sauf si on lui montrait des photos. Par ailleurs, il a dit : « Personne ne m’a suivi lorsque je me suis échappé du lieu. J’ai logé dans une auberge pendant trois mois. Si c’était moi qui l’avais assassinée, j’aurais fui. Je ne sais pas pourquoi ces trois personnes ont tué la victime. Je ne me suis pas rendu chez la victime avant l’incident. Je ne sais pas si ces personnes sont allées chez elle ou non. »

« Je me suis échappé mais on m’a retrouvé de nouveau»

On a demandé à Nazaryan de raconter lÂ’incident. Il a répondu ainsi : « Quand jÂ’habitais à Kumkapı, des personnes originaires de Diyarbakır et de Bingöl me demandaient de payer un tribut. Je me suis échappé à Kocamustafapaşa [Nota CVAN : un autre nom du quartier Samatya] mais ils mÂ’ont retrouvé de nouveau. Il a ajouté que les personnes qui lÂ’ont amené sur le lieu du crime ne faisaient pas partie de cette bande.

Nazaryan a affirmé que les trois assassins étaient de sexe masculin et qu’il avait pleuré de peur lorsqu’ils ont frappé la victime. Il a également dit qu’il avait des problèmes psychologiques avant l’incident, qu’il avait utilisé des médicaments pendant deux ans et que son état mental s’était détérioré davantage en prison.

Poignardée après avoir été battue

Maritsa Küçük avait été atrocement tuée le 28 décembre 2012 chez elle où elle habitait toute seule à Samatya. On avait remarqué que les bijoux de Küçük, tuée après avoir été poignardée et battue, avaient été volés.

« La bande de Kumkapı fait partie de cette affaire »

Cafer Gül, lÂ’avocat de lÂ’accusé, a attesté: « LÂ’accusé mÂ’a parlé de la bande de Kumkapı lors de notre entrevue. Il mÂ’a raconté quÂ’elle lui demandait de payer un tribut et que par la suite, il s’était déplacé à Kocamustafapaşa. Il a dit aussi que là-bas, il y avait une bande qui lÂ’avait amené de force chez la victime. Ils [les personnes de cette bande] ont laissé une tache de sang après avoir coupé son doigt. CÂ’est pour cette raison que nous demandons de refaire lÂ’enquête. Deux personnes sont rentrées à la maison par derrière. Comme il nÂ’y a pas de caméra, il nÂ’existe pas dÂ’enregistrements. »

Après la défense, Gül a demandé de prendre des empreintes digitales dans le lieu du crime afin de pouvoir trouver les criminels. Le procureur a demandé de faire un rapport sur la responsabilité pénale de l’accusé. Le tribunal a décidé de faire le rapport et de continuer à garder l’accusé en détention.


Traduction du turc : NA.T. pour le Collectif VAN - www.collectifvan.org


Titre original: « SamatyaÂ’da organize işler»




Retour à la rubrique


Source/Lien : Taraf



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org