Aujourd'hui : Lundi, 22 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : deux éditorialistes menacés de mort
Publié le : 03-10-2014

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Une lettre anonyme adressée à un portail d’information avertit que deux éditorialistes qui critiquent le gouvernement, à savoir Murat Belge du journal Taraf et Aydın Engin deCumhuriyet, risque d’être assassinés, a rapporté le journal Taraf. (…) S’adressant à Today's Zaman, le journaliste arménien de Turquie, également éditorialiste pour Taraf, HaykoBağdat, a aussi réagi vivement suite à cet incident : « De telles menaces et intimidations ne sont pas nouvelles pour les intellectuels. De nombreux intellectuels et journalistes ont été aussi menacés quand Dink a été assassiné. Ces responsables d’État qui auraient eu un rôle dans l’assassinat n’ont pas du tout été punis. Au contraire, ils ont été promus. Les structures souterraines illégales abritées au sein de notre pays sont constamment encouragées. Ces structures illégales trouvent alors une raison de faire surface quand le climat du pays est agité. Le centième anniversaire du génocide arménien approche [en 2015]. Ces cellules seront sans doute actives avant l’anniversaire.» Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article en anglaisparu sur le site du journal turc Today Zaman le 30 septembre 2014.


Editorialistes Murat Belge et Aydın Engin

Des journalistesdénoncent un complot de meurtre d’éditorialistes

30 septembre 2014, TODAY'S ZAMAN / ISTANBUL

Une lettre anonyme adressée à un portail d’information avertit que deux éditorialistes qui critiquent le gouvernement, à savoir Murat Belge du journal Taraf et Aydın Engin de Cumhuriyet, risque d’être assassinés, a rapporté le journal Taraf, car deux associations de journalisteset des journalistes ont dénoncé le complot desmeurtres annoncés.

La lettre, déposée dans le hall d’entrée de l’immeuble hébergeant les bureaux de T24, dit que « une décision a été prise » en ce qui concerne Belge, qui est également éditorialiste pour T24, et Engin. La lettre déclare aussi que les assassins ont été sélectionnés et que la date de l’assassinat doit être fixée plus tard.

« Moi, en tant que patriote, je trouve cela très mal », indique la lettre manuscrite non signée, publiée sur le site de T24.

S’adressant à Taraf, Belge a dit que le but de la menace semble être d’intimider les journalistes qui critiquentle gouvernement. « Je ne pense pas qu’elle provienne de cercles pro-coup d’État ou nationalistes fascistes », a déclaré Belge à Taraf. « J’écris des articles critiquant le gouvernement depuis les protestations de Gezi. Je pense qu’ils essayent d’intimider les éditorialistes et de faire cesser la publication d’articles critiques. C’est pourquoi ils font ce genre de menace. »
S’adressant à l’agenceCihan, Engin a souligné que la lettre devait être prise au sérieux et il a dit qu’il avait porté plainte au pénal, exigeant que ceux qui ont vraisemblablement planifié son assassinat et celui de Belge, comme l’affirme la lettre, soient recherchés. Il a également demandé au bureau du procureur d’avoir un garde du corps.

Yusuf Kanlı, responsable de l’Association pour la liberté de la presse des journalistes, qui s’est exprimé auprès de Today'sZaman, a condamné les affirmations de complot d’assassinat et a dit que le gouvernement, quant à lui, devait prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les journalistes menacés, ajoutant : « La menace doit être prise au sérieux. En tant qu’organisation de journalistes, nous condamnons ce complot présumé. Ceci est le résultat des discours de haines et de la politiquecréant des clivages des autorités politiques contre les intellectuels du pays. De plus, certains médias [faisantréférenceà ceux qui sont pro-gouvernementaux] visent et montrent du doigt constamment certains membres des médias qui ne partagent pas les mêmes opinions qu’eux.

Certains journalistes ont accusé des personnalités du gouvernement et le président RecepTayyipErdoğand’incitation à la haine et à l’hostilité au sein de la société en raison de la rhétorique haineuse utilisée par certains hommes politiques. D’autres ont mis en cause les groupes extrémistes qui agissent sur la base de la haine contre les minorités en Turquie, en particulier les Arméniens, qui ont été découverts après qu’un journaliste arménien Hrant Dink a été assassiné devant les bureaux de son journal Agos, en pleine journée, le 17 janvier 2007, car il estimait que la Turquie devait reconnaître les affirmations de génocide arménien.

Les Arméniens commémorent le transfert – pendant la Première Guerre mondiale en 1915 sous le gouvernement de l’Empire ottoman- et le décrive comme étant un génocide.

