Aujourd'hui : Lundi, 23 avril 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
USA : Obama interpellé sur le sort des Arméniens de Syrie
Publié le : 28-03-2014

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - "Nous demandons que les États-Unis d’Amérique, notre Congrès, et plus spécifiquement notre Administration, prennent des mesures concrètes pour garantir la sécurité désormais anéantie des habitants arméniens de Syrie et en particulier, ceux de Kessab et d’Alep. (...) Ces catastrophes rappellent les circonstances tragiques qui ont abouti au génocide arménien". Le Collectif VAN vous propose la traduction d’une lettre en anglais de l'Association du Barreau arménien des Etats-Unis. Elle est adressée au Président Barack Obama au sujet de l'épuration ethnique frappant les Arméniens de Kessab (Syrie), par des groupes armés par la Turquie, alliée des USA.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Lettre de l’Association du Barreau arménien au président des États-Unis d’Amérique, Barack Obama, concernant le sort des Arméniens de Kessab, Alep et des environs, en Syrie.


Veuillez trouver ci-dessous la lettre envoyée par le Comité directeur de l’Association du Barreau arménien au Président Barack Obama, le 24 mars 2014, concernant le sort des Arméniens de Kessab, Alep et des environs en Syrie.

Association du Barreau arménien

Cher Président Obama :

L’Association du Barreau arménien vous a écrit il n’y a pas très longtemps sur des questions revêtant une importance cruciale pour vos électeurs Arméno-Américains, à propos du sort de personnes qui méritent la liberté ici et partout dans le monde.

Ce qui est en cause désormais, c’est le fondement même sur lequel notre pays s’est élevé pour obtenir une stabilité intérieure et un leadership mondial : la vie, la liberté et la poursuite du bonheur.

Plus que jamais auparavant, cette lettre vous est adressée en raison de circonstances des plus exigeantes, et elle demande votre attention immédiate de toute urgence.

Dans ce message, nous vous faisons part des inquiétudes collectives et des attentes de centaines de membres et des milliers de partisans, de nos juges, avocats, professeurs de droit et étudiants en droit, et, de fait, des préoccupations communes du million d’Arméno-Américains, soutenus par les souhaits de dix millions d’Arméniens du monde entier.

Nous demandons que les États-Unis d’Amérique, notre Congrès, et plus spécifiquement notre Administration, prennent des mesures concrètes pour garantir la sécurité désormais anéantie des habitants arméniens de Syrie et en particulier, ceux de Kessab et d’Alep.

À ce jour, la retenue dont vous avez fait preuve a malheureusement conduit à davantage, et non moins, de bains de sang et de bouleversements en Syrie. Le résultat étant que la communauté arménienne pacifique d’Alep a été victime de grandes violences et toute la région de Kessab a dû être évacuée. La plupart de ceux qui ont fui l’ont fait en emportant avec eux uniquement les vêtements qu’ils portaient, la peur au ventre. Les rares personnes à être restées ont été prises en otages par les rebelles syriens.

Ces catastrophes rappellent les circonstances tragiques qui ont abouti au génocide arménien, dont vous avez parlé avec tant d’éloquence, et auquel vous avez fait référence aisément et avec justesse en tant que fait historique, lorsque vous étiez en campagne pour devenir président de notre pays. Vous aviez promis de reconnaître le génocide arménien si vous étiez élu président. Mais c’est une autre histoire qui nécessite une rencontre avec vous avant le centenaire du génocide, le 24 avril 2015.

Pour l’instant, il faut bien dire que l’approbation tacite et continue de votre Administration au soulèvement en Syrie a provoqué encore plus de désespoir chez les Arméniens de ce pays. Ceci, Monsieur le Président, pour être franc, n’est pas digne de notre nation.

Combien de villes, de villages et de cités doivent-ils être détruits et combien de milliers d’Arméniens doivent-ils devenir apatrides, une fois encore, pour que les droits de l’homme et des vies innocentes redeviennent notre première priorité ?

Est-ce que ces massacres supplémentaires de civils, ou ces assassinats d’enfants ou ces viols de femmes vous amènent à reconsidérer votre position ? Est-ce que davantage de pillages et de déracinement des Arméniens de leurs terres ancestrales vous rappelleront enfin le génocide arménien et le fait que l’histoire se répète, alors que notre gouvernement attend sans rien faire ?

À ce jour, le silence et l’inaction de la Maison Blanche et du Département d’État ont été, avec tout le respect que nous vous devons, inacceptable.

Nous ne pouvons plus nous contenter de déclarations telles que : « Nous faisons tout ce que nous pouvons en coulisses et nous travaillons tranquillement avec nos alliés. » Nous avons déjà entendu ce discours et il défie la réalité de la catastrophe en cours pour les civils innocents. Des négociations de bonne foi et la diplomatie traditionnelle ne sauveront pas les derniers chrétiens vivant sur leurs terres natales.

Le principal allié de notre pays, ironiquement, la Turquie-qui-nie-le-génocide, est complice de cette récente dépossession des Arméniens, de leurs maisons et de leurs terres.

Et notre gouvernement, que vous dirigez, a le grand courage moral et des moyens à sa disposition pour faire cesser les horreurs en cours. Le sort des Arméniens et des autres chrétiens de Syrie ne doit en aucun cas être considéré ou accepté comme un dommage collatéral des rebelles, qui ont reçu et qui continuent de recevoir le soutien de notre gouvernement.

L’incursion de la Turquie dans les villes et les villages de Kessab en Syrie, et le carnage qui s’en est suivi, les tueries signalées et les Arméniens pris en otage, doivent faire l’objet de votre condamnation et d’un plan stratégique de récupération, de restitution et de retour.

Nous demandons que vous déclariez votre soutien à nos inquiétudes de façon concrète ; nous appelons votre intervention et celles des alliés des États-Unis dans la région, en notre nom et afin de garantir la sécurité des Arméniens de Syrie déplacés de Kessab, Alep et des environs ; et pour finir, nous vous demandons d’agir de toute urgence, et d’une manière qui sied au leader d’un monde libre.

Merci, Monsieur le Président.

Respectueusement,

Garo B. Ghazarian
Président & Directeur

Edvin Minassian, Président ex-officio
Armen Hovannisian, Vice-président
Harry Dikranian, Vice-président
Sara Bedirian, Trésorier
Hovanes Margarian, Secrétaire
Vicken Simonian, Président émérite

Comité directeur,
Conseil des gouverneurs,
Association du Barreau arménien


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 28 mars 2014 – www.collectifvan.org




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org