Aujourd'hui : Samedi, 21 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : les faux-semblants de l'inauguration de l'église arménienne d'Aghtamar
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Info Collectif VAN - www.collectifvan.org -

Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article paru en anglais dans le journal turc Zaman du 17 février 2007. L'Etat turc, qui depuis 90 ans, efface méthodiquement toutes les traces de la civilisation arménienne sur les territoires où cette dernière avait prospéré durant 4000 ans, s'attèle à une opération marketing de grande ampleur, avec la restauration de l'église arménienne d'Aghtamar, sur une île du lac de VAN.
Comme à l'occasion des obsèques de Hrant Dink le mardi 23 janvier 2007, la diaspora arménienne et la République d'Arménie, sont de nouveau instrumentalisées avec une invitation qui risque d'être, une fois de plus, un "faux grossier". Attila Koç, Ministre turc de la culture, a réfuté le fait que cette restauration puisse être une tentative de "contrer les affirmations de génocide". Pour le croire, il faudrait que l'opération déclenchée à l'occasion de l'inauguration, ne soit pas un "one shot", et que la Turquie se penche enfin sur son passé, en réhabilitant l'histoire de la minorité arménienne dans l'historiographie officielle turque, en lui attribuant à nouveau la place qui a toujours été la sienne dans l'histoire, place qui est systématiquement occultée dans les ouvrages scolaires, historiques, universitaires et touristiques... Et bien sûr en reconnaissant le Génocide arménien de 1915 et ses 1 500 000 victimes arméniennes, mais aussi assyriennes. Les réponses du Ministre turc de la Culture, et le durcissement ultra-nationaliste turc depuis 1 mois, nous laissent hélas peu d'espoir d'une évolution en ce sens...
Lorsqu'on rappellera qu'Atilla Koç avait initialement prévu l'inauguration de l'église d'Aghtamar le 24 avril 2007, (date qui correspond à la rafle de 600 intellectuels arméniens de Constantinople, prélude au génocide de 1915), on sera tenté de penser que, pour la Turquie moderne, le chemin vers la sagesse est encore très long...
Après le tollé que ce choix avait provoqué - tant du côté arménien (protestation officielle du Patriarche Mesrob II) que du côté des nationalistes turcs et même du parti au pouvoir, le gouvernement avait joué une fois de plus les provocateurs cyniques pour "initiés" en choisissant le 11 avril qui, comme l'avait souligné Hrant Dink dans l'un de ses derniers articles, d'Agos* correspondait en réalité au 24 avril dans l'ancien calendrier ottoman...
En choisissant le 15 avril, troisième date finalement retenue pour ces "festivités", l'Etat turc veut présenter un visage prétendûment pacifié à l'Union européenne, véritable "cible" de ce "cinéma" politico-médiatique.

Collectif VAN


Zaman, 17 février 2007. Extraits.

La diaspora arménienne invitée à l'inauguration d'une église

La Turquie a invité des membres de la diaspora arménienne et des dignitaires religieux à l'inauguration en avril d'une vieille église arménienne restaurée, mais le Ministre de la culture Atilla Koç prend soin d'écarter toute connotation politique, disant que la restauration a eu simplement lieu dans le cadre des efforts entrepris par la Turquie pour faire revivre le patrimoine culturel dont elle a hérité.

L'église d'Akhtamar, située sur une île face à la rive sud du lac de Van en Anatolie orientale, doit être inaugurée le 15 avril une fois terminée la rénovation en cours. La Turquie a déjà dépensé 3 millions de livres (environ 2 millions de dollars) pour restaurer l'église, a déclaré Koç dans un entretien accordé au journal Today's Zaman. Koç a réfuté le fait que la restauration puisse être une tentative de contrer les affirmations de génocide. "Nous réparons les lieux de cultes non seulement des religions monothéistes mais aussi polythéistes", a dit le ministre. "Nous les considérons comme un patrimoine dont nous avons hérité. Nous les considérons comme notre richesse." Le ministère du tourisme de Koç a déjà invité des personnalités importantes de la diaspora arménienne, ainsi que des chefs religieux arméniens, et projette d'envoyer des invitations aux ministres de la culture de la République d'Arménie et de pays ayant une forte population arménienne comme le Liban, l'Ukraine, la Russie et les Etats-Unis. "Nous allons recevoir 200 invités de marque", a-t-il dit à Zaman. Nous les emmènerons à Van par avion de la Turkish Airlines spécialement affrété.
L'église du Xe siècle est pratiquement tombé en ruines au cours des événements de la Première Guerre mondiale, qui selon les Arméniens équivaut à un génocide de la population arménienne de l'Empire ottoman. La Turquie rejette catégoriquement ces affirmations. Bien que Koç dise que la rénovation procède du respect de l'héritage culturel de la Turquie, l'inauguration de l'église peut servir d'incitation supplémentaire à apaiser les tensions entre Turcs et Arméniens après les obsèques du journaliste assassiné Hrant Dink à Istanbul, qui ont attiré 100 000 personnes brandissant des panneaux où l'on pouvait lire "nous sommes tous Arméniens". Dans ce long entretien, Koç a également répondu à des critiques sur une nouvelle campagne de promotion du tourisme où l'initiale T du mot Turquie est remplacée par des silhouettes humaines. Il a dit que c'était juste une question de goût, et que ce qui plaît aux uns peut déplaire aux autres. Il a aussi ajouté que son ministère était déterminé à continuer les efforts destinés à supprimer les fermes d'aquaculture dans les zones touristiques, et a rejeté les accusations d'après lui "absurdes" qui prétendent que la Turquie est devenue "un paradis du tourisme bon marché."

