Aujourd'hui : Lundi, 3 août 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie : Annonces et démenti autour de Gallipoli
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le journal turc Sunday’s Zaman a annoncé samedi l’annulation des commémorations de Gallipoli « en raison du manque d'intérêt international ». Info ou intox ? Selon le site du journal arménien en langue turque, Agos, le ministère turc des Affaires étrangères aurait ensuite démenti cette information, en réaffirmant que les cérémonies de Gallipoli se tiendraient bien le 24 avril comme prévu. En organisant les commémorations de la bataille de Gallipoli le jour même du déclenchement officiel du génocide arménien (alors que cette date n’a jamais été choisie depuis 100 ans), Erdogan et son Premier ministre Davutoglu espèrent parer aux commémorations dudit génocide qui se tiennent chaque année dans le monde le 24 avril (jour de la rafle de centaines d’intellectuels arméniens à Constantinople en 1915). Cette année, en vertu du Centenaire du génocide arménien, les commémorations arméniennes prennent un tour international avec des invitations officielles lancées depuis plusieurs mois par l’Arménie pour le 24 avril 2015. D’où la panique de l’Etat turc et cette grosse boulette du Centenaire de Gallipoli organisé le même jour pour attirer à Istanbul des chefs d’Etat par centaines, afin de les détourner du chemin d’Erevan…

Que l’information révélée par le média turc soit exacte ou non, il apparaît que le contre-feu de Gallipoli, grossièrement allumé il y a deux mois par Erdogan et Davutoglu pour masquer l’hommage dû aux 1.500.000 Arméniens exterminés dans l’Empire ottoman en 1915, a du mal à prendre. Leur initiative aura au moins servi à souligner un peu plus la détestable politique négationniste de l’Etat turc. Le plus étonnant dans l’annonce de la supposée annulation de Gallipoli est d’apprendre que seuls 5 Etats (sur les 100 invités par Ankara) ont accepté de venir faire allégeance à Erdogan et insulter ainsi de facto la mémoire des morts arméniens. Le nombre des Etats participants est d’ailleurs peut-être la seule vérité à retenir de l’article du Sunday’s Zaman. Il n’est pas inutile de préciser qu’il s’agit de la version dominicale du journal d’opposition Today’s Zaman, appartenant à la mouvance de Fethullah Gülen, prédicateur islamiste réfugié aux USA, et devenu l’ennemi numéro un d’Erdogan et de l’AKP.

Malgré le démenti du MFA turc, le Collectif VAN vous propose néanmoins la traduction de cet article paru le 21 février 2015 dans le Sunday’s Zaman, article qui comporte – comme à l’accoutumée – des formulations douteuses ou carrément négationnistes à l’encontre du génocide arménien. Sur l’essentiel au moins (le négationnisme du génocide arménien), Fetullah Gülen est bien l’alter ego d’Erdogan.



Légende photo: La péninsule de Gallipoli, où l'une des plus célèbres batailles de la Première Guerre mondiale, la bataille de Gallipoli, a eu lieu, est visible dans cette photo d'archives. (Photo: DHA)


Les commémorations de Gallipoli annulées en raison du manque d'intérêt international

21 février 2015

Lamiya ADİLGIZI / ISTANBUL

SundayÂ’s Zaman

Les commémorations du centenaire de la campagne de Gallipoli de la Première Guerre mondiale, initiées par le gouvernement turc et qui devaient être célébrées le 24 Avril de cette année – à la même date que les commémorations du centenaire de ce qu'on appelle le « génocide arménien » - ont été annulées en raison de la réticence des dirigeants internationaux à visiter Ankara et occulter les cérémonies du génocide à Erevan.

"Les célébrations Gallipoli ont été annulées. Tous les préparatifs ont été suspendus car le nombre de réponses à l'invitation n’était pas positif. Seuls cinq pays ont accepté l'invitation et ils ne seront pas représentés par des fonctionnaires de haut niveau," a déclaré un fonctionnaire du gouvernement, qui a demandé à garder l’anonymat, dans un entretien avec Sunday’s Zaman.

