Aujourd'hui : Dimanche, 17 juin 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Négationnisme : Pas de Comité Talaat Pacha à Athènes
Publié le : 15-01-2015

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « La semaine dernière, Dogu Perincek, le chef du Parti des travailleurs turcs, n’a pas réussi à reproduire en Grèce son show négationniste qu’il avait orchestré en Suisse il y a dix ans. En compagnie de membres de son blasphématoire Comité Talaat Pacha, Perincek avait prévu de se rendre à Athènes pour protester contre une loi grecque interdisant la négation du génocide arménien. Il rêvait de devenir ‘un héros’ en portant plainte contre la Grèce auprès de la Cour européenne des droits de l’homme, après son arrestation anticipée pour violation cette loi. » Le Collectif VAN vous propose la traduction de l’éditorial du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans The California Courier le 15 janvier 2015.


La Grèce bloque le tour de force négationniste du Comité Talat Pacha à Athènes

Harut Sassounian
The California Courier
Éditorial du 15 janvier 2015
www.TheCaliforniaCourier.com

La semaine dernière, Dogu Perincek, le chef du Parti des travailleurs turcs, n’a pas réussi à reproduire en Grèce son show négationniste qu’il avait orchestré en Suisse il y a dix ans. En compagnie de membres de son blasphématoire Comité Talaat Pacha, Perincek avait prévu de se rendre à Athènes pour protester contre une loi grecque interdisant la négation du génocide arménien. Il rêvait de devenir ‘un héros’ en portant plainte contre la Grèce auprès de la Cour européenne des droits de l’homme, après son arrestation anticipée pour violation de cette loi.

En 2005, après sa détention par la police suisse, Perincek avait été déclaré coupable de négation du génocide arménien. Lorsque le Tribunal fédéral de Suisse (Cour Suprême) avait confirmé le jugement, Perincek avait fait appel du verdict en 2008 devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Le 17 décembre 2013, cinq des sept juges de la CEDH avaient donné raison à Perincek, affirmant que les tribunaux suisses avaient violé sa liberté d’expression. Trois mois plus tard, la Suisse avait fait appel du jugement vicié de la CEDH, devant la Grande Chambre de la Cour, composée de 17 membres, et qui doit revoir le verdict précédent le 28 janvier 2015.

Heureusement, la farce planifiée par Perincek en Grèce s’est heurtée à de nombreux murs ! Pour commencer, il n’a pas pu quitter la Turquie en raison de l’interdiction de déplacement qui le frappe après à sa libération conditionnelle, ayant été emprisonné pour participation à un complot de coup d’État. En son absence, lorsque la délégation composée de treize membres de son parti est arrivée à l’aéroport d’Athènes, les autorités grecques ont sagement décidé de renvoyer le groupe en Turquie plutôt que de créer un spectacle en les arrêtant. La police grecque a avancé l’excuse que les documents de voyage des visiteurs turcs n’étaient pas valables.

De retour à Istanbul, les Turcs expulsés ont été salués comme des héros par leurs camarades membres du parti. Perincek s’est empressé de reprocher au président Erdogan et au Premier ministre Davutoglu leur « décision extrêmement honteuse » de l’empêcher d’aller en Grèce nier le génocide arménien. Les partisans de Perincek ont également accusé l’ambassadeur turc en Grèce de collusion avec le gouvernement grec pour saper leur mission. En réponse, l’ambassadeur turc Kerim Uras a accusé les membres du Comité Talaat Pacha d’avoir nui à leurs propres plans en les annonçant à l’avance, en dépit de l’avertissement de l’ambassadeur d’arriver à Athènes discrètement et de se manifester une fois sur place ! Uras a ajouté qu’en raison des déclarations publiques prématurées de la délégation turque, la communauté arménienne d’Athènes avait préparé une contre-manifestation.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a défendu le jugement de la cour interdisant à Perincek de se rendre en Grèce. Lors d’une conférence de presse, Cavusoglu a réfuté l’accusation de Perincek, selon laquelle Ankara avait tenté de bloquer le voyage en Grèce de son comité. Cependant, un voyage bien plus important attend Perincek le 28 janvier, car il doit assister à l’audience de l’appel de la Suisse dans le cadre de son procès auprès de la CEDH à Strasbourg. Bien que Cavusoglu ait dit à Perincek lors d’une conversation téléphonique que le gouvernement turc n’était pas opposé à ce qu’il se rende à Strasbourg, le ministre des Affaires étrangères a averti que la décision finale de lever l’interdiction de déplacement qui frappe Perincek relevait de la Cour Suprême turque. Ankara a désormais besoin de trouver un équilibre entre le désavantage de renforcer la position d’un ultranationaliste qui critique le parti au pouvoir et l’avantage de soutenir un négationniste plus que zélé l’année du centenaire du génocide arménien.

Les médias turcs et internationaux ont largement répandu la nouvelle que j’avais été le premier à annoncer dans mon éditorial précédent, révélant qu’Amal Clooney ainsi que Geoffrey Robertson et d’autres avocats éminents représenteraient l’Arménie à l’audience de la CEDH le 28 janvier. L’annonce de la participation de Mme Clooney dans cette affaire juridique a généré une réaction bizarre de Perincek qui a déclaré à la presse turque : « La femme peut assister à l’audience, mais même si la femme de Jésus vient, elle n’a aucune chance de gagner ! »

Depuis mon dernier article, plusieurs lecteurs ont souligné le lien familial peu connu entre Mme Clooney (Amal Ramzi Alamuddin) et ‘Papa’ Jakob Kuenzler, un missionnaire suisse connu sous le nom de « père des orphelins arméniens ». Kuenzler et sa femme ont aidé avec diligence la communauté arménienne d’Ourfa pendant 25 ans, avant le génocide. Puis, dans les années 1920, les Kuenzler ont commencé à travailler pour le Near East Relief, évacuant des milliers d’orphelins arméniens de Turquie vers Ghazir, au Liban, où les jeunes filles arméniennes ont tissé le célèbre ‘tapis de la Maison Blanche’ qui a été offert au président américain Calvin Coolidge en 1925. La fille des Kuenzler, Ida, a épousé Najib Alamuddin, le cousin du grand-père d’Amal, Khalil Alamuddin. En 1970, Ida Kuenzler a publié un livre remarquable sur le travail humanitaire dévoué de son père : Papa Kuenzler et les Arméniens.

©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 15 janvier 2015 – www.collectifvan.org


Lire aussi:

Dossier du Collectif VAN : Affaire Perinçek

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org