Aujourd'hui : Jeudi, 9 avril 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : Erdogan, Erbakan et la prise de Constantinople
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose cet article d'Etienne Copeaux publié sur son blog susam-sokak.fr.











Légende photo : L'arrivée du "Sultan" à Okmeydanı. Photo Selahattin Sevi, Zaman, 30 mai 1998

susam-sokak.fr


Esquisse n° 46 - Erdogan, Erbakan et la prise de Constantinople

Mercredi 8 janvier 2014

Comme je l'ai montré dans l'article précédent, la célébration de l'anniversaire de la Fetih se complique au cours des années 1970, en se doublant d'une dimension revendicative de la part de la mouvance islamiste. Avec la victoire du Refah– notamment à Istanbul - aux élections municipales de 1994, puis sa courte victoire aux élections générales de décembre 1995, ce dernier aspect se renforce : la fin du mois de mai devient très vite une fête islamiste. Mais parallèlement, passé le prétexte du cinquième centenaire de 1953, la fête, tout en gardant son caractère « historique », a été prise en charge par l'Etat et l'armée, dans un but nationaliste. Ainsi, de 1994 à 1998, il y a trois fêtes de la Fetih : municipale 1 et historique, étatique et militaire, enfin islamiste et revendicative.

Les fêtes de 1996 et 1997 sont très significatives car, en 1996, le Refah est sur le point d'accéder au pouvoir, et en 1997, il est sur le point de le perdre, sous la pression de l'armée. Les deux célébrations, doublées par une grande fête du Refah, ont lieu dans un contexte de grande tension politique. Les ingrédients n'ont pas changé ; les cliques de musique militaire ottomane (mehter)sont partout, et les lieux de commémoration demeurent les mêmes, principalement les murs de la Ville et le trajet de Dolmabahçe à Kasımpasa. Les acteurs également : le maire, le vali, le général, l'imam ; mais s'y ajoute, de façon triomphale, le parti et son président Necmettin Erbakan. Les costumes, les maquettes, les défilés et les feux d'artifice en font une aubaine pour les touristes et les photographes de presse ; mais les discours reflètent des ambitions de pouvoir et des revendications.

A partir de 1994 et surtout grâce à la victoire électorale du Refah en décembre 1995, la commémoration a pris de l'ampleur, et en 1996 et 1997, les célébrations s'étalent sur une semaine.

La place de Taksim outragée par le Refah

Sous la magistrature de Recep Tayyip Erdogan, la ville a sérieusement pris les choses en mains, et particulièrement la municipalité de Beyoglu, dirigée par Nusret Bayraktar. La semaine commence avec des concerts de mehter qui décidément sont devenus l'image cérémonielle de l'islamisme nationaliste. La cérémonie municipale a lieu le dernier dimanche de mai, de manière à rassembler un public nombreux : le 26 en 1996, le 25 en 1997. Son départ est donné au petit stade d'Okmeydanı (Kasımpasa Kulaksız Stadı), désigné comme le lieu où le Conquérant aurait installé son camp et où il aurait fait la prière avant l'assaut. Il y aurait eu là une chaire (minber), qui a été reconstruite par la suite. Le dimanche matin vers 11 heures, arrivent, à cheval, des comédiens costumés figurant le Conquérant, l'imam Aksemsettin 2 et Ulubatlı Hasan.


Lire la suite sur susam-sokak le blog d'Etienne Copeaux




Retour à la rubrique


Source/Lien : susam-sokak.fr



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org