La suspension des commémorations Gallipoli, qui ont été organisées par le ministère turc de la Jeunesse et du Sport, fait partie d’une longue guerre de mots entre les dirigeants turcs et arméniens à la suite d’un échange d'invitations par les deux parties s’invitant à accepter la demande d’honorer leurs victimes de la Première Guerre mondiale dans leurs pays respectifs. Cependant, aucune des deux parties ne semble prête au compromis.

Les liens tendus entre les Arméniens et les Turcs sont devenus particulièrement crispés après qu'Ankara a décidé de commémorer la campagne de Gallipoli à la même date que le 100e anniversaire des événements de 1915 qui ont conduit à l'assassinat des Arméniens dans l'Empire ottoman pendant la Première Guerre mondiale. Le gouvernement turc a envoyé des invitations à plus de 100 dirigeants du monde entier, y compris le président arménien Serge Sarkissian, pour assister à l'événement. La campagne a été l'une des plus célèbres batailles de la Première Guerre mondiale quand les troupes ottomanes ont résisté aux forces alliées d'invasion qui cherchaient à contrôler la péninsule de Gallipoli sur le détroit des Dardanelles.

"Nous nous sommes battus ensemble d’une manière unique en son genre. C’est pourquoi nous avons invité Sarkissian," selon un fonctionnaire du gouvernement cité par les médias locaux, en se référant à la participation des minorités arméniennes aux côtés des Turcs dans l'armée ottomane.
Erevan a rejeté l'invitation et dans une lettre ouverte au président Recep Tayyip Erdoğan, Sarkissian a déclaré que l'invitation elle-même montrait la politique continue de la Turquie en termes de négation du génocide arménien et a souligné que la Turquie devait reconnaître les tueries de 1915 comme un génocide.

Quelques mois plus tôt Sarkissian avait d'abord invité Erdoğan - après qu'il a été élu président en août de l'année dernière - à se joindre aux Arméniens en commémorant les victimes du "génocide" arménien à Erevan le 24 avril. L'invitation avait été présentée par le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, lors de la première visite officielle d'un ministre arménien à Ankara.

Les Arméniens affirment que 1,5 million d'Arméniens ont été systématiquement tués dans les dernières années de l'Empire ottoman d'une manière qui constitue un génocide, une revendication catégoriquement niée par la Turquie. Ankara affirme que le nombre de morts est gonflé et nie que les événements de 1915 correspondent à un génocide, soutenant plutôt qu’aussi bien les Turcs que les Arméniens ont été tués lorsque les Arméniens se sont révoltés contre l'Empire ottoman pendant la Première Guerre mondiale, en collaboration avec l'armée russe, qui a ensuite envahi l'Anatolie orientale. Chaque année, le 24 Avril, les Arméniens du monde entier commémorent les victimes arméniennes qui sont mortes à la fin de la Première Guerre mondiale.
La dernière débâcle dans les relations déjà chauffées à blanc entre la Turquie et l'Arménie concerne le retrait par Sarkissian des protocoles de Zurich de l’agenda du Parlement arménien. « Le gouvernement turc n'a aucune volonté politique, dénature l'esprit des protocoles et poursuit sa politique de création de conditions préalables », a déclaré Sarkissian dans un communiqué publié lundi, ajoutant que "la politique de déni et de réécriture de l'histoire" de la Turquie à la veille du 100e anniversaire des tueries de 1915 est en train d’être ravivée à Ankara.

