Aujourd'hui : Dimanche, 21 juillet 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Turquie : « ce sont les Romains qui ont commis le génocide »
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous soumet cette traduction d'un article en turc paru dans le journal Hurriyet du 09 mars 2007.

Yusuf Halaçoglu, le Président de l’Institut Turc d’Histoire (TTK), a organisé une Conférence de presse le 20 Février 2007 pour donner sa version de l’interruption de la collaboration avec Ara Sarafian de l’Institut Gomidas à Londres. Les recherches communes arméno-turques concernant le génocide arménien de 1915 en se basant sur le cas de Harput, se finissent donc avant d’avoir commencé, la partie turque prétextant ne pas avoir d’archives sur le sujet. Curieux pour un Etat qui proclame à cor et à cri vouloir ouvrir ses archives... Comme vous pourrez le constater, l’historien négationniste turc n’est pas à un mensonge près. Il multiplie même les provocations. Au sujet des fosses communes de la région de Mardin (qu’il va fouiller le 24 avril prochain !), il dit : « S’ils trouvent encore quelque chose, nous dirons : ce sont les Romains qui ont commis le génocide nous n’étions pas ici à cette époque là. »

Les Arméniens ont renoncé à faire des recherches à Harput sur le prétendu génocide


9 Mars 2007

Hurriyet

ANKA

Le directeur d’Institut turc d’Histoire (TTK) a déclaré que les Arméniens ont renoncé à faire des recherches. Ils avaient auparavant proposé d’étudier ensemble le prétendu génocide à Harput.

Yusuf Halaçoglu a organisé une Conférence de presse le 20 Février 2007. Il a rappelé que le directeur de l’Institut Gomidas (Londres) avait proposé par mail d’étudier le sort des Arméniens en 1915 en commençant par la région de Harput et des environs. « Nous n’avons pas eu une demande officielle, malgré cela nous avions accepté la demande avec plaisir. Par la suite nous avons échangé des mails pour identifier les archives sur lesquelles nous allions commencer. »
Halaçoglu a continué : « Le mail de Mr Sarafian, daté du 28 février m’a beaucoup déçu. Après avoir suivi une émission de télévision turque, il m’a écrit en disant qu’on ne pourrait plus poursuivre nos travaux communs. Il a exprimé sa déception en soulignant le fait que si les documents nécessaires dans les archives ottomanes n’existaient pas, on ne pouvait pas avancer. Je lui ai répondu par mail que s’il changeait d’avis on pouvait toujours continuer et que j’attendrai sa réponse avant de faire une déclaration. Alors que Mr Sarafian a fait, lui, un communiqué de presse ; sous prétexte que lors de l’émission de télé j’avais dit ‘on ne peut rien extraire des archives’, il a dit qu’il avait renoncé à faire ces recherches. »

"SARAFYAN A PEUT ETRE-SUBI DES PRESSIONS"

Halaçoglu a continué en disant « Sarafyan a probablement subi des pressions » et il a montré l’article d’AGOS où on parle de la Diaspora contrariée par ce projet de travaux communs. Il a précisé qu’une occasion historique était manquée pour les deux peuples, mais qu’il gardait toujours sa porte entrouverte.
Il a attiré l’attention en disant : « Nous savons que 700 000 Arméniens ont été déportés. 390 000 ont été réinstallés. Nous allions chercher combien sont morts de maladies et pourquoi. De plus nous allions leur ouvrir les archives ottomanes. »

LES PRETENDUES FOSSES COMMUNES DE NUSAYBIN SERONT OUVERTES LE 24 AVRIL
Halaçoglu a précisé que les prétendues fosses communes de Nusaybin seront ouvertes entre le 23-25 Avril en présence du Professeur David Gaunt de Södertörns University – Suède et d’autres historiens. Et qu’il avait même accepté que les travaux commencent le 24 Avril, car la Turquie n’avait rien à craindre.

"QUE PEUT ON FAIRE DE PLUS"

Halaçoglu a continué : « Ils disent des ‘fouilles’, nous disons ‘oui’, ils disent des ‘recherches’, nous ‘acceptons’. Que peut-on faire de plus ? Nous (TTK) avons expliqué que les seules archives non exploitées se trouvaient à Boston. Ce sont les archives des Tachnags, s’il y a des problèmes financiers nous pouvons proposer 20 millions de dollars pour surmonter ce problème. Mais nous n’avons pas eu une réponse favorable. Alors que L’Institut Turc d’Histoire allait faire face à ces frais par ses propres moyens. Comme vous le savez, Ataturk nous a légué 104 millions YTL. Si cela va aider résoudre un problème de la Turquie nous sommes prêts à sacrifier cette somme.

En répondant aux questions des journalistes, il a dit que les Turcs n’avaient pas peur d’affronter l’histoire, il a cité l’exemple de Perinçek. Selon lui, les fosses de Nusaybin datent de l’époque des Romains mais s’ils insistent pour faire des tests ADN, il allait répondre favorablement. Et il a dit : « S’ils trouvent encore quelque chose, nous dirons : ce sont les Romains qui ont commis le génocide nous n’étions pas ici à cette époque là. »

Un des journalistes a demandé s’ils avaient déjà trouvé une fosse appartenant aux Arméniens. Halaçoglu a répondu : « Moi je n’ai aucune obligation. S’il disent qu’il y a eu un génocide, et qu’il prétendent connaître des lieux où se trouvent des fosses communes, on peut les fouiller». Il a prononcé certaines paroles de Hrant Dink et dit « qu’il repose en paix… ». Il a conclu : « les musulmans ont vécu aussi une tragédie. Le génocide vise à anéantir, alors que nous avons des preuves que nous avions même construit des hôpitaux pour ces gens là… ».

Traduction du turc : S.C. pour le Collectif VAN (2007)



Retour Ă  la rubrique




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org