Aujourd'hui : Dimanche, 15 juillet 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Perincek, artisan involontaire d’une reconnaissance légale du génocide arménien ?
Publié le : 15-03-2007

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose la traduction de l'éditorial en anglais de Harut Sassounian publié dans The California Courier du 15 mars 2007. Perincek a déclaré qu’il ferait appel de sa condamnation devant une Cour suisse plus haute, et qu’il porterait son cas devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme à Strasbourg. Si Perincek devait faire ce qu’il planifie de faire et qu’il perd, les Arméniens obtiendraient des victoires encore plus significatives, atteignant ainsi une reconnaissance légale du génocide arménien tant devant la Cour suisse que devant des Cours européennes.







Un négationniste turc inculpé fait involontairement de la publicité pour le génocide


De Harut Sassounian
Publisher, The California Courier

La semaine dernière, un tribunal suisse a condamné Dogu Perincek, le président du Parti des Travailleurs Turcs, pour négationnisme envers le génocide arménien. Perincek est décrit par l’éminent historien turc, Halil Berktay, comme un "ancien marxiste, maoïste devenu ultranationaliste, [et] ultra militariste."

Il y a deux ans, il a été mis en détention et interrogé en Suisse après avoir déclaré que le génocide arménien était "un mensonge impérialiste." Il a ensuite dit aux autorités suisses de l’inculper si elles l’osaient, pour nier un génocide qui, prétend-il, n’a jamais eu lieu.

Perincek est arrivé en Suisse la semaine dernière, dans un avion rempli de ses partisans fanatiques qui se déclarent eux-mêmes membres du "Comité Talat Pasha." Il a prétendu avoir apporté 90 kilos (plus de 200 livres) de documents russes et arméniens "irréfutables" qui appuient son déni du génocide arménien. Avant le procès, il n’a eu de cesse de réitérer sa conviction qu’il serait capable de prouver, une fois pour toute lors du procès, que le génocide arménien "était un mensonge," et de forcer ainsi les Suisses à abolir la loi concernant la négation du génocide.

Ceux qui ont témoigné pour Perincek au tribunal sont quatre turcophiles notoires : le Prof. Justin McCarthy des États-Unis; Norman Stone, un négationniste britannique qui enseigne en Turquie; Jean-Michel Thibaux, un Français qui a récemment déménagé en Turquie, qui a turquifié son nom et qui est devenu citoyen turc; et le Prof. Paul Leidinger d’Allemagne. Ceux qui ont témoigné contre Perincek sont des spécialistes du génocide : Yves Ternon et Raymond Kevorkian de France et Tessa Hofmann, d’Allemagne.

En référence au paquet de documents présentés par Perincek, le procureur suisse a dit à la Cour : "90 kilos de papier n’effacent pas 90 ans d’histoire; et un million de pages ne peut faire disparaître un million de victimes."

Le juge Pierre-Henri Winzap n’a pas été non plus très impressionné par les documents de Perincek ni par les arguments des quatre turcophiles. Le juge a déclaré que le déni du fait historique avéré qu’est le génocide arménien, était une provocation arrogante. En fait, le Parlement suisse a reconnu le génocide arménien en 2003, malgré les fortes pressions du gouvernement turc. Le juge a condamné Perincek à $7,350 et à une peine sursitaire de 90 jours de prison, et lui a ordonné de payer une amende de $2,450 ainsi que $4,750 de frais de justice.

De plus, la Cour a averti Perincek que s’il venait à nier le génocide arménien de nouveau, dans les prochains 24 mois, il pourrait être emprisonné. Perincek est ainsi devenu la première personne à avoir été inculpée selon la loi suisse anti-raciste pour négation du génocide arménien. L’Article 261bis du Code pénal suisse -- qui rend illégal la négation, la minimisation ou l’apologie du génocide -- n’avait jusque là été appliqué qu’à ceux qui niaient le génocide juif.

Les partisans de Perincek n’ont pas réussi à faire pression sur la justice Suisse, en menant grand tapage à l’extérieur du tribunal, et en agitant de grands drapeaux turcs et des bannières. De façon fort inappropriée, le ministre turc de la Justice, Cemil Cicek, avait rencontré son homologue suisse, Christoph Blocher, à Bern, le week-end précédant le procès. Blocher, qui est le leader du Parti Populaire, parti d’extrême droite, avait été sévèrement critiqué par les politiciens suisses et les médias pour avoir suggéré en octobre 2006, lors d’une visite en Turquie, que cette loi suisse en particulier devrait être abrogée.

Le prochain à être jugé pour négationnisme envers le génocide arménien pourrait être Yusuf Halacoglu qui a nié le génocide arménien publiquement lors d’une visite en Suisse. Il est le président de la Société d’Histoire Turque, en Turquie. Contrairement au comportement provocateur de Perincek, qui avait ouvertement provoqué les autorités suisses d’oser le juger, Halacoglu est plutôt réticent à revenir en Suisse, craignant des interrogatoires et une détention possible.

L’Association Suisse-Arménie (SAA) et son coprésident, Sarkis Shahinian devraient être loués pour avoir initié ce procès contre Perincek et pour tous leurs efforts qui ont abouti à ce résultat satisfaisant. Étant donné le rôle important de la SAA dans ce cas, le juge a ordonné de plus à Perincek de payer à l’Association Suisse-Arménie $9,000 pour frais de justice et "dédommagement moral."

Très clairement, ce procès aura de grandes conséquences pour la cause arménienne. Depuis des années, les négationnistes turcs font joyeusement remarquer que le génocide arménien ne peut être qualifié par ce terme, puisqu’il n’y a jamais eu aucun verdict en ce sens. En outre, ce verdict transcende l’inculpation de Perincek en tant qu’individu isolé. Il existe plusieurs signes qui indiquent que le gouvernement turc, lui-même, a été directement et indirectement impliqué dans ce procès : Jean-Michel Thibaux, en répondant à une question du juge, a admis avoir été contacté par le ministre turc des Affaires étrangères, et on lui a demandé de témoigner en faveur de Perincek. Plusieurs officiels du Consulat général turc à Genève sont venus assister au procès; et lorsque le juge a demandé à Perincek de lui faire part de ses revenus, il a révélé qu’il gagnait simplement $2,500 par mois. Malgré ses revenus limités, Perincek a cependant réussi à affréter un grand charter pour le transport de ses partisans de la Turquie en Suisse. Puisqu’il est manifeste que les autorités turques soutenaient Perincek de diverses manières, son inculpation a été un réel revers pour l’État turc également. Dans une déclaration écrite, le ministre des Affaires étrangères a déclaré : "Ce procès était inapproprié, sans fondement et très controversé à tout point de vue."

Heureusement, Perincek a maintenant l’intention d’en faire davantage pour endommager le négationnisme turc. Il a déclaré qu’il ferait appel de cette condamnation devant une Cour suisse plus haute, et que s’il ne réussissait pas, il porterait son cas devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme à Strasbourg.

Si Perincek devait faire ce qu’il planifie de faire et qu’il perd, les Arméniens obtiendraient des victoires encore plus significatives, atteignant ainsi une reconnaissance légale du génocide arménien tant devant la Cour suisse que devant des Cours européennes.

Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN 2007






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org