Les protocoles de Zurich, visant à normaliser les relations entre la Turquie et l'Arménie, ont été signés à Zurich le 10 octobre 2009 dans le but d'établir des relations diplomatiques et d’ouvrir la frontière terrestre entre les deux pays, qui a été fermée [Nota CVAN : par la Turquie] en signe de solidarité avec l'Azerbaïdjan après que les forces armées appuyées par l'Arménie ont saisi des territoires azerbaïdjanais dans le cadre de la guerre du Haut-Karabakh. Depuis, le processus de normalisation était dans l'impasse, aucun des deux Parlements n’ayant ratifié les protocoles. Ankara et Erevan se sont mutuellement accusés d'établir de nouvelles conditions concernant l’accord conclu à Zurich il y a quelques années. La Turquie a plusieurs fois déclaré que tout développement, tels que la réconciliation ou l'ouverture de la frontière entre les deux pays brouillés, ne pourrait être attendu avant que l'Arménie ne règle le conflit du Haut-Karabakh avec l'Azerbaïdjan, allié de la Turquie dans la région.

Au lieu de cela, Ankara a fait traîner son engagement envers les protocoles de paix. Traitant la décision de l'Arménie d’« incohérente et hypocrite », le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Tanju Bilgiç, a déclaré mardi que l'Arménie cherchait d'autres raisons de critiquer la Turquie avant le 100e anniversaire des événements de 1915.

"Le véritable test sera en avril," a déclaré Richard Giragosian, le directeur du Centre régional d'études (RSC) basé à Erevan, ajoutant que bien que les développements actuels semblent tendre les relations, ils ne signalent pas nécessairement la mort du processus de normalisation bien que le processus lui-même ait atteint son point le plus bas.

Concernant l'atmosphère politique tendue au sujet de la normalisation arméno-turque [utilisée] dans les questions intérieures des deux pays - les prochaines élections législatives en juin pour lesquelles Erdogan tente d'obtenir des votes et l’utilisation par Sarkissian des protocoles pour faire face à ses propres problèmes de politique intérieure - le test dépendra davantage de ce que les dirigeants turcs diront et feront le 24 avril, dit Giragosian.

En avril dernier, Erdoğan avait présenté ses condoléances aux Arméniens pour ce qui est arrivé en 1915, bien que cet acte nÂ’ait pas répondu aux attentes de Erevan ou de la diaspora arménienne.

A Ankara, Güner Özkan, expert du Caucase à l'Organisation internationale de recherche stratégique (USAK), n’est pas positif quant à de nouveaux développements dans les relations turco-arméniennes au moins jusqu'aux prochaines élections législatives en Turquie le 7 Juin.

Traitant la dernière démarche de Sarkissian de « décision unilatérale », Özkan ne semble pas convaincu de la poursuite du précédent établi par Erdoğan il y a un an: "Je ne mÂ’attends pas à un changement soudain [des dirigeants turcs, y compris dÂ’Erdoğan] en particulier dans le cadre de la pression croissante sur Ankara à la veille de l'approche du 100e anniversaire du soi-disant génocide et de la prochaine élection ".

Traduction de l'anglais Collectif VAN - 22 février 2015 - www.collectifvan.org


Le démenti publié en turc sur Agos :

Dış İşleri Bakanlığı kaynaklarından Today's Zaman'ın haberine yalanlama

Daily Sabah (en anglais):

Presidential sources refute Gülenist daily claims that Gallipoli commemorations canceled


Lire aussi :

La Turquie invite le président arménien au 100e anniversaire de la bataille de Gallipoli

La réponse de Serge Sarkissian à Erdogan

Génocide des Arméniens : Tentatives d’Ankara de parasiter les commémorations des cent ans

Génocide arménien : La « position claire » de la Turquie

Turquie/Russie : Crimes d’hier et d’aujourd’hui, la réaction de l’Arménie

Génocide arménien : Dans trois mois, le 24 avril

Centenaire du génocide arménien : La tentative de la Turquie tourne court

Génocide arménien : Geoffrey Robertson fait le procès de la Turquie

Génocide arménien : la Turquie impose le silence à l'Australie

Centenaire du génocide arménien : les provocations d'Erdogan

Le génocide arménien s’invite dans la diplomatie turque... le retour du refoulé !

Réponse du berger à la bergère

Centenaire de Gallipoli : une honteuse tentative contre le génocide arménien







Retour à la rubrique


Source/Lien : SundayÂ’s Zaman



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org