Aujourd'hui : Dimanche, 22 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Turquie : propagande autour de la restauration d’une église arménienne
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose la traduction de l'éditorial en anglais de Harut Sassounian du 22 mars 2007 publié dans The California Courier. Harut Sassounian dénonce ici avec force les manoeuvres d’Ankara autour de la restauration de l’Eglise arménienne d’Aghtamar, et met en garde les Arméniens tentés de se laisser abuser par cette propagande cynique. Un coup de gueule auquel le Collectif VAN s’associe.




Pas un Arménien qui se respecte ne devrait accepter l’invitation de la Turquie à Akhtamar


Le gouvernement turc a lancé une campagne mondiale pour exploiter, à des fins de propagande, la rénovation de l’Église de la Sainte Croix, datant du 10e siècle, sur l’île d’Akhtamar, dans l’Arménie orientale occupée par la Turquie. Ankara a envoyé des invitations pour les cérémonies “d’inauguration” à plus de 3000 invités de par le monde, y compris à des officiels d’Arménie et à des Arméniens de la diaspora.

Selon le journal turc Zaman, l’intention du gouvernement turc est d’utiliser la restauration de l’église, le 29 mars, comme un moyen dans son plan d’efforts accélérés visant à contrer l’adoption de la Résolution sur le génocide arménien, par le Congrès américain.

La semaine dernière, lorsqu’une délégation turque s’est rendue à Washington pour faire du lobbying contre cette résolution, Mehmet Dulger, le président de la Commission des Affaires étrangères au Parlement turc, a annoncé qu’il avait apporté des photos de l’église restaurée d’Akhtamar. Dulger a dit qu’il montrerait l’album photo publié par le ministère de la Culture et du Tourisme aux congressistes américains, et leur dirait : "Vous voyez, les Turcs, que vous accusez de génocide, ont restauré une église arménienne avec les impôts des Turcs. Et ces photos en sont la preuve." Le gouvernement turc a dépensé plus de 1.5 million de dollars pour la restauration.

Zaman rapporte que l’album sera distribué dans le monde entier à toutes les organisations soutenant "les revendications du génocide arménien." De plus, "les ministres de la culture de tous les pays qui ont adopté ou qui vont adopter une résolution sur le génocide arménien… sont invités à l’ouverture," écrit Zaman.

Pour utiliser cette occasion de propagande au maximum de sa capacité, un officiel du ministère turc de la Culture est allé jusqu’à suggérer que la frontière fermée depuis si longtemps soit ouverte temporairement pour permettre aux invités en provenance d’Arménie de venir en Turquie. Il a également évoqué la possibilité d’autoriser un vol direct spécial de Erevan à Van, pour cette occasion. Cependant, les militaires turcs ont mis leur veto sur les deux propositions.

Les officiels turcs ont donné des explications ridicules, lorsqu’on leur a demandé pourquoi l’Église rénovée de la Sainte Croix n’avait pas de croix sur son dôme. On a répondu aux reporters que la croix pourrait attirer des éclairs et l’église entière brûlerait ! Un autre officiel a ridiculement prétendu qu’il n’avait pas trouvé de vieilles photos de l’église avec une croix à son sommet.

La date elle-même des cérémonies a été sujette à de nombreuses spéculations politiques et a donné lieu à une comédie d’erreurs. Le gouvernement turc avait, à l’origine, fixé la date le 24 avril. Mais après les plaintes du Patriarcat Arménien, la date avait été changée au 11 avril. Lorsque les officiels turcs ont appris que le 11 avril correspondait en fait au 24 avril dans l’ancien calendrier, ils ont de nouveau changé pour le 29 mars, espérant ainsi que cela devancerait l’impact négatif sur la Turquie des commémorations mondiales du génocide arménien qui ont lieu tous les 24 avril.

Une fois la date définitive fixée, le ministère turc des Affaires étrangères a immédiatement instruit ses ambassadeurs et ses consuls généraux partout dans le monde, d’étendre les invitations aux Arméniens et aux non Arméniens pour les cérémonies du 29 mars. Les invitations ont été reçues par un grand nombre d’Arméniens, dont les adresses ont été fournies aux consulats locaux par quelques individus Arméniens qui jouent le jeu du gouvernement turc pour des raisons de bénéfice personnel.

Les invitations offensent les invités, en décrivant l’Église de la Sainte Croix comme "Le Musée Monumental de l’église d’Akdamar [sic]." Plus offensantes encore, les deux pages jointes, dans lesquelles on lit que les sculptures des murs de l’église "montrent l’influence de l’art Abbasi des 9e et 10e siècles, qui avait lui-même subi l’influence de l’Art turc d’Asie centrale."

Les invitations indiquent que les invités sont attendus à Ankara le 28 mars, et que leur départ pour Akhtamar est prévu tôt le matin du 29 mars, d’Ankara à Van par avion privé. À la fin de la cérémonie d’ouverture -- à laquelle assistera peut-être le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan ou le ministre des Affaires étrangères, Abdullah Gul -- les invités déjeuneront, puis feront une visite de la ville de Van, le château historique inclus, puis ils repartiront pour Ankara en fin d’après-midi. Après leur avoir demandé de venir en Turquie, pour certains de faire la moitié du tour du monde, les invités resteront à peine plus d’une heure et demie sur l’île Akhtamar, ce qui inclut la cérémonie d’ouverture et un récital donné par un pianiste turc.
Si cela crève les yeux que le gouvernement turc n’est intéressé que par la valeur de la propagande due à cette ancienne église arménienne, il est moins aisé de comprendre pourquoi un Arménien voudrait participer à ce stratagème malsain. Pourquoi un Arménien qui se respecte, qu’il soit d’Arménie ou de la diaspora, se laisserait manipuler par les autorités turques à des fins anti-arméniennes et, spécialement, eu égards aux efforts de la Turquie à bloquer la reconnaissance du génocide arménien ?
Les Arméniens devraient boycotter et dénoncer ce cynique stratagème turc. Si les officiels turcs sont sincèrement intéressés par la restauration de l’Église de la Sainte Croix, voici les mesures qu’ils devraient prendre :

1) La désigner en tant qu’Église, et non musée, et l’ouvrir au culte chrétien.
2) La placer sous la juridiction du Patriarcat Arménien de Constantinople, et non sous celle du ministère turc de la Culture et du Tourisme.
3) Poser une croix en haut du dĂ´me.
4) Effacer toutes fausses références à une influence turque inexistante dans l’architecture de l’Église de la Sainte Croix.

On devrait informer l’opinion publique mondiale que la Turquie n’a que très peu de mérite pour la restauration de l’église arménienne. Il existait des milliers d’églises arméniennes et des monuments arméniens avant le génocide de 1915, sur tout le territoire de ce qui est la Turquie d’aujourd’hui. Presque tous ont été confisqués et convertis à des usages non religieux, abandonnés aux ravages du temps, ou carrément démolis par les autorités turques. Si la Turquie voulait s’attribuer quelque mérite que ce soit, elle devrait restaurer ces églises et ces monuments et les restituer au Patriarcat Arménien.

Tant que les autorités turques n’auront pas appliqué les quatre mesures ci-dessus mentionnées, pas un Arménien qui se respecte ne devrait soutenir, de quelque façon que ce soit, l’utilisation que fait Ankara de la restauration d’une église arménienne pour de la propagande turque.

© Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN (2007)



Retour Ă  la rubrique




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org