Aujourd'hui : Mercredi, 11 décembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Affrontement Arménie - Turquie à l’ONU
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Il est fort probable que davantage de confrontations surviendront avec la Turquie, le centenaire du génocide arménien se profilant. Les dirigeants turcs ne semblent pas comprendre que plus ils nient et essaient de contrer les activités arméniennes, plus ils contribuent à faire de la publicité pour le génocide et les justes demandes des Arméniens. De fait, grâce aux deux réponses de la délégation turque aux déclarations de l’ambassadeur Nazarian, le Conseil de sécurité des Nations Unies à longuement discuté de la question du génocide arménien pour la première fois ! » Le Collectif VAN vous propose la traduction de l’éditorial du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans The California Courier le 20 février 2014.

Affrontement Arménie - Turquie à propos du génocide au Conseil de sécurité des Nations Unies


Harut Sassounian
The California Courier
Éditorial du 20 février 2014

Préfigurant les événements de la commémoration du centenaire du génocide l’an prochain, la question du génocide arménien a été discutée pour la première fois au Conseil de sécurité des Nations Unies le 29 janvier.

L’ambassadeur de l’Arménie, Garen Nazarian, en abordant le thème principal de la session du Conseil de sécurité, qui était : « La guerre, ses leçons et la recherche d’une paix permanente », a commencé son allocution sur le rôle de l’ONU dans le maintien de la paix, en faisant une allusion subtile à la Turquie : « Établir une réconciliation plus profonde entre les peuples sur la base d’un discours partagé et la mémoire d’un passé trouble. Ce processus implique davantage que la simple adoption de déclarations et de résolutions, de visites et de dépôts de gerbes aux mémoriaux des victimes ou la signature d’accord ou de protocoles et des poignées de main. Pour être durable, la réconciliation peut nécessiter un règlement du passé, la reconnaissance et l’acceptation de la responsabilité pour les crimes commis. »

En ce qui concerne les leçons tirées du génocide arménien, l’ambassadeur Nazarian a spécifiquement mentionné que « le processus de réconciliation pouvait être retardé pendant des décennies voire même des générations. Ce fut le premier génocide moderne perpétré sous le couvert de la Première Guerre mondiale. » La représentation de l’Arménie a poursuivi en insistant sur le fait que « mettre fin à l’impunité pour ces crimes de masse atroces est essentiel pour rétablir la justice et la normalité. »

L’ambassadeur Nazarian a également exposé les mesures nécessaires à prendre pour une réelle réconciliation entre les nations : « Les nations et les sociétés ayant réussi à se réconcilier se soumettent normalement à un long processus de restauration de la justice, y compris en dédommageant les victimes et leurs héritiers afin de rétablir leur dignité nationale et leur identité. Il est également impératif de parler d’une seule voix contre la déformation de l’histoire, la négation des crimes historiques et le négationnisme. »

Dans sa réponse peu surprenante, le représentant de la Turquie à l’ONU, Halit Cevik, s’est concentré sur l’avenir plutôt que sur le passé sanguinaire de son pays. Sans même réaliser qu’il condamnait son propre pays, le délégué de la Turquie a insisté sur le fait que « les responsables des crimes les plus graves, des crimes contre l’humanité, des génocides et des crimes de guerre doivent rendre des comptes. » L’ambassadeur Cevik a poursuivi en répétant les arguments négationnistes usés de son gouvernement, affirmant que « les allégations de génocide en ce qui concerne les événements de 1915 n’avaient jamais été juridiquement ou historiquement prouvés. Dans le même ordre d’idée, il n’existe pas de consensus juridique ni politique quant à la nature de ces événements…. Nous pensons que l’animosité dérivant de l’histoire, en essayant d’imprimer sur les autres un point de vue partisan et incriminant du passé, et d’appeler à une compassion sélective, n’est pas la bonne façon de rendre hommage à la mémoire des nombreux Turcs, Arméniens et d’autres qui ont perdu la vie lors de la Première guerre mondiale. Il est par conséquent important d’affronter l’histoire dans sa globalité grâce à une étude scientifique impartiale des archives et documents historiques, afin que les bonnes leçons puissent être tirées de l’histoire et qu’une mémoire commune juste soit obtenue. »

Dans son droit de réponse, l’ambassadeur Nazarian, a exprimé son profond regret d’entendre le représentant turc donner « des explications déformées sur le fait indéniable du génocide arménien qui a pris les vies de 1,5 million d’enfants, de femmes et d’hommes arméniens vivant dans l’Empire ottoman sous le régime des Jeunes-Turcs… Il a commencé le 24 avril 1915 et s’est poursuivi jusqu’en 1923 – le massacre systématique et planifié de la nation entière. »

Décrivant en détail les déportations et les massacres qui ont culminé pendant le génocide, l’ambassadeur Nazarian a déclaré que « ce crime a été reconnu par un certain nombre d’États membres [de l’ONU] et par des organisations internationales, y compris les Nations Unies et son organe subsidiaire la Sous-commission sur la prévention de la discrimination et la protection des minorités. »

Dans une seconde réponse à l’ambassadeur Nazarian, le représentant de la Turquie est devenu un peu plus subtile dans son négationnisme : « Nous n’avons pas dit que rien ne s’est passé en 1915. Ces événements ne conviennent pas à la description de génocide telle que définie par la Convention de 1948 [de l’ONU]. Aujourd’hui, une délégation arménienne dit que les événements de 1915 sont un génocide, en l’absence de toute résolution ou de toute décision de la Cour internationale. Alors pourquoi attendez-vous de nous que… », mais avant qu’il ait pu finir sa déclaration, son téléphone portable a sonné, l’interrompant au milieu de sa phrase.

Il est fort probable que davantage de confrontations surviendront avec la Turquie, le centenaire du génocide arménien se profilant. Les dirigeants turcs ne semblent pas comprendre que plus ils nient et essaient de contrer les activités arméniennes, plus ils contribuent à faire de la publicité pour le génocide et les justes demandes des Arméniens. De fait, grâce aux deux réponses de la délégation turque aux déclarations de l’ambassadeur Nazarian, le Conseil de sécurité des Nations Unies à longuement discuté de la question du génocide arménien pour la première fois !


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 20 février 2014 – www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org