Aujourd'hui : Mercredi, 19 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
« Agos », le journal du dialogue
Publié le :

En 1996, quand Hrant Dink fonde « Agos », la minuscule communauté arménienne d'Istanbul (60 000 membres) possède déjà plusieurs quotidiens. Mais Dink veut un journal bilingue, accessible aux jeunes coupés de leur langue, ainsi qu'aux lecteurs turcs. Il croit aux vertus de l'échange. Il veut redonner confiance à une minorité atomisée qui a survécu en rasant les murs, en taisant sa souffrance et, bien souvent, en niant son identité. Ils sont nombreux, en effet - plusieurs centaines de milliers -, les descendants des rescapés du génocide de 1915 noyés dans la masse, sortes de marranes arméniens turquisés qui cherchent à renouer avec leurs racines. « Agos » (« sillon » en arménien) sera le foyer de cette quête de vérité et de dialogue.

« En dix ans, le travail accompli est considérable », estime Etienne Mahçupyan, successeur de Dink à la tête du journal. Il sait de quoi il parle : intellectuel influent, éditorialiste de « Zaman » - quotidien islamique modéré -, il s'est lui-même réapproprié son identité arménienne au contact de Dink. Dans l'effervescence créée par « Agos », de nombreux « Arméniens cachés » - petits-enfants des fameuses « grands-mères » qui dans leur enfance furent sauvées de la mort ou arrachées à leur famille lors des déportations - font leur « coming out ». Avec ses 6 000 exemplaires, ses signatures prestigieuses, sa fierté, sa liberté de ton, l'hebdomadaire réussit à convaincre l'intelligentsia progressiste que la Turquie devra affronter la question arménienne si elle veut avancer vers la démocratie. « Nous allons passer à la vitesse supérieure, promet le nouveau directeur de la rédaction. Fidèles à Hrant, nous allons créer une culture du débat, aider le pays à faire son travail de mémoire et à devenir la voix du noyau démocrate de Turquie. »

Les démocrates ont précédé l'appel. Une vingtaine d'intellos célèbres sont descendus dans la rue pour vendre à la criée le numéro suivant l'assassinat - 40 000 exemplaires écoulés (six fois la diffusion normale). Les grandes plumes sont si nombreuses à offrir leurs services qu'il a fallu augmenter le nombre de pages (vingt au lieu de douze) et instaurer une liste d'attente. Les abonnements ont doublé. Pour gérer cet afflux, la famille a choisi Aydin Engin, chroniqueur (turc) de la première heure, qui avait rejoint le minuscule staff d'« Agos » après avoir claqué la porte du quotidien « Cumhuriyet » dont il ne supportait plus la dérive nationaliste.Personne ne le dit à voix haute, mais tout le monde y pense : pourvu que les derniers des Arméniens aient assez de courage pour tenir bon sur cette terre qu'ils habitent depuis trois mille ans !

Ursula Gauthier
Le Nouvel Observateur



Retour à la rubrique



Source/Lien : Nouvel Obs



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org