S’adressant à Today'sZaman, le journaliste arménien de Turquie, également éditorialiste pour Taraf, HaykoBağdat, a aussi réagi vivement suite à cet incident : « De telles menaces et intimidations ne sont pas nouvelles pour les intellectuels. De nombreux intellectuels et journalistes ont été aussi menacés quand Dink a été assassiné. À cette époque-là, de nombreuses personnes et moi-même avons été prévenus que l’assassinat de Dink était une menace pour toute la société, pas seulementpourles Arméniens. Ces responsables d’État qui auraient eu un rôle dans l’assassinat n’ont pas du tout été punis. Au contraire, ils ont été promus. Les structures souterraines illégales abritées au sein de notre pays sont constamment encouragées. Ces structures illégales trouvent alors une raison de faire surface quand le climat du pays est agité. Le centième anniversaire du génocide arménien approche [en 2015]. Ces cellules seront sans doute actives avant l’anniversaire. »

NazlıIlıcak, un éditorialiste deBugün, a également dit à Today'sZamanque l’atmosphère politique tendue qui a été créée par le gouvernement a eu comme résultat le complot d’assassinat de ces deux éditorialistes.

« Je n’ai jamais vécuune atmosphère aussi tendue tant dans les médias qu’en Turquie en général. Erdoğanest responsable de cette tension. Il a encouragé l’inimitié au sein de la population, tout en divisant les gens. Que cette menace ou ce complot d’assassinat soient réels ou non, le point où nous sommes arrivés aujourd’hui est le résultat du climat politique tendu. Ceux qui cherchent à nuire à l’État tirent profit de cette atmosphère agitée. L’objectif principal de ce complot est de déstabiliser le pays. Ces structures sombres servent ce but en tout temps », a déclaré Ilıcak.

La pression du gouvernement sur les journalistes en fait des cibles visibles

Discutant avecToday'sZamande la lettre concernant l’assassinat planifié, DeryaSazak, ancien éditeur en chef du journal Milliyet, a souligné qu’il fallait accorder une grande importance à la menace, car l’assassinat de Dink a eu lieu après de nombreuses menaces du genre de celle-ci, or elles ont été ignorées et minimisées.

« Dans ces derniers articles, Dink avait mentionné de graves menaces similaires, mais l’État n’a rien fait pour découvrir la source de ces menaces. Puis il a été tué. Donc, ces lettres doivent être soigneusement examinées et la source de la menace doit être identifiée.Il y a eu tant d’intellectuels et de journalistes tués en Turquie, que toute piste ou menace doit être suivie et sanctionnée. L’attitude hostile des autorités politiques envers les intellectuels est une réalité. Le gouvernement Erdogan de l’époque a provoqué le renvoi de nombreux journalistes, en raison de la pression qu’il faisait subir aux médias. Mais je ne pense pas qu’il [le gouvernement] souhaite que les intellectuels dissidents soient tués, en plus des pratiques d’intimidation », a commenté Sazak.

Le fondateur et chef du parti The Greens and Left Party of the Future, UfukUras, a également accusé du complot d’assassinat des deux intellectuels,les hommes politiques qui utilisent des propos haineux pendant leurs discours, en expliquant : « Pendant longtemps, les intellectuels ont été ciblés et il existe certains cercles illégaux qui attendent ce genre d’atmosphère agitée pour leurs horribles activités futures. »

Évoquant le fait que Belge et Aydın font partie des fondateurs de ce parti, Urasa poursuivi : « Tous les gens qui ont une conscience doivent montrer leur solidarité avec ces deux éditorialistes. Ils paient le prix d’un ciblage systématique par les autorités politiques. Ils sont visés car ils s’opposent à un type de gouvernement autoritaire en Turquie, un trait ou une caractéristique d’un intellectuel. Les deux intellectuels se sont récemment joints à une campagne, qui a été lancée la semaine dernière, critiquant les discours de haine dans les programmes des collèges et des lycées, préparés par le ministère de l’Éducation. À mon avis, ils ont été visés à cause de la campagne. Avec eux, beaucoup d’autres intellectuels tels que Vedat Türkali, Taner Akçam, Cengiz Aktaret Orhan Pamuk ont également participé à cette campagne. »

Un autre intellectuel, CengizAktar, a également dénoncé ce plan d’assassinat, en disant : « La Turquie n’a pas réussi à se confronter à son sale passé. Nous vivons dans une société qui nie et cache ses erreurs. Le clivage a atteint son apogée, mais la situation se complique en termes d’État de droit bafoué. Ceux qui sont impliqués dans le crime s’en sortent en toute impunité. Puisque le meurtre de Dink n’a pas encore été résolu, tout le monde devrait être prudent en ce qui concerne un risque similaire. »


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 2 octobre 2014 – www.collectifvan.org




Retour à la rubrique

Source/Lien : Today's Zaman



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org