Combien a coûté la restauration de l'église d'Akhtamar?

Nous avons dépensé 3 millions de livres turques. Les vieilles mosquées d'Anatolie sont restaurées par la Direction générale des fondations, alors que les églises et les synagogues le sont par notre ministère. Nos projets de restauration ne se limitent pas aux lieux de culte des trois religions monothéistes. Des lieux considérés comme sacrés par des religions polythéistes ont aussi été restaurés. En ce qui concerne les restaurations, la Turquie est devenue un chantier.

Combien d'églises et de synagogues ont-elles été restaurées?

Entre 2005 et 2006 nous avons restauré 10 églises. Ces projets incluent le monastère Sainte-Marie de Giresun, Ani Pehir de Kars, l'église Çameli de Karaman, le monastère Saint-Nicolas de Mustafa Pacha à Ürgüp, le monastère Sümela de Trabzon, le musée Sainte-Sophie de Trabzon, l'église d'Akhtamar à Van, l'ancienne église de Akdaðmadeni, l'église arménienne de quartier de Merzifon à Amasia et l'église de Tigrane l'Honnête à Kars**.

Y aura-t-il d'autres projets concernant des monuments arméniens?

Nous allons lancer la restauration des ruines d'Ani à Kars. Ani a des caractéristiques intéressantes. Il y a huit mosquées et huit églises, avec des dates de construction parallèles. Musulmans et chrétiens ont vécu en paix côté à côte pendant des années. A ce jour, aucun projet n'a été mis en oeuvre par rapport aux ruines d'Ani. Nous serons les premiers à nous occuper de cette question.

Pour la première fois, vous avez invité des représentants de la diaspora arménienne. Qui d'autre comptez-vous inviter?

Nous avons invité les ministres de la culture des pays de l'UE. Nous allons aussi inviter les ministres de la culture de Russie, d'Ukraine, d'Arménie, du Liban, de Syrie, de Géorgie, des USA et du Canada, qui comptent d'importantes populations arméniennes. Nous avons invité des personnalités de la disapora arménienne, des chefs religieux et des représentants d'organisations culturelles. Nous recevrons 200 hôtes de marque.

Il y a des gens qui disent que la restauration d'Akhtamar et d'Ani est une contre-attaque envers les affirmations de génocide. Qu'en dites-vous?

Non, cela n'a rien à voir avec les allégations de génocide. Nous réparons aussi les lieux de culte des religions polythéistes. Nous les considérons comme un patrimoine dont nous avons hérité. Ces terres ont connu des centaines de nations et de gouvernements. Nous prenons soin de tout ce qu'ils nous ont légué. Il y a plus de 600 composantes dans ce mélange culturel. Parmi elles les Arméniens, les Juifs et les Grecs. Nous les considérons comme notre richesse. e ministère est en train de préparer un inventaire de nos atouts culturels, mais nous avons constaté que les musées ont été pillés. Sans inventaires, vous ne savez pas si vous avez été pillé.
Pour découvrir si une pièce historique a été volée ou non, nous devons nous tourner vers nos inventaires et faire des inspections. La dernière inspection au musée d'Afrodisias a eu lieu en 1955. Autrefois les musées dépendaient du ministère de l'éducation, qui recrutait des enseignants pour s'occuper des musées. Nous ne savons même pas si les objets répertoriés par eux comme étant dans les musées existent ou non. Aujourd'hui nous avons une chance de faire la différence entre les vrais et les faux objets et d'identifier ce qui a été volé.

17.02.2007

ERCAN YAVUZ, ALI ASLAN KILIÇ ANKARA

© Traduction : Collectif VAN

* Voir traduction en anglais ci-dessous

** Noms des monuments en anglais : Giresun's Virgin Mary Monastery, Kars' Ani Þehir, Karaman's Çameli Church, Ürgüp's Mustafa Paþa Aya Nikola Monastery, Trabzon's Sümela Monastery, Trabzon's Hagia Sophia Museum, Akhtamar Church in Van, the ancient church in Akdaðmadeni, the Armenian church in Amasya's Merzifon district and Kars' Tigran Honest Church.


------------------------------------------------------------------------------------

This was the last editorial Hrant Dink wrote at the Birgün newspaper before he was assassinated. Transalted by Fatma Muge Gocek.

“The Irony of History”

First let me reiterate the news: "The opening date which has almost turned into a riddle of the Surp Haç Armenian Church at the Akhtamar Island of Van the restoration of which was completed last year has been changed [but] for the third time. According to the written proclamation of the Van Governorship this past weekend, it was declared that the Akhtamar church the restoration and perimeter work of which had been completed would be opened to tourism on April 11th. It was expressed that the opening ceremony to be attended by international guests will be organized through the cooperation of the Ministry of Culture and Tourism and the Governorship of Van."
***
Ten years ago, I had called out to the authorities in Van with [my article] title[d] "Akhtamar labor battalion" and had stated the following::
"Rather than creating “monsters” in an attempt to draw tourists, try to take care of the historical artifacts that are right in front of your eyes. Why is there any need for such false endeavors? What you call Van is an ocean in terms of historical artifacts. Why is it that no one thinks of properly sitting down and restoring the region in its entirety. They say ‘then Armenians would come,’ so let them come, let them see the places their ancestors lived in, let them satisfy their longing, so what?” And I had then continued on:
"If there is any need for help or labor, we are ready.”
Oh history... Oh future!..
Youth from Turkey , Armenia and even the Diaspora are ready to volunteer.
'The Akhtamar labor battalionÂ’ is ready awaiting your commandsÂ… Let it be known.
“Come on, do not let the Akhtamar restoration solely be the restoration of a building, let us also restore our dilapidated spirits."
***
In the end, even though a long period of 10 years has since transpired, finally the Akhtamar restoration has been completed. One would have wished that the restoration had been on the cooperation agenda of the countries of Turkey and Armenia and [thus] jointly executed. Unfortunately, that is not how it happened.
One still needs to mention the meticulous work of Cahit Zeydanl? who undertook the project, brought experts from Armenia to take their views and suggestions into consideration, and included the Turkish Armenian architect Zakarya Mildano?lu in its execution, and one has to thank this valuable team.
They did the best they could and produced a job that could be regarded as excellent.
***
They reached perfection, but the bureaucrats and the politicians managed to screw it up.
They could never schedule the opening ceremony.
They delayed the opening ceremony that was first determined as 4 November 2006 to the April of 2007 due to inclement weather conditions. Then the Minister of Tourism and Culture Atilla Koç declared that the ceremony would take place on the 24th of April.
It was not long before there were reactions to the opening date Koç had declared. 'The Armenian Patriarch Mutafyan noted that "if the opening took place on April 24th, not a single Armenian including himself would attend the ceremony".
Last week the topic went all the way to the Assembly. Erdal Karademir, the Republican PeopleÂ’s Party deputy from ?zmir submitted a written question as to whether the choice of 24th April which was the anniversary of the Armenian genocide was [determined as] a consequence of the policy of the AK party government.
The nationalist media carried the opening date of the Akhtamar church on April 24th to their headlines as “the revengeful opening at Van."
And now the date of April 11th has been given.
***
One could not have possibly derailed such a decent job and totally messed it up as thoroughly as they did with this one.
The secret intention that cannot be hidden could only have been so evident.
A total comedy... A total scandal!
The government has still not been able to formulate a correct method and course in relation to the “Armenian problem.”
What it is interested in is not solving issues, but rather gaining points like a wrestler in the middle of a match. How he is going to go to the back of his competitor to throw him by a trick. That is all it cares about
It is not at all sincere.
It pretends to invite Armenian historians to discuss history, but is not at all hesitant to try its own intellectuals for having opposing narratives on the Armenian genocide.
It even restores an Armenian church in order to bring tourism to Eastern Anatolia , but sees no problems in messing things up by stating “How can I market this to the world and get many varied political advantages from this?”.
The move of the opening date of the Akhtamar Church to April 24th is also an indication of how this disingenuous intention is brought to the forefront.
***
And now pay attention!
Although the opposition of the nationalists and even the Armenian patriarch to this date create the opportunity to correct the mistake, this time the irony of history intervenes.
The calendar of truth states “So it is that you engaged in heedless behavior, let me top it up for you” and reveals that the newly chosen April 11th was actually April 24th itself.
It so happens that the 11th of April in 1915 and April 24th today is exactly the same day on the same calendar.
Anyhow, the date April 24th has entered Armenian literature much later with the new calendar. The real date or, put in other words, the date of the seizing and sending into oblivion of the Armenian intellectuals and leaders is actually April 11th 1915.
Now there is one question:
Those busybodies who first preferred April 24th, but then found it problematic and then came up with April 11th , let us see if after this explanation of ours if they are going to change April 11th as well?
Of course, those who want to can also ask the question in the following way:
Are you sure? Is this your final decision?

Hrant Dink

------------------------


Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org